Quand on ne peut changer le réel, on le maquille !

maquillagesIl paraît qu’il regrette. Il a dit qu’il partait , puisque personne ne voulait plus de lui, même dans son propre camp, même parmi ses proches, qui ne le comprenaient plus. Et puis voilà que la courbe du chômage s’inverse. La condition de sa candidature devient réelle au moment où il n’est plus candidat : une sale blague que le destin fait à « Monsieur Petites Blagues ». Le voilà dans la peau du personnage du Désert des Tartares, repris dans une chanson de Jacques Brel. Il a scruté la plaine du chômage pour y voir revenir l’emploi, comme l’autre guettait l’ennemi qui le ferait héros. L’ennemi est venu trop tard quand le vieil officier quittait le service. La courbe s’inverse lorsque Hollande dit qu’il quittera l’Elysée en Mai prochain. Quelle guigne !

La nouvelle est tombée pendant la trêve des confiseurs sans susciter d’enthousiasme en dehors du Président lui-même. C’est trop peu et trop tard. La plupart de nos voisins, partenaires et concurrents ont inversé la courbe depuis plusieurs années et de manière plus nette. Ils ont créé beaucoup plus d’emplois que la France. Cette embellie a d’ailleurs des effets indirects sur la France qui depuis de années exporte sa main d’oeuvre frontalière au Nord et à l’Est de l’hexagone. La croissance modeste retrouvée en Europe bénéficie à notre pays. La politique d’allègement des charges et de flexibilité de l’emploi, menée trop tardivement, trop timidement, et à la française, c’est-à-dire de manière trop compliquée, participe à la reprise, mais avec insuffisamment de dynamisme. Voilà 25 ans qu’une TVA sociale accompagnée d’une baisse des charges des entreprises aurait remis la France en tête du peloton. Le poids de l’idéologie et des calculs politiciens à court terme, l’aveuglement des syndicats et l’incompétence des politiciens ont peut-être définitivement compromis le redressement de notre économie. L’effondrement industriel risque de compromettre pour très longtemps non seulement le retour à la puissance, mais aussi la richesse réelle des Français.

Surtout, on retrouve dans les chiffres publiés la manipulation habituelle des politiciens professionnels qui, par lâcheté ou paresse, maquillent au lieu de soigner. Certes, le nombre des demandeurs d’emploi de catégorie A régresse depuis 3 mois, mais le total des 3 catégories ABC a progressé entre Octobre et Novembre. Le chômage de catégorie A a reculé de 0,9% en un mois et de 3,4% sur un an, mais il a continué à croître sur l’ensemble des catégories, notamment pour la troisième, « C », qui a augmenté de 3,8% en un mois, de 5,3% sur 3 mois et de 11,8% en un an ! Enfin, il faut prendre en compte les deux dernières catégories, celle des demandeurs d’emplois en formation et des bénéficiaires d’emplois aidés. Le jeu des vases communicants permet de faire baisser la première catégorie, de loin la plus visible et la plus commentée. Le coût de ce transfert pour la dépense publique n’est pas négligeable. Les déficits prolongés de notre pays, et son endettement, qui permettent cette politique de maquillage, bénéficient actuellement de l’alignement des astres économiques qui correspondent à des taux d’emprunt plus que favorables aux emprunteurs, une monnaie compétitive et une énergie bon marché. L’astronomie économique peut devenir beaucoup plus périlleuse. Le prix du pétrole augmente. Les banques italiennes donnent des signes de faiblesse inquiétants. La France, une fois de plus à contre courant, risque d’avoir manqué le train.

En parlant de train, le tueur de Berlin en a pris deux en France avant de se faire occire à Milan. Depuis deux ans, l’illusion de la sécurité, entretenue par les plans Vigipirate ou Sentinelle, ou la prolongation de l’Etat d’urgence, est propagée par tous les discours officiels. Dernièrement, le nouveau et éphémère Ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, dans une conférence lapidaire, a montré un talent inégalable pour la langue de bois. Son discours d’une étonnante brièveté avait tout de la mini-jupe. Il a dit que la France était prête pour affronter le terrorisme, et il a caché l’essentiel, que les journalistes présents, mais privés de question, lui auraient demandé : si notre pays est à ce point sûr, comment expliquer que l’Ennemi public européen n°1 ait pu y rentrer et en sortir, emprunter des transports publics contrôlés et surveillés, sans être aucunement inquiété ? Entre l’opération stratégique du 11/09/2001 et les les attentats plus « artisanaux » qui se multiplient, il y a une diminution des moyens, mais en fait une multiplication des dangers. Il faut être inconscient ou intellectuellement malhonnête pour ne pas en être convaincu.

Mais, le socialisme français, condamné par ses échecs ruineux pour le pays, n’a ni la volonté, ni la possibilité de changer le réel. Il le farde. Et François essaie simplement de redonner quelque couleur au cadavre de son quinquennat.

Mot clés:

8 commentaires

  1. Oblabla - 27 décembre 2016 10 h 17 min

    J’en arrive à me dire que commenter les actions ou inactions de l’insignifiant opportuniste qui occupe encore pour quatre mois le poste de chef d’état c’est se mettre à son niveau, c’est-à-dire celui du néant. Que cet individu ait pu dépasser le stade de conseiller général de la Corèze restera un mistère.
    En attendant, la désinformation sur le chômage continue à tout va aidée par les médias mainstream tous à l’unisson!
    La réalité des chiffres du chômage de novembre c’est pourtant ça: Catégorie A -30000; catégories ABC +15000 et catégorie D +15000. Donc total chômage +30000 sur un mois! CQFD

    Répondre
    • Oblabla - 27 décembre 2016 10 h 18 min

      « mystère » bien sûr

      Répondre
  2. François ALLINE - 28 décembre 2016 12 h 05 min

    Dans l’esprit de cet article :
    C’est un peu long et détaillé (d’où l’intérêt) ; en même temps très pessimiste et alarmiste mais crédible pour le peu que j’en connaisse des mécanismes économiques.
    Ne reste qu’à espérer qu’ils se trompent et si Mr Vanneste avait le temps de le lire et de me donner un avis, cela m’intéresserait.

    http://pro.publications-agora.fr/SSWOF50/ESSWS251?email=%7Bemailaddress%7D&h=true#

    Répondre
    • vanneste - 29 décembre 2016 7 h 57 min

      Il s’agit d’un article publicitaire dont le style aguicheur me rebute, mais la collections de données chiffrées est intéressante, et l’analyse me paraît évidemment juste puisqu’elle conforte ce que je dis et écris depuis longtemps. Cette vision pessimiste et rigoureuse est en général repoussée par les politiciens-boutiquiers, et ce sont eux qui sont au pouvoir depuis quarante ans.

      Répondre
      • ALLINE - 31 décembre 2016 14 h 02 min

        Merci d’avoir pris le temps de le parcourir et de me répondre, il me semblait en effet que cela correspondait à votre approche et c’est bien le fond qui m’intéressait.
        (Pour le style, de fait, mais il correspond au besoin de néophytes tels que moi qu’une écriture trop élaborée en la matière rebuterait)

        Bonne fêtes de fin d’année ainsi qu’à vos lecteurs et contributeurs

        Répondre
      • ALLINE - 31 décembre 2016 14 h 02 min

        Merci d’avoir pris le temps de le parcourir et de me répondre, il me semblait en effet que cela correspondait à votre approche et c’est bien le fond qui m’intéressait.
        (Pour le style, de fait, mais il correspond au besoin de néophytes tels que moi qu’une écriture trop élaborée en la matière rebuterait)

        Bonne fêtes de fin d’année ainsi qu’à vos lecteurs et contributeurs

        Répondre
  3. Ribus - 28 décembre 2016 21 h 43 min

    C’est un pouvoir socialiste en perdition qui croit encore qu’il revient à l’État de créer des emplois ; or, l’État crée des conditions pour que les entrepreneurs créent des entreprises et créent du travail et des emplois.

    C’est un pouvoir en perdition qui accueille grassement les migrants et laissent mourir de froid ses propres clochards.

    C’est un pouvoir en perdition qui traquent les dissidents patriotes dans le pays et va armer les islamistes qui sont en Syrie.

    C’est un pouvoir en perdition qui met en place des salles de shoot et laisse en liberté les voyous et les trafiquants de drogue.

    Etc, etc, etc….

    Ils ne sont plus dans la réalité française ; ils planent dans le rêve socialiste.

    Répondre
  4. Michel MATHIEU - 28 décembre 2016 22 h 30 min

    Bonsoir Monsieur,
    Merci pour vos articles pertinents qui aident chacun de nous à tenir jusqu’au prochaines échéances électorales.
    Continuez à secouer ce gouvernement de fantoches dont nous n’avons pas voulu mais subi.
    Très cordialement.
    Michel MATHIEU

    Répondre

Exprimez vous!