Liu XIAOBO, Prix Nobel de la Paix

Excellente nouvelle qui me donne satisfaction pour trois raisons.

Tout d’abord, cette décision du jury nobel norvégien rectifie le lamentable choix précédent. Comment avait-on pu accorder une telle distinction à un homme politique américain, à peine élu président, après une assez courte carrière et qui a aucun moment n’avait accompli la moindre réalisation, ni pris le moindre risque qui puissent lui valoir une pareille consécration ? Le Président américain, par nécessité fait la guerre et sert les intérêts de son pays, qui est par ailleurs une grande démocratie. Celui-ci mène actuellement deux guerres. Si la première se termine, c’est grâce au surge mis en œuvre par son prédécesseur. Quant à la seconde, elle paraît s’enliser.

En second lieu, et au contraire, le fait de souligner le caractère dictatorial et politiquement condamnable de la politique chinoise ne manque pas d’un certain courage à l’égard d’un pays dont la puissance est telle qu’il est aujourd’hui craint universellement et donne l’impression de pouvoir tout se permettre. La longue suite de sympathies inavouables et néanmoins proclamées dans les pires moments de ce régime de la part de nos intellectuels gauchistes hier, les enthousiasmes plus récents mais tout aussi peu éthiques de nos hommes d’affaires pressés d’aller investir dans cet atelier du monde qui paye si mal ses ouvriers, aujourd’hui, témoignent de l’ignorance et parfois de la lâcheté du reste du monde par rapport au communisme chinois. Le prix Nobel est de ce point de vue aussi un message d’espoir envers un homme qui est la victime emblématique de ce régime et qu’il ne faut pas oublier.

En troisième lieu, Liu XIAOBO a participé à la rédaction de la Charte 08, celle-ci fait évidemment penser à la charte 77 signée notamment par Vaclav HAVEL. On ne peut s’empêcher d’espérer que de la même manière, ce héros et martyr de la liberté de penser devienne un jour président d’une Chine libre et respectueuse des droits de l’homme.

Articles liés

3 commentaires

  1. En 1988, Liu Xiaobo déclara dans une interview que la Chine avait besoin d’être soumise à 300 années de domination coloniale pour pouvoir devenir un pays décent, de type évidemment occidental.
    C’est peut etre cela qui fait qu’il a eu le prix nobel ou je me trompe Mr Vanneste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.