Accès restreint des mineurs dans les corridas (QE 4220)

M. Christian Vanneste attire l’attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports sur l’accès des jeunes mineurs aux corridas. En effet, ces spectacles sanglants véhiculent une violence insoutenable pour des jeunes de moins de quinze ans. Il aimerait donc connaître les intentions du Gouvernement afin de mieux protéger les enfants des corridas.

Texte de la Réponse : La garde des sceaux, ministre de la justice, fait connaître à l’honorable parlementaire que la France s’est dotée depuis plusieurs années d’un arsenal législatif et réglementaire spécifique en matière de protection animale, notamment sur le fondement de deux articles du code rural : l’article L. 214-1 qui considère l’animal comme un « être sensible » et l’article L. 214-3 qui prohibe les mauvais traitements envers les animaux domestiques ou sauvages, apprivoisés ou tenus en captivité. Ces principes fondateurs de la protection animale ont été suivis de nombreux textes réglementaires applicables selon les espèces animales et les utilisations auxquelles elles sont éventuellement destinées. Cependant, les articles 521-1 et R. 654-1 du code pénal prévoient une exception aux incriminations des mauvais traitements, des sévices graves et des actes de cruautés commis à l’encontre des animaux s’agissant notamment des courses de taureaux, qui s’inscrivent dans le cadre d’une tradition locale ininterrompue. La détermination de l’aire géographique d’une telle tradition locale relève de la compétence des tribunaux, qui en font une application stricte. Cette exception s’inscrit, par ailleurs, dans le cadre d’un dispositif rigoureux concernant la protection des animaux, assorti de dispositions répressives renforcées dont la mise en oeuvre fait l’objet d’une attention particulière. Il convient en effet de rappeler que la loi n° 99-5 du 6 janvier 1999 a porté les peines réprimant les sévices graves dont sont victimes les animaux de six mois à deux ans d’emprisonnement et de 49 997 francs à 196 787 francs d’amende. Elle a en outre permis de prononcer à titre de peine complémentaire l’interdiction de détenir un animal. S’agissant de l’accès des mineurs à ces manifestations, la législation actuelle ne prévoit aucune limitation ni interdiction. La question d’un tel accès relève, en l’état, de la seule responsabilité des titulaires de l’autorité parentale, qui, dans le cadre de l’exercice de ces prérogatives, doivent veiller, conformément aux dispositions de l’article 371-1 du code civil, à protéger l’enfant « dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne ». Aussi, la garde des sceaux précise qu’un cycle de réflexion va être engagé à l’initiative du ministre de l’agriculture sur le thème de l’animal et la société. La question d’une interdiction éventuelle des spectacles de tauromachie aux mineurs de moins de seize ans pourra être, le cas échéant, examinée dans ce cadre.

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services