Le Lancet : l’Oligarchie, fin de partie ?

Veran contre Raoult, c’était la carte contre le territoire, le médecin socialiste ambitieux devenu ministre contre un infectiologue de renommée mondiale mais anticonformiste à la tête de l’IHU marseillais. Le premier s’appuyait sur les institutions et les instances qui constituent le microcosme médical, composé de spécialistes qui, à force de courir d’une réunion à l’autre, ne voient plus guère de malades. Le second, c’était le terrain, les patients en direct, et près de 4000 personnes testées et soignées, mais en dehors des règles académiques. Le premier, et son Cerbère Salomon, égrenaient les chiffres, dessinaient les cartes des zones les plus touchées et de celles qui l’étaient moins. Le second administrait aux volontaires infectés par le Covid-19 des doses d’hydroxychloroquine et d’azythromycine pendant quelques jours avec des résultats positifs, puisqu’on ne constatait que 0,5 % de décès parmi eux.

Cette apparence du sérieux institutionnel contre une sorte de braconnage médical était renforcée par le style volontiers provocateur du « druide » marseillais qui ne cessait de rappeler son audience internationale et son niveau scientifique dont il affichait si peu les signes ostentatoires. Mais la carte sûre d’elle s’est assez vite fissurée, crevassée : pourquoi l’Etat avait-il, au mois de Janvier, classé parmi les produits toxiques cette chloroquine utilisée depuis près de 80 ans contre le paludisme et nécessaire aux malades du lupus ? Pourquoi le ministre Veran avait-il réservé son usage aux malades gravement atteints par le Covid-19, et sans l’antibiotique préconisé dans le protocole Raoult ?  Ce dernier avait pourtant insisté sur la nécessité d’en user précocement pour diminuer la charge virale, ce qu’il constatait à Marseille, et sur son inutilité dès lors que les problèmes respiratoires aigus, qui allaient entraîner la mort, ne dépendaient plus du virus. La thérapeutique du professeur marseillais était mise en oeuvre dans de nombreux pays dans le monde… En France, elle suscitait une véritable guerre civile médicale. Mais, derrière Raoult, soutenu en France par Onfray, et à l’étranger par Trump, se profilait l’ombre du populisme. L’infectiologue de réputation mondiale devenait alors un charlatan ! Aussi, lorsque la revue de référence, The Lancet, publia une étude portant sur 96 000 cas et concluant à la nocivité de l’hydroxychloroquine, un cri de triomphe parcourut le microcosme de la bienpensance, dont les vecteurs médiatiques, pavoisèrent et jubilèrent. La bête était morte, les institutions internationales et nationales, l’OMS et l’ANSM, l’agence française du médicament française, suspendaient les essais cliniques de la molécule dans le cadre de l’épidémie actuelle. Le ministre Veran se mettait au niveau de Cohn-Bendit pour demander aux partisans de Raoult de « fermer leur gueule ».

Cette danse sur un cadavre n’a duré que quelques jours. De nombreuses personnalités scientifiques, y compris des opposants à la thérapie marseillaise, ont décelé la supercherie : la revue de référence avait publié sans véritable contrôle un article manifestement fallacieux, bourré d’erreurs factuelles, et fondé sur des sources incertaines. Trois des quatre signataires, dont le principal, Mandeep Mehra, se désolidarisaient du quatrième, le meneur de l’opération, Sapan Desai, dirigeant de Surgisphère, la société d’analyse, opératrice de la collecte et de la présentation des « données ». The Lancet lui même mettait en garde, et on assista alors à la pantalonnade du ministre Veran allant demander des explications au Lancet qui l’avait amené un vendredi soir à interdire l’emploi du médicament contesté, même dans le protocole inopérant dans lequel il l’avait d’abord autorisé. Ainsi, une revue étrangère avait conduit le ministre d’un grand pays soi-disant doté du meilleur système de santé du monde, bardé d’autorités, d’agences, de conseils destinés à conforter le ministère dans la sûreté de sa politique… à prendre une décision précipitée d’ignorant pressé, comme si d’autres motifs avaient agi aussi. A quoi sert  l’ANSM qui va revoir sa copie ? A quoi sert le Haut Conseil de la Santé Publique qui au lieu de conseiller le ministre de façon autonome joue les girouettes selon que le vent souffle dans le sens du Lancet ou contre lui ? A quoi sert la Haute Autorité de la Santé, cette autorité administrative indépendante chargée précisément de faire prévaloir l’intérêt public ? On sait que son ancien président, Jean-Luc Harousseau était favorable l’introduction de la thérapeutique à l’hôpital. A quoi sert le Conseil Scientifique que Raoult a quitté ? Le Comité Analyse Recherche et Expertise qui s’y est ajouté ? A rien, sinon à dépenser de l’argent public, à créer des emplois inopérants qui mobilisent des ressources qui seraient plus utiles auprès des malades ?

L’éthique et le bon sens ont conduit Didier Raoult à préconiser une méthode : dépister les personnes infectées, les isoler, les soigner. Il a su se procurer les tests auprès notamment d’un laboratoire vétérinaire auquel le gouvernement ne daignait pas répondre. Il n’a pas, comme le conseillait Veran, renvoyé les gens chez eux avec du Doliprane… pour contaminer leurs proches. Il les a soignés avec une thérapeutique hors-AMM, en prenant les précautions nécessaires. C’est ce que doit faire un médecin devant un malade dès lors qu’il n’est pas un Diafoirus prêt à voir mourir ses patients selon les règles de la médecine au terme d’essais « randomisés ». C’est ce que devaient pouvoir faire tous les médecins, ces médecins de ville qu’on a méprisés jusqu’à les priver des moyens matériels indispensables à l’exercice de leur métier, comme les masques. L’expérience du Covid devrait ouvrir les yeux des Français sur le microcosme qui les dirige et les informe, sur son incompétence, sur cette armée de colonels qui n’ont jamais livré la moindre bataille, et dont les décisions ne sont pas exemptes de copinage, de calculs intéressés voire de corruption. Il est plus que temps de faire tomber cette oligarchie qui, elle, est vraiment inutile et même nocive à la France.

 

Mot clés:

4 commentaires

  1. kerneilla marrié - 5 juin 2020 13 h 18 min

    « L’expérience du Covid devrait ouvrir les yeux des Français sur le microcosme qui les dirige et les informe, sur son incompétence, sur cette armée de colonels qui n’ont jamais livré la moindre bataille, et dont les décisions ne sont pas exemptes de copinage, de calculs intéressés voire de corruption. Il est plus que temps de faire tomber cette oligarchie qui, elle, est vraiment inutile et même nocive à la France. »
    Il faudrait que plus de français acceptent de réfléchir par eux même, au lieu de se livrer pieds et poings liés à toutes les propagandes (journalistique, et Éducation Nationale) et à tous les discoureurs (Macron) qui, comme le Joueur de flûte d’Hammel , nous mènent à la perdition.

    Répondre
  2. Homo Orcus - 6 juin 2020 6 h 17 min

    Veran au niveau de Cohn-Bandit, EXCELLENT !

    Répondre
  3. Loosveld - 6 juin 2020 22 h 26 min

    @ Monsieur le Député:

     » Le vote de la loi prêt-bail en 1941 aux Etats-Unis avait été fait en vertu du préambule de la Constitution applicable dans ce pays. Je rappelle qu’Emmanuel Macron s’est fondé sur cette dernière pour rendre désormais payants des gains de productivité suite au vote de la loi du 20 Décembre 2017 en France. C’est une réalité historique: l’élaboration du sulfo-benzène, soluble dans l’eau contrairement à la benzine, avait naguère permis d’établir avec certitude la présence d’or ou de platine dans une matière première, à l’exclusion de tout produit intermédiaire. La conséquence économique est alors évidente puisqu’en augmentant la quantité de métal produit et, avec un même coût variable, il y a une diminution du prix de revient permettant un accroissement inversement proportionnel de la masse salariale, en laissant inchangé le coût unitaire de production. Or, il est démontré que ce gain chimique de productivité s’amortit sur une période quinquennale dans le système économique californien dépourvu, par définition, d’accord de branche: toute embauche annoncée par le gouvernement français actuel reste donc aléatoire !  »

    La conclusion de cette présente duperie ou erreur politicienne est évidente: le présent pouvoir français ignore ou veut faire ignorer à son opinion publique trois leçons chimiques lycéennes, en l’occurrence la définition, la propriété de l’oxydoréduction et la constitution moléculaire par octet.

    Répondre
  4. martine megarbane - 9 juin 2020 12 h 23 min

    Un magnifiqe article, merveilleusement bien écrit, qui résume parfaitement tout le déroulé de cette histoire insensée et nous ouvre définitivement les yeux sur tout ce qui l’entoure … Merci monsieur Vanneste !

    Répondre

Exprimez vous!