« Fake news » : une arme pour dédouaner la désinformation systématique ?

desinformationParmi le feu d’artifices des réformes annoncées par Narcisse-Jupiter, celle qui éclaire la duplicité globale de la politique menée est celle qui entend remédier à la dérive supposée de l’information que l’on identifie en l’affublant d’une locution anglaise : « fake news ». Au Québec, on n’emploie pas cette expression. On lui préfère « fausse nouvelle ». L’air de rien, le fait que la France oublie à ce point les mots de sa langue nationale est très inquiétant, et à plus d’un titre. D’abord, c’est l’indice du triomphe actuel d’une caste qui a porté Macron au pouvoir, et de son idéologie. Les « métropolitains » tels que les a définis Christophe Guilluy face aux « périphériques », nomades dans le vent contre sédentaires enracinés, privilégient l’espace dans lequel ils se déplacent par rapport au temps au sein duquel on transmet. Par un beau paradoxe, ils sont favorables à l’accueil des immigrés et au multiculturalisme, mais parlent anglais comme un seul homme, et tendent vers leur monde unipolaire en marche arrière. Lorsque sur C News, les « fake news » sont le sujet de « Punchline », une sorte de point-limite a été franchie, les amarres ont été larguées, le sabir atlantique  des métropolitains dit adieu à la France et à sa culture, à une culture qu’ils ignorent et qu’ils contribuent à faire ignorer.

Et c’est cette ignorance de ceux qui nous « informent » qui devrait, en second lieu,  nous alerter. On a souvent tort d’opposer la forme et le fond. L’atlantisme linguistique va souvent de pair avec un atlantisme culturel et géopolitique. Les Américains se soucient assez peu d’histoire alors qu’elle passionnait les Français. C’est toute la différence entre un pays centenaire issu de multiples immigrations, et une nation millénaire qui n’a connu une immigration importante que récemment. Comme le disait le Général de Gaulle s’envolant vers le Levant, le Liban et la Syrie  » Vers l’Orient compliqué, je volais avec quelques idées simples ». Quand on connaît l’érudition historique du Général, et sa maîtrise d’une région où il avait déjà séjourné en 1929, et sur laquelle il avait écrit, on ne peut que rendre hommage à sa modestie. Mais c’est vrai que la Syrie est une mosaïque ethnique et religieuse que les médias « mainstream » ont tendance à réduire à une scène de Western qui pourrait s’appeler « Le Monstre, la brute et les gentils ». Le premier serait l’Etat islamique qui a pratiquement disparu des écrans. Le second serait Bachar Al Assad, le « méchant » que nos « journalistes » préfèrent et les « gentils » seraient les autres, les adversaires de la brute. D’un côté, il y aurait un dictateur qui prendrait un soin particulier à exterminer son peuple, avec une prédilection pour les enfants. De l’autre, les rebelles portant l’espoir d’un avenir démocratique radieux. Si on regarde de plus près, les choses sont assez différentes. En observant la Ghouta orientale éclatée en trois morceaux encerclés par l’armée syrienne, on s’aperçoit que les « gentils rebelles » sont à Douma les salafistes de Jaych al-Islam soutenu par les Saoudiens, à Harasta, les islamistes d’Ahram al-Cham, fondé par des Frères Musulmans et favorable, comme par hasard à l’intervention turque contre les Kurdes d’Afrine. Dans le sud, les « bons », ce sont d’une part les miliciens de Faylaq al-Rahmane, eux aussi proches des Frères Musulmans, et soutenus par le Qatar et la Turquie, et d’autre part, les djihadistes d’Hayat Tahrir al-Cham, le nom actuel d’Al-Nosra, alias al-Qaïda, c’est-à-dire des terroristes aux yeux-mêmes des Occidentaux. Cette réalité devrait nous inciter à souhaiter au plus vite la victoire de l’armée régulière, mais elle est obscurcie par des « informations » qui grossissent le nombre des habitants pris au piège et additionnent les « victimes du régime », dont on laisse supposer qu’il utilise des armes inhumaines. Les pays occidentaux se paient le luxe de demander à la Russie et à la Syrie d’arrêter un « bain de sang » qu’ils ont fomenté, armé et qu’ils protègent encore en ne dénonçant pas l’imposture rebelle. Beaucoup « d’informations » proviennent de l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, qui malgré son nom est un réseau relié à un homme proche des Frères Musulmans et basé à Londres, dont les communiqués sont repris systématiquement par l’Afp, ou Reuters. On ajoutera à cela, les condamnations répétées du « régime » par le Haut Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, un prince jordanien, Zeid Ra’ad al Hussein. Le long contentieux entre la Jordanie et la Syrie, le soutien logistique apporté aux rebelles par Amman éveillent des doutes légitimes sur son impartialité.

Autrement dit, s’il y a « fake news », fausse nouvelle, désinformation, elle est systématique, elle n’est pas le fait de quelques extrémistes présents sur internet, mais correspond au rouleau compresseur des grands médias occidentaux qui reflètent les préférences du microcosme métropolitain. Par un beau paradoxe, la multiplication des vecteurs d’information, appuyée sur une saine concurrence qui devrait ouvrir l’éventail des opinions et de l’interprétation des événements, aboutit à la voie unique du politiquement correct. Mais ce n’est pas suffisant, il faut faire taire toute alternative, réduire les dissidents, et c’est ainsi que Macron a inventé les « fake news », comme si la démocratie ne devait pas admettre une certaine relativité de la vérité. L’ennui c’est que cette formulation anglaise n’a qu’un but, faire oublier que le « délit de fausse nouvelle » existe déjà, et que l’article 27 de la Loi sur la Liberté de la presse prévoit une amende de 45 000 Euros pour les coupables.

Une conclusion semble s’imposer : le délit de « fausse nouvelle » était une arme d’usage rare et proportionné. Celui de « fake news » aura pour but de franchir une limite, celle qui consiste à imposer sournoisement au nom de la défense de la vérité, le mensonge massif de la pensée unique. Le projet de loi « anti- fake-news » est l’arbre qui veut cacher la forêt de la désinformation systématique.

Mot clés:

6 commentaires

  1. DELAFOSSE - 13 mars 2018 11 h 54 min

    Notre Président de la République  » Française » ne manque une occasion de nous révéler sa maîtrise de la langue »Anglaise », mais il vaut mieux dire les choses modestement avec intelligence que les dire crânement dans une langue étrangère.
    Un Président doit représenter son pays, pas celui des autres…

    Répondre
  2. erwan - 13 mars 2018 16 h 35 min

    Notre pantin socialo-révolutionnaire Mélenchon a pour une fois, dans un éclair de lucidité, affirmé très justement que 9 patrons de presse milliardaires « français » ou plutôt multinationaux se partagent 90% de nos medias qui ont en quasi totalité soutenu Macron….CQFD. La pensée unique est là. Autrement dit, la presse reflète la pensée du quart des Français, métropolitains, ceux qui réussissent ! La grande majorité quant à elle, ceux qui ne sont rien, peut aller se faire voir!

    Répondre
  3. Pitton Rita - 14 mars 2018 9 h 50 min

    Merci Christian pour ton billet décapant sur le monopole de la presse française !! Je partage sur Facebook .

    Répondre
  4. Ribus - 14 mars 2018 21 h 40 min

    1- La loi sur les »fake news » n’est pas sortie du cerveau de Macron. Tout est déjà prévu par l’ Union européenne. Ce n’est que la transposition d’un dispositif beaucoup plus vaste qui a pour objectif de verrouiller internet. Le 6 mars, la Commission a encore publié une recommandation sur ce sujet : Recommandation 2018/334 sur la lutte contre les contenus illicites en ligne. En bas de pages, on trouve toutes les références aux textes déjà publiés.

    2- Au dîner du CRIF, le même Macron a remis le couvert :
    « Nous avons mis en place plusieurs mesures et nous avons eu plusieurs avancées sur une base volontaire et je veux vous répondre très directement, oui, la loi allemande donne un exemple inspirant d’une législation utile, nous sommes en train de regarder les avantages et les désavantages. Oui, nous souhaitons cette année pouvoir mener au niveau européen un combat permettant de légiférer pour contraindre les opérateurs à retirer dans les meilleurs délais l’ensemble de ces contenus et construire le cadre juridique d’une responsabilité de ces plateformes et l’ensemble de ces diffuseurs de messages. »
    C’est une obsession chez lui : faire taire le peuple. Le peuple, c’est bête, çà sent mauvais, çà ne comprend rien !

    3- Par conséquent, prendre librement la parole devient, par définition, dissident et donc suspect. Pour que l’on puisse s’exprimer, il faut être inviter à le faire ; un peu comme à l’école autrefois. Par exemple, aujourd’hui au Conseil des ministres a été présentée une communication sur « Les consultations citoyennes sur l’Europe ». Ainsi, on peut la ramener mais il faut attendre qu’on nous dise quand et comment.

    4- Nous ne sommes plus en démocratie mais nous vivons sous le joug d’une tyrannie dirigée par une hydre de Lerne technocratique.

    Répondre
  5. Pingback: « Fake news » : une arme pour dédouaner la désinformation systématique ? - Les Observateurs

  6. Carole - 15 mars 2018 14 h 44 min

    Les fake news sont les injoctions « morales » de la gauche bobo (mais aussi d’une droite lâche et molle type Juppé) pour nous faire accepter malgré nous l’inacceptable, à savoir : le sous-multiculturalisme islamiste via l’invasion de clandestins 🙁

    Répondre

Exprimez vous!