Le Piège totalitaire de la toile.

Le 22 Août, j’avais publié un article dont le titre était emprunté à une formule apocryphe du Général de Gaulle, « Les  Français sont des veaux ». Il s’agissait d’un texte polémique, certes, résolument hostile au pouvoir actuel, et reprenant la liste des reproches qui peuvent lui être adressés : légitimité originelle douteuse, grand remplacement en marche, gestion désastreuse de la crise sanitaire, stratégie économique incohérente et suicidaire, soumission à une Europe de plus en plus allemande, explosion de l’insécurité, et accélération de la décadence morale avec la loi bioéthique. L’utilisation de la peur face au Covid-19 est devenue une manipulation de l’opinion publique afin de la détourner d’autres sujets, de poursuivre l’entreprise de réduction des libertés, et notamment de celle qui est la plus fondamentale dans une prétendue démocratie libérale, la liberté d’expression. C’était un réquisitoire, mais guère différent de mes publications habituelles. Aussi, quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reçus une notification de Facebook m’annonçant ma suspension pour trois jours : « Votre publication ne respectait pas nos Standards de la communauté concernant les discours haineux. 24 août 2020 · Fermé. » Je m’empressais de répondre. Le même message dénué du moindre argument précis revint et sur chacune des pages que je suis supposé « gérer ». L’ensemble m’amena à 30 jours d’éviction. Manifestement, j’aurais du poser la question à laquelle nous sommes de plus en plus souvent soumis sur la « toile » : « êtes-vous un robot ? » La réponse aurait été positive, à l’évidence. La seule explication de cette censure se trouve dans le titre qui identifie des êtres humains, les Français, à des animaux, les veaux. Structurellement, la formule est semblable à celle qui réduirait les personnes de couleur à l’état animal. Leur signification, leur registre sont pourtant tout différents : l’une est humoristique puisqu’il s’agit d’une formule par laquelle un Français se moque du peuple qui est le sien, l’autre est clairement injurieuse. L’impossibilité où je me trouvais de faire comprendre à une machine la subtilité du langage, son lien fondamental avec la liberté et l’intelligence humaines capables d’interpréter une phrase y compris en lui donnant le sens contraire de ce qu’elle paraît affirmer, m’a conduit à une seule conclusion : Orwell ne vient pas. Il est déjà là. On est attiré vers internet et ses réseaux pour pouvoir jouir d’une liberté d’expression que ne permettent pas les médias traditionnels où la censure est la règle. Et on découvre avec effarement que celle-ci y est encore plus stupide. Facebook, c’est Big Brother : la liberté d’expression reposait sur la création, sur la souplesse voire l’ambiguïté  des mots et des phrases, sur l’importance des connotations et des références. Désormais, le langage doit être appauvri au point de pouvoir être contrôlé par des machines. C’est le règne de la novlangue ! Lorsqu’on interdit certains mots, on oblige évidemment à en employer d’autres, et on impose peu à peu le règne de la pensée unique. Le totalitarisme le plus sournois est au bout du piège tendu par les réseaux sociaux. Ceux-ci tissent une prétendue communauté mondiale, contrôlée le plus souvent à partir des Etats-Unis, imposent à leurs membres des « standards », c’est-à-dire des dogmes, des voies uniques de la pensée, et transforment la réflexion en réflexes afin que l’autocensure agisse plus sûrement que la censure a posteriori.

Descartes, ce penseur français essentiel avait dit que le langage était le Rubicon que l’animal ne franchirait jamais. C’est un penseur américain, un linguiste, d’ailleurs beaucoup moins heureux sur les problèmes sociétaux, Noam Chomsky qui avait insisté sur ce point dans « la Linguistique cartésienne » : le langage humain n’est pas de l’ordre du réflexe contrairement aux modes de communication employés par des animaux. Il n’est pas univoque : c’est ce qui fait sa richesse, son lien avec la conscience et la liberté. Manifestement, il est impossible de faire entendre à un robot américain le sens d’une formule du Général de Gaulle parlant des Français et des veaux. Le paradoxe est intéressant : la censure automatique dont j’ai été victime supprime la différence entre l’expression humaine et les communications animale ou robotisée. Elle conduit à la Ferme des Animaux, l’autre ouvrage d’Orwell, cette fable animalière sur le totalitarisme soviétique. Ainsi, en censurant une image bien innocente comparant certains hommes à certains animaux, Facebook a clairement réduit l’homme conscient et pensant à n’être qu’un animal soumis au troupeau, contraint de meugler, timidement, s’il est un veau et de bêler s’il est un mouton. S’il ne peut plus parler, au moins qu’il rugisse !

8 commentaires

  1. erwan - 11 septembre 2020 9 h 13 min

    M. Vanneste, je vous apporte tout mon soutien pour faire vivre la liberté d’expression, y compris sur la toile, bien mise à mal à notre époque. Il suffit que voir , concernant la polémique Obono, quel traitement médiatico-politique est réservé à Valeurs Actuelles au regard de Charlie Hebdo au point que le chef d’état en arrive à prendre clairement partie pour ce dernier, Macron ayant une conception à géométrie variable de la liberté de la presse et l’indignation sélective!

    Répondre
    • François ALLINE - 11 septembre 2020 9 h 50 min

      Oui, il y a& deux poids, deux mesures. La « Cancel culture » ou le « woking » autorise de caricaturer Mahomet, mais interdit de caricaturer Obono.
      Le racialisme serait plus sacré que le religieux…
      Allez comprendre …?

      Répondre
  2. Jacques Peter - 11 septembre 2020 11 h 12 min

    Lutter pour préserver la liberté est le premier devoir de tous les dissidents de la pensée unique.

    Répondre
  3. Oblabla - 11 septembre 2020 12 h 06 min

    Excellent papier à rapprocher de ce qui vient de se passer avec la vidéo du 8 septembre de l’IHU de Marseille avec le professeur Raoult censurée par YouTube, puis sans aucune explication remise en ligne moins de 24 heures après…
    Qui meurt du COVID Didier Raoult
    •8 sept. 2020
    https://www.youtube.com/watch?v=WzvnHbTH0v8
    SUPPRIMEE CENSURE !!!!!!!! voir nouveau lien ci-dessous :
    http://www.francesoir.fr/sites/francesoir/files/media-icons/didier-raoult-le-comite-scientifique-na-aucun-droit-de-decider-seul-contre-la-moitie-du-monde.mp4

    Répondre
  4. Pingback: Le Piège totalitaire de la toile. – information nationaliste

  5. Pitton Rita - 12 septembre 2020 11 h 13 min

    Christian cette censure est une atteinte flagrante aux Libertés Publiques fondamentales que sont les libertés d’opinion et d’expression .

    Continue de demander l’éclairage de l’Esprit Saint Transcendant Lumineux avant d’écrire ton billet .Amen .

    Répondre
  6. Loosveld - 13 septembre 2020 19 h 24 min

    @ Monsieur le Député:

    A propos de pensée américaine, je tiens à rappeler que sur ce continent, les entreprises pétrolières de fracturation minérale travaillent à des profondeurs minimales, probablement pour maintenir à l’état liquide l’éther de pétrole. Nous nous souvenons aussi de Donald Trump qui, durant sa première campagne présidentielle, avait incité les Américains à produire et consommer du charbon dont les produits distillés économiquement utiles sont des liquides nommés la benzine et le goudron. Or, un gaz diffusé dans la mer ou l’océan diminuera nécessairement la résistance en compression de l’eau dont les vagues plus hautes feront souffler plus loin les vents à l’intérieur des terres puisque le littoral est en pente. Emmanuel Macron avait dit qu’il chercherait une réponse européenne au problème hivernal du coronavirus et, effectivement, le progrès scientifique est parfois venu d’un pays étranger, à l’instar des Allemands de Freiberg qui avaient jadis découvert la réduction de l’argent par le chlore puis le cuivre. Je rappelle aussi que le président de la république française peut théoriquement demander à des sous-marins transformés en aimants, l’électrification de coffrages métalliques pour interdire l’extraction du pétrole issu de roche mère. Naguère, l’électricité ainsi localisée avait même été rendue impossible à l’encontre de ponts ayant été conçus en chrome au tungstate de fer et de manganèse, ayant donc fait fi des sous-marins hitlériens.
    Mais, comme tous les politiciens du monde sont démagogues ou pédagogues, Emmanuel Macron doit rendre déterminée l’apparition d’embauches afin de conclure avec des marins un contrat applicables en droit français. Or, pour des raisons financières internes à la république en marche, la loi française du 20 Décembre 2017 rend, aujourd’hui encore, totalement aléatoire la survenance de nouvelles activités professionnelles salariées.

    Répondre
  7. Loosveld - 15 septembre 2020 20 h 37 min

    Le raisonnement du précédent message sera-t-il intelligible dès le prochain automne en France métropolitaine pour la République en Marche ? Tout le monde sait que la fracturation sous-terraine de roches aboutit parfois à des éruptions volcaniques sur les continents émergés.

    Répondre

Exprimez vous!