Dupond-Moretti ou la justice cul-par-dessus tête !

Liberté et surveillance sont des mots qui s’entrechoquent. Certes, la première ne peut être totale sans conduire à la chienlit, mais la seconde ne peut être excessive sans étouffer la démocratie. Les récents propos du grand “Acquittator” (ou acquitte-à-tort ?) devenu dans la scénographie macronienne “Garde des Sceaux” , ministre de la Justice, “gardienne de nos libertés”, devraient ajouter une inquiétude de plus au tableau déjà chargé de l’actualité. Il déplorait récemment comme une “incohérence totale” que ce soient “les mêmes qui vous disent, lorsqu’il s’agit de voter l’application Stop-Covid qu’elle est liberticide”, qui cependant exigent de restreindre les libertés des terroristes, ou des islamistes qui risqueraient de le devenir. En somme, pour Dupond-Moretti, la liberté des terroristes est aussi importante que celle de tous les citoyens ! La surveillance de ces derniers éventuellement porteurs du Covid serait aussi légitime que la libération des terroristes qui ont purgé leur peine, aussi fondée que le refus d’un “Guantanamo” à la française ! Cette curieuse équivalence, compréhensible chez quelqu’un dont le métier consistait à blanchir les âmes les plus noires, témoigne chez celui qui est devenu le défenseur de l’ordre social, le signe d’une confusion mentale inquiétante, inquiétante au point de l’amener à se rattraper aux branches en insistant lourdement sur la surveillance des terroristes et des “radicalisés”, avant, pendant et après la prison. Pour faire plus sérieux, l’artiste du verbe s’est réfugié dans les chiffres : “170 personnels pénitentiaires affectés au renseignement, 64 condamnés pour terrorisme.” A ces chiffres, on respire, mais le ministre prend ses notes, et précise que les 64 sont les détenus qui vont être libérés dans les mois qui viennent. S’y ajoutent 21 “droits communs” radicalisés, et surtout le dessous de l’iceberg : 504 condamnés pour terrorisme, et 572 “droits communs” radicalisés. Et d’ajouter avec une benoîte assurance, ” naturellement, ils seront suivis de près…” Tiens donc ! Comme pour la dette, le gouvernement a découvert l’infini, cette fois celui du nombre des policiers surveillant d’un côté les rétifs au masque et au confinement, et de l’autre les fichés “S”, les terroristes libérés, et les radicalisés en liberté, poursuivant les premiers jusque dans les églises, et laissant bien sûr les autres à l’abri de leurs quartiers réservés, car à l’impossible nul n’est tenu….  D’ailleurs, le Conseil Constitutionnel a déjà résolu la question et démenti a priori le ministre puisqu’il a censuré en Août dernier la loi « instaurant des mesures de sûreté à l’encontre des auteurs d’infractions terroristes à l’issue de leur peine ». Dans le monde de Dupond-Moretti, il est possible de condamner administrativement tous les Français à des restrictions d’aller et de venir, voire à une quasi assignation à résidence, ou même une incarcération dans l’isolement pour les pensionnaires des Ehpad, mais sous la protection du juge judiciaire, le détenu libéré n’a pas à subir  de restriction à sa liberté retrouvée… Un monde merveilleux inspiré doublement par nos amis britanniques : 1984 pour tout le monde et Habeas corpus pour les justiciables !

La démocratie ne peut s’accommoder des excès de surveillance lorsque ceux-ci débordent les besoins de l’ordre public, du respect de la loi et de la sécurité, lorsqu’ils empiètent sur les libertés personnelles fondamentales liées à l’autonomie de la personne, pour son domicile, sa correspondance, et ses déplacements. Elle peut en revanche tolérer des mesures d’exception à la fois limitées dans le temps, et surtout discriminant nettement les individus en fonction de leur dangerosité subie ou volontaire. La prolongation, l’accentuation, et pour comble l’inversion de ces mesures sont en train de pulvériser notre démocratie. Maurice Duverger avait un jour écrit : “La quantité de liberté que l’Etat laissera aux individus dépend de la force des disciplines intérieures que les individus sont capables de s’imposer à eux-mêmes … Quand on n’est pas maître de soi, il faut bien qu’un autre soit votre maître pour que la société vive”. Cette formule est redoutable car elle pourrait justifier la dictature comme antidote de l’anarchie, mais elle doit plutôt nous appeler à une prise de conscience : ne peut être démocratique qu’une nation dont toute la population partage un certain nombre de règles que les familles et l’éducation transmettent de génération en génération. Ni l’individualisme, ni le séparatisme ne peuvent maintenir la démocratie !

Articles liés

7 commentaires

  1. Difficile en effet d’admettre que l’on ne peut pas sortir de chez soi sans papiers, mais qu’il n’est pas nécessaire d’en avoir pour s’installer dans le pays !
    Le choix du dernier ministre de la Justice me paraît pleinement cohérent avec la personnalité de celui qui l’a nommé !

  2. Très belle citation de M. Duverger à laquelle je souscris à 100% et qui fait écho en cette période confinée à la multiplication de fêtes privées clandestines totalement illégales où se réunissent des centaines de personnes irresponsables et indisciplinées qui se contrefichent du covid-19 et de sa propagation à l’ensemble de la société! C’est toujours la même chose: la majorité paye pour une minorité d’abrutis! Alors oui, face à ces personnes inciviques, aucune pitié à avoir, l’état doit sévir et être leur maître!

  3. L’Etat a pour mission de protéger les libertés. Comment peut-il mettre les ennemis de la liberté au même niveau que les défenseurs de la liberté?

  4. @ DELAFOSSE:

    Emmanuel Macron doit ou peut seulement représenter le passé de la France, ce dernier ayant eu un célèbre porte-avions en mémoire d’un politicien qui avait interdit, pendant la Grande Guerre, le nitrate de sodium, cependant sans embargo relatif aux nitrates d’argent et de potassium. Effectivement, l’argent étant inoxydable au contact de l’oxygène et l’alumine réduite donnant l’aluminate de soude, puis le chlorure double d’aluminium et de sodium, l’acide nitrique était jadis produit exclusivement par le nitrate de sodium chilien. Afin de déduire clea, Georges Clemenceau avait compris quelques postulats scientifiques, en l’occurrence l’équiprobabilité des éléments dissous dans l’eau, la distinction entre la molécule et l’électron, la différence du fluide par rapport au corps solide et la définition d’une réaction acido-basique. Or, en ayant supprimé les recommandations professionnelles en droit français du travail, Emmanuel Macron et son soi-disant programme économique ont en réalité instauré une période d’amortissement concernant le sulfo-benzène soluble dans l’eau, ce dernier étant intelligible d’après la pensée politique de Georges Clemenceau. Comme il est prohibé de déboulonner les symboles républicains français, je constate effectivement chez l’actuel président de la république française un syndrome-prenez-les-électeurs-pour-des-veaux.

  5. Addendum dans mon avant -dernier message:

    L’Histoire nous rappelle que le progrès scientifique reste le fruit du hasard, notamment avec la découverte du sulfate d’alumine et de potassium: d’ailleurs, c’est si vrai qu’Emmanuel Macron a annoncé un vaccin contre le coronavirus pour le prochain été !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services