Europe : suicide annoncé ?

peursurleuropeDeux lectures s’imposent aujourd’hui pour comprendre le paysage chaotique qu’offre la politique internationale : les deux derniers livres d’Alexandre del Valle : « Les vrais ennemis de l’Occident » et « La stratégie de l’intimidation ». En effet, il n’y a pas de jour qui passe sans qu’un événement ne survienne pour fournir un prétexte à la diabolisation de la Russie tandis que la plupart des médias cherchent à tout prix à justifier l’immigration et à exonérer l’islam de toute culpabilité dans la genèse des attentats islamistes. La convergence de ces deux axes de l’information, la densité et l’ampleur de la désinformation en ce sens ne peut que susciter l’interrogation voire la suspicion. Celle-ci devient une quasi-certitude lorsque s’y ajoute la véritable chasse à toute résistance identitaire nationale ou religieuse dès lors qu’elle se développe en Occident. Dans ces trois cas, le déséquilibre est tellement visible qu’il soulève une exigence de compréhension.

Pourquoi la Russie favorable à l’intégration dans sa famille civilisationnelle, occidentale et chrétienne, et même à un rapprochement avec l’OTAN, jusqu’en 2003 est-elle présentée comme l’ennemi prioritaire, censé commettre des assassinats ciblés contre ses traîtres et ses opposants ? Pourquoi, dans le même temps, le rôle néfaste de l’Arabie Saoudite, du Qatar, du Koweit et de la Turquie est-il minimisé ? La Russie ne menace nullement d’envahir l’Europe de l’Ouest, pas plus la Pologne ou les Etats Baltes que la France, et cependant les Etats-Unis, l’Otan qui réunit la majorité des Etats européens et la Turquie, concentrent à la frontière russe des bases et des moyens dont on perçoit mal à quelle urgence ils répondent. Ni l’Union Européenne, ni l’organisation atlantique n’ont renoncé à étendre leur espace jusqu’à la lisière de la Russie elle-même, à travers l’Ukraine. L’iniquité dans le traitement des informations saute aux yeux de n’importe quel observateur objectif : l’annexion de la Crimée est présentée comme un crime, alors que l’histoire et la volonté des habitants la légitiment totalement. L’appui de la Russie au gouvernement légal de la Syrie en vue de lui permettre de rétablir sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire subit la critique parfois appuyée d’actions militaires dénuées de la moindre légitimité de la part des Occidentaux. La Turquie occupe plus d’un tiers de Chypre, une partie de la Syrie, les Américains interdisent à l’armée syrienne de passer l’Euphrate ou de s’approcher de la frontière jordanienne au mépris de la souveraineté de ce pays : des soldats syriens, mais aussi des Russes ont été victimes de cette ingérence inacceptable, de la part d’un pays qui osait encore récemment parler d' »Etats-voyous » à propos de ses adversaires. L’allié saoudien dont on sait le peu de respect pour nos « droits de l’homme », et sa totale intolérance religieuse, a plongé son voisin yéménite dans le désastre humanitaire, mais l’Arabie est notre « amie… C’est pourtant de sa pensée, le wahhabisme, et de son infinie richesse pétrolière qu’est venue la vraie menace qui pèse sur l’Europe, l’islamisme désormais « rechargé » au salafisme. Le danger se présente par quatre voies : d’abord, la démographie de l’immigration musulmane ; ensuite, la croissance d’une forme virulente de l’islam qui empêche l’assimilation et renforce un communautarisme sécessionniste chez les immigrés ; en troisième lieu, le terrorisme qui trouvera dans l’expansion de l’islam une extension des vocations et du terreau nourricier ; enfin, le risque militaire, soit par le biais d’Etats puissants, comme le Pakistan, soit par la multiplication des djihadistes, de leurs réseaux et de leurs groupes armés.

Face à ces périls, l’aveuglement obstiné semble répondre à un mot d’ordre. « Daesh » serait l’unique ennemi ! Non ! Ce n’est qu’une des têtes de l’hydre. En Syrie, seuls les Russes semblent l’avoir compris. Cette tête n’est d’ailleurs pas coupée, puisque les Occidentaux paraissent plus attachés à s’en prendre aux Syriens et aux Russes qui, passant l’Euphrate, réoccuperaient les champs pétrolifères dont la Syrie est actuellement spoliée, qu’à éradiquer définitivement l’Etat islamique. En Afghanistan, les cousins talibans reprennent progressivement le contrôle du pays, avec le soutien de « notre allié » pakistanais, ce pays où les Chrétiens sont discriminés. Les attentats que subit l’Europe sont un des moyens d’intimidation. La signature importe peu. Avant l’Etat islamique, c’était Al Qaïda, et après, le nom changera une fois encore. La peur agit : il est toujours facile de caricaturer un pape. Désormais, s’en prendre à Mahomet est suicidaire. Le refus de l’amalgame, pourtant légitimé par les textes permet aux réseaux apparemment modérés de tirer profit du rejet moralisateur de « l’islamophobie ». Et, c’est ainsi que les Frères Musulmans prospèrent à l’ombre du pouvoir, en Turquie, au coeur de la guerre civile, en Syrie ou en Libye, et dans les mosquées et les écoles en France même.

La menace n’a pas du tout la même intensité aux Etats-Unis et en Europe. Pour l’Europe, elle est mortelle, en raison de la démographie et de la proximité géographique. Que les Américains poursuivent une politique égoïste qui vise à faire imploser l’Europe, à couper celle-ci de la Russie tellement complémentaire, à continuer leur alliance purement économique avec des pays qui sont à l’opposé de leurs valeurs, cela peut se concevoir. Que l’Europe se laisse entraîner dans cette politique suicidaire, jusqu’à condamner les nations européennes qui tentent de résister, relève d’une stupidité criminelle !

Mot clés:

2 commentaires

  1. kerneilla - 3 juin 2018 17 h 16 min

    Est-il exact qu’une loi serait en discussion visant à faire venir en France les parents et fratrie des mineurs immigrés illégaux ? comme appel d’air c’est génial: non seulement on aurait une dizaine d’immigrants (au moins par mineur, à cause des familles nombreuses dans les pays concernés), mais en plus cela encouragerait d’autres parents à envoyer des mineurs en éclaireur pour profiter de cette loi, malgré les risques…. comme mesure anti-démocratique c’est parfait, sachant que plus de 60% des Français trouvent déjà qu’il y a trop d’immigrés en France! l’enfer est une fois de plus pavé de bons sentiments!

    Répondre
  2. gosheim - 3 juin 2018 18 h 41 min

    Eh bien …Vous m’aviez fait remarquer il y a quelques temps que Robert Menard était un homme courageux …Je vous retourne l’adjectif .
    Cette analyse de la situation actuelle et surtout du contexte est d’une « impitoyable » justesse et vous faites bien de citer Alexandre Del Valle …cité egalement par Paul François Paoli dans son excellent ouvrage : « L’imposture du vivre ensemble » que je suggère de lire à tous mes « amis »
    Je m’en vais donc vous « partager  » !
    Bien à vous !

    Répondre

Exprimez vous!