Mohamed Lahouaiej Bouhlel, ennemi public !

ErostrateDans les médias se bousculent les commentaires et les analyses des journalistes et des « spécialistes » en vue d’éclairer la personnalité du tueur au camion de Nice et les motifs d’une action inhumaine par l’ampleur de sa cruauté et son absence de rationalité. A ceux qui évoquent la folie, ou au moins les troubles mentaux qui ont pu susciter un tel acte, on répond qu’il est trop facile d’excuser ainsi le lien avec l’islam. Que la foi musulmane ne soit pas d’abord une religion de paix et d’amour, mais qu’elle soit davantage bâtie sur la conquête et la soumission, son histoire et des textes du coran le démontrent. Que beaucoup de musulmans se contentent d’en respecter les rites et des obligations sociales qui peuvent être bénéfiques pour la société est une observation qui équilibre le jugement. Néanmoins, le chauffeur-livreur  assassin de Nice a bien tué au nom de l’islam ou plus exactement en étant poussé à le faire par l’idéologie de l’Etat islamique qui affiche un islam des origines particulièrement rigoureux et sanglant. Cette interprétation corroborée par le Procureur de Paris qui a détaillé les contacts pris et les informations recherchées par le « terroriste » est d’une certaine manière rassurante. Elle permet au gouvernement d’appeler à l’union sacrée contre l’ennemi lointain au nom étrange : daesh. D’ailleurs, le Ministre de la Défense le précise : le combat essentiel est mené en Irak et en Syrie où les islamistes reculent. L’opposition est d’accord sur l’ennemi mais critique à juste titre le pouvoir sur son incapacité à protéger les Français chez eux puisque la France, qui n’est pas le seul pays à intervenir militairement, est le seul à subir une série d’attentats que rien ne semble enrayer. Le Premier Ministre, hué à Nice, s’abandonne maladroitement au fatalisme et le Ministre de l’Intérieur essaie de défendre les mesures prises et d’expliquer l’impossibilité de prévoir l’acte d’un « radicalisé » aussi récent que paradoxal. Mohamed Lahouaiej Bouhlel est un djihadiste furtif. Il est passé en-dessous des radars policiers.

L’Etat islamique doit être détruit et il le sera, beaucoup trop tard, mais les attentats contre notre pays commis par des immigrés musulmans ont commencé avant lui. Leurs auteurs sont pratiquement tous des délinquants de droit commun qui en passant par la prison ou par des voyages aux pays de l’islam ont réinvesti leur religion sur le mode du salafisme violent. La culture musulmane a d’ailleurs une tendance à la violence spécifique comme en témoignent non seulement les égorgements d’animaux, mais aussi le maintien de la peine de mort, de façon parfois très cruelle dans les pays où elle est dominante. La particularité troublante du Tunisien de Nice est la rapidité de sa « conversion » (article du monde). Quant au mode opératoire, il a bien été suggéré par le porte-parole de l’Etat islamique, Abou Mohammed Al- Adnani. La brièveté du changement n’est pas inconnue dans le christianisme du chemin de Damas à Charles de Foucauld en passant par Saint-François. On observera seulement qu’il a conduit au don de soi et non au meurtre des autres. La religion par définition relie, elle crée une communauté. Comment expliquer qu’elle conduise à prendre la vie de ceux avec qui l’on vit pour assurer son salut ?

En fait, un tel comportement n’est pas essentiellement religieux et pour cette raison, il doit nous inquiéter encore davantage, car il est difficile à prévoir. On peut en trouver le modèle dans un personnage de l’Antiquité, repris dans une nouvelle de Sartre, Erostrate. Celui-ci était célèbre pour avoir incendié le superbe temple d’Artémis à Ephèse, une de Merveilles du Monde. Sartre en fait un personnage assez minable qui veut se venger de la « société » et acquérir la célébrité en tuant au hasard des gens dans la rue. Erostrate, c’est l’individu qui considère que les autres sont de trop parce qu’ils n’ont pas reconnu sa supériorité, cédé à tous ses désirs. Erostrate, c’est l’individu contre la foule qui célèbre une fête dans un des lieux les plus connus du monde. Erostrate, c’est le narcissisme frustré et vengeur. Sous cet angle, il y a une parenté entre le tueur de Nice et celui d’Orlando. Maris possessifs et violents, ils ne respectent guère les préceptes religieux, sont sensibles aux addictions, voire attirés par la bisexualité. En fait, ils sont avant tout les pires produits de notre société de consommation hédoniste : jouir de tout sans entrave est leur seule règle (Article yahoo actualités). Lorsque les obstacles rendent la chose impossible, la personnalité explose, d’autant plus fortement que la culture d’origine favorise la violence et la domination du « mâle ». La religion perverse de l’Etat islamique fournit le détonateur. Le terroriste l’utilise comme il est utilisé par elle. Il va faire payer aux autres ce qu’il n’aura pas pu se payer. Et son nom restera dans l’histoire des martyrs de la cause. Narcisse devient Erostrate.

 

Mot clés:

3 commentaires

  1. DELAFOSSE - 20 juillet 2016 8 h 39 min

    Avant hier « Je suis Charlie »
    hier  » Je suis Bataclan »
    aujourd’hui « Je suis Nice  »
    demain  » Je suis mort « …

    et tout le monde chantera à nouveau  » Aux armes Citoyens  » mais tous reviendront une fois de plus avec des fleurs et des bougies !

    La France trahit-elle ses ancêtres et son Histoire ?

    Répondre
  2. Alain - 20 juillet 2016 19 h 11 min

    Toute la classe politico-merdiatique orthodoxe a découvert la radicalisation flash lors de cet attentat!
    Il y a une dizaine d’années environ un médecin palestinien suite à des actions terroristes de l’époque en Israël, écrivait dans un journal palestinien que le passage à l’acte terroriste pouvait être le fait de n’importe quel musulman et que l’acte déclencheur pouvait se résumer à une relecture du coran pendant une nuit. Effectivement c’est bien là que se trouve la source d’inspiration de tels actes et s’étonner aujourd’hui de la rapidité de la « radicalisation » relève d’une méconnaissance abyssale de la RATP et de ses particularités ou bien d’une classique tentative de désinformation de la part de la gauche islamophile.
    mais aujourd’hui à part ces derniers, plus personne en France ne prête l’oreille au padamalgamisme. Il ne faut en fait jamais douter du vieux bon sens populaire!

    Répondre
  3. Thibault Loosveld - 24 juillet 2016 14 h 11 min

    Après la demande du ministère de l’intérieur d’effacer les enregistrements qui montrent l’absence de fusils capables de perforer les pneus d’un camion avant l’attentat, Bernard Cazeneuve a déclaré que « contrairement à ce que Madame Bertin affirme, ce n’est en aucun cas le « cabinet du ministre de l’Intérieur qui a envoyé un commissaire au CSU ou qui aurait eu des échanges avec elle ». Or, Madame Bertin eut affaire à un émissaire et non pas un commissaire ce qui revient à dire que le ministre de l’intérieur porte plainte en diffamation afin de transformer les assertions de Madame Bertin.

    Répondre

Exprimez vous!