La vidéoprotection à Tourcoing

 Lors de l’inauguration du centre de supervision urbaine de Tourcoing le 9 décembre dernier, le journaliste de la Voix du Nord avait cru bon de souligner les divergences qui existent entre le Maire de Tourcoing et moi-même concernant ce nouvel équipement, et de préciser que l’intégralité du matériel avait été financé par la ville de Tourcoing (lire l’article).

Si le financement n’était pas encore parvenu dans les caisses municipales, il est bel et bien réel. Le Ministère de l’Intérieur a récemment notifié à la Préfecture qu’une subvention de 72 972 euros avait été attribué pour le développement de la vidéoprotection à Tourcoing, représentant 40% du coût des caméras et des travaux de modernisation du centre de supervision urbaine. 54 846 euros sont alloués pour les travaux d’extension et d’aménagement du CSU et 12 737 euros pour le remplacement des caméras vandalisées dans le quartier de la Bourgogne. Enfin, 5 389 euros sont consacrés à l’installation de nouvelles caméras.

Mot clés:

6 commentaires

  1. delcour francoise - 26 décembre 2011 12 h 50 min

    totalement pour, ça serait plus sécurisant et aiderait la police pour les recherches lors d’agressions et larcins . Lorsque l’on a la conscience tranquille, rien ne nous nuit pour notre sécurité !!!

    Répondre
  2. Courouve - 27 décembre 2011 22 h 49 min

    Encore une fois, un journaliste déforme les faits ; à quand un Code de déontologie de cette profession ?

    Répondre
  3. Louis Cypher - 28 décembre 2011 16 h 02 min

    VIDEOSURVEILLANCE

    Ce qui protège, ce sont des gens sur le terrain.
    Là, ce sont des caméras qui filment ton agression, puis qui permettent éventuellement de retrouver ton agresseur.
    CQFD : ça ne protège pas, ca surveille. Dissuade, tout au plus.

    Il est surprenant qu’un député utilise des termes issus des cabinets de marketing pour justifier la surveillance généralisée de la population.
    N’oubliez jamais cela, brave citoyens : ce qui n’est pas encore interdit / amendable aujourd’hui le sera demain : faisons confiance aux députés pour toujours plus réduire les libertés individuelles et créer de nouveaux prétextes d’amendes : le train de vie des élus doit bien être financé d’une manière ou d’une autre, non ?

    Répondre
  4. seb - 30 décembre 2011 12 h 00 min

    Comme vous le savez, M. VANNESTE, je ne suis pas hostile, en tant que tel, à la VIDEOSURVEILLANCE laquelle n’a jamais protégée personne…Puisqu’il s’agit d’un objet inanimé !

    Le « truc » que je ne comprends pas, c’est pourquoi vous soutenez, apparemment, de manière inconditionnelle, son DEVELOPPEMENT, alors qu’à mon sens, il n’y a pas lieu de le faire.

    Comme dit dans de précédents messages, je pense que vous posédez un cerveau et savez l’utiliser.

    -Alors pourquoi soutenir le développement – financé par les contribuables (locaux ou nationaux peu importe) – de caméras qui, selon tous les rapports obtenus à ce jour…Sont très peu efficaces sur le moyen/long terme ?

    -Alors pourquoi ne pas opter pour la solution qui revient régulièrement d’une utilisation des caméras de manière mesurée et en association avec d’autres « freins » à la délinquance, à savoir la lumière (éclairage public) et bien sur la présence (effective) de policiers faisant des rondes ?

    Dire « non » de manière catégorique, à la vidéoSURVEILLANCE me parait être une mauvaise idée. Mais pourquoi en faire (pour des raisons lobbyistes ?) une solution miracle ?

    Je n’y vois, pour l’heure, que trois motifs, peut être liés entre eux

    -les parlementaires étant des lâches refusent d’assumer leurs décisions (RGPP notamment)

    -les parlementaires pensent/croient que les Français sont des abrutis et dès lors font comme si une caméra était un robocop/superman qui n’existe que dans la fiction

    -pour faire campagne, les parlementaires passent leur temps à faire « ami ami » avec des lobbyes. Or, celui sur la vidéosurveillance est très bien implanté…Ne serait ce que parce qu’un cousin de M. SARKOZY fait commerce dans cette activité. Et comme (parce qu’il y a un coté vraiment « anti parlement » au sein même des parlementaires) c’est un proche ou M. SARKOZY lui même qui décide des investitures (çà, j’avoue ne jamais avoir compris cette abnégation parlementaire à l’endroit des Ministres ou/et de l’Exécutif en général)…

    Pourriez vous m’éclairer sur VOS RAISONS M. VANNESTE ?

    Le journal de FR3 de ce soir annonçait la candidature du ministre à Boulogne. J’ai pensé évidemment Boulogne-Billancourt. Le ministre dit y avoir des attaches… tant mieux… et, au moins, la circonscription est sûre…. Il aurait été beaucoup plus courageux d’aller conquérir une circonscription de gauche… à Boulogne… sur mer… surtout en 2012, quel panache et quel symbole… Dommage.

    Répondre
  5. Thibault Loosveld - 2 janvier 2012 19 h 45 min

    Par contre, Michel-François Delannoy fut extrêmement prompt à décider la protection par camera du nouveau centre commercial: est-ce à dire que, en-dessous d’un seuil de valeur, le « maire » de Tourcoing n’assurait pas le droit à la Sûreté ?

    Répondre
  6. Thibault Loosveld - 23 janvier 2012 22 h 32 min

    S’il y a une divergence que ce journaliste n’a pas mentionnée, c’est bien celle du courant électrique absent des lampadaires est-berlinois installés au centre de Tourcoing. D’ailleurs, en journée, les automobilistes sont même astreints au check-point Charlie !

    Répondre

Exprimez vous!