La Guerre contre le Terrorisme islamiste ne fait que commencer…

téléchargement (62)L’émotion se dilue, les manifestations se dispersent. Chacun y va de son analyse, de son diagnostic et de ses remèdes. Dans la précipitation, le gouvernement fait monter ce qui lui reste d’armée en première ligne pour protéger l’espace public et les cibles privilégiées du terrorisme islamiste que sont  les synagogues et les écoles de confession juive. Certains politiciens proposent sans la moindre réflexion un « Patriot Act » à la française. D’autres s’empressent de répondre aux provocations de Dieudonné, par ailleurs poursuivi par le Parquet pour apologie du terrorisme. L’avocat de « Charlie » affirme que le journal continuera à se moquer des religions. Il faut pourtant éviter qu’après la semaine tragique, la France ne retourne à la confusion mentale qu’elle subit depuis des années, et dont le gouvernement, si responsable de la situation qu’il soit, pourrait bien être le seul à tirer un bénéfice pour le moins immérité.

Le grand mouvement d’union nationale vécu dimanche ne doit pas seulement être un hommage aux victimes, ni une célébration platonique de la liberté d’expression. Une société mesure les intérêts des groupes et des individus qui la composent. Les mécanismes économiques, politiques, juridiques qui la règlent tendent, tant bien que mal, à atteindre un intérêt général qui ne soit pas pas bâti par trop au détriment de certains de ses membres. Mais, il est bon que ce train-train souvent chaotique soit transcendé par de grands moments où la société redevient une communauté portée par une ferveur collective, par un élan vers le Bien Commun. Ainsi en est-il de la réaction affective puissante qui rassemble le peuple contre le crime. Les Belges avaient connu cela lors de l’affaire Dutroux et de l’horreur provoquée par la mort des petites Julie et Mélissa. Une gigantesque « marche blanche » s’était déroulée à Bruxelles le 20 Octobre 1996, pendant laquelle, ce pays artificiel qu’est la Belgique, cette union provisoire d’intérêts prête à toutes les évolutions sociétales les plus dissolvantes, était redevenue une communauté nationale. La France ne doit pas laisser retomber la vague. Elle ne doit surtout pas accepter de la voir se réduire à un clapotis favorable à un gouvernement, à une oligarchie lourdement responsables de la situation du pays.

Les Français doivent prendre conscience que leur pays est en guerre, comme les Américains l’avaient compris au lendemain du 11 Septembre. La priorité consiste à désigner clairement l’ennemi. Lors des attentats de Madrid, le 11 Mars 2004, le gouvernement de droite espagnol avait d’abord accusé l’ETA, afin de masquer le lien entre la présence militaire en Afghanistan et en Irak et les 200 victimes de l’action terroriste. Cette manoeuvre lui avait perdre les élections, et le gouvernement socialiste, avec une grande lâcheté, s’était empressé de retirer ses troupes d’Irak, encourageant ainsi le terrorisme.  L’attaque américaine contre l’Irak était, d’ailleurs aussi, une erreur de cible, un amalgame volontaire entre l’islamisme responsable de l’attentat de New-York et le nationalisme arabe des baasistes de Bagdad. De la même façon, les gouvernements socialistes français ont entretenu sciemment la confusion. Lors des attentats des années 1980, rue Copernic puis rue Marbeuf, le présumé coupable était, selon lui, l’extrême-droite. Il s’agissait en fait de groupes liés au nationalisme arabe, soutenus par l’URSS, et farouchement antisionistes. Carlos était mêlé au second. La France a obtenu l’extradition du Canada d’Hassan Diab, l’un des auteurs présumés du premier. Aujourd’hui, il est clair que l’ennemi n’est pas l’extrémisme ou le fondamentalisme en général. C’est l’islamisme radical et les réseaux qui le répandent : Al Qaïda, l’Etat islamique, Boko Haram etc…  La guerre civile déclenchée et soutenue contre Bachar Al Assad en Syrie, et le régime baasiste de Damas, se trompe de cible avec 20 ans de retard.

Dans une guerre, il faut aussi savoir choisir ses alliés et définir clairement les conditions de l’alliance. La Turquie et certains pays du Golfe, le Qatar en particulier, concourent de manière au moins indirecte à la propagation du djihadisme. La frontière syro-turque est une passoire en faveur des opposants au régime syrien. La coopération entre la France et la Turquie en matière policière laisse à désirer, comme on l’a vu récemment avec la compagne et complice de Coulibaly qui a pu rejoindre les rebelles syriens sans difficulté. Les Etats-Unis ont une politique confuse et timorée qui cache un machiavélisme égoïste sous le manteau de l’humanisme. Il est temps de le dire. Quant aux Européens, leur présence et leur détermination dans cette lutte sont pour le moins insuffisantes. On préférerait aux embrassades de Mme Merkel, une action de la puissante Allemagne à nos côtés.

Dans une guerre, il faut encore définir et rassembler des moyens. Entre Carlos et les frères Kouachi, entre le terrorisme des années 1980 et celui d’aujourd’hui, il n’y a pas qu’un changement idéologique, mais une mutation radicale. Au lieu d’une utilisation du nationalisme arabe et du conflit entre Israéliens et Palestiniens dans le cadre de la guerre froide, on fait face à une multiplication des sources et des réseaux qui font la guerre à l’Occident, en recrutant dans le vivier de l’immigration musulmane et des convertis. Plus nombreux, plus disséminés, plus imprévisibles ces nouveaux terroristes posent deux énormes problèmes à nos démocraties : d’abord, celui, quantitatif, des moyens, en hommes, notamment pour protéger le territoire et la population ; ensuite, celui, qualitatif, de l’équilibre entre la sécurité et la liberté, pour la circulation des personnes, pour leurs communications et pour l’expression de leurs idées. On voit dans la profusion des propositions récentes combien ce chantier est considérable et entièrement miné. Le rassemblement du 11 Janvier après les opérations réussies de la gendarmerie et de la police était une mobilisation au sens fort du terme pour une guerre qui ne fait que commencer.

Mot clés:

9 commentaires

  1. Jean - 13 janvier 2015 18 h 06 min

    A propos des embrassades avec Angela Merkel, on peut constater que Hollande a pris de force notre voisine pour amener sa tête sur son épaule, et les journalistes n’ont retenu de cela qu’un instant et pas ceux où Merkel essayait d’avoir la paix :

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2015/01/emotion-m%C3%A9diatique-le-choix-de-limage-instantan%C3%A9e.html

    C’est un manque de respect envers Merkel qu’il instrumentalise, envers l’Allemagne, envers le peuple français et envers les victimes de ces attentats. Gain de quelques points pour Hollande dans les sondages.

    Répondre
  2. DELAFOSSE - 13 janvier 2015 19 h 56 min

    L’ennemi étant déjà bien installé dans notre pays, nous ne sommes pas en « Guerre » , nous sommes passés directement en » Résistance »…

    Répondre
  3. kafirpride - 13 janvier 2015 22 h 58 min

    Oh, juste un petit bémol, un gratouillis tout juste bon à en agacer plus d’un:
    Le terrorisme qui pourrit chaque jour un peu plus la vie de tant de citoyens dans le monde entier est à qualifier d’ ISLAMIQUE. Si vous vous donnez la peine de regarder (d’un tout petit peu plus près) les drames de ces derniers jours sont en tout point identiques à ceux d’actions commises par mahomet telles que relatées dans les hadiths « sahih » et dont l’exemple est à suivre impérativement quand on est un bon musulman.
    Lisez comment a été assassinée la poétesse Asmaa bint Marwan et vous comprendrez toute l’hypocrisie qu’il y a à nier que ces faits n’ont rien à voir avec l’islam. Bien au contraire ils en sont des représentations emblématiques!
    Bigre, me serais-je écarté du discours politico-islamo-correct qui semble-t-il aura bientôt force de loi dans notre France moribonde?

    Répondre
    • DELAFOSSE - 14 janvier 2015 10 h 10 min

      Le nerf de cette « guerre perdue « étant comme toujours l’argent,il suffit simplement de découvrir et de prouver les origines de ces financements et nos véritables ennemis seront parfaitement désignés.
      Je pense que l’information a depuis longtemps été transmise à nos politiquement corrects ! Mais que ferons-nous ?
      DE GAULLE avait raison,il y a quelque chose de « Bovin » chez les Francais…alors,en route pour l’abattoir mais poussez pas derrière,il n’y aura pas de Légions d’Honneur pour tout le monde !

      Répondre
  4. Pingback: La Guerre contre le Terrorisme islamiste ne fait que commencer… - Les Observateurs

  5. Pour le djihad Suivez Moi je suis le Guide - 19 janvier 2015 14 h 46 min

    JIHAD (GUERRE SAINTE)
    « Jihad »est un mot arabe qui signifie« lutte ».
    En ce sens, Jihad est le combat pour la cause de la propagation de l’islam, impliquant tous les moyens disponibles, y compris la violence. Cette sorte de Jihad est souvent désignée comme une « Guerre Sainte ».
    Pour recourir à la violence, les musulmans n’auront pas de difficulté à trouver des passages du Coran et du Hadith qui, non seulement pardonnent la violence, mais l’ordonnent.
    Dans le Coran, Allah ordonne aux musulmans de terroriser, pour Son compte, les non-musulmans :« Frappez de terreur l’ennemi d’Allah et le vôtre. »Surate 8:60
    « Combattez (tuez)-les (les non-musulmans)! Allah les châtiera (tourmentera) par vos mains; Il les couvrira d’opprobres. »Surate 9:14
    « Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des incrédules: frappez sur leurs cous; frappez-les tous aux jointures. Ce n’est pas vous qui les avez tués; mais c’est Allah qui les a tués. »Surate 8:12.17
    « Ô vous qui croyez! Combattez ceux des incrédules qui sont près de vous. Qu’ils vous trouvent durs. Sachez qu’Allah est avec ceux qui le craignent. »Surate 9:123
    Dans les Hadith (les dires de Muhammad), celui-ci aussi presse les musulmans de pratiquer le Jihad:
    On demanda un jour à Muhammad : Quelle est la meilleure action pour les musulmans après la croyance en Allah et en Son envoyé ? Sa réponse fut:« Participer au Jihad pour la cause d’Allah. »Al-Bukhari vol 1:25
    Il est aussi rapporté que Muhammad disait:« J’ai reçu l’ordre de combattre le peuple jusqu’à ce qu’ils disent que personne n’a le droit d’être adoré sinon Allah. »Al-Bukhari vol 1:25
    Il vaut la peine de noter ici que les mots« combattre »et« tuer »apparaissent dans le Coran plus souvent que le mot« prier ».
    Muhammad: un exemple
    Ce qui suit est un simple exemple de Jihad tiré de la vie du prophète de l’islam.
    Après la guerre des fossés, dans laquelle Muhammad était assiégé par les Qurayshites conduits par Abu Sofyan, on prétendit que la tribu juive des Bani Qurayza avait accepté de fournir de l’aide de l’intérieur aux forces d’Abu Sofyan. Bien que cette aide présumée ne se concrétisât pas et que le siège prît fin, Muhammad, néanmoins, ne leur pardonna jamais leur volonté d’aider ses ennemis.
    Les musulmans se retournèrent contre les Bani Qurayza et firent le blocus de leurs rues pendant vingt-cinq jours. La tribu juive se déclara prête à accepter de se rendre, d’abandonner ses biens et de s’en aller avec un sauf-conduit. Pourtant, Muhammad n’y consentit pas et désigna plutôt comme arbitre Saad ibn Moaz, un homme connu pour être en mauvais termes avec les Bani Qurayza. Saad décréta que tous les hommes de Bani Qurayza seraient décapités, les femmes et les enfants, vendus comme esclaves et leurs propriétés, divisées entre les musulmans.
    Des tranchées furent creusées dans le bazar de Médine pour recevoir les neuf cents corps des Juifs que Muhammad passa la nuit à massacrer.

    Répondre
  6. Carole - 20 janvier 2015 10 h 13 min

    Des milliers de musulmans manifestent à travers l’Afrique et l’Asie en ce moment…pour dénoncer les centaines de morts quotidiens commis au nom de leur religion partout sur la planète? NON…pour des dessins!!!!!
    On croit rêver! il y a vraiment un décalage civilisationnel grave : sommes-nous dans le même espace-temps???

    http://videos.lexpress.fr/…/video-boko-haram-daesh-quelles-…

    Répondre
  7. AnnRead - 20 janvier 2015 18 h 25 min

    Comme aurait pu dire Winston Churchill : ils ont voulu éviter les attentats en préférant la soumission, ils auront les deux…

    Répondre
  8. Carole - 21 janvier 2015 13 h 39 min

    Le plus drôle hier, suite au discours de Valls sur les zones « d’apartheid » et de non-droit : Thierry Mariani a parlé des angélistes (nombreux à gauche) comme d’un bébé qui ouvrait les yeux pour la première fois 😀

    Répondre

Exprimez vous!