Christian Vanneste cosigne l’appel en faveur des Chrétiens d’Orient

Le représentant spécial de l’ONU pour l’Irak, Staffan de Mistura, a “condamné fermement” aujourd’hui les récentes violences visant la communauté chrétienne à Mossoul, bastion d’Al-Qaïda dans le nord du pays. M. de Mistura “condamne fermement l’assassinat de civils et exprime son inquiétude sur la hausse des violences visant les chrétiens ces derniers jours, particulièrement dans et autour de la ville de Mossoul”, selon un communiqué de l’ONU.

Je tenais à vous rappeler l’excellente initiative du député de Saône-et-Loire et maire de Paray-le-Monial, Jean-Marc NESME. Celui-ci a lancé avec de nombreux parlementaires un appel en faveur des chrétiens d’Orient et de la liberté religieuse dans le monde. L’Appel réunit à ce jour 184 députés et sénateurs.

J’ai bien entendu cosigner cet appel que voici.

APPEL DES DEPUTES ET SENATEURS

EN FAVEUR DES CHRETIENS D’ORIENT
ET DE LA LIBERTE RELIGIEUSE DANS LE MONDE

Vu les Déclarations de l’UNESCO sur le droit international des droits de l’homme,
Vu l’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) de 1948,
Vu l’article 9 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) de 1950,
Vu l’article 18 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques (PIDCP) de 1966,
Vu la Déclaration des Nations Unies de 1981 sur l’élimination de toutes formes d’intolérance et de discriminations fondées sur la religion,
Vu les rapports annuels du rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction,
Vu la Résolution du Parlement européen 15.11.07 dénonçant la multiplication de graves évènements compromettant l’existence des communautés chrétiennes dans le monde, et notamment en Orient,

* condamnant avec la plus grande fermeté, les assassinats, les répressions, les discriminations, les persécutions, les enlèvements, les tortures physiques et morales, les incendies d’églises, les profanations de cimetières et l’exil forcé dont sont victimes les chrétiens, en Afrique, en Asie, en Orient,
* rappelant leur attachement aux principes de la liberté de pensée, de conscience et de religion et du libre exercice du culte, partout dans le monde,
* soulignant l’importance du dialogue entre les religions pour promouvoir la paix et la compréhension entre les peuples,
* considérant que, selon le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, « toute personne a droit à la liberté de penser, de conscience et de religion, que ce droit implique la liberté d’avoir ou d’adopter une religion de son choix ainsi que la liberté de manifester sa religion, individuellement ou en commun, tant en public qu’en privé, par le culte et l’accomplissement des rites, les pratiques et l’enseignement »,
* refusant le partage binaire « Orient musulman – Occident chrétien » et affirmant que la présence des chrétiens d’Orient est essentielle pour établir des ponts entre les cultures et être des médiateurs pour un dialogue pacifique entre l’Occident et l’Orient,
* rappelant que les communautés chrétiennes sont établies en Orient depuis 2 000 ans, que cette Terre d’Orient est celle du pluralisme religieux, ce qui en fait sa véritable richesse,
* regrettant que l’Europe ait trop tourné le dos à la Méditerranée alors même qu’une partie de ses racines y plongent et que les pays riverains de cette mer sont au croisement d’un grand nombre d’enjeux du monde contemporain,

les députés et les sénateurs français,

* condamnent, sans réserve, tous les types de discrimination et d’intolérance fondées sur la religion,
* soulignent que le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion est un droit de l’homme fondamental, garanti par différents instruments juridiques internationaux,
* demandent aux autorités des pays concernés par l’intolérance religieuse d’intégrer dans leur droit interne, ces textes internationaux et de les faire respecter,
* demandent que soit prise en compte la question de la situation des communautés chrétiennes dans le cadre du dialogue politique avec les pays où elles sont menacées,
* demandent que tout programme de coopération et d’aide au développement soient attribués sous la condition que le principe d’une vraie liberté religieuse soit respectée conformément aux Conventions internationales,
* demandent la création d’un Observatoire des religions et du pluralisme religieux, notamment, au sein de l’Union de la Méditerranée,

demandent que l’enseignement à l’école du fait religieux, soit rendu obligatoire et universel.

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services