Plutôt que le Suicide, le Réveil Français !

téléchargement (46)Le succès de librairie du « Suicide Français » d’Eric Zemmour porte en lui–même une grande ambivalence. L’auteur aime son pays, passionnément son Histoire, et il dresse cependant le constat de son échec. Qui dit suicide, dit mort. Le livre s’achève sur la tombe de la France et par les « dernières pages de l’Histoire de France ». Alors, on peut bien sûr souhaiter que cette vision soit le choc qui provoque le sursaut. On peut espérer que les lecteurs qui se ruent sur l’ouvrage soient mus par la volonté d’en refuser la conclusion. On doit aussi craindre que la rencontre d’un titre aussi pessimiste avec une large partie de l’opinion soit le signe d’une conscience collective qui verse dans le masochisme, qui finisse par aimer gratter ses plaies ou s’adonner à la délectation morose.

Beaucoup de responsables politiques considèrent que l’avenir est ailleurs. Ils parlent de plus en plus anglais et préfèrent l’étage européen où l’éloignement des électeurs et la technicité garantissent davantage la pérennité de la profession. La dilution de la France dans une fédération dominée par l’Allemagne et alliée aux Etats-Unis ne les préoccupe guère. C’est le futur unique de la pensée du même nom. Beaucoup de jeunes diplômés entendent le message et vont chercher la réussite là où la liberté l’emporte sur le corset des réglementations inhibantes. Une large partie du peuple subit le déclin en focalisant son attention sur les conséquences de celui-ci sur leur vie personnelle. Une autre réagit en espérant le sursaut et en se tournant vers les discours « nationaux » qui petit à petit se libèrent de la stigmatisation systématique de l’idéologie dominante. L’identité, la préférence « nationales »se sentent moins coupables. Le patriotisme apparaît de plus en plus légitime et nécessaire. Il est piquant de constater que ce réveil semble de moins en moins une régression inculte parce qu’il est suscité par des esprits intelligents et brillants. Cerise sur le gâteau, ce sont des Français relativement récents, juifs pied-noir ou hongrois d’origine comme Eric Zemmour ou Lorànt Deutsch, d’ascendance algérienne comme Malika Sorel chez qui on trouve un amour du pays d’autant plus vif qu’il est reçu comme un don plus que comme un héritage.

Mais le risque est grand de s’en tenir  à l’aspect négatif du bilan. Le rappel des heures glorieuses de plus en plus éloignées dans le temps, sournoisement obscurcies par la repentance, la longue liste des erreurs commises et des marches descendues risquent d’ancrer chez les Français une mentalité de perdants. Depuis Napoléon, rien, sauf de Gaulle ? Mais le premier conduit à Waterloo et a rétabli l’esclavage, comme se plaisent à le rappeler ses détracteurs. Le second a restauré la République à deux reprises, mais celle-ci, la Ve, se voit aujourd’hui contestée. De Gaulle arrive après le désastre de 1940 et permet d’avoir une part inespérée dans une victoire qui, objectivement, n’est pas la nôtre. Revenu au pouvoir, il se voit contraint de transformer une victoire militaire en défaite politique humiliante pour de nombreux Français et pour l’Armée, avec l’abandon brutal de l’Algérie. Waterloo, Sedan, 1940, Dien Bien Phu, l’Algérie, avec l’exception de la Grande Guerre, gagnée sur la Marne et à Verdun, à un prix exorbitant en vies humaines, et perdue à Versailles… Les Français ont perdu le goût de la victoire. Leur inconscient collectif est pénétré des actes héroïques qui sont censés compenser les défaites, de Cambronne à Camerone. Mais cette fierté dans la défaite inaugurée par Vercingétorix se rendant à César, c’est la « poulidorite » rappelée par Zemmour, cette propension à aimer les perdants avec panache plutôt que les gagnants méthodiques. Les Anglo-Saxons qui ont gagné leur long duel avec la France jusqu’à lui imposer leur langue et leur culture sont plus limpides. Il y a pour eux les « winners » et les « losers ». La France s’est habituée à être la seconde du Royaume-Uni, puis des Etats-Unis depuis un siècle et demi. Elle apparaît de plus en plus comme la seconde derrière l’Allemagne en Europe, et fait profil bas devant la qualité des produits « made in Germany ».

Sardou chantait « Ne m’appelez plus jamais  France »quand ce paquebot symbolique arrivé trop tard est devenu norvégien. Le Concorde, arrivé lui au mauvais moment du choc pétrolier, a fini par s’écraser à Roissy. Notre spécialité nucléaire se fait discrète sous la critique des écolos. Alors plus que jamais, il faut se rappeler ce qu’écrivait le Maréchal Foch durant la Grande Guerre :  » Pressé fortement sur ma droite, mon centre cède, impossible de me mouvoir, situation excellente, j’attaque ! » Cette phrase recèle ce qu’il y a de meilleur dans l’identité de notre pays, « allant et venant sans relâche de la grandeur au déclin, mais redressé, de siècle en siècle, par le génie du renouveau ! » C’est cet état d’esprit là que le « Suicide Français » doit réveiller par réaction ! L’audace doit à nouveau être à l’ordre du jour, celle des réformes courageuses, celle de l’indépendance assumée, celle de briser les chaînes idéologiques du socialisme ou de l’écologie, celle de redonner aux Français le goût du combat et de la victoire ailleurs que dans les compétitions sportives.

Mot clés:

5 commentaires

  1. Ribus - 29 octobre 2014 8 h 07 min

    Je partage votre point de vue concernant la conclusion désespérée de Zemmour. Mais il faut admettre qu’il contribue au réveil français au sens civilisationnel du terme.
    Je crois que cela traduit la judaïté de Zemmour ; psychologiquement, il est plus juif que français et bien qu’il aime sincèrement la France. Pour lui, la cause est entendue et ce qui voudrait dire que si cela tournait très mal il choisirait sans doute l’expatriation au combat.

    Notre réveil se réalise mais on n’est pas sorti du cauchemar. La caste oligarchique mène une véritable guerre idéologique et économique contre nous et deux années encore, c’est long.

    Les partis et mouvements à dominante patriote sont nombreux mais dispersés et l’on voit mal une agrégation de ces forces sur un « programme commun ». L’annexion du SIEL par le FN est une illustration de ce qu’il ne faut pas faire. Or, une plate-forme patriote devient une nécessité si on veut après notre réveil, nous lever.

    Robert Ménard et Paul-Marie Coûteaux le disent, ils ont raison mais ils ne sont pas entendus.

    Répondre
  2. Albatros - 7 novembre 2014 7 h 40 min

    Voilà qui confirme ce que je pensais : M. Vanneste est une carpette anglaise, un néolibéral et un néoconservateur borné, une sorte de bushiste dégénéré. Bref un néocon.

    Répondre
    • vanneste - 7 novembre 2014 8 h 11 min

      L’insulte est au débat ce que le boomerang est au lanceur maladroit. Cela montre la bêtise et le vide intellectuel de celui qui s’y complaît. Conservateur, je le suis, comme l’ont été les Anglais qui ont gagné leur duel avec la France révolutionnaire, et comme l’était le Général de Gaulle qui pensait que la France pouvait encore se démarquer de l’emprise anglo-saxonne. Je réponds ici par charité et par respect de la liberté d’expression à quelqu’un qui ne semble même pas capable de lire un texte.

      Répondre
      • Albatros - 7 novembre 2014 11 h 28 min

        Quel duel gagné ? On voit bien là le parti de l’étranger…

        La France n’a jamais gagné en imitant le modèle anglo-saxon. Elle n’a gagné qu’en étant elle-même et avec ses valeurs.
        Le « conservatisme » que vous prônez n’est même pas endogène, comme celui que vous prêtez à de Gaulle (terme qui est bien discutable au demeurant). Le conservatisme-libéral que vous prônez, c’est le libéralisme-policier, le même que Valls, le mariage homo en moins.

        Sur ce dernier sujet, votre bêtise est déjà connue et fait rire quiconque a un peu de logique… En effet, vous prétendez que l’homosexualité autorisée va dégénérer l’espèce humaine.
        C’est justement l’inverse : si l’homosexualité a des bases génétiques, c’est en l’interdisant et en poussant les homosexuels refoulés à se marier et à se reproduire qu’on homosexualise la société. En l’autorisant, on en supprime la reproduction biologique donc on rétablit la sélection naturelle qui la fait disparaître graduellement au fil des générations.

        Mais parler de darwinisme à un rétrograde ultraconservateur, c’est comme parler de cosmologie à quelqu’un qui vit dans une cellule close.

        Répondre
    • DELAFOSSE - 7 novembre 2014 8 h 54 min

      Si c’était vraiment le cas,je ne pense pas que votre texte nauséabond serait paru !

      Répondre

Exprimez vous!