Afghanistan : la déroute des démocraties ! (V)

Certains évoquent l’idée que le désastre afghan n’est qu’une fâcheuse apparence créée par la rapidité inattendue du scénario, que tout était prévu, négocié, que les Américains lâchaient tout contre la promesse des Talibans d’être gentils. Cette idée est puérile car ceux qui détiendront un pouvoir absolu se moqueront de pressions évidemment impuissantes. Même si certains “dirigeants” islamistes sont sincères dans leur modération, on sait que les Talibans “de base” feront ce qu’ils veulent dans leurs villages, leurs montagnes et leurs vallées, dans les villes conquises où les journalistes n’oseront plus se rendre. Les Occidentaux ne pourront pas protéger leurs victimes. Quelles sont les options ? Comme d’habitude, il y a ceux qui considèrent qu’au nom de leurs grands principes, l’Occident, la France en particulier, devraient accueillir tous les migrants afghans. Les “pastèques” qui ont conquis plusieurs villes, à l’occasion de la mascarade des municipales, saisissent ainsi l’occasion de disloquer davantage le pays qu’ils ont l’obsession de détruire par tous les moyens : régularisation massive des migrants clandestins, repentance systématique, éradication de l’identité et des traditions nationales, principe de précaution mortel pour l’économie, et en prime acharnement à l’encontre du Français moyen qui roule au diésel.  Nous devrions payer la dette coloniale par une  générosité masochiste à l’égard d’un pays avec lequel nos rapports ont été insignifiants. Les “belles âmes” oublient seulement que le devoir d’un gouvernement est d’abord de protéger la population nationale avant de songer à protéger dans le monde entier des migrants dont une minorité sera constituée par de vrais réfugiés assimilables alors que la majorité aura fui par lâcheté un pays qu’elle n’aura pas fait l’effort d’améliorer. Il est temps d’en finir avec cette option suicidaire, non en la disant dangereuse dans un discours tout en la pratiquant avec constance dans les faits, mais en l’écartant résolument.

La seconde option vient d’être abandonnée dans un revirement brutal. Il s’agissait de cette folie pétrie de contradictions qui consistait à respecter la diversité des cultures et des comportements tout en cherchant au nom de ce prétendu respect à répandre le modèle unique de la société ouverte, démocratique et se réclamant des droits humains, au besoin à coups de bombes, de révolutions organisées, et d’interventions militaires. Quoi de plus absurde que d’imposer la liberté par la contrainte et par la force ? Quoi de plus idiot que de dénoncer les racines chrétiennes de l’Occident, ou les croisades pour se livrer à des “croisades” au nom d’une société matérialiste dont les valeurs sont systématiquement écrites avec une gomme ? Parmi les sociétés diverses, nombreuses sont celles qui situent précisément leur différence et leur identité dans des croyances ou des comportements qui excluent la société ouverte et l’idéologie des droits de l’Homme. Cette évidence échappait aux lecteurs distraits ou stupides de Levi-Strauss.  D’où une série d’incohérences : nier l’incompatibilité de l’islamisme avec la démocratie et les droits de l’Homme, respecter l’identité des autres et stigmatiser les identitaires français, discriminer parmi les Etats-voyous, des cibles prioritaires. Ce choix idéologique intellectuellement nul a justifié le discours de l’ingérence, celui de Kouchner, celui de BHL. Il fallait ne pas craindre d’intervenir militairement contre la Russie et ses alliés potentiels, la Serbie, les dictatures nationalistes arabes, fût-ce en accord avec des autocraties religieuses bien plus contraires aux droits humains, et au profit de l’islamisme conquérant. On se préoccupe davantage aujourd’hui des Afghans que des Chrétiens d’Orient qui, en Irak ou en Syrie, étaient massacrés par des islamistes auxquels les puissances occidentales fournissaient des armes. ” Al Nosra fait du bon boulot” disait Fabius, l’actuel président du Conseil Constitutionnel ! Le résultat de cette politique d’ingérence à géométrie variable est calamiteux : du Kosovo maffieux au marché d’esclaves de Tripoli, de la présence du terrorisme islamiste dans une grande partie de l’Afrique jusqu’à la victoire des Talibans à Kaboul, avec la Syrie toujours crucifiée aujourd’hui.

La géopolitique doit être réaliste. Elle doit proscrire l’esprit de croisade notamment chez ceux qui n’ont pas les moyens de les mener. Pour autant, elle doit aussi écarter la naïveté des bisounours. Dans le monde, un pays a des ennemis. Il doit les identifier et les combattre avec les moyens qui sont les siens et avec les alliés objectifs qu’il peut réunir. L’Afghanistan des Talibans ne peut-être un ami : il a été une base du terrorisme islamiste et pourrait le redevenir. Le règne de la charia va servir de prétexte aux migrants économiques pour demander l’asile. L’oligarchie, que nous subissons en Europe et en France, va poursuivre sa politique suicidaire d’immigration musulmane. Un Etat qui foule aux pieds nos valeurs, punit ceux qui nous ont aidés, qui accueille éventuellement des terroristes, et qui est un réservoir de migrants en même temps qu’un producteur de drogue, ne doit pas être reconnu. L’Afghanistan n’a ni la taille ni la puissance suffisantes pour imposer le respect aux réalistes. En excluant toute nouvelle intervention vouée à l’échec dans un tel pays, la seule opportunité qui s’offre donc aux Occidentaux, est de s’appuyer sur ses divisions internes pour limiter ou ruiner le pouvoir taliban. Ce retour à la case départ d’avant 1996 implique de soutenir les Tadjiks du Panchir que le fils de Massoud veut soulever à nouveau, ou les Hazaras chiites, victimes habituelles de la férocité pashtoune. Une partition de fait fondée sur les divisions ethniques et sur la complexité géographique permettrait à la fois de réduire les effets de la victoire des Talibans et de contenir l’émigration en définissant dans le pays des zones de sûreté pour les candidats au départ.

Le malheur de l’Occident vient de la décrépitude intellectuelle et morale de ses “élites”. Il nous faudrait des Churchill, des Thatcher, des de Gaulle pour incarner cette indispensable synthèse de la volonté et du réalisme ligués pour la sauvegarde de nos nations. Mais le moule qui les formait n’est-il pas brisé ? (fin)

Articles liés

5 commentaires

  1. Voilà un nouveau billet plein de réalisme. Et effectivement “Le malheur de l’Occident vient de la décrépitude intellectuelle et morale de ses “élites”.” Et cette décrépitude est, en grande partie, la résultante du laïcisme exacerbé républicain.

  2. Commençons déjà par défendre notre propre civilisation en mettant fin à l’immigration musulmane qui ne cherche qu’à la détruire.

  3. Je ressens la même chose, j’ai passé mon Bac en 1980 et je vois de plus en plus que les gens qui sont autour du pouvoir en France, sont déjà bien trop nombreux, invisibles et d’une inintelligence nette. J’ai gardé en tête que les politiques et les hauts-fonctionnaires durant ma jeunesse avaient un niveau et une culture bien plus élevés que ceux qui sont au pouvoir actuel. Dans les quelques médias qui existent encore, je vois aussi que beaucoup de ces décideurs ont l’âge d’être en retraite. Si tout se passe mal ils s’en moquent, ils ne seront plus là. Les gauchistes laïques font comme Jésus Christ a fait, ils donnent la joue mais pas la leur, celle des français et bien plus que la joue quand eux vivent dans les endroits des riches avec une sécurité multipliée. Quant aux écologistes rouges, ils sont un danger maximal s’ils emmènent avec eux la jeunesse inculte de l’école si abîmée depuis 30 ans

  4. Un peuple abâtardi par la socialocratie médiatique au point d’accepter passivement, voire activement l’invasion migratoire! Voilà ce que semble être devenu le peuple de France, léthargique, apathique, comme s’il se laissait mourir. On apprend que des “réfugiés” Afghans importés par notre pauvre pays sont mis sous surveillance par la DGSI au motif que certains ont collaboré avec les talibans. De faux réfugiés, mais de vrais terroristes islamistes potentiels! Consternant!

  5. J’aime bien votre approche du défi afghan, Monsieur Vaneste, et Fabius est un imbécile habile. Santini dit de lui dans son dictionnaire : “Me fait penser au peintre Sisley. Le style parfait mais les idées fort courtes.” Lui donner le Conseil constitutionnel en dit long sur la qualité de l’eau du marigot.

    Joe Biden a pris le parti de rompre carrément et de ne pas succomber au “toujours plus” des administrations américaines, plus de temps, plus d’effectifs, plus d’argent. Et même s’il y a des dommages collatéraux (à mon avis inévitables après la liquéfaction de l’Armée nationale) cette rupture va nous ôter la tentation de “réparer”, par exemple en armant de nouveau les Tadjiks du fils Massoud. On ferme la porte. On jette la clé. On avoue qu’on ne sait pas !

    Laissons les génies régionaux, Inde, Chine, Pakistan, Iran s’occuper du problème afghan. Si c’est le tombeau des empires, la Chine va s’y plaire. Il ont déjà des morts au Balouchistan.

    Quant aux réfugiés, je pense clairement qu’il faut les trier et faire leur place chez nous à ceux qui se sont occidentalisés, les femmes surtout, et faciliter aux autres l’accès à des pays communautaristes comme la Grande Bretagne ou le Canada.

    Un bémol quand même, “la décrépitude intellectuelle et morale de nos élites” concerne celles qui ont choisi la politique. Nous avons toujours de très beaux crânes mais ils font autre chose, des sciences, des inventions, des entreprises ; la politique est devenue salissante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services