Football : la victoire en chantant ?

FlutisteDans quelques heures, après l’habituelle récupération élyséenne, la parenthèse enchantée du Mondial se refermera. Le meilleur scénario pour l’équipe de France s’est déroulé crescendo dans une mise en scène remarquable de Didier Deschamps qui mérite une estime unanime. Des joueurs de talent, un groupe facile pour commencer, les équipes les plus réputées éliminées parfois de manière inattendue par d’autres, et une vaillante équipe croate, un peu fatiguée, pour terminer ont dressé les jalons d’une marche vers le triomphe. Certains Français ne cachaient pas leur préférence pour la courageuse équipe « européenne ». L’immense majorité des Français souhaitait la victoire des « bleus ». Ceux qui se passionnent, ne serait-ce qu’une fois tous les quatre ans pour le football, ont explosé de joie à la fin du dernier match dans des mouvements de foule qui confinaient parfois à l’hystérie. On ne peut déplorer que des Français couvrent les rues de tricolore ou chantent la Marseillaise au lendemain d’un 14 Juillet. Peu importe la raison du patriotisme. L’important est qu’il se manifeste. « Faîtes les gestes de la foi et vous croirez » disait Pascal qui justifiait ce conseil en rappelant que l’homme est « automate » autant qu’esprit, en anticipant la distinction entre le réflexe et l’intelligence. La foule a donc accompli le rite de cette religion contemporaine qu’est le football. Il reste à départager les aspects positifs, négatifs voire nocifs de cette liturgie.

Une formule les synthétise : « on a gagné » ! Qu’un peuple regagne confiance en soi à cette occasion ne peut qu’être bénéfique. Si la France retrouve, sans mauvais jeu de mots, quelque couleur aux yeux du monde, si les touristes y viennent plus nombreux et si nos produits séduisent davantage, il faut s’en féliciter. Que le patriotisme soit délivré des complexes de culpabilité névrotique que l’idéologie de la repentance lui oppose est une bénédiction. L’habitude de pavoiser en évitant d’exhiber des drapeaux étrangers, parfois hostiles, doit persévérer. La présence du drapeau tricolore sur les bâtiments publics et le lever des couleurs dans les enceintes scolaires devraient être « naturels ». La Russie, le pays d’accueil, dont l’équipe a dépassé les espérances, et qui a offert une image impeccable durant cette Coupe du Monde donne un exemple de ce patriotisme décomplexé. Par ailleurs, dans notre pays où l’égalitarisme absolu règne sans partage dans les discours de l’idéologie dominante, redonner à l’idée de sélection toute sa valeur ne manque ni de sel, ni de pertinence.

Le problème naît du « on ». L’identification d’une nation à 11 joueurs sur le terrain et aux 23 sélectionnés n’a évidemment aucun sens. Elle donne lieu à des commentaires grotesques  tels que :  » c’est la France qui est représentée dans toute sa diversité ». L’équipe de France de football n’est nullement représentative. Le football, comme tous les sports, sélectionne les aptitudes, et il le fait à partir d’une offre que la sociologie détermine. A cela s’ajoute une dimension qui lui est particulière et qui est, pour le coup, tout-à-fait étrangère à la nation : son immersion totale dans le monde de l’argent !  Celui des clubs et de leur recrutement, ces employeurs de « nos » joueurs qui sont majoritairement étrangers ; celui des médias qui mobilisent les foules autour de cet événement qui offre une autoroute à la publicité ; celui de ces riches Etats qui jouent un rôle considérable dans le fonctionnement de la FIFA au point de lui imposer un « mondial » en hiver. Le football est le sport préféré des Français. C’est loin d’être le plus français des sports ! Le mot « mercato » cache à peine le marché humain qui est la clef du fonctionnement du football professionnel. A la base, son recrutement ne se fait pas dans les beaux quartiers où l’on préfère d’autres pratiques sportives et où les carrières envisagées sont d’une toute autre nature. Un ministre des sports m’expliquait le double intérêt, économique et chronologique, des clubs à recruter nombre de joueurs noirs dont le développement musculaire est plus précoce, mais, c’est entendu, la notion de « race » est interdite ! N’en parlons pas ! La sélection des meilleurs, le talent de l’encadrement et la qualité de la formation font le reste.

Il ne faut pas toutefois tomber dans le panneau qui s’ouvre à nouveau et qui consiste à surévaluer l’événement pour lui donner une signification politique. La liesse populaire est sympathique. Elle ne doit pas voiler la réalité du pays : des casseurs ont créé des incidents dans plusieurs villes dont Paris et Lyon. 845 voitures ont été brûlées. L’arbre du joueur issu d’un quartier défavorisé et d’origine immigrée, par ailleurs plein de talent, et d’un excellent esprit, ne doit pas cacher la forêt des banlieues qui vivent du trafic de drogue et où la police se trouve en terrain ennemi. L’utilisation, comme en 1998, du succès de l’équipe de France pour sacraliser la France multicolore et la richesse apportée par une immigration sans frein, relève, soit de la bêtise la plus crasse, soit de la haute trahison !  Des joueurs professionnels parvenus très jeunes au sommet de leur discipline, et dont le niveau intellectuel, et parfois le comportement, laissent à désirer ne sont pas les meilleurs exemples de réussite pour les jeunes Français. Il y a des admirations plus légitimes, mais on se demande parfois s’il n’y a pas dans la mondialisation un gigantesque effort d’abêtissement des peuples, particulièrement efficace, semble-t-il, en France. Un coup de pied talentueux n’a rien de génial. Une découverte scientifique, oui ! Quant à « l’entrée dans l’histoire », c’est le comble de la stupidité. L’histoire est un fleuve, une suite continue de causes et d’effets. Les compétitions sportives sont une suite discontinue sans le moindre rapport avec l’histoire des peuples, sauf lorsque les politiques tentent de récupérer le sport. Le totalitarisme en a fait sa spécialité. L’Italie a été championne du monde en 1934 et 1938, sous Mussolini. On connaît la suite…

Tout en goûtant le succès national qui désinhibe notre fierté nationale, sachons raison garder, en nous mobilisant pour de vraies victoires dans l’histoire véritable.

Mot clés:

15 commentaires

  1. DELAFOSSE - 16 juillet 2018 10 h 44 min

    L’engouement tient surtout du spectacle qu’offre ce type de sport, plus que de l’intérêt porté aux joueurs…qui connait seulement le nom du champion du monde de ping-pong ?
    Mieux vaut la joie populaire d’une telle réussite aussi « bauf  » soit-elle qu’une éventuelle fête de victoire militaire avec toutes ses horreurs !

    Répondre
    • vanneste - 16 juillet 2018 11 h 03 min

      Une victoire militaire appartient à l’histoire. Elle joue un rôle dans l’indépendance voire la puissance d’une nation, dans la liberté de ses citoyens. Une compétition sportive ne joue aucun rôle. C’est un spectacle, et la joie qu’il procure une illusion sans lendemain.

      Répondre
      • DELAFOSSE - 17 juillet 2018 8 h 04 min

        Malheureusement, ce type de discours que j’ai toujours entendu et admiré n’a jamais suffi à consoler les veuves, les orphelins les mutilés et torturés de nos « célèbres et historiques » batailles !

        Répondre
        • vanneste - 18 juillet 2018 12 h 34 min

          Certes, mais comme le disait Sardou : Sans les véritables héros, nous serions tous en Germanie…

          Répondre
          • DELAFOSSE - 19 juillet 2018 8 h 14 min

            Avec l’Europe actuelle, nous sommes quand même et néanmoins, à ses cotés dans un même avenir…et nos enfants respectifs contraints d’apprendre l’Anglais, eux qui n’y sont plus ! Pas f

  2. Ribus - 16 juillet 2018 18 h 38 min

    La récupération politique va fonctionner à pleines turbines. Quand on a vu ce dont ils sont capables avec le sauvetage d’un enfant sur un balcon, on peut imaginer qu’en termes de propagande, Mussolini que vous citez apparaîtra comme un petit joueur.

    Il est prudent de s’éloigner de son poste de télévision pendant plusieurs semaines: « alerte rouge propagande » ! La fête doit être totale et servir la Cause le plus longtemps possible. Cette Coupe du Monde est pour les progressistes et immigrationnistes la preuve que le multi-culturalisme est l’avenir de la France et que nous sommes ringards.

    Ceci étant, ils ne bénéficient plus de l’effet de surprise de 1998 et l’opinion publique a évolué mais ils sont encore des millions capables de troquer leur identité contre un match de foot. La guerre idéologique va donc s’amplifier et ce titre mondial est du pain béni pour les « bien-pensants ». On n’a pas le choix : il faut faire le dos rond ou partir en vacances.

    « …mais on se demande parfois s’il n’y a pas dans la mondialisation un gigantesque effort d’abêtissement des peuples… » : C’est une certitude et une constante ; c’est le fond de sauce de cette idéologie. Cela explique aussi la minoration des chiffres sur l’illettrisme par exemple.

    Répondre
  3. Pitton Rita - 17 juillet 2018 9 h 16 min

    Bonjour à vous tous .Non à cette euphorie sur la victoire du foot africain , du foot sorcier .Non c’était pas du foot français identitaire .Et en plus les Forces Occultes sollicitées par les Blacks ont décidé de la victoire des BLEUS/BLACKS !!Moi exorciste j’ai été avertie CHEZ MOI par des faits très étranges le 14 ET le 15 juillet et je SAIS donc .Alléluia !

    Les valeurs du Satanisme ont gagné : Macron va surfer sur l’euphorie des français pour imposr sa politique jupitérienne . L’invasion migratoire sera poussée à l’extrême !!Les politiques vont s’empresser de revendiquer le modéle multiracial culturel pour l’imposer aux français !! Ils vont sacraliser la richesse apportée par l’invasion migratoire. Et cette Afrique noire ANIMISTE /Immanente de sorcellerie va tuer notre Christianisme . Vade Retro .

    Oui oui ça relève de la haute trahison .
    Et actuellement t le cabinet NOIR qui a tué Fillon en 2017 travaille ardemment à l’assassinat politique du RN pour 2019 !! Mobilisons nous .Amen.

    Répondre
    • DELAFOSSE - 17 juillet 2018 16 h 13 min

      Grand Dieu ! Le Saint Esprit serait-il moins doué que les forces sataniques ?

      Répondre
  4. Pitton Rita - 18 juillet 2018 8 h 06 min

    Delafosse s’il n’y a plus personne pour invoquer l’Esprit Saint Transcendant dans ce bas monde terrestre les Esprits inférieurs invoqués à la place par les Blacks animistes règneront .C’est une question de règne sur les esprits humains .

    Répondre
  5. DELAFOSSE - 18 juillet 2018 9 h 14 min

    Si vous le dites….nous faudra-t-il l’invoquer davantage dans quatre ans pour perdre en fonction de la couleur de peau des joueurs sélectionnés ?

    Répondre
  6. Pitton Rita - 19 juillet 2018 8 h 34 min

    Delfosse l’animisme/sorcellerie Africain menace notre Christianisme par l’invasion migratoire : c’est pas dans 4 ans qu’il faut nous défendre .C’est maintenant qu’il faut invoquer la Transcendance pour que l’équipe française de foot devienne identitaire et nationale , pas Black /sorcier .
    Je ne peux pas imaginer une équipe Indienne par exemple remplie de chinois ou une équipe Africaine remplie de blancs .La souveraineté des nations exige le respect de chaque nation .

    Répondre
    • Ribus - 19 juillet 2018 20 h 08 min

      Je suis assez d’accord avec vous sur le constat mais pas sur les modalités. Ce n’est pas le choc frontal de l’animisme et du christianisme qui va se produire. Je crois que cela s’opère davantage par petites touches. L’afflux de ces populations va entraîner le moment venu la résurgence de la tribu, de l’oralité au détriment de l’écrit, des pratiques rituels, de la magie. En fait, dès que leur nombre sera devenu très important, je ne crois pas qu’ils seront unitaires mais, au contraire, se disperseront en ethnies et en tribus car c’est leur civilisation. Une partie des nôtres les rejoindront car ils auront perdu la connaissance de l’écriture et leurs racines chrétiennes. Ils seront donc mûrs pour le paganisme, et tout se qui va avec.

      Répondre
  7. DELAFOSSE - 19 juillet 2018 10 h 47 min

    On ne parlait pas comme cela au temps de nos chères colonies….le problème n’est pas la couleur, mais la culture. Par ailleurs, vos « sorciers africains  » n’ont pas détruits le christianisme même après l’indépendance et elle ne date pas d’hier..

    Répondre
  8. Pitton Rita - 21 juillet 2018 9 h 10 min

    Merci Ribus pour votre constat . Delafosse en matière de culture africaine païenne et occulte ne voit pas plus loin que le bout de son nez !!!!
    Car dans ma boîte aux lettres je reçois presque tous les jours des offres des sorciers africains anti chrétiens . Moi je combats cela mais beaucoup de français même chrétiens ont recours à eux !! J’en connais plusieurs .
    Et voilà Delafosse qui affirme que le paganisme ne tue pas le christianisme !!
    Cette victoire de la France n’est q’une victoire de sorcellerie africaine .Vade retro Satanas .Amen
    Rita exorciste expérimentée qui a vu des jetés de sorts terribles en ce bas monde et qui travaille pour garder la France Chrétienne .Mission .Mon papa s’appelait Joachin France et ma maman Anna . Joachin et Anna , les grands -parents du très grand prophète Transcendantal non sanguinaire Jésus .Ca vous dit ??

    Répondre
    • DELAFOSSE - 21 juillet 2018 14 h 02 min

      Et l »africaniste Maurice DELAFOSSE ca vous rien ? je n’en doute pas !

      Répondre

Exprimez vous!