Napoléon : la célébration doit animer l’avenir et non l’ensevelir.

Ainsi donc celui qui voulait déconstruire l’Histoire de France s’est trouvé contraint de lire un texte tout en nuance parsemé des mots précieux qu’il affectionne, comme palimpseste et oxymore, tant ils le rassurent sur la supériorité apparente de son intelligence. Obligé de célébrer Napoléon, il a cru s’en tirer en prétendant qu’il se limitait à le commémorer. En fait l’accident de l’histoire qui occupe actuellement l’Elysée a simplement voulu récupérer le personnage historique dont il sait que les Français de droite sont particulièrement admiratifs, ces Français dont il a tant besoin pour les futures élections, et qu’il veut duper une fois encore. Sa lecture appliquée sentait très fort la composition : il fallait rappeler le rétablissement de l’esclavage et le mépris des vies humaines pour la “déconstruction”, mais celle-ci était ensevelie sous un amas de références élogieuses sur le rétablissement de l’ordre, la transmission de l’idéal révolutionnaire, la création institutionnelle. Narcisse n’a évidemment pas oublié de faire allusion de manière implicite au lien qu’il entrevoit entre l’Empereur et lui-même : l’individualisme rassembleur. Sans doute n’avait-il pas conscience de l’indécence qu’il y a pour un homme qui a accédé au pouvoir sans le moindre mérite, et ne laissera dans l’histoire de France qu’une trace des plus médiocres, à vouloir s’ériger en professeur d’histoire officiel.

En 2004, j’avais déchaîné une tempête médiatique pour avoir obtenu de mes collègues parlementaires le vote d’un texte appelant à enseigner “le rôle positif de la présence de la France outre-mer”. Il fallait laisser l’histoire aux historiens et l’interdire aux politiques. Comme dans beaucoup d’autres domaines, la formule a évolué : il faut l’interdire aux politiques de droite et la réserver aux historiens de gauche et aux politiques qui s’appuient sur eux. C’est pourquoi la Loi bancale de Taubira sur l’esclavage subsiste, et pourquoi M. Stora est chargé de la vérité officielle sur l’histoire de l’Algérie français. Ces deux exemples recèlent la réalité de la pensée macronienne, un peu voilée par le discours d’hier.

M. Macron parlant de Napoléon, c’est le peintre du dimanche commentant Delacroix. La distance est trop grande pour que la parole ait la moindre authenticité. Sans doute, faut-il citer de Gaulle, et la conclusion du chapitre “Napoléon” de La France et son Armée” pour se faire une idée plus juste : ” Napoléon a épuisé la bonne volonté des Français, fait abus de leurs sacrifices, couvert l’Europe de tombes, de cendres et de larmes ; pourtant, ceux-là mêmes qu’il fit souffrir, les soldats, lui furent les plus fidèles, et de nos jours encore, malgré le temps écoulé, les sentiments différents, les deuils nouveaux, des foules, venues de tous les points du monde, rendent hommage à son souvenir et s’abandonnent, près de son tombeau, au frisson de la grandeur.”

Beaucoup de Français demeurent fascinés par le destin personnel de Napoléon Bonaparte. Sa renommée, sa gloire sont effectivement universelles. Son génie le hisse parmi les plus grands, Alexandre ou César. Que la France le célèbre est donc légitime, mais il serait bon aussi que les Français accompagnent cette célébration d’une plus grande lucidité, non sur les parts d’ombre que relève, avec anachronisme, l’esprit de notre temps, mais sur deux aspects plus essentiels. D’abord, Napoléon, c’est Trafalgar et Waterloo, et la France, après lui, a perdu son statut de première puissance européenne, et sans doute mondiale, que son ubris a définitivement brisé. Ensuite, quel que soit le rôle primordial des grands hommes dans la construction de l’histoire, de ceux qui sont capables d’assumer le destin d’une nation ou de rompre la fatalité qui s’acharne contre elle, ils ne peuvent le jouer que s’ils disposent de forces collectives qui leur en donnent les moyens. Louis XIV ne serait rien sans Mazarin puis Colbert, sans Louvois, sans Vauban, sans la nation la plus nombreuse du continent. Le double piège de la célébration de Napoléon est de donner trop d’importance aux individus, et au rayonnement universel dont bénéficient leur image et leur message. L’histoire de France est l’histoire d’un peuple qui doit aujourd’hui vouloir continuer de vivre. Tant mieux si le souvenir fabuleux de Napoléon l’y aide, mais surtout que la gloire passée ne soit pas le tombeau de l’avenir.

Articles liés

Un commentaire

  1. Jeanne d’Arc, Napoléon, et de Gaulle avaient un point commun, ils étaient, aimés et estimés de leurs troupes combattantes, prêtent à mourir pour eux.
    Verrions-nous cela de nos jours ? Oui, mourir de rire ou mourir de désespoir peut-être !
    Mais rien de plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services