Le Football, instrument du “suicide français” ?

Les compétitions sportives sont des jeux, des microcosmes régis par leurs propres règles et qui opposent des individus ou des équipes sur un espace et dans un temps limités. Leur déroulement et la détermination du vainqueur n’ont aucun lien direct avec le monde réel. On peut toujours espérer la victoire d’un club amateur sur une grande équipe professionnelle, dans une coupe de football par exemple, même si pour ce sport, le lien avec l’extérieur est de plus en plus constitué par l’argent, étranger de surcroît. Mais on peut voir dans le jeu une représentation symbolique de la réalité, politique par exemple. Les affrontements entre des joueurs d’échecs, l’un russe, l’autre américain, les jeux olympiques ont cette dimension. Depuis l’existence de ceux-ci dans la Grèce antique, le sport se substitue à la guerre comme support du patriotisme. Pourquoi pas ? Sauf que la victoire ludique n’a aucune conséquence réelle et se résume en un prestige illusoire, alors qu’un succès militaire peut décider de l’existence d’une nation, de même que des découvertes scientifiques ou techniques, des performances économiques peuvent en assurer la suprématie et une amélioration sensible de la vie de ses habitants. L’instrumentalisation politique du sport relève donc de la grande illusion. La France championne d’Europe ou du monde de football n’a strictement rien gagné en réalité, si ce n’est peut-être une meilleure image auprès du très grand nombre d’amateurs de ce sport et peut-être un regain de confiance des nationaux envers leur pays. Mais, si dans le même temps son économie dégringole, la sécurité de ses habitants s’étiole, l’illusion devient perverse puisqu’elle masque la réalité.

Dans la vaste entreprise d’autodestruction de notre pays par l’oligarchie politique et médiatique qui le “dirige”, la perversion a franchi une étape supplémentaire. Le football est devenu un instrument du “suicide français”. Cela a commencé par un mélange de bonnes intentions et d’effets pervers. Une équipe “black-blanc-beur” remplaçant celle qui était “bleu-blanc-rouge” se voulait un message du “vivre ensemble”, du mélange ethnique positif pour le pays, un sacre de l’immigration massive. Avec un aveuglement têtu, on se cachait un certain nombre d’évidences. D’abord, chaque sport privilégie certaines aptitudes liées aux capacités physiques que la génétique génère et que le comportement social sélectionne et amplifie. Un sport particulier peut passionner une foule de français. Ceux-ci peuvent le pratiquer en amateurs, mais sa professionnalisation va induire une discrimination objective dans le recrutement des joueurs en grande partie déterminée par la rapidité de la croissance, la force musculaire et l’entraînement spontané que le milieu social aura favorisé. Aucun sport ne représente donc le peuple français. La dureté de la sélection et la rentabilité exigée ont même tendance à accroître la différence entre l’élite sportive dans une discipline et la moyenne de la population. Ensuite, la volonté de tirer parti des exploits de joueurs binationaux, ou revendiquant de manière hostile à notre pays leur différence, a produit l’effet inverse de celui qui était recherché puisque le sentiment d’appartenance à la nation française a pu être minimisé sans vergogne au profit d’une autre allégeance, puisqu’il a pu se traduire par un surcroît de revendications communautaristes. Bref, ce qui devait unir le pays contribuait à le diviser davantage. Enfin, l’importance excessive donnée à un sport de moins en moins “national” érigeait en héros pour la jeunesse des gens dont le comportement privé libéré par une richesse déraisonnable était loin d’être exemplaire et transformait les matchs joués par des équipes de pays d’où proviennent les immigrés en tremplins pour la manifestation agressive de l’identité d’origine. Bref, le creuset devenait une bombe.

Avec l’intégration de Benzéma dans l’équipe dite “de France”, et le choix du rappeur  Youssoupha pour “l’hymne” de cette équipe, la FFF, et le gouvernement sont allés jusqu’au bout de cette dérive. Par démagogie envers une certaine jeunesse qui n’est pas à elle seule la jeunesse française, et par une instrumentalisation non plus politique, mais bassement politicienne, on a atteint le paroxysme de la stupidité provocatrice. Le tableau ? Un joueur qui ne chante pas la Marseillaise, qui se dit algérien par le coeur et français pour le foot, et mêlé à une sombre histoire de sextape, de chantage et de menaces, un rappeur qui a pu impunément menacer de mort “au second degré” un journaliste, Eric Zemmour (qui lui a été condamné déjà, dans notre étonnant pays de la liberté d’expression à deux vitesses), un rappeur qui a pu rêver de violer “cette chienne de Marine Le Pen” cumulant cette fois l’incitation au crime et un mépris décomplexé de la femme, toujours bien sûr au second degré. Le résultat ? Un hymne grotesque alliant comme d’habitude l’absence de musique à la pauvreté des paroles, et, dans la logique absurde de notre pays et de notre temps, un double choix élevant le contre-exemple en modèle, suscitant chez ceux qu’animent le rejet de la France et la violence, l’idée que cela ne mène pas à la punition, mais à la consécration. La balourdise de la ministre des sports a révélé l’objectif opportuniste : faire de Mme Le Pen l’ennemi n°1, qu’il serait légitime d’injurier puisqu’elle est raciste. Qu’une ministre justifie l’injure grossière et, dans la foulée, l’appuie par la diffamation devrait la conduire devant les tribunaux dans un pays normal. L’appel au meurtre et au viol banalisé par une femme politique à l’encontre des valeurs proclamées mais au nom du sectarisme politique ! En France, on est passé de l’utilisation du football pour tenter d’unifier le pays, à son instrumentalisation pour le diviser. Faute d’avoir pu intégrer les étrangers, on bannit de ce qu’on ose appeler la République un parti légal qui en respecte les règles. Dans ce double jeu perce l’intention voilée : l’espoir d’un duel qui serait la seule chance, de moins en moins sûre, de voir reconduit pour un nouveau mandat l’occupant actuel de l’Elysée.

Réduire la France au football, c’est participer à la déconstruction de notre pays.

Articles liés

5 commentaires

  1. En allant droit au but, je dirais que le pire c’est que derrière ce sport, l’exemple donné par ses acteurs
    dont la seule véritable patrie est l’argent se porte d’abord sur notre jeunesse.
    Que certains de ces joueurs se méfient, une certaine “chienne” pourrait un jour se pointer sur le terrain et siffler la fin de la partie !

  2. J’ai été un très bon sportif et j’ai aimé regardé le sport des champions ; je reste persuadé que les responsables de la casse de tout ça sont bien les Big Boss… “on apporte de l’argent, on veut des résultats” oubliant de dire qu’avec les pubs, les ventes …ils gagnent déjà beaucoup d’argent. Il leur fallait un spectacle comme dans un parc, un concert de Rock…donc on s’en fout que ce soit des sportifs qui regardent ou pas. Et je pense qu’ils sont responsables de l’ultra-dopage qui avait commencé sous le pouvoir soviétique mais qui s’est développé partout, avec les yeux fermés des fédérations. Combien de vrais champion ont disparu ou ont fini juste en finale alors qu’ils étaient les meilleurs !? Quant au football, les africains d’origine n’ont en eux que leur puissance physique, mais la finesse qu’avait le jeu français a disparu.

  3. Il serait temps que l’état fasse les poches de cette bourgeoisie sportive, complice du pouvoir en place, qui se dandine sur un terrain de foot , qui n’a aucun mérite et qui se fait moraliste périodiquement contre le peuple, à l’image des Mbappé, Griezmann et autres Thuram.

  4. En 2003, je déjeunais dans un modeste restaurant, le menu du jour. Stupéfaction, s’installe sur la table d’à coté, Just FONTAINE, le héros footballeur de ma jeunesse. J’ai eu bien du mal à exprimer mon émotion et ma joie auprès de mes convives d’une plus jeune génération.
    Pour ce faire, je leurs répondis : “Imaginez un instant que nous soyons dans un palace de Monaco à coté de ZIDANE”.
    Pas certain qu’ils aient vraiment compris !

  5. Après l’épisode du rappeur  Youssoupha, Macron donne un nouvel exemple de son goût raffiné et de son immense culture littéraire et artistique avec le groupe nantais Ultra Vomit. Au pays de Jean de la Fontaine et de Maurice Ravel, la descente est rude et ne semble pas finir. Le surnom de « Micro-Néron » lui va décidément à ravir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services