Le développement de l’alternance: une insertion facilitée des jeunes sur le marché du travail

 

Après une prise de position du Président de la République prévoyant de faire passer le nombre de jeunes formés par l’alternance de 600 000 aujourd’hui à 800 000 en 2015, et même d’atteindre «1 million à terme»,  la Ministre Nadine Morano a mis en place des mesures concrètes.

On ne peut que saluer cette mobilisation du gouvernement en faveur des jeunes ! En effet, ces derniers voient leurs chances d’être embauchés diminuer quand ils n’ont pas d’expériences professionnelles antérieures au moment de postuler à leur premier emploi. Puisque les demandes de stages affluent sans que les professionnels y répondent largement, il ne restait plus qu’à les encourager dans l’insertion des jeunes issus de l’apprentissage par le jeux des versements, des avantages et aussi des pénalités modulées.

Cette mobilisation sur le sujet suscite d’autant plus mon enthousiasme qu’elle est nécessaire. Notre voisin outre-Rhin nous a devancés dans cette voie : trois fois plus de jeunes y sont employés en apprentissage. Près des deux tiers des jeunes passent par l’apprentissage, un chiffre qui fait écho à la quasi absence de chômage en Allemagne: l’alternance est le premier pont vers l’emploi et il permet d’éviter le chômage des jeunes.

Les projets seront financés par des partenaires publics et privés. Les conseils régionaux ont en matière d’apprentissage une compétence essentielle: leur mission est d’accroître les offres de formation.

Ce vaste projet de promotion de l’apprentissage et de l’insertion dans la vie professionnelle touche tant les jeunes que les moins jeunes. Désormais, les entreprises qui embaucheront un demandeur d’emploi âgé de 45 ans et plus par un contrat de professionnalisation bénéficieront d’une aide supplémentaire de 2 000 € par contrat, financée par l’Etat, cette aide se cumulant aux 2 000€ versés par Pôle emploi pour les contrats de professionnalisation des salariés de 26 ans et plus.
Afin d’assurer un juste équilibre entre les établissements au regard du nombre de leurs salariés, des avantages ont été créés pour les entreprises qui honoreraient le quota de 4% d’alternants. Celles de plus de 250 salariés qui dépassent la nouvelle obligation légale bénéficieront d’un bonus appliqué à chaque contrat. Quant à celles de moins de 250 salariés, toute embauche supplémentaire par rapport à l’année précédente d’un jeune de moins de 26 ans en alternance donne droit pendant un an à une exonération totale de charges sociales. Cette exonération s’applique depuis le 1er mars.

Ce plan d’action a eu des suites en matière réglementaire. En mai, trois décrets ont été pris: l’un pour les contrats d’apprentissage et de professionnalisation des jeunes, l’autre pour les contrats d’aide à l’embauche des plus de 45 ans, et le troisième visant à simplifier le dépôt des contrats de professionnalisation. La Loi de Finances Rectificative pour 2011 a de son côté relevé le quota de 3 à 4%, outre l’instauration d’un bonus pour les entreprises qui emploient plus de 4% d’apprentis et l’adaptation de la sanction pécuniaire aux efforts de l’établissement. Enfin, une loi visant le développement de l’alternance et la sécurisation des parcours professionnels a été adoptée en juillet dernier, revalorisant le statut d’apprenti et facilitant le recours à ce contrat.

Le site www.contrats-alternance.gouv.fr propose des offres en ligne. Les personnes en recherche d’emploi, notamment les jeunes, inscrits ou non à Pôle emploi ont la possibilité en créant un espace personnel sur ce site de s’abonner gratuitement afin de recevoir directement et quotidiennement dans leur boîte e-mail les offres d’emploi qui correspondent à leurs critères.

Articles liés

Un commentaire

  1. Mais qu’à donner comme RESULTAT cette “mobilisation” du Gouvernement, en la personne de M. Xavier Bertrand et Mme Nadine Morano ?

    Apparemment, le concept ne séduit pas beaucoup les entreprises…

    « Après un mois de juin 2011 catastrophique, qui avait enregistré une baisse de 44% des contrats d’apprentissage par rapport à juin 2010, le mois de juillet n’aura pas redonné le moral aux acteurs de l’apprentissage : les chiffres du ministère du travail soulignent ainsi pour le mois de juillet 2011 une baisse de 60% sur les contrats de professionnalisation et de 20% sur les contrats d’apprentissage… » (Educpro du 8 septembre dernier)

    http://www.educpros.fr/detail-article/h/440d24128e/a/rentree-retraite-lactualite-de-lalternance-du-8-septembre-2011.html

    Concernant le plan com du Gouvernement, il semble y avoir, aussi, quelques ratés :

    « (…) Il est évidemment trop tôt pour faire des pronostics sur la campagne 2011-2012, mais il est clair qu’elle a mal démarré. C’est d’autant plus inquiétant que le 1 er mars sont entrées en vigueur l’exonération de charges pour l’embauche d’alternants supplémentaires pour les PME de moins de 250 salariés et l’aide de 2.000 euros sur les contrats de professionnalisation pour les plus de 45 ans, qui n’ont pour l’instant été utilisées que pour 10.000 contrats au total (…) » (Les Echos, le 7 septembre)

    Le souci, en fait, c’est que le Gouvernement croit qu’il suffit de communiquer – pendant les vacances de préférence ! – pour que les choses aillent d’elle même !

    Une autre raison explique aussi, sans doute, l’échec gouvernemental : son INCOHERENCE !

    En effet, l’arrêté du 3 août, publié le 6 septembre au Journal Officiel indique : « Pour l’application du présent article, l’assiette mensuelle est calculée sur la base de 151,67 fois le montant horaire du SMIC en vigueur au 1er janvier de l’année au cours de laquelle est versée la rémunération. »

    Traduction : l’assiette mensuelle de cotisations des apprentis sera désormais calculée sur la base des 35 heures (au lieu de 39) , ce qui, d’après FO, devrait faire perdre 1 ou 2 trimestres aux apprentis !

    Dans ces conditions, quelle peut être la “motivation des jeunes” à faire de l’apprentissage, si la comm gouvernementale les y incite…Mais que le Gouvernement tue cette incitation avec des mesures pour le moins négatives ?

    Peut être le Gouvernement ignorait il (soyons bons) que syndicats et patronat étaient hostiles à cette mesure ! Maintenant que vous en avez, vous, connaissance…Peut être pourriez vous informez qui de droit…Que lorsqu’on promeut un système tout en le vidant de ses bienfaits dans la pratique…Il est particulièrement compréhensible que les entreprises, comme les jeunes, soient bien plus frileux !

    Je suis certain que Mme MORENO trouverait son travail bien moins “enthousiasmant” si elle perdait sa chère retraite de Ministre (bien évidemment, pas touchée par la “réformette” (dixit M. FILLON) …Toujours bonne pour autrui, jamais pour soi !)

    Si vous voulez “revaloriser” le statut d’apprenti, vous savez ce qu’il vous reste à faire : obtenir l’abrogation de l’arrêté cité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.