La grande Manipulation.

TiraufillonFrançois Fillon est depuis le second tour des primaires de la droite et du centre le candidat choisi par une très large majorité d’électeurs. Sa victoire n’a pas été le fruit du hasard. Son diagnostic sur l’état de la France a été jugé le plus lucide et les remèdes proposés les plus efficaces afin de redresser le pays. Les trois piliers de sa politique sont le patriotisme, le libéralisme en économie et le conservatisme sociétal. Ce sont les points d’ancrage de toutes les droites conservatrices du monde. C’est la pensée qui aurait dû animer l’UMP, si celle-ci n’était pas devenue une machine électorale sans âme, vouée à suivre les modes, selon les stratégies et les ambitions de ceux qui l’ont dirigée. Le problème réside dans l’opposition systématique du microcosme qui détient la réalité du pouvoir dans notre pays, c’est-à-dire la capacité de manipuler l’opinion en raison de son poids dans les médias : ceux qui pensent que la France est rance, la famille haïssable et que la liberté est synonyme de transgression. Le gauchisme mondain est un résidu des années 1960. Mais son influence est considérable. Il domine largement le monde de la communication, de la culture, de la presse. Il forme ou plutôt déforme les esprits, induit des préférences et des animosités. Ses erreurs systématiques sont sans conséquence puisqu’il faudrait qu’il s’accuse lui-même pour qu’elles soient connues et reconnues. Favorable à l’immigration, au multiculturalisme, au communautarisme, aux comportements transgressifs, porteurs de cette diversité qui privilégient « l’Autre » par rapport à l’ennuyeux « même »et à ses nauséabondes revendications identitaires, le microcosme vomit Marine Le Pen, et voit dans François Fillon, son parcours provincial dans l’Ouest catholique et sa famille très classique, tout ce qu’il déteste. Aussi, s’est-il livré à une tentative d’assassinat politique, dont l’aspect méthodique et l’acharnement soulignent à quel point la France est actuellement privée d’une véritable démocratie.

La question n’est pas de savoir ce que François Fillon a fait ou n’a pas fait. Depuis sa lointaine entrée en politique, il a détenu de multiples mandats dont le foyer était la Mairie de Sablé-sur-Sarthe. Ceux-ci lui ont permis de disposer d’un secrétariat, de le dispenser d’une permanence parlementaire. Il a donc pu utiliser le surplus des sommes légalement mises à sa disposition, comme il l’entendait, et notamment au profit des membres de sa famille qui ont accompagné son parcours politique. On peut contester le système qui permet cela. Mais on ne peut transformer en délit ce qui est une pratique tellement courante qu’elle n’induit aucun sentiment de culpabilité chez celui qui en bénéficie. Les questions que le battage médiatique centré sur Pénélope Fillon empêche de poser sont beaucoup plus cruciales. Pourquoi lui, alors que ce cas n’a rien d’exceptionnel ? Il est stupéfiant d’entendre un Balkany lui donner des leçons et lui suggérer de se retirer ! Pourquoi maintenant, et non lorsque les pratiques avaient cours ou lorsque la primaire de droite se déroulait ? Tout se passe comme si l’information montée en épingle était tombée au moment où la droite n’avait plus vraiment d’autre recours, juste à temps pour déstabiliser le candidat favori, mais trop tard pour qu’on puisse en changer. Pourquoi le Parquet National Financier s’est rué sur cette prétendue « affaire » avec une rapidité stupéfiante à partir des imputations du Canard enchaîné ? Si François Fillon n’avait employé personne, les sommes disponibles lui auraient été reversées, comme cela se faisait à l’époque. Le détournement de fonds publics est donc sans fondement puisque ces fonds étaient déjà alloués. Quant à l’emploi fictif, il est impossible de le cerner puisque les contours de la fonction d’assistant parlementaire sont pour le moins imprécis. Un Parquet n’est pas indépendant du pouvoir politique. La célérité et la sérénité qu’il revendique peuvent donc soulever des doutes.  Pourquoi certains journalistes ont-ils bénéficié d’informations sur l’enquête et sur les auditions ? Cette pratique des journalistes ne porte-t-elle pas atteinte à la présomption d’innocence, dont notre pays semble plus respectueux lorsqu’il s’agit d’un assassin que quand c’est une personnalité politique « ciblée » qui est en cause ? C’est ensuite, semble-t-il, une violation du secret de l’enquête de la part du personnel de justice, et un recel de cette violation par les journalistes. Il est assez étonnant de voir le Parquet justifier cette dérive en s’appuyant sur l’article 11 du code de procédure pénale. La possibilité de divulguer des informations répond au risque d’informations parcellaires, de trouble à l’ordre public, et ne doit pas nuire aux personnes mises en cause. Manifestement, le journaliste du Monde qui en a bénéficié les utilise pourtant au détriment de François Fillon. Celui qui affirme que les nouvelles révélations ne sont pas favorables à François Fillon et parle d’un « scandale politique majeur » peut-il passer pour neutre ? Le prétendu scandale n’est, en effet,  majeur que grâce à ceux qui détiennent le pouvoir de lui donner de l’importance.

Le journaliste du Monde n’est autre que l’un de ceux qui ont publié un ouvrage nourri par les confidences déplacées et irresponsables du Président de la République. La publication de ce livre avait paru être déterminante dans le rejet de François Hollande par ses proches eux-mêmes, dans la décision de Manuel Valls de se présenter, et finalement dans le retrait du locataire de l’Elysée. On peut aujourd’hui s’interroger sur la réalité du scénario. Et si François Hollande avait décidé lucidement de ne pas se présenter en raison de la certitude de la défaite ? Et si la publication apparemment inopportune d’un livre rédigé par deux journalistes suffisamment proches de lui pour qu’il les invite à l’Elysée régulièrement et aille même à leur domicile était au contraire voulue par l’intéressé afin de déclencher le processus de renonciation ? La candidature d’un social-libertaire, Macron,  très proche de François Hollande, le choix de l’impossible Hamon par le PS, et la campagne acharnée contre François Fillon, mobilisant la justice et la presse, s’agenceraient dans une opération de manipulation quasi géniale qui permettrait à la gauche de se maintenir au pouvoir après le mandat le plus lamentable de la Ve République. Compte-tenu de la déliquescence de nos institutions, cette hypothèse d’une opération aux antipodes de la démocratie, fondée sur un extraordinaire mépris du peuple, n’est pas à écarter. L’important est aujourd’hui d’y résister.

Mot clés:

16 commentaires

  1. Brun - 7 février 2017 11 h 56 min

    Depuis que Macron a quitté le gouvernement , j’ai toujours pensé qu’il le faisait en accord avec Hollande dans le but de refaire gagner LA gauche

    Répondre
  2. MARIN Michel - 7 février 2017 11 h 57 min

    Résister, oui ! Mais comment ?

    Je verrais volontiers une manifestation aussi géante que pacifique, semblable à celle de la Manif pour Tous à laquelle j’avais participé en janvier 2013, si ma mémoire est bonne.
    Et malgré mes 78 ans, je suis prêt à y participer. Ma forme et ma santé sont excellentes, autant en faire bénéficier F. Fillon.

    Autre chose, comment peut-on lutter contre ces media insupportables ?

    Michel Marin

    Répondre
  3. kerneilla - 7 février 2017 13 h 31 min

    C’est exactement ce que devraient penser tous ceux qui ont un peu d’instruction, de culture, d’éducation, et qui ne sont pas totalement aveuglé par une idéologie gauchiste archaïque, et nauséabonde, qui a fait la preuve de » sa nocivité partout où on a tenté de la mettre en pratique…
    L’instruction, la Droite a eu le grand tort de la laisser aux mains des gauchistes depuis des lustres; le meilleur remède aurait été, puisque l’instruction est prétendument obligatoire et gratuite, de faire une Loi selon la proposition de Philippe de Villiers de donner à chaque famille un bon pour l’instruction de chacun de ses enfants, qui pourrait être remis à l’école de son choix (privée ou publique) à charge pour l’Etat d’y contrôler périodiquement la qualité de l’enseignement…cela aurait permis à nombre de familles aux revenus modestes mais pleines de bon sens d’envoyer leurs enfants dans le Privé, au-delà des confessions, il y a pas mal de musulmans dans les écoles catholiques!, et au-delà du nombre de bourses forcément limité, accordées par ces écoles… ON verrait alors qui de l’enseignement public , qui de l’enseignement privé, essentiellement catholique, est plébiscité… et nous ne serions sans doute pas au 23 ème rang!
    – La culture, est aussi aux mains des gauchistes, et la recherche de la transgression et de l’insulte et de l’argent a remplacé celle de la Beauté…
    – L’éducation ? qu’en reste-t-il après Mai 68, qui ridiculise encore toutes les valeurs solides qui ont permis la progression de l’humanité : le respect de l’autre, la recherche de la Paix, l’amour du travail bien fait….
    Si M. Fillon devient Président, j’espère qu’il aura à coeur de rectifier ces trajectoires délétères qu’a suivi la Fr

    Répondre
  4. kerneilla - 7 février 2017 13 h 32 min

    C’est exactement ce que devraient penser tous ceux qui ont un peu d’instruction, de culture, d’éducation, et qui ne sont pas totalement aveuglé par une idéologie gauchiste archaïque, et nauséabonde, qui a fait la preuve de » sa nocivité partout où on a tenté de la mettre en pratique…
    L’instruction, la Droite a eu le grand tort de la laisser aux mains des gauchistes depuis des lustres; le meilleur remède aurait été, puisque l’instruction est prétendument obligatoire et gratuite, de faire une Loi selon la proposition de Philippe de Villiers de donner à chaque famille un bon pour l’instruction de chacun de ses enfants, qui pourrait être remis à l’école de son choix (privée ou publique) à charge pour l’Etat d’y contrôler périodiquement la qualité de l’enseignement…cela aurait permis à nombre de familles aux revenus modestes mais pleines de bon sens d’envoyer leurs enfants dans le Privé, au-delà des confessions, il y a pas mal de musulmans dans les écoles catholiques!, et au-delà du nombre de bourses forcément limité, accordées par ces écoles… ON verrait alors qui de l’enseignement public , qui de l’enseignement privé, essentiellement catholique, est plébiscité… et nous ne serions sans doute pas au 23 ème rang!
    – La culture, est aussi aux mains des gauchistes, et la recherche de la transgression et de l’insulte et de l’argent a remplacé celle de la Beauté…
    – L’éducation ? qu’en reste-t-il après Mai 68, qui ridiculise encore toutes les valeurs solides qui ont permis la progression de l’humanité : le respect de l’autre, la recherche de la Paix, l’amour du travail bien fait….
    Si M. Fillon devient Président, j’espère qu’il aura à coeur de rectifier ces trajectoires délétères qu’a suivi la France , mal gouvernée depuis plus d’un demi siècle !

    Répondre
  5. kerneilla - 7 février 2017 13 h 34 min

    désolée pour le doublon, et les qq fautes d’orth. j’ai été trop rapide!

    Répondre
  6. Jacques Peter - 7 février 2017 17 h 21 min

    Fillon n’a pas commis de délit. Il n’a fait que sacrifier à l’usage parlementaire. Donc, pas de quoi remettre en cause la probité de la personne.
    Quand à son diagnostic et à sa vision, ils restent plus valables que jamais. Donc, pas de quoi remettre en cause mon intention de vote.

    Répondre
  7. Ribus - 7 février 2017 20 h 46 min

    Tout le monde ou presque est aujourd’hui convaincu de la vilenie des journaleux en France ; à quelques rares exceptions près, ils sont indignes et se comportent comme des dégueulasses.

    La Justice voit aussi son prestige diminuer à vue d’œil car les citoyens comprennent bien que de plus en plus de magistrats pratiquent une forme de justice politique.

    L’auto-saisine du parquet financier pour une petite affaire comme celle de Fillon en est une démonstration évidente et à trop vouloir servir la soupe aux socialistes , les juges finissent par prouver que la République des juges existe bel et bien.

    Mais, il faut aller au-delà. C’est tout le droit français qui est en cause.

    1- Nos lois sont mal écrites ; les textes publiés sont incompréhensibles et le style employé est très lourd et prétentieux. Les parlementaires et leurs fonctionnaires ne font aucun effort de clarté et de concision. Ils devraient tous relire Montesquieu.
    2- Les arrêts et décisions des juridictions comme le Conseil constitutionnel, le Conseil d’État et même la Cour de cassation sont également difficilement compréhensibles non pas seulement parce que le droit se complexifie mais aussi parce que c’est du charabia.
    3- Les pratiques des juridictions et de la police sont honteuses notamment en ce qui concerne les fuites permanentes.

    Comme l’école, la politique, la presse, notre droit et notre système judiciaire s’effondrent à cause d’une organisation déplorable et du prosélytisme politique pratiqué par des gens qui devraient se contenter de servir l’État.

    Répondre
  8. Thibault Loosveld - 7 février 2017 21 h 24 min

    Le principe de séparation des pouvoirs interdit au pouvoir exécutif – auquel les procureurs obéissent – de s’immiscer à l’intérieur du pouvoir législatif en perquisitionnant le bureau d’un Député. J’invite donc tous les Français réprouvant les coups d’Etat à voter pour François Fillon, le candidat de la France libre, dans l’honneur et dans l’indépendance !

    Répondre
  9. Pitton Rita - 8 février 2017 10 h 49 min

    Bonjour à tous . Le candidat légitime de la Droite c’est François Fillon malgré ce coup d’Etat lancé contre lui .
    Certains le défendent ardemment .D’autres trouvent que la bastonnade est bien méritée .
    Personnellement je pense que toute médaille a son revers . Fillon avait programmé un breuvage pour le peuple : ce terrible coup de baton le fera arrondir les angles trop durs de son programme économique .
    Il faut qu’il mette du cœur dans son programme en vrai Chrétien et ne pas privilégier que son clan . Même les animaux aiment leurs petits .
    Car après la mort le voyage dans les grands et hauts espaces passent par le COEUR .Amen .

    Répondre
  10. DELAFOSSE - 8 février 2017 12 h 06 min

    La foi Chrétienne ne serait-elle que de Droite ? J’en doute !

    Répondre
  11. erwan - 8 février 2017 16 h 50 min

    Fillon c’est quand même l’arroseur arrosé dans cette histoire…lui-même qui a tenté de faire accélérer les procédures judiciaires contre son concurrent Sarkozy auprès de l’Elysée en 2014….en vain et qui se retrouve aujourd’hui dans la tourmente à cause du couple Hollande Macron!

    Répondre
  12. kerneilla - 10 février 2017 3 h 58 min

    Et si M.Macron, n’était que l’homme de paille de la haute finance
    internationale (ex. banque Rothschild, mondialiste, jamais élu,gros
    moyens financiers…)

    Et si vous demandiez une enquête sur les comptes en banques des
    journalistes les plus impliqués, des fonctionnaires de Bercy dont les
    fuites pourraient provenir, des juges impliqués… il serait
    intéressant de voir qui a eu de gros versements récents; vous ne
    croyez pas…

    Il serait peut être temps de passer à la contre-offensive.

    merci pour votre attention et bon courage

    Répondre
  13. Mary Pascal - 10 février 2017 19 h 08 min

    Monsieur,
    Je lis souvent vos chroniques et suis souvent d’accord. Mais je pense ici que vous vous trompez de débat. Pour moi, La question n’est pas de savoir si c’était légal, ou même moral ; la question est de savoir, pour 6000 euros/mois (net, deniers publiques !), comment n’a-t-il pas vu la contradiction alors qu’il indiquait la France en faillite et que récemment il prétendait sa politique nécessairement bonne parçe que mue par sa foi catholique. En un mot, je ne voterai pas pour une telle hypocrisie, avec la mièvrerie habituelle pas très virile face aux évênements, merci on a donné.
    PS: il y a aussi Edwy Plenel pris la main dans le sac avec l’emploi de sa fille (toujours deniers publiques). Mais lui, on savait que c’est un ripoux.

    Répondre
    • vanneste - 11 février 2017 6 h 29 min

      En suivant le mouvement inspiré par nos pires adversaires, vous allez leur procurer une grande satisfaction et gâcher la dernière chance que la France a de se relever. Réfléchissez : la manoeuvre ourdie par Hollande peut-elle passer par vous ? François Fillon n’a pas détourné un centime d’argent public, puisque cet argent était le sien, mis à sa disposition, et lui aurait été reversé s’il n’avait employé personne. Il n’y a rien d’hypocrite dans le comportement personnel. Dans le système, oui, mais il en a bénéficié comme beaucoup d’autres dont on ne parle pas.Que je sache, M. Plenel n’est pas élu depuis 35 ans. C’est un gauchiste qui vomit notre pays et contribue à sa destruction. Aucune comparaison !

      Répondre
  14. Laffin - 11 février 2017 10 h 30 min

    Il n’est plus question de sauver le soldat Fillon ; il est déjà mort.
    Et heureusement pour la réputation de notre pays.
    Les quelques LR qui le défendent encore sont pathétiques.
    Leur argument pour Fillon est absurde. Ils disent : « on veut voler aux Français, par la calomnie, le résultat de leurs votes à la primaire »
    J’ai voté pour Fillon à la primaire. Il ne m’emballait pas mais son absence (apparente) de casserole était un atout à mes yeux.
    Or son escroquerie n’a été dévoilée qu’après la primaire.
    Je n’aurais jamais choisi ce candidat si j’avais su que c’était un menteur et un voleur d’argent public. Et nous sommes sûrement nombreux dans ce cas.
    Comme d’habitude, on charge les autres de ses propres défauts. C’est donc bien Fillon lui-même qui, par sa fausse réputation, a volé les votes dont il a profité à la primaire.
    Je n’ai guère de compassion pour sa femme, qu’on plaint parce que sa funeste confession est « émouvante ». Pour un peu, on la prendrait pour une victime. Pauvre femme. Est-ce une idiote complète qui ne lisait pas ses courriers et ses relevés bancaires, ça ne l’étonnait pas de voir ses comptes se remplir de 800.000€ et ses cotisations retraites s’amasser, sans rien faire en échange?
    Ce qui frappe c’est la désinvolture de ces personnes qui disent maintenant « laissez passer 15 jours et cela se tassera! ». Ont-ils vraiment une si piètre opinion de l’intelligence des électeurs et une si grande conviction de leur impunité ?

    Répondre
    • vanneste - 13 février 2017 6 h 07 min

      Je ne passe pas mon temps sur les textes plus anciens. Votre impatience est révélatrice du militantisme. Ou vous n’avez pas voté Fillon et vous le dîtes pour donner plus de poids à votre attaque. Ou vous acceptez d’être manipulé et dupé. François Fillon n’a usé que de l’argent qui était mis à sa disposition. Il n’y a aucun détournement. Les électeurs qui l’ont reconduit systématiquement n’ont pas eu le sentiment qu’il n’accomplissait pas ses missions. En démocratie, ce sont eux qui jugent et non le parquet aux ordres. Ce qui compte, ce n’est pas l’intérêt que Fillon peut avoir pour l’aisance de sa famille qui n’a rien de scandaleux pour la famille d’un homme de premier plan dans un pays. Cela me paraît même plus légitime que la fortune d’un footballeur ou celle d’un fonctionnaire-banquier millionnaire en une seule opération. Ce qui compte, c’est un programme aux mains d’un homme d’expérience et qui peut redresser le pays en dépit des manoeuvres de dernière minute pour le faire échouer. Être complice de celles-ci est soit de la duplicité soit une étonnante naïveté.

      Répondre

Exprimez vous!