Sur la crise OGM du Groupe UMP

Le Paradoxe est souvent la clef des processus historiques. L’explication en est simple. A la succession mécanique des causes et des effets propre à une conception marxiste doit s’imposer l’idée de TOYNBEE : l’histoire est faite de défis et de réponses, parce que les hommes ne sont pas des choses mais des consciences plus ou moins lucides et des volontés plus ou moins tendues.

La Crise OGM du Groupe UMP, en grande partie surévaluée par les journalistes, jamais avares d’antiparlementarisme, peut être bénéfique en renforçant par réaction la cohésion du groupe, comme on l’a vu lors des Questions d’actualité d’hier après-midi [Jean-François COPE a été ovationné].

Mardi, lors de l’examen du texte dans l’hémicycle, une première motion de procédure socialiste, « l’exception d’irrecevabilité », est repoussée par la majorité. La seconde, communiste, « la question préalable », passe à une voix près. De nombreux députés UMP travaillant en Commission : Lois, Affaires sociales. Je participe moi-même à la réunion de la Mission d’information sur les Lois mémorielles sous la présidence de Bernard ACCOYER avec les auditions de Serge et Beate KLARSFELD puis de Denis TILLINAC. D’habitude, le Groupe UMP rameute ses troupes lorsque un vote est jugé difficile. Il ne l’a pas fait, tout simplement parce qu’il y avait plus de députés UMP dans l’hémicycle que de députés de l’opposition. Simplement chacun de ceux-ci avait un pouvoir ce qui n’était pas le cas de ceux-ci. Simple péripétie donc, mais si les couplages des votes n’étaient pas faits, c’est que beaucoup de parlementaires n’étaient sans doute pas très motivés… Cet incident a manifestement redonné de l’énergie au groupe.

Mais cette manœuvre tactique de l’opposition a surtout eu le fâcheux résultat d’empêcher le débat sur le fond, c’est-à-dire le vrai travail parlementaire. Pour la dignité de la vie démocratique, j’aurai préféré voter contre le texte après une libre discussion que d’être associé si peu que ce soit à ce jeu qui n’est pas digne du Parlement. Mais cette préoccupation est sans doute inconnue des socialistes.

Articles liés

Un commentaire

  1. Monsieur le Député,
    Jean-François Copé a été ovationné par les députés hier. Soit. J’observe simplement que votre collègue exerce pas moins de 5 fonctions ou mandats différents :
    1. Député.
    2. Maire de Meaux.
    3. Président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale.
    4. Président de la Commission de réforme du service public de l’audiovisuel.
    5. Avocat au cabinet Gide, Loyrettes, Nouel.
    Jean-François Copé est certainement un individu plein de qualités, mais ce n’est qu’un être humain. J’aimerais savoir comment on peut exercer, en les faisant bien, des activités aussi diverses. Je suis professeur agrégé, en fonction à l’Université : je n’ai qu’une profession et qu’une activité. Cela m’occupe déjà beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.