Vanneste, député UMP, dévoile son programme pour Tourcoing (La Voix)

Extraits de l’article de La Voix du Nord.

Christian Vanneste, candidat UMP-CNI à la mairie de Tourcoing, a dévoilé hier les grandes lignes de son programme « de rupture ». La méthode est directement inspirée de celle de Nicolas Sarkozy…

« Le seul défi que l’on a est de remettre en forme l’homme malade de la communauté urbaine ». Une bénédiction, mieux une onction. Christian Vanneste, tête de liste UMP-CNI, bénéficie aujourd’hui du soutien total de la majorité présidentielle à l’approche des élections municipales. Ployant sous les compliments et les ralliements, il a, aux côtés de Marie-France Berthet, numéro 2, de Khalida Sellali, de Jean-Marie Vuylsteker, de Brigitte Lherbier… défini hier les grandes lignes d’un programme dont l’ambition première est la… rupture. (…) Une approche certes décomplexée mais parfois politiquement abstraite. Puiser à Maurice Schumann, ou à Gustave Dron (radical de gauche) peut tenir du grand écart douloureux.

(…) À l’image de la première proposition qui a pris, hier, tout le monde à contre-pied. Le candidat de Droite a jugé la question de la culture (…). Il a ainsi promis « de relancer l’offre en centre-ville, de donner une identité culturelle à l’Hospice d’Havré, d’en faire un lieu de créations, d’avoir un café-jazz, un espace dédié aux jeux traditionnels à la Bourloire Saint-Christophe, une salle polyvalente digne de ce nom et non “cette honte qu’est la salle Georges Daël”, de faire de Notre-Dame des Anges un lieu dédié au patrimoine et à la musique, d’installer une promenades des arts près de la rue de Lille ou de redonner toute son importance au Fresnoy… ». En démarrant par de telles propositions, c’est astucieusement l’image « de Tourcoing, ville dortoir, donnée par l’un des acteurs culturels de la ville rencontré le matin même » que le candidat tente de contrebalancer.
Car une ville culturelle est forcément une ville « ouverte et accueillante ». Et une ville accueillante est forcément une ville «  sûre où il fait bon vivre ». CQFD. Ces mots ont structuré l’ensemble du programme de Christian Vanneste dont l’aspect sécuritaire constitue sans surprise une composante importante. Ainsi le candidat a promis non seulement d’accentuer la vidéo-surveillance, de créer des brigades vertes « intervenant dans les 72 heures au maximum » et de recourir aux travaux d’intérêt général (les TIG) pour rendre la ville plus propre. Selon sa formule qui veut que « les TIG sont la meilleure réponse aux tags ».  •

« On dit en chimie que rien ne se perd mais que tout se transforme. Le problème à Tourcoing c’est que rien ne se crée, tout se déplace ». Lors de la présentation de son programme municipal, Christian Vanneste, tête de liste UMP-CNI, a tiré à boulets rouges sur la politique de l’équipe en place. « Incohérente, illogique, en retard, ville dortoir, isolée… ».

Pour sortir de ce cercle jugé « vicieux », le député propose un programme dont la première certitude « est qu’il faut un député-maire pour Tourcoing ». Ce qui selon lui « permettra de tirer les dossiers, de bénéficier du soutien des ministères ». Ceci établi, plusieurs objectifs sous-tendent son programme municipal. « Tourcoing doit être une ville d’ouverture avec des synergies avec l’ensemble du pays du Ferrain et de la Vallée de la Lys… ».
(…)
Tourcoing doit être une ville « sûre et propre » avec non seulement l’intensification de la vidéo-surveillance, « des crédits sont à la clé », mais encore par la mise en place d’un plan municipal visant à lutter contre les nuisances sonores.
Quitte à « procéder à la rétention des deux roues qui dépasseraient les 70 décibels ». Ou « de doter la flotte municipale de véhicules non polluants, de lancer un projet : un enfant, un arbre »… Elle se doit aussi d’être une ville « facile ». Le candidat promet ici « le rétablissement de la double circulation sur une partie de la rue de Lille, la révision du plan de circulation… » Une ville d’entrepreneurs également par « la création de nouvelles zones d’activités. A commencer par les 30 hectares situés derrière la gare de marchandises entre Tourcoing et Wattrelos… ». Ou, promesse de Marc-Philippe Daubresse, « l’arrivée d’une Agence nationale pour l’environnement sur la zone de l’Union ».

Enfin, il n’est de programme sans quelques promesses fiscales. Christian Vanneste assure « une baisse des impôts de 15 % en six ans ». Comptant économiser au bas mot « 270 000 euros dès la première année » grâce à l’action « d’un chasseur de “gaspi” municipal » et jugeant la communication de la ville hors de prix. •

Articles liés

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services