Plus on marche, moins on avance ?

imagesL’immense manifestation qui s’est déroulée à Paris aujourd’hui est polymorphe. Un commentaire voulait y voir une marche pour l’Histoire regardée par le monde entier. C’est hélas le propre des démocraties modernes sous la pression haletante des médias de ne pouvoir accéder au long terme et de ne l’évoquer que de manière déclamatoire pour se complaire aux vagues émotionnelles de l’opinion. « La paix pour notre temps » disait Chamberlain au lendemain de Münich et le Roi George n’hésitait pas à évoquer une « ère d’amitié et de prospérité ». Un an plus tard, c’était la guerre la plus meurtrière de tous les temps. C’est pourquoi, il faut se méfier de la projection des émotions du présent vécues par les foules sur un  futur qui dépendra de la clairvoyance et de la volonté d’une poignée d’hommes. Churchill n’était pas acclamé comme Chamberlain, mais dans son isolement, il avait raison.

Le grand rassemblement de Paris a d’abord eu une dimension et un retentissement exceptionnels, planétaires. Un Français doit se réjouir que la France puisse bénéficier d’un rayonnement tel qu’une tragédie qui la touche en fasse pour quelques heures la « capitale du monde » selon les mots de François Hollande. La réunion improbable d’un grand nombre de Chefs d’Etats ou de gouvernements étrangers, et des plus importants d’Europe notamment, a montré que la France était encore un grand pays. Toutefois, la politique consiste à agir. Ce gigantesque défilé qui a uni le gotha politique, un grand nombre de politiciens de presque tous les horizons, la masse des anonymes qui voulaient témoigner, et bien sûr les proches des victimes, était-il une action ? Une action symbolique, sans aucun doute. Ni les symboles, ni les discours ne sont négligeables. Encore faut-il mesurer leur capacité d’agir sur le réel, de changer les choses.

Lorsque des centaines de milliers de personnes, que leurs opinions séparent ou opposent, se retrouvent pour manifester ensemble, un effet important en découle. Comme le pensait Durkheim, la solidarité sociale a deux aspects, celle qui vient de la complémentarité, de la division du travail, et donc de différences, mais aussi celle qui résulte de croyances communes et donc de l’identité. La réaction passionnelle face au crime était, selon lui, un des vecteurs du retour de l’identité, de la communion dans une société morcelée. C’est exactement ce que nous avons vécu. Si beaucoup de politiciens n’étaient là que pour être vus, la plupart des participants ont vécu un grand moment de restauration de la communauté nationale, en rendant hommage aux victimes et en dénonçant les assassins. C’est donc une faute lourde que d’en avoir exclu le Front National qui souhaitait y participer. La présence, non loin l’un de l’autre, de Benyamin Netanyahou et de Mahmoud Abbas devrait couvrir de honte certains de nos élus et leurs médiocres arrière-pensées.

C’était aussi Paris-sur-scène avec un spectacle parfaitement maîtrisé. Mais là encore, le spectacle n’est pas la réalité. Lorsque le rideau tombe, chacun quitte le théâtre pour retourner à la vraie vie. Seuls les auteurs, les comédiens et le metteur en scène jouiront ensuite d’un succès, dans le monde réel. On peut penser que les organisateurs du défilé, essentiellement nos responsables politiques, tireront un bénéfice de la réussite d’aujourd’hui. Est-ce légitime ? Quelques islamistes fanatiques issus d’une immigration qui n’est plus assimilée et inspirés par un de ces foyers de djihadisme du Moyen-Orient que nos gouvernements ont laissés se développer quand ils ne les ont pas suscités ont commis des assassinats. Ils étaient équipés d’armes de guerre. Ils étaient connus de la police et avaient déjà eu maille à partir avec la Justice. Les deux frères Kouachi et Coulibaly avaient notamment profité de la mise en liberté « surveillée »d’Ahmed Beghal, avant la fin de sa condamnation, pour le rencontrer. Coulibaly condamné à sept reprises et une dernière fois en 2013 était libre et sans surveillance particulière. La cible choisie, Charlie Hebdo, était très prévisible. Si les assassins sont bien les coupables, la politique menée par ceux qui réclament l’union derrière eux est lourdement responsable de la situation qui a rendu leur crime possible.

L’ampleur de la réaction au massacre de Charlie Hebdo est due d’abord au fait que les victimes étaient des auteurs connus du grand public. Beaucoup de ceux qui les admirent se sont sentis personnellement atteints. Quant à ceux, qui comme moi, n’avaient de goût ni pour leur style, ni pour la plupart de leurs idées, ils veulent, avant tout, défendre la liberté d’expression dont ces dessinateurs et ces journalistes étaient des champions provocateurs, c’est-à-dire courageux. La manifestation d’aujourd’hui n’était nullement une adhésion au gauchisme du journal visé. C’était la défense d’un pilier de notre civilisation, que par ailleurs Charlie Hebdo n’a pas ménagée. La focalisation sur le titre, le « je suis Charlie », ne doivent pas faire oublier qu’à travers les policiers tués, à travers nos compatriotes juifs, l’attaque menée visait avant tout notre pays et notre civilisation, et non la ligne éditoriale d’un périodique qui n’avait pas hésité à demander dans le passé l’interdiction d’un parti politique. La liberté de penser ne doit pas être sélective à l’inverse du terrorisme intellectuel si souvent présent à gauche, et pas seulement, dans notre pays.

Certains ont comparé les foules d’aujourd’hui à celles de la libération. Une victoire contre un ennemi puissant et implacable n’a rien à voir avec le combat actuel contre l’islamisme radical. A présent, c’est surtout contre notre faiblesse que nous devons nous battre, celle qui consiste à accepter que des « jeunes »expriment leur soutien à des actes barbares et stupides, celle qui tolère la présence des pyromanes, le Qatar et la Turquie, lorsqu’on rend hommage aux victimes de l’incendie et aux pompiers. Si la manifestation parisienne n’est pas le prélude à un changement radical de notre politique en matière d’immigration et de contrôle des frontières, si elle n’entraîne pas une révision de notre action à l’étranger, en Syrie notamment, si elle n’induit pas une révolution en matière de justice pénale, elle n’aura été qu’une action symbolique, c’est-à-dire une catharsis, une communication libératrice, ou pire, récupératrice.

Mot clés:

17 commentaires

  1. Ribus - 11 janvier 2015 21 h 06 min

    Aujourd’hui j’ai surtout vu des journalistes et des politiciens se gargariser du nombre de personnes présentes. Pensent-ils vraiment que 2 ou 3 millions de personnes dans la rue vont faire cesser le djihadisme? Si c’est le cas, ils se mettent le doigt profondément dans l’oeil.

    Demain, nous revenons dans le réel et bien sûr aucune décision forte, significative, efficace. Mais de la part de munichois de l’islamisme, faut-il s’en étonner?

    Après les obsèques et quelques mesurettes plus ou moins symboliques, il n’ y aura rien de plus et surtout pas de vrais choix politiques.

    Répondre
  2. DELAFOSSE - 11 janvier 2015 21 h 27 min

    On a fait moins de « cirque » aprés le massacre des » Moines de Tibérine ».

    Cependant ,cette prise de conscience populaire,c’était trop beau,c’était trop bien,mais c’était surtout trop tard…il aurait pu y avoir 17 personnes de plus . Pour elles,il n’y aura plus jamais de réveil !

    Répondre
  3. bernard - 12 janvier 2015 5 h 06 min

    On va encore nous dire que la justice, l’ armée et la police manquent de moyens et pourtant la gauche trouve toujours assez d’ argent pour payer les intermitents du spectacle, les syndicats, les associations politicardes, les retraités décathlon de la SNCF, EDF etc etc

    Répondre
  4. bernard - 12 janvier 2015 5 h 21 min

    C’ est étrange d’ entendre dire que tout celà n’ a rien à voir avec l’ islam…………Celà voudrait-t- il dire que l’ inquisition, la Saint Barthélémy, les guerres de religion du siècle 16 n’ avaient rien à voir avec le christianisme???

    Répondre
    • GEMINET Micheline - 12 janvier 2015 20 h 22 min

      C’est une insulte à l’intelligence la plus basique que de nier la relation de cause à effet. La même cause produit toujours le même effet. Ici, il est bien question du fanatisme religieux, comme par le passé. Cependant, et la différence est d’importance, il s’agit d’une « religion » dans laquelle notre culture ne peut s’ancrer (société, idéologie).. Merci à l’autre charles , Martel celui-là, qui nous a éviter de vivre à l’ombre des mosquées.

      Répondre
  5. DELAFOSSE - 12 janvier 2015 10 h 47 min

    La France m’a parue bien belle et bien propre en ce 11 Janvier 2015 dans sa jolie robe de défense de la Liberté…il ne lui reste plus qu’à changer ses « dessous » !

    Répondre
  6. Courouve - 12 janvier 2015 11 h 38 min

    Une de l’Humanité du 24 août 1939 : « Ce pacte [germano-soviétique] témoigne d’une politique à la fois énergique et intelligente, seule conforme à la cause de la paix »

    Répondre
  7. Juristique - 12 janvier 2015 11 h 48 min

    J’ai le sentiment de l’organisation samedi, d’un bal des faux-culs (les politiques) et d’un rassemblement d’enfants de cœurs (les citoyens). Il y a finalement deux libertés d’expression, celle de Charlie désormais canonisée car devenue inoffensive (ils sont morts les bougres), et celle d’une réalité dont il faut bien se garder de parler.

    Répondre
  8. Jacques SPAGNOL - 12 janvier 2015 11 h 51 min

    Hier, le représentant officiel du Maroc a refusé de se joindre au cortège parce que des manifestants affichaient la « Une » controversée du portrait de Mahomet et que cela constituait un blasphème. Pourtant, sauf erreur, le Maroc est un état musulman « modéré »…
    Avant hier, un journal allemand qui avait reproduit la même « Une » en hommage à Charlie Hebdo » a été incendié. Je n’ai pas entendu a moindre condamnation.
    Alors, aujourd’hui comme hier je continue à m’interroger sur ce qu’est « l’Islam modéré »

    Répondre
  9. DELAFOSSE - 12 janvier 2015 17 h 27 min

    Je ne suis pas « Charlie »…je suis « Libre » !

    Répondre
  10. bernard - 13 janvier 2015 6 h 18 min

    Bien sur qu’ il ne faut pas stigmatiser l’ ensemble des musulmans, par contre dire que les terroristes n’ avaient rien à voir qavec l’ islam équivaudrait à dire que la Saint Barthélémy, les guerres de religions du 16′ siècle et l’ inquisition n’ avaient rien à voir avec le catholicisme ou le christianisme. Remarquez que à gauche on continue à croire que les 20 millions du communisme n’ ont rien à voir avec le communisme et que la faillite économique actuelle n’ a rien à voir avec le socialisme…….. Bref dans la France de 2015 tout le monde veut vivre au dépend de tout le monde et plus personne n’ est responsable de quoi que ce soit. J ‘ oubliais, surtout pas d amalgames, 80% des musulmans ont voté Hollande en 2012 et il faut maintenir ce score pour 2017….

    Répondre
  11. Pingback: Chronique du remplacement : bilan JeSuisCharlie, Islam, Coulibaly, Zemmour, vivrensemble, Bassan Tahhan | ANTI-MONDIALISATION

  12. bernard - 13 janvier 2015 7 h 02 min

    L’ islamisme rien à voir avec l’ islam comme les 20 millions de morts du communisme n’ ont rien à voir avec le communisme par contre la Saint Barthélémy et l’ inquisition sont la faute du catholicisme….

    Répondre
  13. DELAFOSSE - 13 janvier 2015 8 h 40 min

    Cela ferait un bon sujet de philo à traiter par les temps qui courent:

    « La Liberté, n’exclue pas le Respect « .

    Répondre
  14. Carole - 13 janvier 2015 15 h 05 min

    Dites-moi que ce monsieur se trompe sinon c’est la fin :

    Répondre
  15. 34PourlaFrance - 14 janvier 2015 17 h 49 min

    Compassion, émotionet peur de l’avenir ont projeté la foule dans les rues de nos villes. L’unité nationale n’allait pas au-delà de la fraternité de l’instant. Il reste néanmoins pour beaucoup de nos concitoyens que la France est désormais en danger et qu’un énorme problème du vivre ensemble va se poser. Le multi-culturalisme va apparaître sous un jour beaucoup moins idyllique que la vision qu’en donne ses promoteurs et ses bénficiaires. Il nous arrive ce qui cause bien des tracas aux Etats-Unis… et la responsabilité de ceux qui gouvernent la France depuis quarante ans est entière. Notre perte d’identité est en cours, aurons-nous la force du sursaut sur le long terme ? Rien ne viendra de la politique actuelle. Alors le peuple devra predre son avenir en mains.

    Répondre
  16. Pingback: Chronique du remplacement : bilan JeSuisCharlie, Islam, Coulibaly, Zemmour, vivrensemble, Bassan Tahhan - ANTI-MONDIALISATION

Exprimez vous!