Non à la dictature de la bêtise! Non au lobby gay!

Un appel à la prière a été lancé par l’Archevèque de Paris, repris notamment par Monseigneur Barbarin. En ce jour de l’Assomption de Marie, Mère de Dieu, il est logique et  légitime que l’Eglise rappelle les valeurs qu’elle attache à la famille et elle le fait avec beaucoup de  nuances , beaucoup trop de nuances : « que les enfants cessent d’être les objets des désirs et des conflits  des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère. » En somme, l’Eglise qui a porté pendant des millénaires les valeurs de notre civilisation rappelle aux hommes politiques que leur remise en cause n’est pas sans conséquence, que l’abandon de la famille traditionnelle est « une rupture de civilisation », et elle met l’accent sur l’intérêt des enfants parce que sa prudence l’amène à utiliser un argument auquel seront sensibles les citoyens et les élus quelles que soient leurs convictions ou leurs croyances.

Ce matin, j’ai parcouru les chaînes d’information et d’autres  médias. L’impression générale est que le message de l’Eglise « fait débat », suscite la « polémique » , voire divise la communauté chrétienne. La parole est largement donnée, par exemple sur I-Télé, au lobby qui, avec l’outrecuidance qui lui est habituelle,  n’hésite  pas à contester au nom de la laïcité, le droit de l’Eglise à s’exprimer sur le sujet et à intervenir dans un débat  politique. Dans le fond, il lui reproche d’avoir le toupet  d’énoncer ses idées le jour d’une fête catholique !  Comment ose-t-elle hiérarchiser les familles ? Comment peut-elle ne pas tenir compte des 300 000 familles « homoparentales »? Son combat est désespéré puisque ce sont désormais 65% des Français qui sont favorables au mariage gay. Comme si cela allait de soi, on exige que l’Eglise se taise ou ne soit plus elle-même.

Comme dirait l’autre, la suffisance du lobby n’a d’égale que son insuffisance. Certes, les sondages évoluent dans un sens favorable à ses revendications , mais d’une part, on voit mal comment la majorité de la population, assez  indifférente à cette question pourrait résister au rouleau compresseur de la pensée unique, et d’autre part on se rend compte que, si les jeunes subissent passivement le bourrage de crâne des médias, les moins jeunes font encore preuve d’un bon sens alimenté par d’autres sources d’information. Par ailleurs, si le « mariage » reçoit de nouvelles adhésions, parce que l’on pense désormais et à tort qu’il s’agit de la reconnaissance sociale d’un sentiment , alors que la société n’a évidemment pas à s’intéresser à cet aspect privé et même intime du couple, mais doit se préoccuper, comme le rappellent les textes de la fondation d’une famille, en revanche de moins en moins de Français sont favorables à l’adoption (en recul de cinq points), c’est-à-dire justement à l’existence de telles familles. Cette contradiction devrait amener le lobby à plus de modestie. On peut encore souligner l’incohérence qui consiste à refuser de hiérarchiser, dès lors qu’il s’agit de valeurs ou d’institutions puisque la hiérarchie est au coeur même de la morale et du droit. On doit enfin dénoncer la désinformation coutumière sur les 300 000 familles. L’estimation de l’INED est de 20000, mais à force de répéter une erreur, elle devient une vérité médiatique.

L’Eglise, avec beaucoup d’humilité, réaffirme ces principes qui ont animé notre civilisation et auxquels elle n’est pas étrangère. Quoi de plus légitime, même si on a le droit de ne pas être d’accord ? Ce qui en revanche est inacceptable, c’est la censure qui s’installe sournoisement dans notre société, à l’encontre de la liberté d’expression pour déséquilibrer le débat au profit d’une thèse et au détriment d’une autre. Christine Boutin demande un référendum sur cette question. Je ne crois pas cette proposition réaliste, compte tenu des textes actuels, et de la lourdeur  de la procédure instaurée par la réforme constitutionnelle de 2008. Elle aurait au moins le mérite de montrer le double langage de l’UMP sur le sujet, mais je déplore une fois encore que la « votation » à la Suisse à laquelle j’avais consacré une Proposition de Loi ne soit pas en vigueur : elle permettrait une mobilisation importante des citoyens à travers la pétition, puis un vrai et long débat, équilibré et nourri du maximum d’informations objectives. Après quoi les Français trancheraient en connaissance de cause : un tel système s’appelle la démocratie et nous en sommes loin.

15 commentaires

  1. Buil - 16 août 2012 8 h 14 min

    Bonjour Monsieur le Député,
    vous comprendrez que j’intervienne.
    Suite à la lecture de votre post, il me semble opportun de vous signaler qu’il s’agit du mariage CIVIL gay !!! La cérémonie se fera à la mairie, sous les yeux de la République Française. Je laisse aux cathos et autres religieux le soin de penser et dire ce que bon leur semble sur ce sujet de société… Je ne prête que très peu d’attention à ces gens qui peinent à condamner les actes pédophiles commis par les représentants de l’église romaine. Cette église responsable de millions de morts du SIDA en Afrique, en Amérique du Sud parcequ’il faut selon elle proscrire le préservatif et favoriser la fidèlité… Agissez, manifestez, revendiquez, trépignez même si cela peut vous soulager mais la France est une démocracie et le peuple s’est exprimé pour ce nouveau Président de la République qui a toujours expliqué vouloir les mêmes droits à tous les citoyens, que cela vous plaise ou non. La pilule est dure à avaler, mais VOUS AVEZ PERDU LES ELECTIONS !!! Vous êtes minoritaires, vous devez l’accepter.

    Répondre
    • Christian Vanneste - 16 août 2012 18 h 31 min

      L’opposition à des revendications absurdes sur le plan anthropologique dépasse le cadre d’une proposition annexe figurant au programme d’un candidat élu pour d’autres raisons par des électeurs que ce sujet intéresse peu et qui en arrivent simplement à dire : donnez leur satisfaction et fichez nous la paix avec çà. Il y a plus important.. De ce point de vue, le référendum tel qu’il est pratiqué dans la moitié des Etats américains permettrait au moins un vrai débat en équilibrant les thèses et en mettant fin au monopole du lobby gay sur cette question. C’était d’ailleurs la sauvegarde de la liberté d’expression qui était le sujet de mon texte d’hier.

      Répondre
  2. think a minute - 16 août 2012 11 h 42 min

    l’arbre ne doit pas cacher la foret: derriere le mariage se cachent bien d’autres choses. En effet les homosexuels ne cherchent pas tant a se marier (il suffit de regarder les stats en Belgique par exemple) que de favoriser leur expansion societale qui a besoin pour commencer d’une reconnaissance sociale comme le mariage, puis l’addoption puis, comme me Belgique des septembre le lavage des cerveaux des l’ecole primaire, avec presence des 13 ans d’homosexuels dans les classes des ecoles qui le souhaitent.

    le but est de passer de 2 a 3% des adultes (etude INSERM 2006- et non de 5 a 10% de la population totale comme relaye par les medias complaiisants) a beaucoup plus

    c’est alors que le concept de « droits’ des homosexuels prendra consistence.

    A ce stade ci, n’ont ils pas les memes droits que tous les citoyens? oui, et heureusement car ce sont des citoyens comme tous les autres, mais avec en plus le privilege legal que tout desaccord avec leurs exigences sera considere penalement comme de l ‘homophobie…
    curieux non?

    Répondre
  3. Buil - 17 août 2012 8 h 09 min

    Bonjour Monsieur le Député,
    bien sûr qu’il doit y avoir débat, et je ne le crains pas bien au contraire.
    Il faut que vous compreniez une bonne fois pour toute que vous êtes minoritaires dans ce beau pays qu’est la France, fille aînée de votre église.
    Une fois le mariage et l’adoption voté, je suis certain que vous manifesterez afin que les pays musulmans cessent de traiter leur population gay comme pestiférée, voire condamnable à la peine de mort comme cela se pratique en Arabie Saoudite, en Afrique noire… Il sera bien que nos Députés et ceux qui ne le sont plus comme c’est votre cas Monsieur le Député, expriment haut et fort leur volonté de porter à travers l’humanité la nouvelle liberté citoyenne française et qu’une fois encore nous répandions ainsi la lumière de notre civilisation.

    Répondre
    • Christian Vanneste - 17 août 2012 9 h 17 min

      Aveu sans doute inconscient mais très révélateur : dans une démocratie, il n’y a pas, Dieu merci, de majorité, ni de minorité, une fois pour toutes. Par ailleurs, lorsqu’on est dans l’opposition, on n’est pas condamné à se taire, comme vous semblez le souhaiter. C’est tout le problème du lobby gay dont l’intolérance m’a d’abord stupéfié et ensuite mobilisé davantage sur un sujet auquel je n’avais pas consacré beaucoup d’intérêt jusqu’en 2004;

      Répondre
  4. joud - 18 août 2012 15 h 58 min

    Comme vous avez raison,encore une fois,Monsieur le député.Pour ce qui concerne Hollande,son élection me semble « majoritairement » toute relative,son pourcentage ne représente pas l’ensemble du corps électoral,loin de là (abstention,vote blanc,etc…).

    Répondre
  5. Joseph - 19 août 2012 2 h 07 min

    Monsieur le Député,

    Je suis un lecteur assidu des articles que vous publiez sur votre blog.

    Vous dites vous être mobilisé davantage à partir de 2004, suite à votre stupéfaction face à l’intolérance du lobby gay. Je suis certainement naïf mais je ne connais pas quel est ce lobby gay, auquel beaucoup de personnes font souvent référence. Est-il imaginaire ou bien réel et disposant d’un réseau d’influences qui pourrait présenter un danger pour le futur ? Est-ce une organisation structurée et disposant de réels moyens de pression ?

    Vous soulignez, à juste titre d’ailleurs, que le référendum souhaité par Christine Boutin est une proposition qui risque de ne jamais aboutir. Vous semblez donc favorable au référendum d’initiative populaire, alors que celui-ci n’est pas prévu dans la législation française. Il me semble qu’il s’agit encore d’une promesse non tenue par Nicolas Sarkozy. Partagez-vous mon avis ?

    Enfin, vous êtes à l’origine de ce que l’on appelle la « jurisprudence Vanneste » et qui fait souvent réfléchir certaines associations LGBT avant d’engager des poursuites judiciaires contre des propos ou des écrits homophobes. Pensez-vous que c’est une bonne chose ?

    Vous remerciant de l’intérêt que vous voudrez bien porter à mon commentaire, je vous prie de croire, Monsieur le Député, à l’expression de ma considération distinguée.

    Répondre
    • Christian Vanneste - 19 août 2012 23 h 00 min

      C’est d’abord un réseau associatif largement subventionné par l’Etat et les collectivités territoriales, ensuite des financeurs des partis ou des personnalités politiques, enfin des personnes placées à des postes stratégiques des pouvoirs et de la communication, avec une capacité d’influence sur l’opinion considérable.
      Pour le second point, j’ai défendu vainement la « votation suisse » pour la réforme constitutionnelle de 2008. Le dispositif finalement voté rend la chose impraticable, et c’est voulu.
      Tout ce qui peut garantir la liberté d’expression est excellent, mais nous nous en éloignons.
      Bien à vous. C.V.

      Répondre
  6. Pingback: La suffisance du lobby gay | Chrétienté Info

  7. Nat - 27 août 2012 14 h 56 min

    Je suis allée célébrer Marie le 15 août en arrivant tendue car je n’aurai évidemment pas répondu à une prière discriminatoire envers un groupe, qui plus est un groupe d’honnêtes citoyens et pas une minorité hors la loi par ses pratiques sexistes par exemple (polygames).
    Fort heureusement, le prêtre progressiste n’a pas fait dire la prière de la part droitière de l’Eglise.

    Comme le dit le premier à répondre à votre message, il s’agit de mariage CIVIL et non religieux! dans un pays laïc comme la France cela va sans dire! nous ne sommes pas encore en Suède où l’église officielle d’Etat a légalisé le mariage gay 🙂

    Aucune chance pour vous de voir un jour (sauf dictature) un référendum défouloir à minorités! si certaines lois n’étaient pas passées d’office, la femme serait encore la propriété de son mari et elle n’aurait pas le droit de vote 🙁 déjà que le pays des droits de l’Homme, avec un petit « h » dans les faits, n’a permis ce vote que depuis 1944, 20 ans après les Turques, une honte!
    Idem la peine de mort, même si tout un chacun pourrait avoir le sentiment légitime de zigouiller tout être qui fait du mal à ses enfants par ex, on ne peut accepter l’idée d’un meurtre légal.
    C’est ça la démocratie monsieur, le respect des droits de l’Homme et non la dictature de la majorité, aussi arriérée soit-elle (voir les révolutions arabes et leurs brillants résultats!).

    Pour en revenir aux intérêts de l’enfant, il a droit avant tout à l’amour! combien d’adultes immatures et irresponsables font des enfants en toute conscience? combien de millions de familles, toutes ethnies confondues (et de sous culture très patriarcale pour une partie), font des enfants à la chaîne afin de bénéficier d’aides multiples en tous genres (demandez aux enseignes Hi-Fi quand elles font leurs plus gros C.A….septembre et la prime de rentrée scolaire). Et toutes celles pour qui l’enfant est un ALIBI qui les sauve de survivre à la rue, de toucher des aides alimentaires et d’être relogé au détriment des salariés pauvres et seuls.

    Désolée mais les familles homoparentales sont, à part des exceptions de cas sociaux, de niveau de responsabilités bien plus élevé et que l’on ne peut qualifier de familles ras des pâquerettes (Groseille). Elles réfléchissent longtemps avant de s’engager dans la parentalité elles! et pour cause, elles se sentent obligés d’être plus irréprochables que la moyenne 🙁

    Alors pourquoi cette haine envers une minorité calme, qui paie beaucoup d’impôts et reçoit crachats en remerciements, faut-il être « caillera » méchante pour être craint et respecté?

    Répondre
    • Christian Vanneste - 4 septembre 2012 12 h 28 min

      Désolé, mais mon absence de réponse venait simplement du fait que votre texte n »apparaissait pas directement sur l’écran et devait être récupéré. Trois éléments de réponse, donc :
      1) D’abord, l’EGLISE n’est pas un parti politique, n’a ni droite, ni gauche, et réunit les catholiques fidèles à son magistère et à celui du Saint-Père, lequel peut interpréter les textes mais non les renverser, et ils sont très clairement opposés à l’homosexualité. 2) Il n’y a là aucune haine puisqu’il s’agit de condamner le péché tout en aimant et donc en écoutant le pécheur. L’agressivité rageuse du groupe de pression est, en revanche, troublante.3) Les arguments sont faibles, car l’appartenance à un sexe, à une race sont des identités inséparables d’une personne et qui ne doivent pas le priver des droits humains. Le comportement choisi par une personne ne l’identifie pas à un groupe, ne lui permet pas non plus de revendiquer des droits au titre des droits humains, mais seulement d’obtenir qu’il soit accepté par la société, ce qui est le cas. Le « progrès » que vous revendiquez a donc déjà eu lieu : les autres revendications sont anthropologiquement absurdes et malheureusement ne sont pas sans danger, si vous consultez les études et les statistiques sérieuses.

      Répondre
  8. David et Jonathan - 31 août 2012 15 h 06 min

    http://www.liberation.fr/societe/2012/08/17/il-y-a-un-profond-malaise-dans-l-eglise-sur-la-question-de-l-homosexualite_840121

    Heureusement que nous avons l’église catholique la plus progressiste au monde! elle est divisée sur ce sujet et pas seulement sur celui-là car son souci principal est plutôt sexiste.
    Vivement un Vatican III!

    Répondre
    • Christian Vanneste - 4 septembre 2012 11 h 49 min

      L’Eglise catholique, fidèle au Saint-Père, est unie sur ce sujet pour condamner le péché et aimer le pécheur, et les fantasmes narcissiques ne changeront rien à cela.

      Répondre
  9. Jérémie - 2 septembre 2012 10 h 58 min

    Bonjour monsieur Vanneste,
    Juste une question: posons le postulat qu’un véritable référendum sur la question soit réalisé. Si la majorité se prononçait en faveur d’un mariage gay, quelle serait votre réaction, accepteriez-vous le résultat ? dénonceriez-vous une manipulation ? Accepteriez-vous de réaliser ne serait-ce qu’un brin d’un pas, d’une avancée pour une acceptation dans vos rang, de la communauté gay ?
    A titre personnel, je n’ai aucun préjugé sur cette communauté, il ne me gène pas, je ne les considère pas comme un « danger », et ils peuvent être d’aussi bons parents pour un enfant, que seul le regard des autres « bien pensants » contribuera à ostraciser. Je pense que le réel problème est une peur infondée d’une Société en mouvement, que bien des gens ont du mal à accepter. J’ai 77 ans (hé oui ! ) connu bien des changements, bien des conflits (je vivais en Indochine avec mes parents, et mal nous en a pris, nous sommes allés vivre en Algérie à la fin des années 50), alors comprenez que la Société, bien souvent je l’ai vu changer, avec les craintes que cela engendre, certes toutes proportions gardées, nous n’en sommes pas là, mais je pense que le devoir de tous est d’accompagner ces changements, pour les encadrer du mieux que nous puissions. L’adoption homoparentale, on peut être contre, pour, mais une chose est certaine, elle est dans l’air du temps. Elle est aussi inéluctable que le furent les droits de noirs aux USA il n’y a pas si longtemps que cela. Là où je vous rejoins, c’est que certains activistes et groupes de pressions (parlons français évitons « lobbies ») desservent cette cause, mais ce n’est pas ce qui doit être retenu. Aidons donc notre Société à franchir ce cap, plutôt que de nous opposer systématiquement à tout

    Répondre
    • Christian Vanneste - 4 septembre 2012 11 h 43 min

      Mon point de vue est très clair : les comportements homosexuels sont divers et ont une étiologie multiple. Il ne s’agit donc pas d’une communauté, mais simplement pour ceux qui éprouvent le besoin de se retrouver dans les mêmes lieux et les mêmes activités d’un intérêt commun comme la pêche à la ligne ou la peinture. Il n’y a aucun rapport entre les revendications légitimes d’égalité entre les « races », distinctions artificielles entre les hommes et les demandes absurdes de la minorité de cette minorité comportementale sans rapport avec l’intérêt général. La réflexion logique doit présider à la genèse du Droit, non l’air du temps, car comme le disait Leo Strauss, il pourrait être dans « l’air du temps » de pratiquer l’anthropophagie. Il n’y pas d’Etat de Droit possible sans un Droit Naturel qui encadre les évolutions farfelues. En revanche le mensonge systématique du groupe de pression et sa puissance à désinformer et à manipuler les médias sont clairement des menaces pour la liberté d’expression qu’il faut combattre. Les choix privés me laissent indifférent.

      Répondre

Exprimez vous!