N’ayons pas peur de la sécurité !

Christian Estrosi a parfaitement raison. Les réactions indignées de la gauche le prouvent abondamment. Il est même assez cocasse d’entendre les mêmes qui ont mis en place l’obligation d’un minimum de 20% de logements sociaux dans les communes de plus de 3 500 habitants, et celle de réaliser des aires d’accueil pour les gens du voyage dans les communes de plus de 5 000, se révolter à l’idée que l’on puisse imposer aux communes de participer à l’effort de lutte contre l’insécurité.

En effet, les communes qui ne respectent pas le seuil des 20% sont bien assujetties à une taxe. De même, le préfet peut se substituer au maire pour réaliser une aide d’accueil. Or, si la construction de logements sociaux peut être considérée comme une priorité, et l’accueil des gens du voyage comme une solution digne, ces deux objectifs concernent des domaines qui appartiennent en grande partie ou en totalité à des choix de vie. Le logement sédentaire ou nomade est du domaine de la vie privée, même si aujourd’hui on considère le logement comme un droit opposable. S’il est légitime de faire respecter ce droit, y compris par la contrainte, il est encore plus légitime de faire respecter par les mêmes moyens un droit, inscrit dans le Préambule de notre Constitution, qui a donc l’antériorité de l’histoire depuis 1789, et dont la revendication est le propre non d’une partie des citoyens, mais de tous, à l’exception, peut-être, des délinquants…

C’est la raison pour laquelle je vais déposer une proposition de loi qui tendra à imposer aux villes de 3 500 habitants l’installation d’un système de vidéoprotection, aux départements la participation à sa réalisation. L’État devra bien sûr intervenir pour soutenir cet effort mais à la condition que, par ailleurs, les communes ou les départements développent une politique de travaux d’intérêt général (TIG). Ainsi, les collectivités territoriales participeront à la lutte contre la délinquance par une action complémentaire de l’État et qui correspond davantage à leur vocation, puisqu’elle reposera sur la prévention et sur la réinsertion.

Certains verront là une atteinte à la libre administration des collectivités territoriales. Non seulement c’est déjà le cas en matière de logements, mais encore de très nombreux maires, beaucoup de présidents de conseils généraux, ont déjà mis en œuvre ces pratiques. Manuel Valls, à Évry, a installé 60 caméras en 2009. Le département du Var cofinance la mise en place des réseaux. Le département du Val d’Oise soutient l’organisation des TIG. Dans ce domaine, comme bien d’autres, l’intérêt général doit l’emporter sur les clivages idéologiques. Dans ma circonscription, je soutiens d’ailleurs l’implantation de caméras grâce aux fonds de ma réserve parlementaire : Neuville-en-Ferrain, Bousbecque, et ce le sera bientôt, je l’espère, dans les autres communes, quelle que soit l’orientation politique de la majorité en place.

Articles liés

5 commentaires

  1. Ce qui serait bien, M. VANNESTE, c’est de bien vouloir cesser de nous balader. Ce n’est ni digne de vous – qui êtes un député que j’apprécie particulièrement (dès que vous passez sur Lyon, faites moi signe, mon épouse et moi même seront heureux de vous accueillir) – ni de la haute fonction qui est vôtre – la députation – encore moins de notre belle France, qui n’est pas pour moi « ce pays ci », comme aiment à le dire les Ministres, mais mon pays. Un pays qui, je pense, a été suffisamment ridiculisé par son équipe de foot, et quelques membres de la classe politique, pour se voir couvert d’opprobre par l’un des successeurs des membres de l’Assemblée Nationale de 1789.

    A la manière de M. ESTROSI, qui fait de l’agitation médiatique pour complaire à M. SARKOZY, par peur sans doute de perdre son maroquin – ce qui en soit ne me gênerait pas si ses propositions étaient pertinentes, ce qu’elles ne sont malheureusement pas – j’ai un peu peur que vous cherchiez à vous placer…En vue du remaniement prévu en octobre…Un peu comme le fait M. COURTIAL, qui nous ressort la même histoire de comptoir, pour donner du crédit à sa proposition de loi sur les allocations familiales.

    Là encore, pourquoi pas…Mais pourquoi vous lancez dans un concours de surenchère, qui n’a que peu à voir avec l’attitude digne et fière qu’on est en droit d’attendre d’un élu ? Et surtout avec la maturité que l’on est, pareillement, en droit d’espérer, d’une personne qui a reçu la confiance de son Souverain, ce qui n’est, à mon sens, par rien. Un tel honneur devrait faire prendre conscience à ceux qui l’obtiennent, de la gravité de leurs devoirs à l’égard de la France, à commencer par celui d’avoir soin de son honneur, de sa réputation, de son renom.

    Et pourquoi allez vous soutenir M. ESTROSI, qui est – il n’est qu’à voir son bilan et ses inestimables actes civiques… – bien le dernier à pouvoir donner des leçons à ses collègues maires ? (Car oui…Il s’avère que M. ESTROSI est maire – de Nice – et plus encore…Président du département des Alpes Maritimes.)

    Quand on a la prétention d’enseigner aux autres, plus encore de punir les récalcitrants à la méthode que l’on promeut, et qu’on vante la loi…Il convient d’avoir fait ses preuves – sinon on manque de crédibilité – et d’être par ailleurs intouchable sur le plan civique. Deux vertus – la capacité à inspirer confiance, la respectabilité – dont, à l’évidence, M. ESTROSI est dépourvu.

    Je dois dire que je suis profondément surpris – en bien – par l’attitude digne des élus locaux, ainsi pris à parti, par M. ESTROSI…Et par vous même présentement. Le maire de Grenoble et quelques autres auraient pu renvoyer à M. ESTROSI les « affaires » qui l’accablent, ou l’étendu de son bilan…Ils n’en ont rien fait. En dépit des propos de M. ESTROSI, les maires de France ont été, singulièrement, bien gentils. D’aucuns auraient pu faire remarquer, sans trop l’enfoncer, que le brave maire de Nice s’est abstenu de faire quelques propositions que ce soit, lors des réunions – annuelles me semble t il – des maires de France, dont il est, par définition, l’un des membres. Ni que le cadre de cette association, justement, aurait été bien plus approprié, pour discutailler des moyens, sinon d’harmoniser, à tout le moins d’organiser, sur tout le territoire français, une sureté intérieure qui ne se résumerait pas au service minimum.

    Je pense que les maires ne sont pas insensibles au dialogue, au débat…Dès lors qu’on ne les agresse pas. Il me semble d’ailleurs que les capacités d’écoute et une certaine propension à la diplomatie, sont des qualités primordiales pour un élu local, à plus fortement pour un maire, qui est chaque jour – et en cela bien plus qu’un député, même très présent « sur le terrain » – confronté à des revendications diverses et variées, des prières et des provocations et les « lenteurs » de l’administration.

    Vous parlez de réactions indignées – qui contrairement à vos dires ne sont pas circoncises à la « gauche ». Si tel était le cas, il est bien évident que le président de l’association des maires de France, présidée par M. PELISSARD, membre de l’UMP si je ne m’abuse, ne serait pas intervenue…Et on n’aurait pas eu, non plus, une mise au point par M. HORTEFEUX et son collègue des Anciens Combattants – quelle réaction auriez vous donc, M. VANNESTE, si l’on vous enlevait demain la garantie d’un mandat non impératif ? Déborderiez vous de joie ? J’en doute.

    Pour en revenir à M. ESTROSI, il semble qu’il se soit pris en modèle pour décrire le maire « laxiste » qu’il dénonce. Un…Contre modèle. Car M. ESTROSI est loin d’être le bon élève qu’il prétend être.

    Désireux de retourner contre les « socialistes » leur invention – la loi SRU – M. ESTROSI est en effet le contre exemple de ce qu’il cite en modèle ! En effet, on savait déjà que cette amende était le moyen légal, trouvé par les maires de villes, disons bourgeoises pour ne pas dire autre chose, pour violer l’esprit de la loi sur les logements sociaux. L’ancien maire de NEUILLY – un certain M. SARKOZY – en sait quelque chose, puisque consciencieusement, il payait cette amende…Chose d’autant plus simple pour lui que la ville en question est une des plus riches de France, sinon la plus riche…Et comme l’amende n’est pas conditionnée aux ressources de la commune mais est égale selon que l’on soit à la tête d’une ville qui pourra aisément la payer ou au contraire devra galérer pour éviter d’avoir à construire pareils logements, le contournement de la loi en devient d’autant plus aisé. Surtout si l’on rajoute à cela…La possibilité de déduire de la subvention d’État la fameuse amende !

    Ainsi, pour ex, en 2006, NEUILLY – la ville du Président – a été condamnée à payer une amende de 2, 8 millions d’euros. Mais après déduction des subventions étatiques, de l’ordre de 2,677 millions d’euros, la ville a, finalement, eu à payer la modique somme de…123 000 euros, ce qui – rapporté au nombre d’habitants : en 2006 égal à 61471 – donne deux euros par personne ! Autant dire rien…Et au regard de la richesse de la ville…Payer une somme aussi ridicule, c’est comme faire payer à MICROSOFT une amende européenne pour violation de la concurrence façon bruxelloise ! De là à penser que l’amende a été expressément votée pour violer, le plus légalement du monde, la loi qui s’impose à tous…

  2. La ville de M. ESTROSI ne vaut guère mieux en la matière, puisque selon le palmarès des villes les moins bien classées, en terme de logements sociaux, figurent dans les classements officiels en tête ! Preuve que l’amende – et au regard de l’ex de NEUILLY on comprend pourquoi ! – a une efficacité toute relative…Et on pourrait même dire nuisible pour la Société, au sens où en permettant le contournement de la loi, elle favorise le regroupement de certaines populations à un même endroit, avec tous les problèmes de cohabitation, intégration, assimilation, etc. Que cela ne manque, évidemment pas, de générer.

    Chose d’autant plus pernicieuse pour la Société, que lesdits problèmes s’installent dans des villes qui ne peuvent pas payer l’amende – autrement dit les villes en difficulté financière – lesquelles, sont dès lors, dans la pratique, appelées à « compenser » les manquements de leurs consœurs peu désireuses d’accueillir dans leurs murs, des nouveaux arrivants…Surtout s’ils sont : étrangers, issus de l’immigration, d’un CSP négatif, etc.

    M. ESTROSI propose aussi la publication mensuelle d’un observatoire de la tranquillité publique…Qu’il prétend mettre à disposition des Niçois. Manifestement, M. ESTROSI ne doit pas être souvent à la mairie…Sinon, il saurait que ses administrés, ont effectivement appris qu’il y avait un tel observatoire mis en place au début de l’année…Mais que ce dernier n’a été effectif qu’à partir de juillet 2010 ! On est plus que loin de la publication mensuelle dont se vante M. ESTROSI ! Ajoutons à cela que lesdits chiffres, eux mêmes – réalisés par la mairie – sont peu transparents…Puisqu’ils ne figurent pas sur le site de la mairie et que du propre aveu de l’adjoint au maire…Cette absence de transparence s’explique par l’absence de crédibilité de la mairie – et donc de M. ESTROSI – sur la thématique de la sureté intérieure ! Comment expliquez sinon que la mairie hésite à communiquer…Parce que les administrés n’ont pas le sentiment d’être particulièrement en sécurité ?

    M. ESTROSI propose, dans la foulée, l’obligation – sous peine de sanction, une fois de plus – de mettre à jour le CLSPD. La loi, en effet, se dispense de sanction à l’égard des maires pour l’heure, sur la question. C’est d’ailleurs heureux…Car M. ESTROSI n’a pas son propre CLSPD avant 2009 ! Alors même qu’il convient de le faire, aux termes de la loi, tous les trois ans…Il aurait ainsi dû payer une amende…Ou disons plutôt, Nice, en la personne de ses contribuables, auraient dû payer pour la négligence manifeste de son maire. On peut d’ailleurs se demander s’il est bien normal que ce soit les administrés – à preuve du contraire non fautifs – qui doivent payer pour les fautes commises par leurs représentants. Où est la justice là dedans ? Une amende payée par le maire – et non la commune – aurait déjà plus de sens…Et éviterait, notamment, les désagréments de la loi SRU amendée jusqu’à plus soif.

    En matière de sécurité, M. ESTROSI ne fait guère mieux que M. HORTEFEUX ou encore M. SARKOZY…Dont les chiffres officiels prouvent l’inefficacité. Si une politique était bonne…Pourquoi faire des lois tous les six mois ? Et pourquoi durcir encore et toujours…Quand la répression, seule, n’apporte manifestement pas de réponse…Surtout si elle est couplée par une impuissance voulue de ceux qui doivent assumer les pouvoirs régaliens – le témoignage, sur le Point, d’un policier expliquant que l’État a peur, est à cet égard édifiant – assortie d’une impuissance réelle, due à l’application stupide, tant sur le plan de la sécurité que des finances publiques du reste, de la RGPP.

    J’aurais aimé vous entendre, M. VANNESTE, dénoncer, plutôt que le laxisme non avéré de vos collègues locaux – qu’ils soient socialistes ou non : Alain JUPPE est il un maire laxiste ? M. GAUDIN l’est il également ? M. ACCOYER fait il preuve de « défaillances » ? – la continuité dans la violation des engagements pris en 2007.

    Ainsi, en est il de la « maîtrise » de l’immigration. Je vous invite à vous rendre sur le site http://www.france.fr oui, celui là même qui a dernièrement planté. On y explique concrètement comment faire pour venir, en toute impunité, dans notre beau pays ! Sur ce site, vous remarquez, à propos, l’absence de la devise française – Liberté – Égalité – Fraternité…La Laïcité seule figurant parmi les valeurs françaises ! Vous ne trouverez, non plus, nulle mention de l’histoire de notre pays…Seule une histoire de « l’Europe » qui en réalité se limite à celle de l’Union Européenne, figurant sur le site également ! Comme si la France n’existait plus…Et n’avait jamais existé ! Rappelez moi, qui est ce, déjà, qui voulait débattre de…L’identité nationale ? Manifestement, les concepteurs du site, ignorent que la France est un pays, souverain…Et qu’elle a des valeurs, qui ne se réduisent pas à celles inscrites ! Quant à la définition qui est donnée du régime politique ! Non, désolé, la cinquième République n’est pas un régime semi présidentiel ! Pour preuve : qui détermine la politique de la Nation ? Le Premier Ministre ! Va t on faire accroître que M. JOSPIN demandait la permission d’agir à M. CHIRAC ? Ou M. CHIRAC la bénédiction de M. MITTERAND ?

    Je vous invite, par ailleurs, à prendre connaissance des propos de Mme BACHELOT, qui explique concrètement qu’aux delà des mots…Rien ne se fait. Et de ceux de Mme BOUTIN.
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2010/08/le-gouvernement-immigrationniste-de-sarkozy.html
    http://www.leparisien.fr/politique/christine-boutin-nous-sommes-tous-d-origine-etrangere-15-08-2010-1032221.php
    Et pour cause…http://bouillaud.wordpress.com/2010/08/18/sarkozy-au-taquet-iii-mais-comment-se-debarasser-des-indesirables/
    http://bouillaud.wordpress.com/2010/08/02/securite-sarkozy-au-taquet-ii/

  3. Concernant les gesn du voyage, ne serait-il pas plus simple de leur imposer de gérer eux-mêmes les emplacements qu’ils revendiquent, afin qu’ils en financent les équipements et la mise à disposition ; car ça n’est pas au contribuable local de financer pour des gens qui ne sont de nulle part, et sèment un peu partout leurs propres problèmes

  4. A ninon

    Effectivement, ce serait une bonne idée !

    En tout cas, la situation bordelaise, signe, pour moi, l’échec de la loi Besson. Encore une loi qui a été votée à la va vite, sans souci de la mise en pratique ! Même si, à la différence d’autres “lois”, cette dernière apparait comme étant constitutionnelle.

    Peut être serait il bon d’avoir un débat sur la création et la gestion de ces aires d’accueil pour nomades.

    Car, est-ce que, dans le fond, les communes en tant que collectivités dirigées par des élus – même bien intentionnés – des sédentaires du lieu sont en état de créer et de gérer ce genre de services ?

    De fait, au delà du problème de discrimination, de refus de leur présence par la majorité des populations dans les communes que transcrivent beaucoup de maires dans leurs politiques municipales de non-accueil (ou de mauvais accueil), n’y a-t-il pas un problème d’incitations ? D’institutions ?

    Bref,ne faudrait-il pas faire des gens du voyage les responsables directs de leur propre hébergement ?

    On pourrait s’inspirer, pour ce faire, notamment des travaux de Elinor Ostrom sur la gestion des biens communs.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Elinor_Ostrom

    Mais aussi d’exemples concrets (et pas seulement pour ce qui concerne les gens du voyage):
    http://www.la27eregion.fr/In-control-propose-aux-citoyens-de

  5. Un rapport sur la vidéosurveillance…M. VANNESTE.
    http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2010/07/28/limpact-de-la-videosurveillance-est-de-lordre-de-1/

    Je comprends bien que votre expérience d’élu a pu vous faire observer quelques résultats…Mais pourquoi promouvoir la “nationalisation” du dispositif (au point d’appeler à sanctionner les maires) alors que tous les spécialistes du domaine sont formels : la vidéosurveillance, seule, ne fonctionne pas ; elle doit être utilisée dans des cas précis ; elle doit être accompagnée d’une forte unité de policiers ; elle doit être couplée à de l’éclairage…?

    http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2009/11/13/un-rapport-prouve-linefficacite-de-la-videosurveillance/

    http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2009/01/23/les-cameras-de-videosurveillance-sont-aussi-efficaces-que-des-boites-en-carton-peintes-en-noires-sur-des-poteaux/

    De la part du “Figaro” rien de surprenant…Puisque son propriétaire s’avère être le même qui détient plusieurs sociétés privées spécialisées dans le domaine.

    Mais vous, M. le député, quelles sont vos motivations ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services