Un pays cul par-dessus tête !

La France fut le pays de Descartes, et celui de Voltaire, c’est-à-dire celui d’une raison parfois un peu sèche cultivant toujours le doute, souvent l’ironie et parfois le  renversement des idoles qu’elle avait adorées. Cela ne l’empêchait pas d’être cohérente à sa manière, toujours plus ou moins en guerre civile, avec une république qui se voulait davantage une anti-monarchie qu’un Bien Commun, et une laïcité plus bouffeuse de curés que neutralité tolérante. La France, cinquième puissance mondiale, avait encore de l’allure, même si le décalage entre ses discours officiels, sa prétendue exemplarité rayonnant sur la planète, et la réalité crue de sa présence au monde s’élargissait d’heure en heure. Lorsque les Japonais ou les Chinois visitent la France, ils se rendent à Versailles plus qu’au Panthéon, s’extasier devant le palais de Louis XIV plutôt que dans l’Eglise convertie au culte du progressisme républicain.

Lorsque les Français ont porté Macron à l’Elysée pour tout changer, alors qu’il y était déjà dans un bureau depuis cinq ans, ils auraient du penser qu’ils appliquaient inconsciemment la célèbre sentence du « Guépard » : « Pour que tout reste comme avant, il faut que tout change ». Rien n’a donc changé, sauf que cette formule n’indique nullement une situation immobile, mais la continuation d’une descente, la poursuite d’une décadence française qui paraît irréversible, la prolongation qui semble sans fin d’un « voyage en Absurdie ».

Il ne se passe pas de jour sans que l’on n’ait les signes de cette dérive zigzagante, de ces pitoyables tête-à-queue. Ainsi apprend-on que l’assassin de sa compagne, condamné à 30 ans de prison par la Cour d’Assises des Pyrénées Orientales en 2017, a été libéré en raison du retard mis par la Cour d’Assises de Montpellier pour le juger à nouveau après son appel. Les lois favorables aux justiciables, davantage penchées sur le sort des malheureux condamnés que sur celui des victimes, qui ont le tort d’être mortes, font que l’appel est devenu possible après un jugement en Cour d’Assises, et que la prison, désormais considérée comme une épouvantable torture, voire comme un école du crime, doit être évitée au maximum, et suspendue dès que possible. Au moment même où le gouvernement fait de la lutte contre les violences conjugales, bien sûr uniquement celles venant des « mâles blancs », voilà que l’un d’eux est remis en liberté ! Pourquoi ? Mais, parce que la Justice manque de moyens et que cette pauvreté en arrive à mettre en panne la plus haute juridiction pénale, celle qui donne la parole au peuple, encore, la Cour d’Assises !  Pendant ce temps, au pays de Voltaire, et des « droits de l’homme », au premier rang desquels figure la liberté d’expression, la noria des dénonciations brandies par les inquisitions lobbyistes mobilise les magistrats et les avocats pour juger indéfiniment Eric Zemmour et Renaud Camus…. qui ne font qu’exprimer ce que beaucoup de Français pensent.

Peut-être les juges auront-ils aussi à longuement s’intéresser au sort des djihadistes prétendument français, que la loi actuelle pouvait parfaitement priver de leur nationalité pour trahison et laisser entre les mains de la justice du pays dans lequel ils ont accompli leurs méfaits ? Mais non : il faut qu’ils reviennent en France, comme il a fallu que le djihadiste Flavien Moreau, puis Mohamed Achamlane, chef de Forsam Alizza, soient libérés après quelques années d’incarcération, ou, cerise sur le gâteau, que le terroriste Oualid Boudissa quitte la prison par erreur… Pour la sémillante Garde des sceaux, tout cela n’est que normal : il y a 1100 radicalisés et 500 terroristes en prison. Il faudra bien qu’ils sortent…. Gestion hôtelière oblige dans un pays qu’un mélange hypocrite de mauvaise gestion et d’idéologie amène à ne pas construire le nombre de cellules nécessaires pour ensuite faire de la surpopulation carcérale le marronnier préféré des journalistes aux heures creuses de l’été.

Peut-être les juges devront-ils se pencher sur les plaintes qui seront déposées à l’encontre de ce « chanteur » qui, sur « la radio du service public », a cru devoir fredonner que Jésus-Christ était pédé…. On remarquera en passant que nos héroïques gratteurs de guitare ou humoristes sont plus respectueux à l’égard du Prophète. N’allez pas croire que c’est l’effet de la « jurisprudence » Charlie et du risque mortel encouru par celui qui oserait. Non, c’est par respect de l’Autre, vous savez celui qui est victime du racisme… D’ailleurs Belattar a montré son indépendance d’esprit en s’en prenant à Zineb El Rhazaoui, une survivante de Charlie. Dans ce sens là c’est moins dangereux, et l’humour ou le rap permettent d’être raciste, sexiste, de clamer  que l’on « baise la France jusqu’à l’agonie » ou qu’on va pendre les Blancs… Sursis, classement sans suite : la France a pris l’habitude de marcher sur la tête !

Mot clés:

7 commentaires

  1. DELAFOSSE - 18 janvier 2020 10 h 20 min

    Il est vrai que Jésus-christ a dit « Aimez-vous les uns les autres  » mais sans préciser ! Cependant, qui oserait faire une chanson sur « l’irréprochable Mahomet » ?
    Effectivement, nous marchons sur la tête. Mais ce n’est pas grave, notre gouvernement projette une nouvelle loi rendant le port du casque obligatoire pour tous les piétons. Je me comprends !

    Répondre
  2. Jacques Peter - 18 janvier 2020 18 h 07 min

    Jésus était pédé. Affirmation gratuite et volontairement blessante qui ne repose sur aucun début de preuve.
    Mohammed a épousé Aïcha lorsqu’elle avait 6 ans et a consommé le mariage lorsqu’elle en avait 9. Mais ne vous avisez pas a dire qu’il était pédophile, ce qui est pourtant avéré.
    Deux poids, deux mesures.

    Répondre
    • vanneste - 18 janvier 2020 19 h 49 min

      Certes, mais parler de pédophilie vous exposerait à bien des risques : c’est ce qui rend ce crétin de gratteur de guitare particulièrement minable.

      Répondre
  3. DELAFOSSE - 19 janvier 2020 9 h 47 min

    Ce sont, la tolérance et l’acceptation des activités dites musicales de ces individus par nos systèmes politique et judiciaire qui sont condamnables.
    C’est au Peuple de régler ses comptes par la voie démocratique s’il y a mécontentement dans ce domaine.
    Mais le fera-t-il au moment voulu ?

    Répondre
  4. kerneilla - 19 janvier 2020 18 h 01 min

    IL y a longtemps que les « artistes » en peinture, sculpture, etc… et les mini-artistes en chansons se font une réputation avec la provocation, la vulgarité, l’outrance… aujourd’hui c’est devenu une évidence…. il est beaucoup plus difficile de « réussir » en faisant de la qualité; la faute à qui? aux médias ? au public qui se tait et souffre en silence, en laissant le ha

    Répondre
  5. kerneilla - 19 janvier 2020 18 h 04 min

    le haut du pavé aux médiocres, pour ne pas dire aux malsains, qui font de l’argent en exploitant les plus bas instincts et l’inculture de masse.

    Répondre
  6. Loosveld - 23 janvier 2020 23 h 52 min

    A l’instar d’une partie des électeurs français qui avaient nié, en Mai 2017, que des embauches économiques fussent permises par la suppression de leurs accords de branche et recommandations professionnelles,, nous souhaitons que, pour cette nouvelle année, Agnès Buzin mène enfin une politique de droite – même d’origine polynésienne – en admettant le risque sanitaire de l’actuel virus chinois dans les transports d’au moins 33 personnes; sinon, pourquoi Gaston Tong-Sang a-t–il récemment interdit certains navires à Bora-Bora ?

    Répondre

Exprimez vous!