Le candidat Hollande

A lire sur le site lexpress.fr.

Par Michel Veron, publié le 17/10/2011 à 16:46, mis à jour à 18:02

Francois Hollande est sorti victorieux de la primaire avec près de 57% des voix.

La majorité présidentielle connaît enfin l’identité de son adversaire socialiste. Selon elle, François Hollande a de nombreux défauts qu’il sera facile à mettre en avant durant la campagne.

Depuis dimanche soir, François Hollande est devenu la cible officielle de l’UMP. Désigné à l’issue de la primaire, il sera l’adversaire de Nicolas Sarkozy, dès lors que le chef de l’Etat se lancera dans la campagne présidentielle.

D’ailleurs, certains à droite affirment que le président sortant ne pourrait rêver meilleur challenger. La députée de Meurthe-et-Moselle, Valérie Rosso-Debord, par exemple, voit dans le choix de François Hollande “tout sauf une mauvaise nouvelle pour la droite”. Au départ, concède-t-elle, “nous l’avons craint” mais tout a changé dès lors “qu’il a fait preuve de sa totale non-crédibilité sur la dette en proposant de recréer 60 000 emplois dans l’éducation”.

Idem pour Pierre Méhaignerie, qui juge François Hollande beaucoup trop faible sur le fond pour battre Nicolas Sarkozy. “Dans ce contexte de crise mondiale, assure le député d’Ille-et-Vilaine, les gens attendent des réponses très précises. Or, il n’a pas pris la mesure des enjeux de l’avenir.”

Zéro expérience

Autre handicap de François Hollande, son charisme. La droite le sait, celui qu’Arnaud Montebourg a surnommé “Flanby”, souffre d’une image trop lisse dans l’opinion. D’où ce commentaire de Franck Louvrier, conseiller en communication de Nicolas Sarkozy: “François Hollande n’est pas celui qui semble avoir la plus forte personnalité. Il suffisait de regarder le débat, entre le bulldozer et le passe-muraille”.

Le député du Nord, Christian Vanneste, lui, se veut lui plus nuancé. Il souligne que “les faiblesses de Martine Aubry sont plus grandes que celles de François Hollande”. Pour lui, le tempérament “fuyant et ondulant” du député de Corrèze le rend plus coriace. Cependant, il insiste sur son inexpérience. “C’est affolant, il n’a jamais rien fait”, reprenant ainsi à son compte la pique de Ségolène Royal. Sébastien Huyghe, député du Pas-de-Calais lui emboîte le pas et rappelle que la conquête de l’Elysée est “un parcours initiatique”. “Comment peut-il prétendre vouloir exercer la mandature suprême alors qu’il n’a jamais été ministre?”, s’interroge-t-il.

De ce point de vue là, Martine Aubry avait au moins un bilan ministériel à défendre. Un bilan que la droite aurait d’ailleurs pris plaisir à démolir. Beaucoup regrettent à ce titre l’absence de “la dame des 35 heures” dans la course présidentielle.

“Il sait parler à la France rurale”

L’un des inconvénients à affronter François Hollande, reconnaît Christian Vanneste, c’est qu’il a un profil plus rassembleur que Martine Aubry. Notamment au centre, voire au centre-droit. S’appuyant sur les résultats de la primaire, il observe que François Hollande enregistre ses meilleurs résultats dans des zones où la droite est bien implantée, notamment les zones rurales. Député UMP de Seine-Saint-Denis, Eric Raoult ne s’étonne guère de ces scores car pour lui, “François Hollande sait parler à la France rurale contrairement à Martine Aubry”.

UMP: l’heure de la riposte a sonné

Ce mardi, l’UMP va organiser une convention baptisée “Le projet socialiste à la loupe: le grand malentendu!” où elle promet de “décortiquer” et de “démonter” le projet de François Hollande.

Le maire du Rancy est l’un des seuls à vraiment regretter la défaite de Martine Aubry, une adversaire qui aurait été “plus facile à battre” selon lui. Car “son caractère sectaire” et “sa méchanceté” l’auraient conduit à déraper durant la campagne. Des dérapages, affirme-t-il, qui auraient forcément profité à Nicolas Sarkozy.

Guillaume Peltier, directeur de La Lettre de l’Opinion, préfère quant à lui botter en touche. Pour ce jeune politologue, le plus important est que la droite ait enfin l’identité de son adversaire, quel qu’il soit. “Cette élection se jouera de toute façon projet contre projet”, affirme-t-il. “Etant donné que le candidat est prisonnier du projet PS, François Hollande et Martine Aubry, c’est bonnet blanc et blanc bonnet”.

Articles liés

10 commentaires

  1. Monsieur VANNESTE…A vous lire, il semble que les seules personnes pouvant se présenter à l’élection présidentielle doivent avoir une expérience ministérielle. Sinon elles n’ont “rien fait” à vos yeux.

    Je trouve ces propos très choquants.

    **D’une part, parce que – pour une raison que j’ignore – vous prenez plaisir à rabaisser votre propre charge (accessible au premier venu faut il croire) en conférant à celle présidentielle une aura que pourtant elle ne mérite pas.

    A mes yeux, les élus sont pourtant “égaux” et leur charge sont aussi honorables les unes que les autres. Il n’y a pas, pour moi, de charges publiques qui requiéraient un traitement particulier et d’autres accessibles au tout venant !

    Laisser entendre que M. HOLLANDE ne serait pas légitime à présider la République parce qu’il n’a jamais été Ministre – Charles de Gaulle non plus faut il vous le rappeler ? – est donc pour le moins choquant.

    Prétendre que, tant qu’on n’a pas exercer une charge ministérielle, on ne “sait rien faire” est aussi insultant. Insultant pour vous même, qui rabaissez votre charge autant que votre personne – faire la loi n’est donc pas une activité utile ? – insultant pour l’ensemble des Français qui, connaissant la DDHC, savent que les charges publiques doivent (en principe) être remises à ceux qui sont compétents, aptes, vertueux. Insultant pour tous ceux qui vous ont donné mandat…Et qui, injustement, vous vois considérer votre honorable charge comme un “rien” ! Incarner la France, ce n’est donc rien à vos yeux ?

    **Ensuite, il y a quelque chose de très incohérent dans vos propos. Un Ministre, sous la Vème République, est quelqu’un qui doit obéir. Tous les Présidents et Premiers Ministres sont unanimes sur ce point. En quoi une expérience ministérielle serait elle de nature, dès lors, à légitimer un candidat qui a prouvé sa capacité à obéir à une direction ?

    Je suis chef d’entreprise. Quand je cherche quelqu’un pour diriger mes équipes, je ne prends pas celui qui obéit le mieux…Mais celui qui est capable de manager une équipe. Pourquoi en serait il autrement pour l’exécutif français ?

    A l’évidence, si je dois élire quelqu’un à la présidence de la République, je vais chercher quelqu’un qui a…Exercé son autorité sur autrui ! Que ce soit dans le cadre politique – un maire par ex – ou dans un cadre professionnel – un chef d’entreprise – ou encore dans le cadre personnel : un parent.

    Il s’avère que M. HOLLANDE est maire de Tulle. Il sait donc – sinon il ne serait pas réélu – diriger une équipe (le conseil municipal), serrer des mains, faire preuve de diplomatie, sacrifier aux inaugurations, et prendre des décisions (arrêts municipaux). Et on peut même dire qu’il a une expérience “militaire” au sens où le maire est aussi le chef de la police municipale.

    Attaquer M. HOLLANDE sur son “inexpérience” est donc particulièrement ridicule, ne serait que parce que, dans toutes situations, il faut une “première fois”.

    Quand les électeurs ont donné à votre collègue TARDY, le “sans expérience politique” un mandat de parlementaire, je ne crois pas qu’ils l’aient regretté. Et pour ma part, si j’avais votre raisonnement, je n’embaucherais pas de “jeunes” au prétexte que les études ne correspondent à aucune “expérience” professionnelle !

    M. HOLLANDE ne me semble pas correspondre à la France. Mais ce n’est pas à cause de son “manque d’expérience” que je le disqualifie, ni même parce qu’il serait trop “lisse” – personne ne pariait sur le petit Louis IX : aujourd’hui, c’est l’un de nos plus grands rois ! Qui comptait, en 40, sur un colonel déserteur ? – mais parce qu’il ne me semble pas apte.

    Compétent oui. Vertueux, je le souhaite. Mais apte…Je ne crois pas.

    Pour moi, François Hollande est quelqu’un qui aime les choses routinières, qui aime être tranquille et déteste qu’on le bouscule. La vie “pépère” d’élu local lui convient bien. S’il y va, c’est moins par envie, que parce qu’il ne veut pas de Mme AUBRY à la présidence.

    Pour moi, François Hollande est un “roi de Bourges”. Charles VII voulait être roi de France (parce qu’il était l’espoir du pays) mais en même temps redoutait plus que tout la couronne et sa signification (d’où l’obligation pour Jeanne de le traîner à Reims et son échec devant Paris)

    Je pense que M. HOLLANDE est dans les mêmes dispositions. Il sait qu’il est un candidat heureux – toutes les cartes sont dans sa poche – mais une telle chance peut faire peur.

    Après tant d’insuccès, Charles VII s’était fait à sa vie de banni. Voir d’un coup la baraka refaire surface, en l’espace d’un an – et quelle année – l’a terrifié.

    Il est certainement, tout aussi inconfortable, pour F. HOLLANDE, d’être si “verni” parce que sa victoire parait ineluctable et que refuser de la saisir, lui ferait perdre toute estime de ses pairs et soutiens.

  2. François Hollande candidat?! La politique française atteint des sommets qu’on n’espérait de la part d’une si vieille nation. Je retourne me coucher. Réveillez-moi lorsque le spectacle sera terminé.

  3. Si l’ump veut l’emporter, elle doit surtout compter sur la démobilisation d’une partie de l’électorat de gauche, ou espérer le miracle d’une affaire politico judiciaire avec mise en examen du candidat Hollande avant son élection.
    Sinon je ne donne pas cher de la peau de Sarkozy.

  4. Moi je suis sidérée par l actu de la “gauche dure” et du silence autour de cette affaire …. :
    ” L’enquête passe alors du proxénétisme à l’abus de biens sociaux et s’agissant de l’ex-patron du FMI, au recel d’abus de biens sociaux. Avec, en filigrane, de lourdes conséquences politiques possibles. ”
    http://www.lavoixdunord.fr/actualite/L_info_en_continu/Region/2011/10/26/article_affaire-carlton-pour-l-avocat-de-kojfer-un.shtml

    Il devient plus qu urgent que le candidat de la gauche sorte de son mutisme et nous explique ce qu il se passe dans la ville de sa 1ère secrétaire ….

  5. D’accord avec Isabelle. Je me demande comment Aubry ne pouvait pas être au courant que Strauss Kahn passait régulièrement dans la ville dont elle est maire. Ne s’est elle jamais interrogée sur les raisons de descentes si fréquentes au Carlton? Lille n’est pas New York, ce n’est pas une ville immense et il est impossible qu’elle ne l’ait jamais aperçu ou n’ait jamais été informée de sa présence. Elle ne pouvait donc ignorer ce qui s’y passait.
    Soit elle connaissait exactement ce à quoi se livraient tous les protagonistes de cet hotel, soit elle a eu au moins vent de rumeurs, au mieux elle a fermé les yeux, au pire elle est complice mais quelle que soit l’hypothèse l’enquête devrait aussi être orientée vers elle.

  6. @ babeil:

    ” D’accord avec Isabelle. Je me demande comment Aubry ne pouvait pas être au courant que Strauss Kahn passait régulièrement dans la ville dont elle est maire. ”

    C’est évident et cela me permet de faire la transition avec la venue demain soir sur France 2 de François Hollande dans l’émission “Des paroles et des actes”. C’est dommage que le prévisible exercice de complaisance entre les journalistes et le candidat socialiste ait lieu sur une chaîne très marquée à gauche car, en réalité, il est possible de trouver pour chacune de ses paroles plusieurs actes contraires. Voici un exemple avec sa déclaration “Je suis un candidat normal, comme tout le monde”:

    1) Acte n°1: le loyer de mon siège De campagne s’élève à 40.000 €.

    2) Acte n°2: j’ai soutenu Gérard Dalongeville pour qu’il soit réélu maire d’Hénin-Beaumont.

    3) Acte n °3: je n’ai pas écouté la plainte téléphonique de la mère de Tristane Banon concernant une tentative de viol.

    Etc…

  7. C’est écrit en toutes lettres dans le projet de François Hollande: la France, si par malheur il était élu, devrait renoncer à son siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU: l’ex-compagnon de Ségolène Royal est indubitablement le candidat… de la révolution nationale !

  8. A la vérité, si François Hollande a proposé la suppression du mot “race” dans la Vème Constitution, c’est pour permettre -entre autres- à son allié Oscar Temaru d’insulter en toute légalité ses adversaires politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services