Hommage au Président Lech KACZYNSKI et à la Pologne

À moins d’un report dû aux perturbations dans le transport aérien, les obsèques du Président KACZYNSKI auront lieu ce dimanche et il est du devoir de tous les français et des démocrates du monde entier de s’associer au deuil de la Pologne.

Ce pays ne peut-être évoqué qu’entouré d’un halo d’héroïsme et de tragédie. Privé de frontières naturelles, il a sans cesse dû préserver son identité nationale contre les ambitions dévorantes de ses voisins prussien et russe. À plusieurs reprises il a perdu sa liberté mais sans jamais véritablement plier le genou. Arrimée à son catholicisme, la Pologne s’est affirmée comme la nation slave d’occident. Elle a toujours affirmé une densité culturelle et un comportement aristocratique qui ont suscité des générations de créateurs et de héros. Au lendemain de la guerre 14-18, le Général De Gaulle a participé à la défense de la Pologne contre une première tentative des bolchevicks. En 1944, les soviétiques arrêtés au bord de la Vistule ont laissé les nazis massacrer la révolte de Bór-Komorowski. C’est la Pologne enfin qui avec Lech Wałęsa a sonné le glas de la dictature communiste en Europe. La figure du pape polonais Jean-Paul II a dominé cette heureuse disparition.

Sans doute parce que ce peuple a toujours nourri une attitude aristocratique, les communistes se sont acharnés contre ses élites. Quand on y réfléchit bien, la tuerie odieuse des 22000 officiers polonais à Katyn est une annonce de ce que les mêmes communistes feront plus tard au Cambodge. Il est frappant que le Président polonais soit mort avec un grand nombre de hauts responsables politiques de ce pays en se rendant précisément à Katyn. C’est pourquoi, comme le suggère mon ami et collègue Franck GILARD, il serait bon aujourd’hui de faire connaître au plus grand nombre de français la terrible affaire de Katyn. Pendant des années l’Union Soviétique, le Parti Communiste et les nombreux intellectuels qui ont été ses collaborateurs ont accusé les allemands ou ont entretenu un doute sur les auteurs du massacre de Katyn. La sortie du poignant film de Wajda consacré à cet événement s’est faite dans la discrétion voire l’indifférence. La mort de Lech KACZYNSKI devrait nous conduire aujourd’hui à présenter cette œuvre sur une grande chaîne nationale en la faisant suivre d’un plateau qui pourrait être l’occasion d’un rappel des méthodes du totalitarisme communiste. Il serait bon sans doute aussi que des projections aient lieu dans tout le pays. Ce serait un hommage à ce Président polonais qui a été avec son pays l’un des acteurs de la libération de l’est européen, un de ceux qui ont finalement triomphé des héritiers du régime coupable de Katyn.

1 commentaire

  1. DEBAERE - 17 avril 2010 17 h 48 min

    Le peuple Polonais a vécu à travers son histoire des périodes extrêmement dures et a toujours relevé la tête.
    Que ce soit aussi l’occasion de rappeler au monde que ce peuple a été privé de liberté pendant un demi siècle.
    Trois millions de Polonais non juifs ont été exterminés par les nazis.

    Répondre

Exprimez vous!