Contrôle de fiabilité des radars routiers (QE 10093)

M. Christian Vanneste attire l’attention de M. le secrétaire d’État chargé des transports sur les radars. Il semble qu’un rapport de la police rédigé en 2006 indique que d’importantes erreurs de mesure des radars seraient possibles. Est en cause la disposition des machines : un degré d’écart par rapport à l’axe de la route majorerait les excès de vitesse de 4 % à 13 %. Il souhaiterait donc connaître la position du Gouvernement sur ce sujet.

Texte de la Réponse : À la suite d’une étude réalisée à l’initiative personnelle d’un ouvrier d’État du secrétariat général de l’administration de la police de Metz, portant sur les conditions techniques d’implantation des radars automatiques fixes et embarqués, l’inspection générale de la police nationale, qui a eu connaissance de ce rapport en février 2006, l’a transmis, pour examen, à la direction du projet interministériel contrôle automatisé (DPICA). Il résulte de ce rapport que si l’angle de 25° du radar par rapport à l’axe de la route n’est pas conforme, la vitesse relevée n’est pas exacte. Pour autant, le document expose dans un tableau des calculs tout à fait inexacts. On sait que un degré d’angle en plus ou en moins entraîne une différence de 1 % dans la vitesse mesurée. Or, le dispositif de contrôle automatisé admet une marge technique large avec 5 km/h pour les vitesses limites inférieures à 100 km/h et 5 % de la vitesse relevée lorsque la limite est supérieure à 100 km/h. Afin de s’assurer que les procédures soient bien respectées et que l’angle soit exact, les policiers et les gendarmes qui utilisent les radars embarqués reçoivent des formations (initiale et continue) à l’emploi des équipements pour les paramétrer conformément aux spécifications des appareils. Chaque véhicule doté d’un radar automatique est livré avec une directive d’emploi et le matériel nécessaire pour son bon positionnement ; un jalon permet de le positionner selon l’angle requis et une butée sur le radar assure qu’il soit bien orienté à 25°. Les radars fixes sont, eux, paramétrés lors de leur installation initiale selon l’angle de 25° requis pour le contrôle de vitesse. L’implantation est couverte par un protocole réglementaire du service de métrologie et les appareils font l’objet de vérifications périodiques de leur étalonnage. Toutes les garanties sont donc réunies pour qu’aucune erreur matérielle ou humaine ne se produise dans la constatation de la vitesse. La fiabilité des contrôles par radars automatiques fixes ou embarqués ne saurait être aucunement remise en cause par la diffusion de ce rapport dans la presse qui repose sur une étude isolée et empirique.

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services