La loi Avia ou comment anesthésier la pensée !

Le passage en force de la “loi Avia” suscite une opposition large et nourrie. Que le premier texte voté après la douloureuse expérience du confinement soit attentatoire à la liberté d’expression relève de la provocation : après avoir suspendu les libertés d’aller et de venir, de travailler, de se réunir, de manifester, d’exercer son culte, voici que le pouvoir étrangle encore davantage la liberté d’expression dans notre pays. A peine les Français retrouvent-ils le goût de sortir, de renouer avec leurs familles et leurs amis, de fréquenter les magasins de leur choix, mais alors qu’ils n’ont pas encore la liberté de se déplacer à leur guise, on entend les punir d’avoir abusé de leur liberté de parole sur la toile, en profitant, les garnements, de leur inactivité. Non content de cette infantilisation du peuple à laquelle la macronie nous a habitués, le pouvoir fait voter ce dispositif alors que l’Assemblée ne fonctionne pas normalement, comme si le parlement n’était qu’une chambre d’enregistrement. Le spectacle du président de séance coupant la parole d’un député, en l’occurrence la présidente du RN, alors qu’elle défend la liberté d’expression, donne le vrai visage du système : technique, administratif, ignorant le respect du aux institutions et aux élus. On ne coupe pas la parole d’un parlementaire, quelle que soit son appartenance politique, quand le débat porte sur la liberté de parler. J’ai connu un président de séance communiste que les députés appréciaient car il les laissait toujours aller jusqu’au bout de leur intervention. Les quelques minutes perdues étaient une respiration démocratique, un gain pour la liberté.

Votée quand les Français ont la tête ailleurs, cette loi n’aura pas seulement connu une naissance dont la légitimité est douteuse, elle présente aussi de nombreuses faiblesses. La première est de mettre au centre d’un texte un sentiment subjectif, la haine. La loi, surtout quant elle implique des dispositions pénales, exige des fondements plus solides, plus objectifs. Il s’agit, une fois encore, sous couvert de bons sentiments, d’éduquer le peuple, de changer les mentalités, de détruire des stéréotypes, en semblant ignorer que cela revient à les remplacer par d’autres issus d’une idéologie dominante. La répulsion, le mépris, la détestation, le dégoût, l’hostilité, l’opposition, la critique pourront-ils être confondus avec la haine ? La catharsis des mauvais sentiments chez tous ceux qui sont frustrés de ne jamais être entendus, et qui ne le seront pas davantage, aura-t-elle le même poids que la véritable menace, que les injures proférées par des ennemis qui préparent une guerre mortelle contre notre société, contre notre pays ? Ce texte accentue la confusion à l’oeuvre dans l’alourdissement et l’altération de la loi sur la liberté de la presse : l’hostilité à une race ne peut être mise au même niveau que celle qui vise une religion ou une prétendue identité de genre. On ne peut reprocher à une personne d’être née ce qu’elle est, mais on peut parfaitement haïr sa pensée, ou critiquer sa prétention à être ce qu’elle n’est pas. On ne peut mettre sur le même plan les faits scientifiques et les modes idéologiques.

Notre société prétendument libérale restreint la liberté de penser sous prétexte de protéger les différences. Elle établit une inquisition qui scrute le for intérieur de ceux qui vont exercer leur sens critique à l’encontre de pensées ou de comportements absurdes, et permettre à ceux-ci de prospérer en dehors de toute rationalité. La liberté de pensée exige le débat jusqu’à l’invective, car elle doit aussi favoriser la libération à l’égard de toutes les erreurs et de tous les préjugés, et non de certains au détriment d’autres, triés par une idéologie larvée qui a, peu à peu, envahi l’éducation, la presse, et la politique, et qui entend, au nom de la lutte contre de prétendues phobies, imposer une pensée unique. Que cette démarche soit contradictoire puisqu’elle conduit à protéger, par exemple, des religions intolérantes, n’embarrasse pas ses promoteurs. L’ennemi est le peuple gaulois, sa faconde, son goût pour la dispute et les noms d’oiseaux. En cela, il y a dans cette loi une profonde méconnaissance de l’identité nationale. La loi Avia est copiée sur une loi allemande ! La NetzDG de Janvier 2018 est avant tout une réaction au déferlement de propos racistes qui ont suivi l’irruption tapageuse des “réfugiés” accueillis à bras ouverts par Mme Merkel. Les Allemands ont donc réagi à une situation conjoncturelle en fonction de leur mauvaise conscience historique lourdement chargée par le racisme. La rigueur et le conformisme germaniques n’ont jamais fait de l’Allemagne le foyer mondial de la liberté de penser. Il en va tout autrement du pays de Voltaire. Il est pathétique qu’au moment même où l’Allemagne montre la supériorité de son organisation et de son économie, on la suive sur un chemin où elle n’a pas de leçon à nous donner. Il est d’ailleurs cocasse que l’une des remontrances envers l’initiative française soit venue de Bruxelles, et à la demande de la République tchèque, qui voyait dans le texte français une restriction abusive de la libre circulation des services de la société de l’information en provenance d’un autre Etat membre de l’U.E. Ainsi donc les leçons de liberté nous viennent de l’Est, d’un membre du groupe de Visegrad. Il est vrai que l’argument repose davantage sur la liberté économique que sur la liberté d’expression.

L’artillerie contre les réseaux sociaux et leurs opérateurs est lourde. Un refus de retrait pourra coûter jusqu’à 1,25 million d’euros aux opérateurs.  Le CSA exercera le contrôle. Un “Observatoire” sera créé pour le doubler. A l’heure où l’on s’interroge sur les moyens des hôpitaux face à un problème grave, la création de “machins” superflus consacrés à des sujets moins prioritaires donne une idée de notre “gouvernance”. Les éventuels signalements abusifs par les utilisateurs de plateforme seront eux passibles d’un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende. Le processus commence donc par déléguer aux GAFA sous la surveillance du CSA le soin de trier la bonne pensée, et donc d’exercer une censure, en enlevant ce pouvoir aux juges, et il aboutit quand même au bout des litiges à alourdir une justice déjà trop pauvre pour répondre aux vrais besoins. Devant la lourdeur des sanctions, on peut craindre qu’une censure très large, robotisée, sera effectuée en amont. Elle conduira à l’effacement “réflexe” à partir d’un mot. Elle suscitera l’autocensure. Elle entraînera la délation systématique et simplifiée, aidée par les associations communautaristes.

Bienvenue dans le nouveau monde d’une pensée appauvrie et d’un peuple soumis !

Articles liés

7 commentaires

  1. Cette loi instaurant la censure est un pur scandale. Est-ce la première marche vers un Etat totalitaire voulu par Macron et ses sponsors? Y aura-t-il un parti politique d’opposition pour hurler son indignation et s’engager publiquement à supprimer cette loi s’il arrive au pouvoir?

  2. “comme si le parlement n’était qu’une chambre d’enregistrement”, ce qu’il est effectivement avec une majorité composée de godillots…
    Quant à la menace contre la liberté d’expression elle est dans la droite ligne : coup d’état médiatico- judiciaire ayant mené à l’élection (sic) de Macron, puis élection de godillots, puis ralliement des hommes politiques qui n’osent plus être de droite, puis contrôle de la pensée… “en marche” vers la tyrannie…

  3. Le masque pour le virus, le bâillon pour la parole ; bienvenue en République Populaire de France. L’écran de l’ordinateur doit être aussi vide que celui de la télévision, tel est l’objectif en fin de compte. Pas d’insulte certes, mais pas de mots dérangeants, de concepts audacieux et donc de débat. Cette normalisation aura, à mon avis, un effet mécanique qui sera le développement de la clandestinité sous toutes ses formes y compris les moins souhaitables. Les «  samizdat » peuvent renaître non en Russie mais en France, la feue Patrie des droits de l’Homme. Il ne faut pas croire non plus que Macron va s’arrêter là ; tant qu’il aura le pouvoir, il continuera ; c’est son plaisir.

  4. On pourra encore noircir du papier pendant des années contre ce Président qui n’aurait jamais dû l’être, mais il restera au pouvoir le temps qu’ il lui a été donné.
    ” Quand il est impossible de franchir un obstacle…on le contourne “.

  5. @ Delafosse:

    ” Personnellement je censure la parole de nos dirigeants en ne les écoutant plus ! ”

    Pourtant, le rire a des vertus médicales et, récemment, le neurologue Olivier Véran s’est même transformé en vétérinaire génétique pour nous démontrer un syndrome de nanisme chez un lapin !

  6. Très “posé” notre lapin… et beaucoup d’allure aussi . Il était mon ancien député à Grenoble et grand spécialiste du “Mal de tête”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services