VOUS AVEZ DIT POPULISME ?

imagesL’édredon grand oriental de Saint-Quentin a de la peine à exister. Il est vrai que son passage à la tête de l’UMP n’a laissé qu’un terne souvenir, marqué toutefois par un gigantesque éclat de rire devant la prestation grotesque des ministres chantant en playback dans le cadre d’un LipDub mis en scène par le calamiteux Lancar. Cet ancien ministre, spécialiste du faux-semblant, avait presque réussi à faire croire qu’il réformait les régimes spéciaux de retraite que la gauche vient également de maintenir. Lorsqu’il avait révélé son appartenance à l’obédience athée et la plus à gauche de la Maçonnerie, il avait essuyé la remarque acide de Fillon : maçon, peut-être, mais franc.. Le Premier Ministre nia cette formule, dont on le savait très capable, pour éviter de recevoir un mérité prix d’humour politique. Certes l’UMP ne vole pas haut, et si certains se prennent pour des aigles, c’est à force de côtoyer les spécialistes du rase-motte. L’ancien ministre de la Santé a, quant à lui, le plus grand mal à redécoller. Aussi, a-t-il cru bon d’émettre quelques propositions de réformes constitutionnelles dont on voit bien qu’elles ne sont guère d’actualité, ne serait-ce que par le rapport des forces en présence. Ces idées qu’il semble avoir découvertes par une illumination aussi tardive que soudaine appellent quelques commentaires.

Il veut ramener le mandat présidentiel à sept ans, mais non renouvelable. Cela permettrait, selon le député de l’Aisne, au Président de faire les réformes nécessaires sans en être empêché par la principale préoccupation des élus : se faire réélire. C’est le genre de lapin sorti du chapeau qui ravale la politique au niveau des gadgets. D’abord, que ferait le Président en cas de cohabitation durant les deux dernières années ? Il relancerait les chasses de Rambouillet ou ferait revivre Brégançon ? Le Président tel que l’a conçu la Vème République incarne la continuité du pays. Il est en charge de son intérêt supérieur et n’a pas vocation à devenir un élément décoratif. Comme 14 ans, c’est long, deux fois cinq ans ont paru préférables à des esprits sérieux comme Alain Peyrefitte, mais cela a abouti à ce curieux système d’un régime en apparence parlementaire, puisque c’est le gouvernement, appuyé sur une majorité parlementaire qui décide de la politique, mais en fait, présidentiel puisque la majorité semble tenir son existence du Président élu. La logique du quinquennat était de basculer dans un régime présidentiel, avec un Premier Ministre, vice-président élu lui aussi, et appelé à remplacer le Président. En cas de décès prématuré de celui-ci, tout peut être, en effet, remis en cause dans un délai inférieur à cinq ans. Mais un vrai régime présidentiel est un système où le pouvoir législatif jouit d’une autonomie par rapport à l’exécutif afin de faire des députés autre chose que des godillots ou des opposants mécaniques. La Réforme constitutionnelle de 2008 n’a rien changé à cela en profondeur. Le pouvoir, c’est le Président. Le gouvernement est un exécutant et le Parlement un décor trompeur. Que le Président ait envie d’être réélu peut être un frein comme un moteur. Cela dépend de la qualité des hommes et le fait de dire qu’un homme politique de premier plan ne souhaite que sa réélection et donc ne fera rien, dans ce but, ne révèle qu’une chose : la conception que se fait M. Bertrand des hommes politiques et de la politique.

Deuxième brillante idée : le Référendum d’initiative populaire. Là, je dis bravo, d’autant que je suis l’auteur d’une Proposition de Loi en ce sens et que j’ai été le rédacteur d’un amendement repris dans le texte de la réforme de 2008. Mais, outre que je n’ai guère entendu l’ancien ministre à ces occasions, sa connaissance empirique de la psychologie des milieux politiques manque singulièrent de lucidité à ce sujet. La réforme de 2008 a été sabotée par l’oligarchie politique et administrative qui nous dirige et à laquelle il appartient. La Loi Organique rend le Référendum impossible en raison du trop grand nombre de signatures à réunir dans un délai trop court pour n’aboutir peut-être qu’à une “lecture” par le Parlement. Quant à l’instauration des votations à la Suisse que je soutiens ardemment, elle suppose une vraie révolution. Celle-ci serait d’abord intellectuelle : elle reposerait sur l’idée que beaucoup d’hommes et de femmes qui composent la Nation Française ont un degré d’instruction, d’information et de bon sens suffisants pour répondre à une question simple, à condition de laisser le temps au débat, de fournir tous les arguments pour ou contre d’une manière équilibrée, et de n’établir aucun rapport entre la réponse et le maintien ou non de l’exécutif. Les Suisses ont ainsi participé à 554 votations fédérales depuis 1848, sans compter les votes aux niveaux communal et cantonal. Les Italiens, les Allemands et les Américains pratiquent également la Démocratie Directe, au moins au niveau local, ce qui peut avoir l’ampleur d’un vote national dans un Etat comme la Californie avec ses 38 Millions d’habitants, sa constitution et ses deux chambres.

Il y a une grande duperie chez un professionnel de la politique à évoquer le référendum populaire pour débloquer les choses, puisque le déblocage le plus dur consisterait précisément à l’instaurer. Décider que les Français sont majeurs et responsables, qu’ils ont dans leur vie une expérience et une information plus objectives que celles des politiciens qui vivent dans le cocon de leur carrière, et se soucient de leur réélection, ne peut pas venir des partis qui gèrent le système, mais forcément de ceux qu’avec dédain les “Bertrand et consorts” appellent les “populistes”. Et c’est là le second aspect nécessaire de cette révolution.

Articles liés

2 commentaires

  1. Xavier Bertrand, celui qui promettait de réduire le retard dans la date de versement des retraites avant la fin 2011, et qui n’a pas tenu sa promesse, capitulant devant l’opposition du directeur de la CNAV.

  2. Je crois me souvenir qu’en 1995, Edouard Balladur s’était déjà prononcé pour un septennat non renouvelable. Xavier Bertrand a le mérite de vouloir déphaser le mandat des députés avec celui du pouvoir exécutif. Mais, si le référendum d’initiative populaire avait été mis en application, deux questions pertinentes auraient pu être présentées aux électeurs:
    – Est-ce une incitation à l’abstentionnisme que de fixer les élections municipales en hiver ? Ceci aboutit ainsi à ce que l’actuel maire de Tourcoing ait été élu par 18% des électeurs inscrits…
    – Est-ce respectueux des partis non qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle que d’élire les députés dans la foulée de la dite élection ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services