Le beau Pari du référendum d’initiative citoyenne.

diafoirusJour après jour, l’image du régime se craquelle. Il devait bousculer le vieux monde et instaurer avec la jeunesse de son « chef » une ère nouvelle. Il en est à réutiliser les plus vieilles ficelles : son parti fait de bric et de broc, assemblage de nombreux carriéristes socialistes recyclés, de quelques « républicains » arrivistes, et d’une foule de novices hors-sol, dont le mot d’ordre est de suivre le président quoiqu’il fasse, voit arriver les élections européennes avec une angoisse grandissante. Moins d’un Français sur les cinq, sur dix inscrits qui iraient voter, compte voter pour LREM. Cette déroute électorale aurait trois effets : d’abord, elle délégitimerait davantage encore la politique présidentielle, devenue bien chaotique ; ensuite, elle rejouerait les élections présidentielles, puisque la formation de la candidate battue arriverait en tête avec 24% des voix auxquelles on pourrait ajouter les 8% de son allié, Nicolas Dupont-Aignan ; enfin, elle aurait une portée européenne calamiteuse pour Macron puisque le champion autoproclamé du « progressisme » contre le « nationalisme » serait sévèrement désavoué dans son propre pays. Alors, le parti LREM a commandé un sondage nullement désintéressé sur des élections européennes avec une liste « gilets jaunes », et le ciel macronien s’est éclairci : la liste du président repasse en tête, puisque la liste jaune prendrait 14% aux autres populistes. La couleur redeviendrait celle des travailleurs payés pour briser une grève. Il ne faudrait pas chercher bien loin pour savoir qui financerait ce sauvetage du mandat, les mêmes sans doute qui ont soutenu la campagne de leur mandataire. Deux autres sondages contradictoires sont tombés. L’un pour LCI indique une remontée de Macron de deux poins à 31%, mais il a été réalisé au lendemain de l’attentat de Strasbourg, avec l’effet habituel d’union nationale devant l’agression. L’autre, plus régulier, pour le JDD, pointe au contraire un recul de 2% à 23% de satisfaction. Le vieux routard socialiste qui siège au perchoir, malgré ses comportements pour le moins douteux, a su faire preuve de son attachement aux petites manoeuvres de son ancien parti : il a appelé les Gilets Jaunes à cesser leur mouvement et à présenter une liste aux élections européennes, jurant la main sur le coeur que son objectif n’était pas d’affaiblir le résultat du Rassemblement National.

Il y a deux mots pointés par le pouvoir et ses thuriféraires vers ses ennemis : populisme et complotisme, le second étant l’arme réputée idiote et odieuse du premier. Dans les deux cas, il faut faire appel à la sagesse populaire qui nous a appris que l’arbre ne devait pas cacher la forêt. On peut douter que l’attentat du 11/09/2001 ait été organisé par la CIA. De même, il est difficile de croire que la tuerie de Strasbourg ait été commanditée par un pouvoir aux abois, même si manifestement il l’a utilisée pour se refaire une santé dans l’opinion publique. En revanche, il est impensable que l’exécution médiatique de Fillon ait été le fruit du hasard. Lorsque des événements viennent au secours des politiques à point nommé, il devient raisonnable de soupçonner une manoeuvre à leur origine, ou tout au moins dans leur exploitation médiatique. Le populisme consiste alors à regrouper les électeurs qui se sentent dépossédés de leur souveraineté au profit d’une minorité qui a les moyens d’organiser le sondage, la manifestation, l’incident, et de maîtriser l’utilisation qui en sera faite par les médias. Ce n’est pas être « complotiste » que de croire que la suppression des frontières et la « libre » circulation des travailleurs présentent un intérêt pour de grandes entreprises et même pour une foule d’employeurs, si cela contribue à exercer sur les salaires une pression à la baisse. La réaction du travailleur local pour défendre son niveau de vie, ou plus encore, celle du citoyen pour préserver son cadre de vie matériel et culturel, est parfaitement étrangère au calcul économique, et il n’y a aucune raison que le politique n’écoute que ce dernier, en négligeant ses électeurs. Les souffrances des migrants ou le réchauffement climatique sont alors de précieux secours pour tarir les oppositions, faire naître la mauvaise conscience ou détourner l’attention de l’essentiel.

Il existe un excellent moyen de redonner au peuple des raisons de croire en la démocratie et de se libérer du sentiment qu’elle n’est qu’une illusion par laquelle une oligarchie manipule la majorité de la population en permanence. C’est l’instauration du « référendum d’initiative populaire », ou comme le disent certains, « citoyenne ». Je suis très heureux que cette idée que j’avais soutenue par une Proposition de Loi en 2011 soit en tête des revendications des Gilets Jaunes. Malgré les réticences de la haute administration et de beaucoup de caciques de la politique, il faut l’introduire dans notre constitution, en nous référant au modèle suisse, qui écarte tout aspect plébiscitaire pour le gouvernement en place, évite l’émotion du moment en laissant aux électeurs le temps de la réflexion, et le calme de la régularité, et en assurant une information sereine et équilibrée. Le référendum d’initiative populaire ou citoyenne permet au populisme de s’exprimer normalement sans être stigmatisé par la caste qui usurpe le pouvoir : ce n’est rien d’autre que la vérité de la démocratie, c’est-à-dire du régime dont le souverain est le peuple, non un homme, ni un parti, ni une administration, ni des groupes de pression. Evidemment, ce serait une révolution intégrale par rapport au système actuel.

Mot clés:

7 commentaires

  1. Oblabla - 17 décembre 2018 9 h 57 min

    Excellent papier et on ne peut que soutenir le RIC en France. Mais il ne faut pas se faire d’illusions sur sa faisabilité en France. Il suffit de voir comment l’oligarchie en place et sa caste médiatique font tout pour le dénigrer avec des arguments tous plus spécieux les uns que les autres.
    Il en va de la survie de leurs pouvoirs et de leurs privilèges. Pas question de donner le pouvoir au peuple…
    Et quand un politicien comme Sarkozy fait mine de le mettre en place c’est pour mieux le discréditer et le rendre impossible (cf. 4,5 millions de citoyens exigés et accord de 185 députés et sénateurs).
    Il faudra une révolution pour que le RIC soit institué

    Répondre
  2. Jacques Peter - 17 décembre 2018 10 h 47 min

    Si le mouvement des gilets jaunes, spontané et désordonné au départ, finit par provoquer l’adoption d’un RIC opérationnel dans notre constitution, il aura bien mérité de la patrie.

    Répondre
  3. en passant - 17 décembre 2018 13 h 25 min

    Je pense que le referendum d’initiative populaire n’est pas la panacée, car votre souhait d’une information équilibrée est pour le moins irréaliste dans le contexte actuel.
    Il suffit d’ailleurs de se souvenir que Maastricht a été validé par referendum, ainsi que le raccourcissement du mandat présidentiel ou encore l’entrée de la GB dans le marché commun. Il y a quelques années, les sondages donnaient une majorité de Français favorables au vote des étrangers non européens aux élections locales, etc.

    Les Gilets jaunes qui pensent que tout le monde votera comme ils pensent voter se trompent, ce sera la prime donnée aux plus puissants dans les médias, sur la plupart des sujets.
    Or ils sont déjà bien assez puissants comme cela, ces médias.

    Je ne crois pas aux dispositions constitutionnelles miraculeuses, pas plus qu’à la transposition de modèles adaptés à d’autres pays dont on nous tympanise régulièrement sur d’autres sujets (le modèle finlandais à l’école, le modèle allemand ou danois dans l’électricité (quand on sait de quoi on parle, celui-ci est à pleurer de rire), le modèle européen des régions (idem), etc etc).

    Par contre, le fait d’avoir un équilibre dans les sources d’informations médiatiques, et un peu moins de tabous sous menace du juge, semblent des choses souhaitables et jamais acquises.

    Je ne pense pas que la constitution soit en cause, « dans aucun temps et dans aucun domaine, ce que l’incapacité du chef comporte, en soi, d’irrémédiable ne saurait être compensé par l’excellence des institutions ».
    Le chef, en l’occurrence, ici, le peuple, pourrait donc peut-être aussi se demander s’il n’a pas quelque peu erré à certains carrefours où il fut consulté…

    Ainsi, Macron applique, somme toute, son programme. Si on n’en voulait pas, il ne fallait pas l’élire. Ni ses ectoplasmes recrutés sur CV, aux législatives qui ont suivi.

    Répondre
  4. 4bach - 17 décembre 2018 20 h 32 min

    Vous vouliez dire, bien sûr, le 11 septembre 2001 et pas novembre.

    Répondre
    • vanneste - 18 décembre 2018 10 h 59 min

      Oui, merci.

      Répondre
  5. erwan - 17 décembre 2018 20 h 41 min

    Au référendum d’initiative populaire, j’ajouterais une autre mesure tout aussi citoyenne, la destitution populaire du chef de l’Etat, aujourd’hui hélas réservée au Parlement à l’article 68 de la Constitution.

    Répondre
  6. Galatine - 18 décembre 2018 13 h 11 min

    « La popularité des deux têtes de l’exécutif dégringole ».
    Naturellement,pas un pour relever l’autre: ils sont nuls tous les deux!

    Ajoutons-y les autres porte-fligues de la Macronie,les Castaner,Legendre et Ferrand qui mettent la manière et… les fautes d’orthographe dans leurs tweets 😉

    Enfin, tout cela ne m’explique pas comment les Français font pour s’y retrouver dans une chambre introuvable,telle celle qui siège à l’Assemblée nationale.
    On avait déjà volé aux électeurs l’élection présidentielle,il a aussi fallu qu’on leur vole les législatives.
    Les Français,écoeurés,ne sont pas allés voter, les chiffres de l’abstention en ont témoigné, de façon éloquente…

    Répondre

Répondre à erwanAnnuler la réponse