Bétancourt sans oublier Duvaltier… Les Farc : révolutionnaires ou criminels ?

Les Farc ont mis fin, aujourd’hui, à la mission humanitaire de la France en Colombie. Paris n’a pu que prendre acte de cette fin de non-recevoir des Farc.

Pourquoi cet échec ? Les Farc motivent leur rejet par « la mauvaise foi d’Uribe à l’encontre du gouvernement français ». Pour la guérilla marxiste, le président colombien est « l’obstacle principal et l’ennemi numéro un de l’échange» des prisonniers.

On apprend même par une dépêche afp que la mère d’Ingrid Bétancourt a rendu visite mardi soir à des détenus membres du mouvement de la guérilla colombienne, dans la prison Modelo de Bogota pour leur faire des propositions afin d’obtenir la libération de Madame Bétancourt, et d’autres otages aux mains de la guérilla.

Le 6 janvier dernier, je vous faisais part de mon opinion sur le sujet : si la libération de l’ensemble des otages en Colombie devait être et reste une priorité, je restais abasourdi par certaines déclarations notamment de proches de la famille Bétancourt sur le Président colombien, Alvaro Uribe.

Rappelez-vous : celui-ci serait finalement un dirigeant douteux alors qu’Hugo Chavez serait le libérateur de l’Amérique ! Vision manichéenne d’un milieu bourgeois parisien complètement déconnecté de la réalité du pays mais reprise en coeur par nos media, qui prouvent une fois qu’ils sont les plus politiquement corrects d’Europe, accompagnés comme d’habitude par quelques autorités morales du showbiz dont les compétences sont véritablement impressionnantes. C’est Renaud qui n’hésite pas à traiter le Président Uribe de « fasciste ». On ne sait pas ce qu’il pense de Castro ou de Chavez…

S’il était certain que la « mission humanitaire » de notre pays se révèlait être un échec, le refus des Farc est néanmoins révélateur. Les guérilleros ont fermé la porte à toute concession. Ils ont préféré s’enfermer dans leur opposition frontale au président Uribe. Ils continuent à formuler une exigence inacceptable puisqu’elle consiste à contester la légitimité du gouvernement légal sur une portion du territoire en ayant pour seul argument que les deux crimes de l’enlèvement et de la menace de mort. En disant qu’Alvaro Uribe a trompé la France en l’incitant à envoyer une mission, ils ont perdu définitivement le peu de crédit qui leur restait sur la scène internationale. Même le sénateur colombien Juan Fernando Cristo, qui est pourtant l’un des chefs de file de l’opposition à Uribe, a jugé ce rejet de « grave erreur que les Farc finiront tôt ou tard par payer ».

Cela n’empêche pas le fils de Madame Bétancourt de demander à Alvaro Uribe de signer un accord avec les Farc, comme si un tel accord était envisageable entre un gouvernement légitime, un Président réélu avec 62% des voix au premier tour et soutenu aujourd’hui par 80% des Colombiens, et une organisation marxiste en apparence mais en fait terroriste et criminelle puisqu’elle vit de l’enlèvement, du racket et du narco-trafic…

Il faut néanmoins rappeler que c’est la gauche française, si prompte à donner des leçons de morale à la terre entière, en chargeant Uribe, qui a légitimé les Farc « groupuscule si romantique » et l’action d’Hugo Chavez. Elle a oublié qu’Alvaro Uribe est la personnalité la plus appréciée du pays, et qu’il conduit une politique de salut public qui se traduit notamment par une croissance de 7% (voir article du Figaro : « après des années de violence terroriste, Bogota a réappris à vivre normalement »).

Dans le fond, le monde actuel a substitué à la guerre des deux blocs idéologiques, une succession de zones de non droit liées à la criminalité et à des pseudo revendications politico-religieuses. Il en est ainsi, de la Colombie avec son trafic de cocaïne et ses enlèvements, de l’Afghanistan avec sa production de pavots et d’héroïne, et on revoit naître les pirates sur les côtes est de l’Afrique, dans le Golfe d’Aden, au large de la Guyane et au large du Vietnam, de l’Indonésie et de la Malaisie. C’est ainsi que des pirates somaliens se sont emparés d’un navire et d’otages français. Il faut espérer que là-aussi les plus grands moyens seront déployés pour libérer nos concitoyens. Ceux qui interprètent ces situations à travers le modèle complètement dépassé des années 60 durant lesquelles des « guérillas de Libération » se battaient contre des dictatures, se trompent non seulement de guerre mais aussi de siècle.

Avant de conclure cet article plus géopolitique que les autres (vous me reprochez souvent de ne pas parler de l’international), je ne voudrais encore une fois pas oublier les milliers de prisonniers politiques ou autres retenus en otage par cette guérilla marxiste. Ainsi, qui a entendu parler, ici, de Madame Aida Duvaltier, otage franco-colombienne, courageuse mère de famille qui avait pris la place de son mari et qui est, dans l’indifférence générale, morte en 2006… ?

Le problème est aujourd’hui de savoir si la célébrité d’Ingrid Bétancourt, en faisant monter les prix, n’est pas aujourd’hui aussi mortelle que ne l’a été l’anonymat de Madame Duvaltier.

Articles liés

7 commentaires

  1. Bravo, j’espère que vous portez cette analyse à l’Assemblée nationale, qui a bien besoin d’être éclairée sur ce sujet, d’autant plus que l’Elysée se complait dans l’ignorance et l’injustice vis-à-vis de ce pays et de son courageux gouvernement.

  2. Merci cher Phiconvers ! Nous sommes nombreux à penser ainsi. Malheureusement l’Elysée et le Quai d’Orsay ont une toute autre vision… Mais il ne faut pas désespérer. J’ai même cru voir un moment un retour en arrière de notre politique, hélas ?!

  3. Merci de nous donner une plus juste vision des choses. C’est quand même dommage que l’on ne puisse pas donner dans nos journaux un plus juste éclairage des choses. Pourquoi ne parle-ton que d’Ingrid en oubliant tous les autres otages ? Pourquoi ne parle-ton que des réactions de ses proches en omettant l’opinion des Colombiens en général sur l’action du président qu’ils ont élu et sur la nocivité des FARC ?

  4. Chère Barbara,
    Je suis bien d’accord avec vous malheureusement, nos media -« si matons de panurge »- ont pris fait et cause pour l’opinion des Bétancourt, le côté « romantique » des Farc etc…
    Bien cordialement

  5. Bonjour je suis sur un travail pour le cours de géo qui consiste a choisir un sujet. j’ai choisi le conflit avec les Farcs. j’aurais voulu si possible savoir pourquoi les farc ont besoin des otages pour survivrent . dans quel but ils font ca? plus présicement. et que veut dire une guérilla maxsiste? merci de bien vouloir m’aider.
    bien a vous Aurélie

  6. Bonjour Aurélie,
    Je vus conseille d’aller lire les contributions d’un dénommé Phiconvers sur e site citoyen Agoravox, vous y trouverez toutes les réponses à vos questions et réussirez ainsi brillamment votre exposé.
    Bien à vous

  7. @ Monsieur le Député:

     » Je restais abasourdi par certaines déclarations notamment de proches de la famille Bétancourt sur le Président colombien, Alvaro Uribe. Rappelez-vous : celui-ci serait finalement un dirigeant douteux alors qu’Hugo Chavez serait le libérateur de l’Amérique !  »

    1) Ingrid Betancourt est-elle de la même famille que Romulo Betancourt ?

    2) Pourquoi des proches de la famille Betancourt tinrent-ils des propos favorables au chef du marxisme vénézuelien ?

    https://picasaweb.google.com/112848765042544013181/OrganizacionesIslamicasYTerroristasEnVenezuela#5528020516480798194

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *