La France est-elle à vendre ?

lafrancedeprimeAu lendemain de sa victoire à la primaire de 2011, François Hollande avait dit vouloir « réenchanter le rêve français ». Celui-ci a tourné au cauchemar dans un mélange de médiocrité et de ridicule humiliant pour le pays. Les Français se sont mal réveillés avec, dans la chambre, un nouveau venu, inattendu, qu’ils avaient élu dans une crise de somnambulisme. Celui-ci ne tient pas à faire rêver les Français. Seul son rêve personnel l’intéresse : tisser un destin avec la trame de sa volonté de puissance et la chaîne de la destruction créatrice, marier Nietzsche et Schumpeter, s’inscrire dans l’histoire comme l’homme qui aura détruit la France pour créer l’Europe. La première étape semble bien s’annoncer. La destruction que certains voulaient retarder ou contrarier est cette fois clairement et volontairement entreprise. Emmanuel Macron n’a pas été élu sur un projet mais sur un double rejet. Mais, sans en avoir conscience, les Français ont surtout rejeté les grands projets dont on avait nourri leur imagination collective depuis des décennies. La France indépendante et éternelle du Général de Gaulle va se dissoudre dans une Europe fédérale à dominante évidemment allemande. C’était le sens limpide du discours du Président à la Sorbonne. C’est aussi la France des grands champions industriels de George Pompidou qui est liquidée. Jusqu’à présent, le processus avait été subi non sans résistances. Mais le départ de Montebourg et l’arrivée de Macron signifiaient sans qu’on y prît garde la reddition de la place. La vente d’Alstom Energie à l’américain Général Electric  était suspendue à un aval ministériel introduit par le premier pour bloquer l’opération, et que le second a accordé sans sourciller. Il a d’ailleurs menti sur le sujet durant le débat du second tour de la présidentielle sans que Marine Le Pen se montrât capable de le prendre en flagrant délit.

Macron qui affectionne l’anglais peut se résumer en un  » Big is beautiful ». La France, c’est trop petit. Il faut l’Europe. De même, les anciens champions industriels français ne peuvent atteindre la masse critique qu’en se mariant à des étrangers. Le concept est prêt : on va multiplier les « Airbus »et annoncer les épousailles de Mme Alstom transport avec M. Siemens pour bâtir un Airbus ferroviaire, de Mme STX avec M. Fincantieri pour édifier un Airbus de la construction navale. L’emballage est séduisant. Le contenu est triplement inquiétant. D’abord il établit la perte de la maîtrise nationale des grandes entreprises françaises. Lors de la création d’Airbus, la France avait une industrie aéronautique de premier plan. Ce n’était pas le cas de l’Allemagne qui peu à peu a cependant acquis la parité. C’est aujourd’hui un Allemand qui dirige le groupe dont le siège social est aux Pays-Bas. Ensuite, il souligne l’effondrement de l’industrie nationale, passée de 16,5% du PIB en 2000 à 12% aujourd’hui avec la destruction de 25% de ses emplois. C’est sur ce terrain que le fossé s’est creusé avec l’Allemagne, son plein-emploi et son excédent commercial. Or, l’industrie est essentielle dans la recherche-développement et pour le commerce extérieur, pour l’avenir et pour la puissance réelle d’une économie, pour les emplois directs et indirects qu’elle génère. Certes, la France détient encore de beaux fleurons dans des domaines comme le luxe, l’agroalimentaire, la construction, l’énergie mais elle brille surtout dans les services. Or, si on se réfère à la formule du PDG d’Alcatel, Serge Tchuruk, d’une « entreprise sans usine », on sait qu’une industrie qui se dématérialise passe de l’état solide à l’état liquide ou gazeux : elle coule ou elle s’évapore. Alcatel, l’un des champions français, leader mondial de la fibre électronique, a fini beaucoup plus petit et racheté par le finlandais Nokia. Qui se souvient de Rhône-Poulenc, repris en partie par le grand chimiste belge Solvay ? De Péchiney disparu dans un géant de l’aluminium canadien, Alcan ?

Ces annonces apparemment ambitieuses d’Airbus européens pour mieux résister aux Chinois cachent mal le déclin continu de notre pays. La France n’en finit pas de payer la facture de la démagogie socialiste et de la lâcheté de ceux qui ne se disaient pas socialistes mais continuaient de mal gérer un pays qui le demeurait avec plus de 50% du PIB en dépenses publiques. Les réformes actuelles et le budget 2018 sont loin de compenser nos handicaps. Manifestement, le locataire de l’Elysée veut améliorer les performances de nos entreprises et rendre la France plus conforme aux exigences européennes, mais son horizon n’est plus celui du pays. Alors, il s’agit de faire illusion. Améliorer les résultats généraux de notre économie à la marge en profitant d’une conjoncture mondiale favorable, qui a toujours du mal à se traduire en termes d’emplois, et surtout masquer par le geste la réalité de l’action. Ainsi, l’Etat a nationalisé STX, le temps de corriger l’accord précédent concédé par le gouvernement Valls. Il s’agissait, paraît-il, de dénoncer une mauvaise négociation qui avait ignoré la nécessaire stratégie industrielle du pays. Notre banquier-stratège annonce maintenant avec satisfaction un compromis « gagnant-gagnant »… où l’Italie obtient ce qu’elle voulait : la majorité avec 50% du capital pour Fincantieri et 1% prêté par la France, avec une clause de « revoyure » histoire de sauver la face de Jupiter : curieuse égalité ! Cette gesticulation n’a rien à voir avec un patriotisme économique intelligent qui suppose effectivement une libéralisation de l’ensemble de notre économie, mais avec un Etat stratège capable d’intervenir uniquement où et quand c’est vital. Pour cela, il faut qu’il en ait la volonté et les moyens. Or les deux lui manquent.

Mot clés:

6 commentaires

  1. DELAFOSSE - 29 septembre 2017 10 h 54 min

    Toute la France est « vendue » , ses hommes politiques, ses industries, son patrimoine et pire encore, pour solde de tous comptes…son âme !

    Répondre
  2. erwan - 29 septembre 2017 20 h 06 min

    Macron est un fossoyeur de la France! Un traître à la patrie qui devrait avoir la punition qu’il mérite pour un tel crime!!

    Répondre
  3. Ribus - 30 septembre 2017 8 h 15 min

    1- En élisant Macron, les Français ont cru pouvoir échapper au chaos qui se profile. Ils risquent de se réveiller un mauvais matin s’apercevant qu’ils ne vivent plus dans un pays mais sur un territoire. L’identité française représentée essentiellement par des individus de race blanche va progressivement devenir minoritaire.

    2- La partition de ce territoire est une question qui va se poser de manière de plus en plus prégnante par un effet de ciseau. Premièrement, par la constitution d’enclaves étrangères au fur et à mesure que des populations auront le contrôle sur des quartiers, des villages puis des villes.
    Deuxièmement par la volonté de Bruxelles de démanteler les vieux États-nations au profit de sa suprématie. La Catalogne en est une des premières illustrations.

    3- Croire encore en la grandeur de la France est très naïf ; croire en la démocratie et la République l’est tout autant. Nous sommes dans une monarchie dirigée par une aristocratie de financiers et de hauts fonctionnaires appuyée par un clergé maçonnique.

    4- Ils vendent nos grandes entreprises comme ils ont détruit notre agriculture. Nos châteaux seront bientôt vendus pour en faire des hôtels de luxe et nos cathédrales feront, le moment venu, de très belles mosquées.

    Répondre
  4. DELAFOSSE - 30 septembre 2017 8 h 38 min

    Il y a des solutions, mais qui elles-mêmes causent problèmes :

    – Coup d’Etat militaire
    – Constitution d’un gouvernement provisoire de Salut Public
    – Application ferme d’un plan sociétal et économique
    – Référendum pour une sixième république
    – Retour de la démocratie

    Pas Simples, utopiques voire irréalisables, donc : Bon courage à tous pour les années à venir.

    Répondre
  5. Francis claude Neri - 3 octobre 2017 12 h 15 min

    Décidément il y a dans notre pays beaucoup de gens pour analyser et expliquer les problèmes, surtout le monde très fermé du politico-médiatique, et pas assez pour aider à les résoudre. Il semble que vous aussi vous tournez en rond Mr Vaneste …comme c’est dommage !

    Répondre
    • vanneste - 3 octobre 2017 17 h 31 min

      Je ne comprends pas très bien votre remarque. Je fais très souvent des propositions de réformes, mais il ne vous a pas échappé que je n’ai aucun pouvoir de les mettre en oeuvre? Quant à l’organisation de l’opposition, j’y travaille comme Président de la Droite Libre ou du RPF, comme membre de l’Avant-Garde, comme responsable d’émission, à Radio Courtoisie etc… Je fais partie de ceux qui oeuvrent à l’union de la droite aux côtés par exemple de Robert Ménard.

      Répondre

Exprimez vous!