Afghanistan : la déroute des démocraties ! (III)

La défaite des Etats-Unis face aux Talibans a deux aspects :  le retour des Talibans au pouvoir en Afghanistan et l’onde de choc qui pourra se propager sous trois formes, d’abord l’islamisme écrasé sous le drapeau de l’Etat islamique pourra inciter ses différentes expressions à reprendre l’offensive ; ensuite, les Etats non-démocratiques se trouveront confortés aussi bien à l’intérieur que sur la scène internationale ; enfin, l’idéal démocratique lui-même sera profondément affaibli.

En Afghanistan, les actions entreprises grâce aux Occidentaux sur le plan social, scolaire et sanitaire, verront leurs effets anéantis. Il faut être naïf pour imaginer que les Talibans tiendront leurs promesses. Les filles ne seront plus scolarisées, seront mariées arbitrairement à un âge précoce. Les moeurs cruelles des Pashtouns légitimées par la lecture la plus rigoureuse du coran et des hadiths, selon le sunnisme “deobandi” des écoles coraniques pakistanaises où ont été formés les Talibans, régneront jusque dans les villes qui s’en étaient libérées. L’islamisme vainqueur à Kaboul, c’est “les talibans plus internet”, comme le communisme de Lénine, c’était “les soviets plus l’électricité”. Cette possibilité d’un total décalage entre le progrès technique importé et l’archaïsme social est l’un des enseignements de l’islamisme. On voit mal en raison de l’absence d’informations précises sur l’ensemble de ce pays, que l’aveuglement des services de renseignement américains vient de confirmer, ce qui empêcherait les Talibans de se livrer à des exécutions sommaires, à des tortures, au massacre de tout ce qui aura si peu que ce soit collaboré avec les Occidentaux ou seulement adopté un aspect de leur mode de vie. Mais cette complicité de fait entre l’Amérique et les assassins de ceux, qui avaient eu le grand tort de faire confiance à Washington, n’est pas nouvelle : les partisans du Shah en Iran, les Cambodgiens victimes des Khmers rouges, les Viet-Namiens anticommunistes, les Cubains anticastristes en avaient fait l’amère expérience. Seul le chantage pratiqué par le nouveau pouvoir pourra atténuer le mal : aidez-nous si vous ne voulez pas que nous soyons plus terribles encore. Les Etats musulmans alliés des USA exerceront sans doute des pressions toutes relatives pour éviter notamment l’installation de bases terroristes, mais ce n’est pas gagné.

L’onde de choc internationale sera considérable. Des militants islamistes auront vaincu quarante nations menées par la première puissance mondiale. De quoi soulever l’espérance et propager la conversion des uns, le fanatisme des autres depuis l’Afrique jusque dans les quartiers où bouillonne la haine de la France en particulier et de l’Occident en général ! En 2010, Mohammed Merah était allé en Afghanistan pour rencontrer les Talibans, heureusement chassés du pouvoir à l’époque. Les groupes armés islamistes seront animés d’un nouveau souffle. Les Etats chancelants pourront basculer avec l’espoir de bénéficier de l’aide turque ou qatarie car les Etats islamistes auront vu leur pouvoir d’influence grandir. La Turquie a déjà mis un pied en Afghanistan en proposant aux Américains de prendre le relais à l’aéroport de Kaboul, tout en se félicitant de la défaite de l’impérialisme. Après sa victoire dans le Caucase et en Libye, les Européens ne semblent toujours pas prêts à rompre avec le nouveau sultan ottoman dont le double langage est révélateur de l’idéologie qu’il cultive. Erdogan les tient par la menace de l’invasion migratoire, et une fois de plus nos dirigeants, toujours innocents de leurs fautes, déclarent leurs nations coupables de tout et pour tous, et condamnées, de ce fait,  à accueillir un flux de réfugiés afghans. Même Macron a pressenti le danger, pour lui électoral, de cette politique à laquelle il souscrit dans les faits, et immédiatement les belles âmes masochistes, dont nous subissons le pouvoir médiatique, ont pour une fois critiqué “leur” président. Les relations entre la France et l’Afghanistan sont ténues. L’Armée française s’est dégagée totalement depuis sept ans. Il n’y a aucune raison d’ouvrir les vannes sauf pour les quelques personnes de bon niveau qui pourraient rendre service à notre pays. Les autres doivent se battre chez eux pour une liberté qu’ils n’ont pas eu jusqu’à présent le courage de défendre.

L’impuissance des Etats démocratiques ne peut qu’encourager les Etats qui le sont moins, même si certains d’entre eux bénéficient d’un soutien populaire plus profond. La Russie qui peut voir d’un oeil inquiet l’islamisme le plus virulent s’ancrer à la lisière sud de sa zone d’influence, gère habilement l’islam sur son sol, et surtout a prouvé qu’on pouvait faire confiance à son alliance. Elle devrait profiter de cette situation pour avancer, en Afrique, notamment. L’Iran chiite doit se méfier des extrémistes sunnites aux commandes à Kaboul, mais la Bérézina infligée à leur ennemi américain doit les combler de joie. La Chine a déjà pris langue avec les Talibans sur le plan économique car le pays présente pour Pékin des intérêts que Washington n’a pas. C’est pour elle l’occasion d’étendre son “aura”. Pendant qu’on regarde l’Afghanistan, on oublie Hong-Kong et peut-être demain Taïwan. Le dictateur nord-coréen doit se moquer plus que jamais des rodomontades américaines. Le grand gagnant est le Pakistan, le parrain des Talibans et grand ennemi de l’Inde, qui trouve l’occasion de réaliser son rêve de profondeur stratégique. On sait que ses services secrets ont soutenu les Talibans depuis leur berceau et jusque dans leurs repères. C’est au Pakistan que vivait Ben Laden.

On peut se demander comment les “démocraties” se remettront de cette gifle monumentale. Elles auront été incapables de défendre, les armes à la main contre un ennemi dépourvu de moyens considérables, les valeurs qu’elles entendent répandre dans le monde entier en échange d’une aide sonnante et trébuchante et de leur “protection” sur laquelle on va désormais s’interroger. Les remontrances et les pressions à l’encontre des pays africains, ou même européens, comme la Hongrie, dès lors que les droits de la minorité “homosexuelle” ne sont pas reconnus voire privilégiés, auront-elles encore un sens dès lors qu’on laisse s’installer des gens qui pratiquent la peine de mort à l’encontre de ces comportements ? Le ridicule des discours atteint son paroxysme avec celui du grotesque socialiste espagnol Josep Borrell, au nom de l’U.E., menaçant les Talibans d’isoler l’Afghanistan : ils s’en moquent, car l’isolement leur convient parfaitement. (à suivre)

Articles liés

3 commentaires

  1. J’ai toujours eu un côté pessimiste ; j’ai été un très bon élève qui a bénéficié de l’ascenseur social qui existait encore dans les années 80-90 ! Et puis, Chirurgien-Dentiste j’ai connu la création d’un cabinet dentaire en rural et le début des charges qui s’envolent, de paiements pour la retraite multipliés par 3, par rapport au années 70……le pouvoir socialo-communiste et l’action commencé par Giscard d’Estaing en 1978 avec l’économie collective ! Ce sont tous les indépendants, les libéraux et les petits patrons qui ont payé cela ! Et maintenant, on est arrivé à un monde géré par des milliardaires, par des bureaucrates et ces fameux bien-pensants de gauche qui ont les poches pleines alors qu’ils n’ont jamais fait quelque chose de positif pour les autres. Qui sont les Chefs à Bruxelles ? Sont-ils intouchables ? Ces gens dans les pouvoirs actifs ne sont pas souvent des élus, c’est comme aux Etats-Unis, avec les Faucons qui agissaient contre un vrai président : Trump. J’ai toujours pensé, peut-être à tort, que le monde irait mieux si l’islam avait disparu totalement de terre

    1. Effectivement, nos démocraties sont aussi bien à Paris qu’à Washington atteintes par le même virus : une technocratie dénuée de technique mais pleine d’idées creuses alliant hédonisme et progressisme. Ce sont eux qui dénoncent le populisme et donc la démocratie dont ils ont horreur.

  2. L’Afghanistan aurait pu être une opportunité, oncle Sam voyant la défaite arriver, d’annuler la partie en créant un gigantesque sanctuaire écologique vierge, ou plus exactement libéré, de toute présence humaine. Au lieu de ça, on concède un victoire au nazisme du XXIe siècle et à la lie de l’humanité.

    Jour à jamais cruel, à jamais honoré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services