La convergence des dictatures au pays des Francs !

Un pays muselé physiquement par le masque et mentalement par le politiquement correct, des habitants assignés à résidence entre confinement et couvre-feu, apeurés en même temps par le virus et par le terrorisme, soumis à des régimes d’urgence qui limitent les libertés fondamentales, des citoyens qui ne votent plus normalement et sont condamnés à écouter les discours narcissiques de leur dirigeant : sommes-nous encore en démocratie ? Evidemment, non, c’est une dictature répondront la plupart des gens. Or, ce pays c’est la France, cette société d’individus libres devenue non une nation de citoyens solidaires comme le prétend M. Macron, mais un Etat voué au totalitarisme mou, dont les ressortissants voient converger vers eux tous les processus liberticides mis en oeuvre plus ou moins consciemment par les politiciens qu’ils subissent depuis de longues années.

Il y a bien sûr la dictature sanitaire qui s’est installée en France, souvent avec l’assentiment des Français inquiets légitimement pour leur santé et pour leur vie. L’excès de peur, la démesure des précautions et des restrictions, le décalage entre les discours angoissants et la réalité des chiffres laissent percer deux conclusions pour le coup inquiétantes : notre vieux pays n’accepte plus le risque, et le pouvoir se sert habilement de cette tendance pour faire accepter des empiètements de plus en plus contraignants sur la vie privée et sur les libertés publiques. La panique actuelle tient moins au nombre supposé des porteurs du virus qu’à l’insuffisance des lits de réanimation. Beaucoup de “testés positifs” ne sont ni malades, ni contaminants, ni vraiment porteurs en raison de la stratégie stupide qui a consisté à vouloir tester tout le monde sans avoir la capacité d’utiliser les résultats immédiatement. Par ailleurs, la mortalité continue à toucher prioritairement des personnes âgées ou atteintes d’autres pathologies. L’âge médian des décès est de 84 ans. 65% sont associés à une comorbidité. Le covid-19 peut-être présent chez une personne décédée sans être la cause déterminante de sa mort. Or l’atmosphère étouffante créée par les informations officielles pèse sur notre vie, sur l’activité du pays. Le couvre-feu répond-il à une nécessité rationnelle ou sert-il avant tout à habituer les Français à réduire dans l’obéissance leur espace de liberté par peur de la sanction plus que par crainte de la maladie ? Le “totalitarisme de la prévention” selon le concept d’Ulrich Beck instille une dictature féminine et maternante : on ne peut qu’aimer un pouvoir qui ne vous veut que du bien….

C’est exactement le même processus qui accompagne de manière plus lente et plus abstraite la dictature verte à l’oeuvre dans plusieurs municipalités françaises au nom d’un réchauffement climatique qui serait la punition des comportements irresponsables des automobilistes appelés désormais à quitter les villes ou à rouler au ralenti sur les routes. Les variations cycliques de climat ne sont pas nouvelles, le lien entre celles-ci et l’activité humaine reste à démontrer, mais il s’agit avant tout de trouver, comme pour la lutte contre l’épidémie, des coupables et de les punir, d’instaurer des règles restrictives de libertés, notamment celle d’aller et venir, et de susciter des changements de comportements : les festifs nocturnes vont se retrouver à domicile et se contaminer quand même, ceux qui choisiront le deux roues vont davantage risquer leur vie.  Si le confinement a vu baisser le nombre de morts sur la route, en revanche celui des motocyclistes et des cyclistes a augmenté… Dans les deux cas, l’interdiction, la surveillance et la sanction, cette trilogie qui progressivement nous fait passer d’un ordre légitime à un Etat de police, cherchent à obtenir la collaboration de ceux qui les subissent. La délation du rétif au confinement ou le regard assassin au distrait sans masque sont des signes troublants qui pour le coup devraient rappeler de mauvais souvenirs. Il est vrai que la notion même de couvre-feu y invite.

Enfin, il y a la dictature du politiquement correct qui depuis de longues années a instauré une censure au pays de Voltaire. Des lois liberticides, restreignant la liberté de la presse ou imposant une mémoire officielle, ont créé dans le domaine de la pensée et de l’expression un cercle d’interdits, de contrôle et de punition sous la surveillance des associations communautaires. Un véritable terrorisme intellectuel s’est installé avec l’autocensure qui naît inévitablement du risque de la sanction ou même simplement de la polémique qui stigmatisera l’auteur comme controversé ou sulfureux, même s’il n’est pas condamné. L’assassinat d’un professeur par un islamiste révèle la dangereuse spirale dans laquelle notre pays s’est engagé : la députée de la circonscription a parlé d’imprudence de la part de l’enseignant.  Malgré les discours bravaches, bien des enseignants seront à l’avenir circonspects et s’autocensureront. Mesure-t-on la convergence entre la dictature du politiquement correct prête à traquer l’islamophobie, et la dictature islamique punissant de mort le blasphème ? Il n’y a aujourd’hui qu’une véritable urgence : redonner à la France le goût de la liberté, inscrit dans son nom même !

 

Articles liés

8 commentaires

  1. Contre la dictature du politiquement correct, il n’y a qu’une parade en démocratie : le vote; ce qui suppose que les citoyens fassent l’effort de s’informer, d’aller voter, et d’élire des personnes de qualité et courageuses ; et non plus des idéologues fourvoyés…et démagogues.

  2. Pourquoi Erdogan tape autant sur Macron? Parce que le premier incarne la puissance de l islamisme freriste quand le deuxième se gargarise d idéal républicain et ne comprend rien aux réalités tangibles des civilisations ! C est ainsi qu un enseignant a lâchement été décapité. Tant qu on continuera de lutter contre l islamisme conquérant avec des abstractions , celui-ci a de beaux jours devant lui et penetrera encore davantage notre société pour mieux l asservir.

  3. Une justification d’Emmanuel Macron concernant les milliers de décès évités grâce à ce nouveau confinement reste effectivement énigmatique: toute contamination virale suit la loi statistique de Poisson, autrement dit un intervalle et une probabilité. Et, l’actuel président de la république française a annoncé un vaccin contre le coronavirus avant l’été prochain, donc dans l’hémisphère sud ou nord. Or, en probabilités, la réunion de périodes disjointes s’appelle l’ensemble vide… Cela dit, comme l’avait déclaré publiquement jadis un autre pseudo-docteur: ” A des fins de politique intérieure, il est utile que la seule opposition apparente reste celle du communisme [coronavirus NDLR]; les classes riches sont ainsi amenées à croire que la fin de la dictature hitlérienne signifierait la victoire du bolchevisme. “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services