La Grande illusion démocratique

mariannebaillonneeLa France devient chaque jour davantage le village Potemkine de la démocratie. Derrière la façade des institutions et des discours qui nous abreuvent de leurs grands principes, la réalité d’une oligarchie accrochée à ses pouvoirs et animée par des intérêts contraires au Bien Commun des Français se fait de plus en plus pesante. Non seulement le décor résiste, mais dans ses coulisses, et lorsque le rideau du spectacle électoral tombe, la machinerie du pouvoir restreint un peu plus la vie démocratique. Le Peuple, réduit au rôle de spectateur, a quitté la salle pour parcourir les marchés de Noël. Les affiches commencent à annoncer le prochain spectacle, celui des Présidentielles. Certains s’emploient déjà à repeindre les décors. Voulant oublier le premier tour des régionales, celui ou l’on choisit, pour le second où on élimine en ramenant le « ni-ni » à un seul « non », on ressort la vieille lune du « grand groupe central » de Giscard. Cambadélis en rêve pour Hollande, sauvé des eaux par les centristes enfin détachés des « Républicains » . Raffarin en bon publicitaire, sort le slogan du « pacte républicain » contre le chômage. Il avoue son objectif : faire baisser… le Front National. Lui aussi veut rassembler au centre et a jugé Juppé plus rassembleur que Sarkozy. Juppé d’Aquitaine et Raffarin du Poitou, ces régions désormais unies et restées à gauche, vont tenter de réunir les centristes et quelques électeurs socialistes pour être face au FN au second tour des présidentielles. Pendant que Bertrand retrouve Hollande sur un lieu de fraternisation, eux en sont déjà à collaborer. Face à la montée de la colère d’un peuple qui n’en peut plus de se voir trahi, le racolage à droite toute façon Buisson-Sarkozy a fait son temps, ce sera désormais le bunker baptisé « républicain » qui résistera à l’assaut. Ses occupants n’en bougeront pas. Ils s’interrogent seulement sur leur chef. Que les vraies questions du pays, comme l’immigration, la destruction de la famille, la dérive européenne, la perte de compétitivité, l’incapacité de réformer, ne soient pas résolues leur importe peu. « Le chômage » vous dis-je ! Comme si celui-ci ne faisait pas partie de l’ensemble !

Pour l’emporter, les relais dans la société civile sont puissants. Un triangle est particulièrement redoutable. Bien des vaisseaux y ont sombré qui portaient les couleurs de la liberté d’expression. Des associations politiquement orientées et militantes, mais néanmoins subventionnées, traînent le dissident devant la Justice qui condamne éventuellement et la presse annonce le coupable dérapage puis sa juste condamnation. Elle se fait plus discrète lorsque des juges cessent d’être des censeurs pour être des défenseurs du Droit. Eric Zemmour, Renaud Camus et Christine Boutin, aujourd’hui même, figurent parmi les victimes de ce traquenard. J’y ai échappé en gagnant sept procès, mais en perdant mon siège parlementaire, et une bonne partie de mes économies. Marine Le Pen vient d’y essuyer un grain. Cette fois la presse a occupé deux des angles. Bourdin a très clairement rapproché le FN de l’Etat islamique en les mettant tous deux dans la rubrique « repli identitaire » et en évoquant une « communauté d’esprit ». Assez logiquement, les responsables politiques insultés ont réagi en soulignant le caractère diffamatoire de la comparaison et en publiant des photos des atrocités de « daesh ». Immédiatement, le pouvoir a actionné la Justice qui a ouvert une enquête. Valls, qui doit être l’héritier de Don Bazile ou de Torquemada, a fulminé comme il l’avait fait contre… la « Manif pour Tous » avec un sens aigu de l’inversion des valeurs. Ce qui est monstrueux, selon lui, ce n’est pas d’écraser un homme sous un char ou de le brûler vif, ce n’est pas de comparer un parti qui réunit 7 millions de Français à un groupe terroriste, auquel le gouvernement français fait une guerre bien molle,  non c’est d’oser se défendre en montrant des photos. La presse dénonce, scandalisée, l’odieux dérapage. J’avais  subi ce mot pour avoir dit la vérité.

Il ne s’agit pas ici pour moi de défendre un parti dont je ne suis pas membre, mais simplement de stigmatiser l’apparence trompeuse de la démocratie française. Les combines politiciennes privent les Français d’exercer leur pouvoir légitime. Les lobbys, les copinages, les réseaux au sein de la société civile manipulent l’opinion et restreignent la liberté d’expression. La Démocratie est le pouvoir du peuple limité par des droits fondamentaux, notamment la liberté d’exprimer son opinion. Elle est aujourd’hui doublement menacée.

Mot clés:

6 commentaires

  1. fbastiat - 18 décembre 2015 19 h 11 min

    Votre dernière phrase est très juste. La démocratie ce n’est pas simplement la possibilité pour la majorité d’écraser la minorité, c’est aussi (surtout?) le système qui protège les droits fondamentaux de l’individu face à l’Etat.

    Répondre
  2. Thibault Loosveld - 18 décembre 2015 20 h 21 min

    L’entrevue de Neuville-Saint-Vaast, hier, entre Xavier Bertrand et le président socialiste illustre à nouveau le devoir de mémoire. En effet, en Mai 1915, se tint dans ce village une fusillade à l’intérieur de la cave aux Rietz, dont il subsiste de nos jours les preuves sur des piliers. Un décideur public peut se demander si ce lieu souterrain était un objectif stratégique puisqu’aussi bien, en Avril 1917, les soldats canadiens étaient restés dans les tranchées pour capturer les soldats allemands qui s’étaient abrités dans les tunnels Prinz Arnulf et Volker.

    Répondre
  3. Eric ADAM, Combattant CVD - 18 décembre 2015 20 h 30 min

    Oui, mon cher Christian, nous sommes très loin de la Démocratie promise en 1789.
    « ILS » veulent nous forcer à « con-fondre » RAIE-PUBLIQUE et DÉMOCRATIE!
    Que nénni mon Ami.
    Il n’y a « PADAMALDAM » à faire.
    La première est un SYSTÈME qui ne bénéficie qu’à une CASTE qui s’octroie elle même les règles qu’elle n’a pas besoin de respecter, tant elle est certaine de pouvoir faire « FRONT » contre toute velléité de partage des chambres du Palais, et d’accorder au PEUPLE la parole, alors sa SOUVERAINETÉ… N’y pensez pas! Ce serait du terrorisme POPULISTE et ouvrirait la voie à l’émeute, à la « guerre civile ». Sauf que les TERRORISTES prompts à monter des barricades, dans cette situation, ce ne serait que quelques NANTIS déboutés de leurs privilèges accumulés par 200 années de DICTATURE de la Bien bien-pensance!
    La seconde ne tolère aucune entrave à la souveraineté du Peuple, qu’il choisisse un ROI ou un Président pour traiter les « ZAFFAIRES » courantes! C’est donc tout le contraire d’un SYSTÈME féodal et SECTAIRE tel que nous le connaissons sous cette « République bananière » qui gouverne la France depuis plus de 200 ans!

    Mais énoncer ces vérités ne suffit plus.

    L’heure n’est plus aux indignations ni aux balbutiements des vierges effarouchées qui se réveillent cocu de la raie-publique avant même d’avoir goûté le bonheur de l’enfantement de la Démocratie!

    Alors, mon AMI, je te pose la même question que d’habitude :
    QUAND ALLEZ VOUS APPELER LE PEUPLE à adhérer à un vaste mouvement que constituerait le « FRONT des DÉMOCRATES » pour une nouvelle Constitution et nous donner enfin l’accès à cette Première Démocratie du Peuple Souverain de France?

    C’est à VOUS les « ÉLITES », à VOUS qui détenez une parcelle d’audience et d’ouverture dans les médias, de POSER LES BONNES QUESTIONS et d’en appeler le PEUPLE à se prononcer sur sa volonté d’accéder à cette SOUVERAINETÉ!

    Tant que les Citoyens de « base », ceux « d’en bas », n’auront pas entendu « dans le poste » ces questions et cette suggestion, alors ILS ne feront que perpétuer l’esclavage dans lequel le SYSTÈME les tient!

    Quand je vois les « élites » qui se vautrent dans le « partisiannisme » du « NI-NI », l’autre, celui qui en réalité est le « MI-MI », mi menteur mi voleur, et qui voudrait simplement nous faire changer de Maître, en remplaçant les GOUROUS par le-leur, sans pour autant donner au Peuple la possibilité de LE contrôler ainsi que ses « mandataires » précaires et révocables, alors je me dis que nous sommes bien loin de la Démocratie… Mais pour moi, tu le sais, ce n’est pas nouveau, c’est une lutte de plus de 40 années!

    Et comme je ne suis candidat à RIEN, à aucune place de GOUROU, j’attends que se lèvent ENFIN ceux qui en appellent à une FRANCE DEBOUT pour prendre la tête de cette nouvelle révolution, au lieu de nous VENDRE des charlatans du souverainisme « nationaliste » ou des GNA-GNA et des GNAN-GNAN!

    L’eau va encore couler chez DUPONT-DURAND, et nous attendrons encore l’arrivée d’une bonne guerre qui nous apportera un nouvel « HOMME PROVIDENTIEL »!
    Attention qu’il ne soit pas « enturbanné » de DJIHADISME…

    Qui sait!

    Répondre
    • vanneste - 19 décembre 2015 5 h 28 min

      C’est une idée qu fait son chemin. J’ai des contacts en ce sens.

      Répondre
  4. Ribus - 19 décembre 2015 10 h 06 min

    La coalition fédéraliste et mondialiste est, de fait, constituée mais n’a en effet pas encore de chef. Mais est-ce si important puisque ce qui sépare un Juppé d’un Hollande ce ne sont que quelques nuances. En face, il y a Marine Le Pen, seule, puisque toutes les petites formations patriotiques refusent une alliance de crainte d’être absorbées. Cette coalition présente aussi le risque pour LR et PS d’une implosion interne.

    Avant la grande explication de 2017, la guerre idéologique va s’accentuer puisque les deux camps sont désormais visibles mais les moyens dont chacun dispose sont déséquilibrés. C’est un combat qui n’est pas à armes égales, c’est le moins qu’on puisse dire.

    Cela a l’avantage de montrer clairement que les médias sont quasiment tous des organes militants au service des mondialistes ; de même, une partie de la magistrature qui rend une justice politique. Les milieux artistiques sont également de ce bord. Je crois que tous commencent à se déculotter car ils sont certains de leur victoire en 2017.

    Mais en ne permettant pas au FN d’accéder à la gestion de régions, la caste a rendu un service à Marine Le Pen. Elle a les mains libres et tout son temps pour se consacrer à la présidentielle qui est son objectif, l’esprit dégagé de la contrainte des parrainages. De plus, elle n’est pas pressée puisqu’encore jeune (47 ans) ; si ce n’est pas 2017, ce sera peut être 2022. De toutes façons, sur la base d’aujourd’hui, il y aura au moins 150 députés frontistes en 2017.

    Répondre
  5. GODICHEAU - 19 décembre 2015 13 h 01 min

    Peut-on reprocher aux socialistes de faire du socialisme? Ce qu’il faut, c’est démonter l’idéologie socialiste et aller la traquer « jusque dans les chiottes »!
    C’est ce que j’ai fait dans mon livre « Economie ou socialisme: il faut choisir ». Après cela, il n’y aura plus aucune raison pour voter pour quelque socialiste (et apparenté) que ce soit!

    Répondre

Exprimez vous!