Russie-Turquie : l’Occident va-t-il à nouveau choisir le mauvais cheval ?

Le duo (ou le duel) entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan revêt la politique internationale d’une dimension personnelle remarquable. La plupart des démocraties sont vouées à des alternances ou soumises à des règles constitutionnelles qui limitent la durée de leurs dirigeants, et quand celle-ci leur est accordée, le pouvoir reste contraint par des oppositions parlementaires ou des protestations populaires. Le Président russe, à la tête de l’Etat ou du gouvernement, dirige le pays depuis vingt ans, celui de la Turquie, dans les mêmes fonctions, depuis dix-sept ans. Seule Mme Merkel pourrait rivaliser avec ses presque quinze ans de chancellerie, mais bien que l’Allemagne soit plus puissante économiquement que les deux autres, ses marges de manoeuvre sont beaucoup plus limitées par le système politique allemand, par l’intégration du pays à l’Union Européenne et à l’Otan, et par une mauvaise conscience historique qui inhibe la parole autant que l’action, dès que l’on quitte le domaine de l’économie pour celui de la stratégie internationale.

Historiquement, la Russie et la Turquie ont toujours été des adversaires. Moscou se voulait la troisième Rome, après Byzance, dont elle perpétue le christianisme orthodoxe. Elle a toujours considéré le verrou des détroits de la Mer Noire, comme une insupportable limite à son accès à la liberté des mers. Or c’est la Turquie qui en a la clef. Une grande partie des territoires gagnés par l’Empire tsariste l’a été à la suite de victoires sur les Turcs. La révolution bolchévique a malheureusement donné aux Turcs la région de Kars, qui était russe avant 1914, et peuplée d’Arméniens. La Turquie, depuis le début du XXe siècle, tend à réaliser une homogénéité ethnique et religieuse. Les Chrétiens qui constituaient un tiers de la population anatolienne en 1900, sont évalués dans une fourchette comprise entre 2% et 0,2% de la population.

Erdogan cumule l’héritage nationaliste turc violemment opposé aux minorités ethniques et l’islamisme conquérant des Frères Musulmans. A la suite de la victoire des Arméniens sur les Azéris, les premiers soutenus par la Russie, il a fait raser le monument qui à Kars célébrait « l’amitié turco-arménienne ». Qardawi, le prêcheur frèriste sur Al-Jazeera voit en lui le futur nouveau calife, Le dernier étant l’ultime sultan ottoman… L’ambition du président turc est immense. Elle s’est déployée lors du Printemps arabe par le biais des Frères Musulmans qui animaient la révolution en Egypte, et la guerre en Libye, à travers les milices de Misrata, et en Syrie, avec les islamistes « modérés » de l’ASL. Ce soutien encore très visible dans les deux pays s’étend parfois jusqu’aux djihadistes. Autour d’Idlib, l’armée turque aide en fait l’avatar d’Al-Qaïda, Hayat Tahrir al-Cham contre l’armée syrienne et ses alliés. Sa connivence avec l’Etat islamique fut évidente : frontière poreuse pour l’arrivée des djihadistes, et dans l’autre sens pour le pétrole volé à la Syrie ; refus de participer aux opérations militaires contre daesh ; absence de soutien aux Kurdes, considérés par Ankara comme des ennemis prioritaires. Récemment, Erdogan a signé avec le gouvernement fantoche de Tripoli un accord qui lui octroie une extension de la zone maritime turque vivement contestée par des pays voisins, notamment la Grèce. Erdogan est un brutal sans nuances : il ne craint pas d’appeler l’OTAN à la rescousse puisque la Turquie en est membre alors que son armée intervient en Syrie sans mandat. Maniant à la fois la souveraineté en prétendant sa frontière menacée, le droit international humanitaire et la légitime défense pour attaquer l’armée syrienne sur son territoire, tout en menaçant l’Europe de déverser sur elle, et donc sur la Grèce, membre de l’OTAN, un flot de réfugiés, Erdogan fait feu de tout bois sans vergogne. Mis en difficulté par une tentative de coup d’Etat et des déconvenues électorales, il compte sur le nationalisme turc pour réaffirmer son pouvoir.

Or, Vladimir Poutine a réussi le tour de force d’un rapprochement entre les deux pays. La Russie est certes plus puissante. Mais sa population composite avec une forte minorité musulmane l’oblige à plus de circonspection. Elle fait la guerre au terrorisme islamiste, non à l’islam. Lors du putsch turc, elle a affirmé sa solidarité avec Erdogan. Elle a accepté sans broncher qu’on lui abatte un avion, qu’on lui assassine un ambassadeur, et pendant ce temps, elle permettait à Bachar Al-Assad de reconquérir la plus grande partie du territoire, avec l’assentiment d’Ankara. Hier encore, elle autorisait le président turc à jouer les matamores en se vengeant sur les troupes syriennes, alors qu’elle est maîtresse du ciel. Mais Saraqeb a néanmoins été reconquise par ces dernières, et la police militaire russe y patrouille pour assurer la paix. Cette ville est au croisement des deux autoroutes qui relient Alep à Damas et à la mer. Elle est essentielle pour le redressement économique du pays, pour répondre à la détresse d’une population dont on ne parle jamais tandis qu’on se répand sur la misère des zones contrôlées par les terroristes.

Le droit international et les perspectives de paix jouent en faveur de Poutine. Il est scandaleux que les Occidentaux, une fois encore, semblent tendre l’oreille aux appels de l’agresseur et maître-chanteur. Il est plus révoltant encore que notre presse soit totalement partiale à l’encontre de la Syrie. Dans deux jours, les deux chefs d’Etat vont se rencontrer à Moscou. Il faut espérer que le Russe parvienne à ramener le Turc à la raison, et à faciliter le retour de la paix pour les Syriens. Quant à nos gouvernants, membres de l’OTAN et de l’UE, s’ils avaient un peu de cette force de caractère qui anime les deux protagonistes, ils devraient exclure la Turquie de l’OTAN, bloquer résolument les frontières et cesser de verser une rançon. Erdogan a voulu la guerre, il l’a entretenue, il a les réfugiés : qu’il les garde !

Mot clés:

6 commentaires

  1. Jacques Peter - 3 mars 2020 9 h 28 min

    Excellent article. On ne comprend pas pourquoi l’OTAN n’expulse pas la Turquie. C’est comme si l’Occident en était resté à l’URSS et à la guerre froide. L’islam n’est pas un problème pour l’OTAN. C’est sans doute parce que les Etats-Unis qui contrôlent l’OTAN ne sont pas confrontés à l’islam comme le sont les européens.

    Répondre
    • kerneilla - 3 mars 2020 10 h 53 min

      « Quant à nos gouvernants, membres de l’OTAN et de l’UE, s’ils avaient un peu de cette force de caractère qui anime les deux protagonistes, ils devraient exclure la Turquie de l’OTAN, bloquer résolument les frontières et cesser de verser une rançon. Erdogan a voulu la guerre, il l’a entretenue, il a les réfugiés : qu’il les garde ! »

      La Turquie n’a rien à faire dans l’OTAN, bien évidemment, et encore moins dans l’UE; Quant à verser une rançon, céder à un chantage, c’est ouvrir la voie à d’autres chantages, qui finalement coûtent très cher sans aucune garantie, la preuve ! continuer alors à payer une rançon révèle la stupidité et la lâcheté des h. politiques de l’Europe. L’Europe doit protéger ses frontière, le faire savoir, et se faire respecter… une autre politique est possible, notamment une coopération intelligente dirigée vers les populations et non vers les gouvernants corrompus… Quand les instances supérieures sanctionneront-elles les profiteurs éhontés dans et hors de France en leur faisant rendre gorge , à tous , des fortunes volées ? c’est un peu hors sujet, mais c’est à cela que devraient s’attaquer les tribunaux nationaux et internationaux…et la Cour des comptes ne sert pas à grand chose si elle n’a pas de pouvoir de sanction, et si les journalistes ne relaient et n’approfondissent pas ses dénonciations pour faire bouger le peuple intelligemment.

      Répondre
  2. rocbalie - 3 mars 2020 23 h 28 min

    ben voyons
    quand on ne veut plus de son chien ont dit qu’il a la rage !
    un peu facile de dédouaner l’occident dans cette affaire .
     » Erdogan a voulu la guerre, il l’a entretenue, il a les réfugiés  »
    et la France en particulier ; elle ne la voulait peut être pas la guerre ?
    elle n’a pas encouragé les imams des mosquée de France a faire la promotion du djihad en Syrie ?
    elle n’a pas armée et encadrée ces islamiste modérément modéré en Syrie par des militaires français dont certains sont encore prisonnier et tente de revendiquer le statut de  » prisonnier de guerre  » auprès d’Assad ?

    Répondre
    • Pap Spel - 4 mars 2020 9 h 32 min

      excellente réplique

      Répondre
    • kerneilla - 6 mars 2020 18 h 40 min

      Ne pas confondre une poignée d’hommes politiques sans vision et sans courage, avec le peuple de France, La France veut peut être autre chose que ce qu’on lui impose ! La démocratie est bien malade quand arrivent aux « affaires » des gens sans culture, ni faculté de penser, qui , par paresse intellectuelle sans doute, ou par lâcheté, s’en remettent à des idéologies périmées et néanmoins omni-présentes; à commencer par celles « des droits de l’homme » qui oublie simplement qu’il n’y a pas de droits sans devoirs, et que ceux-ci précèdent le Droit.

      Répondre
  3. DELAFOSSE - 4 mars 2020 11 h 20 min

    Rien de tel qu’un bon virus à combattre, pour mettre tout le monde d’accord sur la même préoccupation et détourner les envies belliqueuses éternelles de toutes ces populations .

    Répondre

Répondre à Pap SpelAnnuler la réponse