La situation des Chrétiens d’Orient

Assemblée nationale
XIIIe législature
Session ordinaire de 2011-2012

Compte rendu

Première séance du mardi 11 octobre 2011

M. le président. La parole est à M. Christian Vanneste, pour le groupe de l’Union pour un mouvement populaire

M. Christian Vanneste. Ma question s’adresse à M. le ministre des affaires étrangères et porte sur la situation des chrétiens au Moyen-Orient.

Depuis la fin de l’année dernière, un vent révolutionnaire souffle sur les pays arabes. Il présente des aspects positifs, puisqu’il annonce à la fois la liberté et la démocratie. Mais toute lumière projette des ombres…

Il y a, au Moyen-Orient, une large majorité musulmane ; il y a aussi de fortes minorités chrétiennes, implantées depuis l’aube du christianisme et qui ont illustré l’histoire de ses débuts par leur diversité aujourd’hui maintenue.

Dans les tempêtes, ce sont toujours les plus fragiles qui subissent les éléments. On l’a vu après l’intervention américaine en Irak où les Assyriens et les Chaldéens ont dû quitter en grand nombre leur pays et ont connu de très nombreux attentats.

En Égypte, la forte minorité chrétienne de huit millions d’habitants, qui subit une discrimination, a la volonté de s’émanciper et se heurte, malheureusement, à une répression très dure. Après qu’un attentat a coûté la vie à vingt et un Coptes à la nouvelle année, hier dix-sept Coptes ont été victimes d’une répression disproportionnée.

Le Moyen-Orient compte vingt millions de chrétiens qui participent à l’équilibre de cette région du monde. Le mufti de Tripoli me disait ainsi qu’il faut que les chrétiens restent. La France est très attachée à ces communautés. Elle a aussi, ces derniers temps, participé à la libération du Moyen-Orient.

M. Christian Bataille. Pas assez !

M. Christian Vanneste. Pouvez-vous nous dire, monsieur le ministre, quels moyens notre pays met en œuvre pour protéger ces communautés ? (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. le président. La parole est à M. le ministre d’État, ministre des affaires étrangères et européennes.

M. Alain Juppé, ministre d’État, ministre des affaires étrangères et européennes. Monsieur le député, vous avez raison de rappeler que les chrétiens sont présents en Orient depuis les premières années de l’ère chrétienne, avant même la prédication du prophète Mahomet. Le Président de la République, lors de ses vœux aux autorités religieuses, le 7 janvier dernier, déclarait : « nous ne pouvons pas accepter que cette diversité humaine, culturelle et religieuse, qui est la norme en France et en Europe disparaisse de cette partie du monde ».

Vous le savez, la France n’a cessé de condamner avec la plus grande fermeté les violences dirigées contre les chrétiens dans la région, notamment en Irak ou en Égypte où, hier encore, nous avons condamné les incidents au Caire qui ont causé, vous l’avez rappelé, de nombreux morts et blessés. Nous ne nous sommes pas contentés de mots : nous avons accueilli, sur notre sol, les personnes menacées et celles qui ont été victimes d’actes de violence et de terrorisme. Ainsi, en Irak, avec un programme d’accueil, nous avons fait venir en France près de 1 300 chrétiens. Nous avons fait de même en organisant l’évacuation sanitaire de personnes blessées lors des attentats de Bagdad, le 31 octobre dernier.

Les printemps arabes peuvent et doivent constituer une opportunité historique pour ces communautés du Moyen-Orient. Ils doivent leur permettre de prendre toute leur part à la construction de la démocratie. C’est ce que je suis allé dire hier soir à l’Odéon, en présence des opposants et de nombreux intellectuels syriennes et syriens.

Nous nous battons aussi au niveau européen et le Conseil des affaires étrangères du mois de février dernier a pris position à nouveau, très fermement, contre l’intolérance et la discrimination religieuses.

Voilà la ligne qui est la nôtre et que nous continuerons à défendre. Je vous rappelle que M. Adrien Gouteyron a été chargé par le Premier ministre d’une mission en Orient, précisément pour faire le point de la situation des minorités chrétiennes et nous permettre de renforcer nos positions dans ce domaine. (Applaudissements sur les bancs du groupe.)


Articles liés

3 commentaires

  1. Merci monsieur le député de mettre sur le tapis ces réalités trop souvent méconnues et volontairement ignorées par l’opinion publique/médiatique, qui préfère s’intéresser aux discriminations que subissent les musulmans sur notre sol (!), et qui, si discrimination il y a, sont loin de ce que subissent les minorités chrétiennes en Egypte, en Afghanistan (ou la dernière église a brulé) ou plus généralement dans les pays à majorité musulmane.
    Nous sommes très préoccupés par cette situation.
    Elle appelle à une prise de conscience de l’islam tout entier, afin qu’il connaisse lui aussi ses Lumières, et s’ouvre sur un monde moins intolérant, plus ouvert, plus respectueux.
    Gageons que ce qui se passe dans ces pays n’arrange en rien, voir cause indirectement les “problèmes”que provoquent les musulmans dans l’opinion des européens.

    Cordialement,

  2. Bonjour, MR VANNESTE, je vois que vous êtes toujours la pour nous rappeler qu’il y a des chrétiens au moyen orient, et qu’ils sont une minorité.Je pense qu’il ne faut pas partir dans le terrain de l’affrontement entre chrétiens et musulmans, car comme vous le savez les coptes ont toujours été présent en egypte, et il ya méme des familles coptes qui sont milliardaires et trés aisés.
    Pourquoi aller si mloin Mr Vanneste, et ne pas nous parler de notre histoire de france et plus particuliérement du de cette journée du 17 octobre 1961 qui a vu l’l’horreur, le massacre d’algériens par centaines en france pays des droits de l’homme, pourquoi donner des leçons aux autres pays et nous parler des chrétiens d’orient et de l’équilibre qu’ils apporte,nt au moyen orient, je tiens à la rappeler les chrétiens d’orient ont toujous vécu en paix enterre d’islam, si il y a encore des chrétiens au moyen orient c’est parce que l’islam les a laissé vivre en paix, ca vous ne le voyez pas.Pourquoi parler des chrétiens d’orient, alors qu’en 1995 l’armée française qui était présente en bosnie herzégovine avec le général morillon, et n’est pas intervenu pour arrété le génocide du peuple bosnique parce qu’il était musulman, des milliers de musulmans massacrés par les milices serbes, alors qu’au méme moment MR milosevic est invité par la france,au nom des liens historiques avec la france et la serbie???
    Pourquoi parler des chrétiens d’orient alors que la travail de mémoire n’est pas fait avec le passé colonial de la france, et les massacres perpétrés en algérie, et aussi cette journée du 17 octobre 1961 , vous n’en parlez pas ou bien cela s’appelle étre amnésique, ou bien la mémoire sélective, avec tout mon respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.