Eric Zemmour, ou la Révolution conservatrice !

Lors des prochaines élections présidentielles et législatives, le choix crucial auquel les Français sont confrontés est celui de la survie de la France, ou non, puisque son identité, sa souveraineté, et donc son existence sont aujourd’hui menacées culturellement par la double pression d’une démographie par trop dépendante d’une immigration non-européenne et de l’impérialisme économique et linguistique anglo-saxon, les deux becs de la tenaille mondialiste. Les prénoms sont évidemment les symboles de ce processus. L’Etat qui a construit la France est aujourd’hui incapable de la préserver tant il a abandonné son autonomie au profit d’instances technocratiques supranationales, tant il s’est alourdi de charges excessives, tant il a multiplié les obstacles internes à son fonctionnement. Cet affaiblissement de l’Etat pourrait résulter d’une application du libéralisme politique suscitant des contre-pouvoirs. C’est exactement le contraire : l’Etat est un pachyderme prisonnier de son impuissance mais qui veut néanmoins s’occuper de tout, et très mal, suivant une politique soumise à l’idéologie dominante. Cette idéologie est le progressisme stérile qui déconstruit systématiquement les piliers sur lesquels reposait la vitalité de notre civilisation.

Les politiques menées sont incohérentes au point d’être suicidaires. Le vieillissement de la population, son incapacité à renouveler les générations sans faire appel à une population immigrée tellement nombreuse et tellement différente, qu’elle rend l’assimilation impossible, condamnent notre nation à disparaître à terme. La logique serait de limiter l’immigration aux stricts besoins économiques et de développer une politique familiale clairement nataliste, évidemment réservée aux nationaux. On fait systématiquement l’inverse en se référant à la liberté de choisir sa vie et à l’égalité entre les individus y compris entre le citoyen et le résident. On a donc favorisé l’éclatement de la famille traditionnelle et sa subversion par des modèles alternatifs qui portent tous atteinte à la structure anthropologique sur laquelle reposait la solidité de notre nation et la transmission entre les générations de l’identité culturelle comme du patrimoine matériel et spirituel. Dans le même temps, on a soutenu un flux migratoire hors de proportion avec les besoins économiques, déséquilibrant nos dépenses sociales, et introduisant des modèles de comportement en conflit avec notre identité nationale. L’école qui était le creuset de l’assimilation n’en a plus les moyens, ni même la volonté puisqu’elle est envahie par l’idéologie destructrice et qu’elle fait la part belle aux minorités au lieu d’être le lieu privilégié de la transmission de l’héritage de la langue, du savoir, de la culture et de l’histoire sans laquelle il n’y a plus d’identité partagée entre les membres de la communauté nationale. Les performances scolaires des élèves de notre pays sont en chute libre, leur maîtrise de la langue s’effondre, les comportements s’éloignent de la discipline salutaire qui produit des esprits suffisamment solides pour être raisonnables et autonomes à l’âge adulte. Comme le disait Charles Péguy, “l’ordre, et l’ordre seul, fait en définitive la liberté. Le désordre fait servitude.” La comparaison entre notre école actuelle et celle de certains pays asiatiques est humiliante.

Tout se passe comme si le moteur du progressisme, l’émancipation avait atteint un pic où prisonnier de ses contradictions, le progrès se muait en décadence et le progressisme en nihilisme. Dès lors, le désir d’égalité mènerait à la fois à nier des différences inscrites dans la nature, comme le sexe, et à ignorer des oppositions entre les cultures au nom d’une tolérance allant jusqu’à l’aveuglement. Pour compenser la résistance de l’ordre social à la remise en cause des hiérarchies nécessaires, on a inventé l’absurdité de la discrimination positive qui désavantage les qualités personnelles héritées pour leur préférer des situations, et ceci au détriment de l’intérêt collectif. La volonté de promouvoir l’égalité des chances des individus a conduit à valoriser l’appartenance à des groupes, à des quartiers, bref à réduire la personne à n’être que le membre d’une communauté plutôt que de lui permettre par la voie du mérite de participer le mieux possible à la communauté nationale. Le souhait de libérer l’Etat et les individus de la tutelle religieuse en est arrivé à gommer le passé chrétien et catholique de la France et le rôle évidemment constructeur de l’Eglise dans l’histoire de notre pays. Là encore, un cap a été franchi qui, au lieu de restreindre la croyance religieuse à l’intériorité, a consisté banaliser le rôle social et culturel évident du catholicisme pour mettre toutes les religions à égalité au mépris de la simple reconnaissance des faits et de l’analyse des principes. Un laïcisme pathologique en arrive même à pourchasser davantage les signes religieux catholiques, une statue de Saint Michel par exemple, que ceux de religions moins liées à la culture et à l’histoire de la France. La communauté nationale éprise d’universalisme, prête à s’ouvrir au monde en préservant sa part de richesse humaine pour continuer de l’offrir aux autres, est broyée par l’américanisation des esprits portée par la machine de guerre audio-visuelle et numérique américaine, et par le bas par le communautarisme, notamment religieux. Il n’y a pas de démocratie sans un “démos”, sans un peuple capable de percevoir son unité de destin et de participer par ses choix à l’accomplissement de ce destin.  C’est là sans doute la plus effarante des contradictions : la démocratie à force de ne voir que des “humains” égaux en oublie les citoyens qui, seuls, forment le peuple.

Arrêter cette dérive, bloquer et inverser cette course suicidaire vers l’autodestruction, cela s’appelle en politique, la “révolution conservatrice”, et un seul homme l’incarne aujourd’hui : Eric Zemmour !

Articles liés

8 commentaires

  1. Vous nous parlez d’une immigration restreinte aux besoins économiques.

    Ces besoins économiques qui justifieraient une poursuite de l’immigration, quels peuvent-ils bien être, dans un pays connaissant depuis longtemps et pour longtemps un chômage de masse ?

    1. Aux deux extrémités, soit des spécialistes performants, soit des vendangeurs… En fait, très peu de monde, et pour peu de temps en ce qui concerne les seconds.

  2. Le problème pour Zemmour, s’il était élu, c’est que contrairement à d’autres concurrents, ilpresque aura tout le monde contre lui, en dehors de ses supporters.

  3. L’Islam n’est pas incompatible avec la République . Les musulmans modérés qui sont en France depuis longtemps doivent être bien traités : pas de haine contre eux mais le vivre ensemble .J’ai de bons amis musulmans.

    Mais NON à l’invasion migratoire musulmane , Non à l’invasion Africaine animiste , Vaudouisée ,pétrie de sorcellerie , Non à ces Roms violents qui portent atteinte à notre sécurité : j’en ai été personnellement victime car 2 mineurs Roms m’ ont volé violemment une chaîne en or que je portais autour du cou l’année dernière !!!Christian je partage ton post car je veux sauver la France , je veux sauver le Prophète Jésus et son enseignement Transcendantal ,ce grand Prophète qu’on veut encore tuer par le grand remplacement mondialiste .

  4. Par les choix qu’ils ont exprimés, par le choix qu’ils ont fait aussi de n’en exprimer aucun en s’abstenant aux élections, les Français se sont mis d’eux-mêmes dans les griffes des Bureaux et ont constitutionnalisé les fers de leur servage.

    Il est horripilant de se voir opposer, non pas des idées contraires, mais des dispositions légales, réglementaires voire constitutionnelles nous interdisant d’améliorer l’administration de notre nation menacée. Quoique adepte longtemps de la réforme en continu et profondeur, j’opte aujourd’hui pour mettre le système cul par dessus tête, à peine de ne jamais s’en sortir.

    L’Etat technocratique, échoué comme une baleine crevée sur la plage, pue. On ne les déplace pas, on les dynamite !
    Et “l’insurrection qui vient”, vient !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services