Non à la propagande et vive la Liberté

La Fondation de Service Politique a mis en ligne son analyse de mon affaire. Celle-ci est à lire ici. Par ailleurs, ils ont bien voulu interroger François BILLOT, l’excellent auteur de L’Affaire Vanneste. François Billot réagit à l’arrêt rendu par la Cour de cassation qui m’a rendu justice. Liberté Politique invite à manifester notre refus de la campagne lutte contre l’homophobie lancée par le ministère de l’Éducation nationale,en signant la pétition : « Non à la propagande homosexuelle à l’école. » Cette campagne de protestation est destinée à alerter le gouvernement sur la démarche contre-éducative qu’il a cru devoir soutenir et qui risque de mettre en danger l’équilibre de nombreux jeunes à un moment charnière de leur existence. Je n’ai pas pour habitude de signer des pétitions néanmoins je ne peux qu’encourager celle-ci puisqu’elle est en faveur de la liberté d’éducation. Vous le savez, le terme même de liberté m’est très cher ! Signez-là et faites-la signer !

Liberté politique. — La Cour de cassation vient de casser le jugement du tribunal correctionnel de Lille et l’arrêt de la cour d’appel de Douai, par lesquels a été condamné, en 2006 puis en 2007, le député Christian Vanneste, pour propos homophobes. Qu’en pensez-vous ?

B

François Billot. — Cette décision de la Cour de cassation est d’une immense portée, puisqu’elle rétablit, d’une certaine façon, la liberté d’opinion et d’expression dans notre pays. Cette liberté, fondamentale et non-négociable dans toute démocratie qui se respecte, a été très fortement entamée par la loi de décembre 2004, créant la Haute-Autorité pour la lutte contre les discriminations et pour l’égalité. Cette loi, objectivement liberticide, a été reconnue comme telle, à l’époque, par un très grand nombre d’autorités morales, dont notamment le Conseil national consultatif des droits de l’homme.

Quelles suites voyez-vous à cet arrêt de la Cour de cassation ?

La loi de 2004, en plus de son côté liberticide, est une loi bâclée, car inapplicable. Elle interdit toute une série de comportement, mais ne prend pas le choix de définir précisément ce que sont ces comportements. Ainsi, les juges sont dans l’incapacité de juger objectivement, sereinement, en toute connaissance de cause. Il en résulte qu’ils peuvent décider la relaxe quand il faudrait objectivement une condamnation, ou décider une condamnation quand il faudrait objectivement relaxer.

Exemple : le groupe de rapeurs Sniper a été relaxé alors qu’il avait tenu des propos ignobles, mais Christian Vanneste a été lourdement condamné au pénal pour des propos qu’il pouvait tenir, comme le signifie l’arrêt de la Cour de cassation. Cet arrêt, qui remet en cause la loi de 2004, va mettre fin à cette dérive, dramatique pour notre pays.

La loi de 2004 sur la Halde devrait donc être modifiée, voire supprimée ?

C’est évidemment mon souhait. La France s’est dotée d’un dispositif aberrant, qu’il faut démanteler dans les meilleurs délais. Si un député, élu du peuple, ne peut plus s’exprimer sur la morale qui régit notre société sans être lourdement condamné, c’est que nous sommes passés, sans nous en rendre compte, de la démocratie à la dictature de la pensée, état qui mène inéluctablement à la dictature tout court. De cela, il est encore temps de nous préserver : la Cour de cassation vient de nous ouvrir la voie.

[1] L’Affaire Vanneste : La mise à mort de la liberté d’opinion, F.-X. de Guibert, 2008, 19 €

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services