La France est-elle une Couveuse à Barbares ?

images (15)Sept cents « Français » ou résidents dans notre pays participeraient à la guerre contre le gouvernement syrien. Ils seraient avec près de 2000 Européens enrôlés dans les groupes islamistes plus ou moins liés à Al Qaïda. Près de la frontière turque, une de ces bandes composée de Français et de Belges francophones, et désignée par les habitants terrorisés comme  » la brigade française » aurait mené une répression barbare contre les opposants, y compris les rebelles de l’Armée Syrienne Libre : exécutions publiques, tortures, profanation des cadavres. L’association du nom de notre pays à ces actes éveille d’abord la honte, mais doit surtout susciter la réflexion dans deux directions.

La première est celle des causes. Comment des jeunes ayant vécu dans notre pays, éduqués au sein de son système scolaire, peuvent-ils se comporter de la sorte  ? L’irresponsabilité criminelle de nos gouvernements y a une lourde part. La plus immédiate réside dans l’aventurisme qui a fait participer notre pays à la déstabilisation et à la diabolisation du régime baasiste syrien : un sésame pour les « djihadistes » en herbe. L’enthousiasme pour le prétendu Printemps Arabe s’est éteint avec l’anarchie libyenne et le coup d’Etat égyptien. On peut s’étonner de la légèreté des gouvernants et de la faiblesse des informations données par les services de renseignement et l’une des diplomaties les plus nombreuses au monde. Ils n’ont pas prévu les « printemps ». On se souvient des vacances tunisiennes de MAM et du séjour égyptien de Fillon. Ils ont encore moins prévu les conséquences : la violente explosion tribale en Libye qui a retenti sur l’ensemble du Sahel et le bras de fer entre l’Armée et les Frères Musulmans en Egypte. La capacité de résistance et le poids des alliés de Assad n’ont pas non plus été anticipés. Alors pourquoi ? Pour servir nos intérêts auprès des pays arabes riches ? Les retombées de notre soutien décisif à la « révolution libyenne » seraient nulles. Notre convergence avec le Qatar, de plus en plus présent en France, et l’Arabie Saoudite sur le dossier syrien devient chaque jour moins honorable. Comment peut-on sans cesse s’ériger en pays des Droits de l’Homme, les évoquer, bien modestement, d’ailleurs devant les Chinois dont la puissance mérite toutes les courbettes, et soutenir l’action offensive de pays qui ne les respectent nullement et financent l’islamisme dans le monde. Ces deux pays ont d’ailleurs les moyens d’être rivaux. L’Arabie Saoudite est le banquier bienveillant de la dictature militaire égyptienne tandis que le Qatar est la base de repli des Frères Musulmans. Que va-t-on faire dans cette galère ? Molière a une fois de plus le mot juste ! S’agit-il de protéger Israël en affaiblissant tous ses voisins arabes par la guerre civile ? Les malheurs de ces derniers sont sans proportion avec un résultat qui peut être obtenu autrement . La réussite d’Israël sur le plan économique, sa puissance militaire, et le soutien indéfectible de ses alliés permettent d’envisager plus facilement une paix définitive avec des régimes nationalistes qu’avec des Etats islamistes. Sadate en avait donné l’exemple. Participe-t-on, comme l’une des pièces, le fou sans doute, au grand jeu d’échecs planétaire auquel se livrent les Etats-Unis ? En Syrie comme en Ukraine, la cible est la Russie. En quoi est-elle l’adversaire de la France ? Qui peut croire sérieusement que Poutine songe à envahir la Pologne ou les Etats Baltes ? Il a réussi son coup en Crimée et il s’y arrêtera. Il n’y a aucune raison particulière de stigmatiser plus Moscou que Ryad ou Pékin.

Mais l’engagement de « Français » dans ce triste combat vient aussi de l’abandon de notre politique d’assimilation des immigrés. Parce que notre démographie et notre économie réclamaient de l’immigration selon les penseurs de salon qui inspirent nos dirigeants, on a ouvert les portes et, avec elles, la boîte de Pandore. Regroupement familial, distribution gratuite et indolore de la nationalité, constitution de « banlieues » majoritairement peuplées d’immigrés non-européens, discrimination positive, accommodements raisonnables, soutien à la multiplication des lieux de culte financés par l’étranger et incontrôlables, discours de repentance, et censure du patriotisme : la liste est longue des erreurs dénoncées par la courageuse Malika Sorel. Ajoutez-y les paraboles, la facilité des voyages, les multi-nationalités, le laxisme judiciaire notamment à l’égard des mineurs,  l’absence de service militaire et vous avez des barbares de l’intérieur à qui on a appris à détester notre pays et sa culture et qui trouvent plus de plaisir à fantasmer leur prétendue appartenance religieuse qu’à exercer un rôle social positif mais modeste. Certes le chômage n’arrange rien, mais ce n’est pas un contrat d’avenir qui pourra rivaliser chez un jeune  vidé de tout élan par une éducation insipide avec la fièvre que fait naître un prêche enflammé ou les images venues d’ailleurs, comme un film ou un jeu video dans lesquels il peut, là, s’insérer. C’est aussi vrai pour l’immigré que pour le converti. Ce phénomène est le symptôme d’un pays qui ne parvient plus à transmettre des valeurs si tant est qu’il en ait encore. Le malade belge, ce « paradis » du progrès sociétal, est encore plus touché que nous. Lorsqu’on fait le vide moral, il ne faut pas s’étonner que n’importe quoi vienne le remplir.

Cette « politique » tellement absurde qu’elle n’en mérite pas le nom privilégie des intérêts économiques pour les uns, électoraux pour les autres, à court terme. Les seconds sont déjà déçus. Les autres le seront aussi lorsque la destruction du tissu social coûtera plus cher que l’illusoire bonus démographique. Dans l’immédiat, vont revenir en France des fanatiques qui voudront faire payer à notre pays la défaite de leur prétendue guerre sainte en Syrie. Ils auront appris à utiliser les armes et en rapporteront peut-être. Notre réflexion doit donc aussi porter sur l’avenir plein de risques que les dirigeants irresponsables qui sont à la tête de notre pays depuis si longtemps  ont construit pour ses habitants. Le regroupement familial date de 1976 sous la présidence de Giscard d’Estaing, Chirac étant Premier Ministre. Il est imposé par Bruxelles depuis 2003. La gauche au pouvoir facilite de toutes les manières l’immigration.  Le suicide culturel n’est pourtant pas la meilleure réponse à la stagnation démographique et économique, mais c’est celle des technocrates et des politiciens dont il est vital de se débarrasser !

Mot clés:

4 commentaires

  1. fbastiat - 28 mars 2014 10 h 46 min

    Politique absurde ou politique parfaitement gérée et voulue pour détruire la civilisation et faire de l’individu libre et responsable un simple pion totalement dépendant de l’Etat?

    Répondre
  2. DELAFOSSE - 28 mars 2014 11 h 02 min

    Supprimer à notre jeunesse ,valeurs,exemplarité,références,repères modèles et héros,c’est l’abandonner et l’orienter vers d’autres horizons…rien d’étonnant à ce que l’on voit aujourd’hui !

    Répondre
  3. kafirpride - 29 mars 2014 12 h 19 min

    700 djihadistes?
    Oui c’est peut-être le nombre de ceux qui ont franchi le pas et sont partis en Syrie pour faire le djihad dans le sentier d’allah.
    On peut opposer d’autres calculs ou estimations dans le genre: que même s’il n’y avait que un pour mille muzzs susceptible de rejoindre ce bataillon cela ferait quand même entre 700 000et 1 000 000 de djihadistes potentiels en France, ce qui ne fait plus un bataillon mais une division! Aisément approvisionnée en armes de guerre en tout genre via les filières djihadistes des balkans et déjà quotidiennement expérimentées et utilisées à Marseille.
    Quand on voit le drapeau d’al qaeda ostensiblement et fiérement affiché en grand format sur la vitre arrière d’un 4X4,
    Quand on voit des barbus s’entrainer en treillis dans les forêts de la région parisienne comme des marines à Fort Bragg,
    Quand on voit se pavaner des colosses salafistes au profil de bourreau dans les organisations caritatives françaises,
    alors on se rend compte de l’importance de l’implantation djihadiste en France et on est bien obligé de se poser des questions sur la capacité de notre régime démocratique et socialiste à faire face à cette menace qu’ils s’obstinent contre toute évidence à nier!

    Répondre
  4. O'liv - 31 mars 2014 17 h 32 min

    Question gênante aussi qui risque de ne pas être postée comme mon mon message sur les petits boulots en France, non pourvus et pour cause 🙂

    Alors la question : « Pourquoi Chirac a t-il supprimé le service militaire? ». Tout le monde s’accorde pour raisons d’économies, armée de métier. Mouais…quand on voit qu’actuellement des petits fonctionnaires de l’armée se voient supprimer de maigres avantages comme les repas de service des militaires du Service de santé des armées ne seront plus payés le lundi, on est tombé bien bas tel un pays du Tiers-Monde, et encore!

    Alors pourquoi vraiment? ne faites-vous pas la corrélation avec la date du regroupement familial vers 1975? depuis cette période, combien de naissances dans des familles musulmanes? 20 ans après et plus, combien de jeunes pouvant effectuer leur service militaire? certes, avec la bi-nationalité d’office, un certain nombre choisit son pays préféré (de loin) comme lors des matchs de foot France-Maghreb 🙁 mais les autres? sont-ils fiables? comme ces fous de la « djihadmania »? qui préfèrent-ils? la France ou le monde islamique? n’y avait-il pas des soucis déjà du temps de la guerre au Kosovo avec ceux qui considéraient cette terre serbe colonisée par l’islam comme terre sacrée qu’il ne fallait pas combattre? CHUT n’est-ce pas, droite ou gauche? dangereux de former militairement un nombre indéterminé de jeunes haïssant la France. Donc Chirac a bien fait? ça fait peur cette 5ème colonne épée de Damoclès, sauf qu’à part le FN tout le monde fait l’autruche 🙁
    Alors si vous avez du courage et si vous pouvez démentir (je préfèrerai) merci de répondre M. Vanneste ou un autre lecteur.

    Répondre

Exprimez vous!