Réforme du régime des heures supplémentaires (QE)

M. Christian Vanneste alerte Mme la ministre de l’économie, des finances et de l’emploi sur les difficultés rencontrées par les entreprises dans la mise en place des heures supplémentaires. En effet, particulièrement en matière comptable, la pluralité des règles d’application rend ce dispositif obscur. Il souhaiterait savoir si des mesures de simplification et d’harmonisation de ces règles peuvent être prises pour soulager les entreprises désireuses de mettre en place les heures supplémentaires.

Réponse du Gouvernement :

La réforme du régime des heures supplémentaires destinée à améliorer le pouvoir d’achat des salariés et à en faciliter l’usage pour les employeurs s’adresse également aux petites et très petites entreprises. Le Gouvernement est tout à fait sensible à leur situation. La loi n° 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat, dite « loi TEPA » prévoit ainsi que le montant de la déduction forfaitaire de cotisations patronales soit porté de 0,50 euro à 1,50 euro par heure supplémentaire pour les entreprises employant au plus vingt salariés. Cette mesure vise notamment à compenser l’impact du relèvement anticipé de la majoration des heures supplémentaires dans ces entreprises. Par ailleurs, l’article 41-V de la loi n° 2006-1666 du 21 décembre 2006 de finances pour 2007 a porté de 0,260 à 0,281 pour les entreprises de un à dix-neuf salariés, le coefficient maximal de la réduction générale de cotisations patronales dite « réduction Fillon », réduction dont bénéficient majoritairement les petites et moyennes entreprises. Pour accélérer la mise en place de la réforme, l’ensemble des services de l’État et des organismes sociaux se sont mobilisés, permettant que les entreprises et leurs salariés accèdent à toutes les informations nécessaires par de multiples canaux. En particulier, les textes réglementaires et la circulaire relative aux exonérations sociales sont parus le ler octobre 2007, au terme d’un long processus de concertation associant plusieurs administrations, l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS), les principales organisations professionnelles, ainsi qu’une large représentation d’experts et de cabinets spécialisés intervenant sur ces sujets. Un site Internet et des plates-formes téléphoniques ont été mis en place. Un premier questions-réponses a été publié, dès le 27 novembre 2007, par voie de circulaire en tenant compte des observations de terrain qui ont été remontées. Ce questions-réponses est consultable sur le portail Internet de la sécurité sociale. Un deuxième questions-réponses portant sur des aspects plus techniques a été publié le 5 février 2008, également par voie de circulaire. Il est aussi consultable en ligne. Après une phase de quelques mois pendant laquelle certains acteurs ont pu craindre une complexité accrue, ces exonérations ont été appropriées rapidement par les entreprises et sont intégrées dans leur gestion courante au même titre que les autres exonérations. Selon les chiffres publiés par l’ACOSS, ces efforts ont permis qu’en 2008, 2,8 milliards d’euros d’exonérations sociales, correspondant à 725 millions d’heures supplémentaires soient accordés. Une étude de l’ACOSS révèle par ailleurs que l’information reçue à l’occasion de la mise en oeuvre de la mesure a été jugée suffisante par plus de 66 des entreprises, soit deux entreprises sur trois, quelle que soit l’importance de leur effectif. Ces chiffres traduisent une adhésion des employeurs et de leurs salariés à la réforme du régime des heures supplémentaires. Le Gouvernement veillera à ce que les entreprises y aient accès, quelle que soit leur taille.

Question publiée au JO le : 04/12/2007 page : 7584
Réponse publiée au JO le : 27/10/2009 page : 10288

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.