De Roman Polanski à DSK…

La présomption d’innocence, la décence et la retenue à l’égard de DSK sont certes nécessaires. Pour autant, s’il y a une victime, c’est la jeune femme qui peut-être a subi une agression et un viol, et non l’éventuel auteur des faits. Celui-ci n’est pas la victime d’une justice américaine inhumaine. Celle-ci est transparente. Elle prend ses précautions après l’expérience de la fuite de Roman Polanski. C’est un jury populaire, comme nous le souhaitons pour notre pays, qui va décider prochainement de la poursuite de l’inculpation. La solidarité de caste que manifestent certains socialistes est totalement déplacée.

Bernard CARAYON, Lionnel LUCA, Richard MALLIE et Christian VANNESTE
Députés

Rappel : Roman Polanski doit être jugé !

Mot clés:

11 commentaires

  1. seb - 17 mai 2011 15 h 12 min

    Le philosophe que vous êtes, M. VANNESTE, devrait savoir raison garder.

    –Pour commencer, vous parlez d’une solidarité de caste. Dans notre pays – heureusement – depuis 1789, il n’y a plus de caste, les trois Ordres ayant été dissous ! Qu’est ce qu’une caste, du reste ? C’est un groupe social, qui souvent s’organise selon une hiérarchie héréditaire et refuse tout nouvel entrant n’entrant pas dans le moule de perfectionnisme qui est le sien.

    On ne peut prétendre que des socialistes, témoignant une amitié intéressée ou sincère, à l’endroit de M. DSK, soient semblables aux émigrés de Coblence, qui vivaient dans l’espoir absurde de rétablir une Société où chacun, de la naissance à la mort, restaient à sa place.

    –Au reste, il ne paraît pas très juste d’incriminer des personnes, d’un défaut, que soi même, on use et abuse. Quand M. WOERTH s’est vu accusé, on a fortement entendu (avant toute enquête) les ténors de votre parti nous assurez qu’il faisait face à une meute de loups, qu’il était la cible d’attaques ignobles, et que de toute manière, s’intéresser même à sa personne, était un crime de lèse majesté.

    On pourrait en dire tout autant sur les députés qui ont soutenu que M. SARKOZY ne devait pas être entendu sur l’affaire KARACHI – en dépit de ses fonctions – encore moins sur CLEARSTREAM, et qui sont allés jusqu’à prétendre que son épouse d’alors (une certaine CECILIA) ne devait pas être interrogé par le Parlement au sujet d’infimières libérées dans des circonstances douteuses, au motif que son statut d’épouse lui ferait (par magie) obtenir la protection juridique du Président de la République !

    –A l’heure actuelle, nous ne savons pas s’il y a des victimes, et s’il y en a, qui elles sont. Nous savons qu’une femme est allée toquer à une porte et qu’un homme prenait une douche. Voilà ce que nous conaissons de cette histoire. Que s’est il passée ? Y a t il eu agression ? Y a t il eu coup monté ? Cela, nous l’ignorons.

    Dans cette affaire, il y a peut être deux victimes, une seule, ou aucune. Parfois, les apparences sont trompeuses. Et pour ne vous citer qu’un seul ex, je vais vous rappeler la fameuse « affaire du collier ». Qui est la victime de cette affaire ?

    **La reine, qui par sa conduite et sa légereté a laissé accroître à un homme de son entourage, qu’ils pourraient nouer une relation plus intense ?
    **Le Cardinal de Rohan, qui ne trouve rien d’étonnant à ce qu’une femme, qui ne lui a jamais adressé la parole en public, ait pour lui une attention secrète ?
    **La jeune fille (Rose) qui, pour mieux accréditer le récit mensonger qu’on déverse au dit Cardinal, est utilisée comme instrument ? (Elle se fait passer pour Marie Antoinette)
    **Le roi, qui indirectement, se voit contraint d’offrir sur la place publique, un procès qui va faire date ?
    **Les banquiers (vendeurs du collier) qui ont été bernés par la malice et la ruse d’une escroc de choc

    Toutes ces personnes, a des degrés divers sont responsables de l’affaire :

    *La reine ne comprend pas que son comportement léger et son accessibilité par des gentilhommes célibataires nuisent à sa réputation
    *Le Cardinal, qui se laisse embobiner par des escrocs et qui demande un procès public
    *Rose, qui ne cherche pas à comprendre pourquoi on souhaite qu’elle travestisse sa souveraine
    *Louis XVI, qui au lieu de protéger l’honneur de son épouse, l’envoie au casse pipe
    *Les banquiers, qui ont omis de prendre contact avec la reine, pour confirmer sa volonté d’acquérir le fameux collier

    Aujourd’hui, nous sommes comme ces Français qui, scandalisés, apprirent que leur jolie reine, déjà taxée de vider les coffres du Royaume…Avait des rendez vous galants avec des aristocrates bien nés, qui plus est membre du clergé !

    Ce n’est que par la suite, après enquête, que l’on va découvrir que « quelqu’un » tirait les marionnettes en présence ! Et ce n’est que, bien plus tard – au moment de la Restauration – que l’on va vraiment considérer que dans cette affaire, la reine était vraiment sincère quand elle plaidait l’innocence. Jusqu’à cette période – et encore, on peut penser que les sujets de Louis XVIII avaient une opinion qui différait de leurs propos royalistes – le doute cernera le pays. L’innocence du Cardinal semblant établir, si l’on puis dire, la culpabilité de la reine. C’est d’ailleurs son passé, sa réputation de légereté, qui vont faire pencher la balance en sa défaveur…Une reine soupçonnable étant, à tort ou à raison, toujours coupable.

    Il me semble, sincèrement, qu’il est trop tôt pour juger, ou pour trier les victimes et les bourreaux. On ne sait rien de la femme qui accuse. Néanmoins, on en a un a priori favorable. On sait beaucoup de choses du passé de DSK. Et celui ci aurait tendance à accréditer les faits qui lui sont reprochés.

    Là encore, méfiance. Si je reprends l’ex ci dessus, le Cardinal de Rohan avait une excellente réputation auprès des Français. La reine était, elle, villipendée pour ses dépenses et…Sa légereté de moeurs. Non seulement elle vivait en dehors du palais – et donc du lit du roi – mais en plus son entourage n’était pas considéré comme vertueux. Qu’elle puisse aller dans les allées de Versailles, en pleine nuit, jouer les coquettes, était fort crédible ! Le fait même que le Cardinal, de par sa conduite, accrédite le fait qu’il croyait sérieusement avoir entretenu la reine (au sens de : lui parler) atteste que pour les Français, la reine était loin d’être insoupçonnable.

    DSK est, en quelque sorte, dans la même situation. Face à lui, une employée modèle (à première vue en tout cas). Et contre lui, une réputation sulfureuse, qui jusqu’ici ne posait pas vraiment problème (en France tout au moins) mais qui, dans ce genre d’affaire, ne peut qu’accréditer sa culpabilité.

    –La comparaison de DSK avec POLANSKI pose aussi problème. DSK est innocent jusqu’à preuve du contraire. POLANSKI est, lui, coupable…Et a pris la poudre d’escampette pour éviter sa peine. On n’est donc pas du tout dans le même registre. DSK affirme son innocence, POLANSKI parlait, lui, de prescription ! L’un ne reconnaît pas les faits qu’on lui reproche, l’autre les admettait mais estimait que l’eau avait coulée sous les ponts. J’ajoute, au reste, que le Ministre qui défendait le brave POLANSKI – MITTERRAND junior – et qui au passage est lui coupable de bien pire (protitution sur mineurs, violation avérée des lois françaises sur la protection des mineurs, le Ministre ayant reconnu faire son marché en Thailande !) est actuellement membre du Gouvernement, sans que cela pose beaucoup de problèmes de conscience à la majorité !

    Donc les leçons de morale, je veux bien…Mais un minimum de cohérence, de crédibilité, et peut être tout simplement de mémoire, serait une bonne chose. Parce que, sincèrement, la chance de nos Ministres actuels, c’est justement de ne pas être sous la férule de la justice américaine ! Si tel était le cas, les Ministres licenciés pendant le mandat de M. SARKOZY, seraient en prison…Non sous les ors de la République, soit en tant que représentant(e) à l’ONU, conseiller particulier du Président, ou encore parlementaire par le biais d’une loi cynique, récompensant l’immérite !

    Attention, enfin, aux approximations. Pour l’heure, M. DSK est accusé non inculpé. Les journalistes Français ne savent peut être pas traduire le mot « charged » mais moi, si !

    De même, le Grand jury ne s’apparente, en aucun cas, à une sorte de tribunal populaire. Il s’agit de citoyens qui ont pour mission de pérenniser (ou non) la décision prise par la juge. Ils n’ont pas à déterminer si DSK est coupable ou non, si Ophelia (puisque c’est son prénom…Bravo à M. DEBRE qui le connaissait avant tout le monde !) est une menteuse, un instrument, ou une honnête femme…Mais seulement à délibérer sur le choix fait par la juge de garder DSK en prison.

    L’accusation va émettre ses raisons pour le garder prisonnier, la Défense va abattre ses cartes pour lui restaurer sa liberté (même conditionnelle), et le Jury va se prononcer. Mais, je le rappelle une fois encore, cela n’a rien à voir avec une décision relative à l’innocence ou la culpabilité de DSK et cie. On ne fait, ici, que s’interroger sur les motivations à priver quelqu’un de sa liberté. Rien d’autre.

    Les jury populaires (au sens français) que vous appelez de vos voeux, auraient – eux – une autre vocation. Ils devraient se prononcer sur un fait (ici, DSK a t il oui ou non commis les faits reprochés) non sur une autorisation de sortie !

    Il n’y a rien de déplacée à défendre un ami (pour des raisons diverses).

    Je pense même que, vous même, avez souffert de ne pas avoir pu profiter de l’amitié de vos pairs, lorsque vous étiez accusé. Et pire encore, quand ceux ci, par leur silence, paraissaient accréditer votre culpabilité.

    Faut il encore vous rappeler – cela a son importance – que ce sont des juges (bruxellois) qui vous ont réhabilité, non un jury populaire ?

    Non que je suis contre l’idée en elle même – je la trouve même très bien, ce qui m’ennuie c’est que rien ne suit derrière (un peu comme pour les lois : en apparence très répressives, comme elles ne sont pas respectées (pour des raisons de moyens et d’hommes généralement) – mais là je dois reconnaître que le « plan » américain est supérieure à l’idée « française ».

    L’attente du procès permet à l’affaire de s’ouvrir, de se comprendre. Si l’on envoie directement le prévenu aux fauves (médiatiques et politiques) on risque forcément la bien malheureuse « affaire Outreau » avec des prévenus coupables du départ, en dépit d’une histoire ne tenant pas la route.

    S’il faut – bien sur – considérer la faute (magistrale) du fameux juge, on conviendra que les politiques d’alors comme les médias, n’ont pas fait dans la modération ! Et l’on observera surtout que jamais ni un politique, ni un journaliste, ne s’est excusé de ces atteintes à la présomption d’innocence : à ce jour, seul M. BURGAUD semble l’avoir fait…

    Répondre
  2. babeil - 17 mai 2011 22 h 02 min

    Monsieur Vanneste,

    Trop tard pour avoir une pensée pour la victime. Vous auriez dû l’exprimer dès votre premier article intitulé « inculpation de DSK…. ». Relisez vous, car la seule chose qui vous a préoccupé dans ce premier article sur l’affaire Strauss Kahn c’est votre guéguerre avec le ps. Mais je vous rassure, aux yeux des étrangers, la honte retombe sur la france entière alors inutile de pointer vos adversaires du doigt, ça ne trompe personne. Le seul fait d’invoquer la présomption d’innocence est une manière orientée de prendre sa défense. Aujourd’hui le retournement de veste dont vous êtes coutumier s’explique par l’évolution de l’enquête et les preuves à charge qui s’accumulent.
    Je n’éprouve que mépris envers les petits opportunistes !

    Répondre
  3. Courouve - 17 mai 2011 23 h 11 min

    Le souci général du sort de D. S.-K. et la négligence générale du sort de la femme de chambre, venant après l’affaire de Polanski, ne sont vraiment pas à l’honneur de la France.

    Par ailleurs, si les images de DSK les bras dans le dos ont été largement diffusées, je n’ai vu aucune photo de ces menottes dont la presse nous rebat les oreilles.

    Répondre
  4. ninon - 18 mai 2011 11 h 09 min

    La sexualité des hommes publics est-elle une affaire privée ?
    Evidemment, le PS considèrera l’affaire DSK comme relevant du domaine privé. Mais l’addiction, quelle qu’en soit la forme, fragilise celui qui est censé représenter et défendre les français. Imaginons DSK aux manettes du pays, et devant gérer une crise majeure avec un autre pays, comme par exemple l’envahissement étranger via Lampedusa, ou un risque de conflit Europe-Russie. Nul doute que Berlusconi ou Poutine enverraient quelques bimbos sorties de leurs cabinets ministériels respectifs pour faire plier dans le bon sens le chef de l’Etat. Et tous les français d’y perdre, pour une simple satisfaction passagère.
    Le fric, le sexe, le pouvoir, trois choses qui mènent le monde depuis longtemps, mais qui sont peut-être incompatibles avec la démocratie, qui est, faut-il le rappeler, l’exercice du pouvoir par le peuple, et pour le peuple.
    Se remplir les poches, et se vider la bourse, voilà encore de quoi écorner l’image de ceux qui prétendent faire notre bien !

    Répondre
  5. seb - 18 mai 2011 11 h 55 min

    De mieux en mieux : http://www.challenges.fr/actualites/monde/20110518.CHA6004/lagarde_pour_succeder_a_dsk_au_fmi_.html

    Il y a un concours pour ridiculiser le pays à l’étranger, ou quoi, en ce moment ?

    Donc, si je comprends bien, après avoir soutenu un homme – je rappelle que M. SARKOZY a défendu la candidature de DSK en sachant ses « faiblesses » – peu apte à se régir émotionnellement parlant…

    Le Gouvernement (et Président) veut maintenant envoyer au FMI une femme qui a été épinglée par la Cour des Comptes (tant sous l’ère SEGUIN que MIGAUD) pour sa complaisance envers M. TAPIE ? Des accusations, manifestement sérieuses, puisque M. NADAL a demandé l’ouverture d’une enquête pour abus d’autorité et autres griefs « accessoires » (du style avoir fait bénéficié un « ami » de M.SARKOZY d’un remboursement de son pseudo « préjudice » par le contribuable français !)

    Vous parlez de POLANSKI. C’est effectivement scandaleux. Mais comment définir l’acte gouvernemental visant à protéger une Ministre, en l’envoyant au FMI, pour lui éviter des représailles judiciaires ?

    Après le scandale des moeurs, le scandale financier. Le FMI qui cherche la sérénité, va être des plus gâtés !

    Je sais bien que le Gouvernement – que je ne confonds pas avec la France – aime exfiltrer ses Ministres douteux ou plus, en leur procurant des places en or (ce qui n’est pas pour racheter la dignité du pays au passage)…Mais il serait peut être temps de respecter (au moins) une promesse de campagne, vous ne croyez pas ?

    Remarquez, M. SARKOZY soutient aussi le mec qui a trafiqué les chiffres de la Grèce, et qui est (en partie) à l’origine de la crise, pour la BCE !
    http://www.boursorama.com/forum-marche-des-changes-la-bce-aux-mains-de-goldman-sachs-408727926-1
    http://www.marianne2.fr/Un-banquier-de-Goldman-Sachs-a-la-tete-de-la-BCE_a205535.html

    Si la « droite » prétend avoir mis aux fonctions publiques des personnes capables, compétentes et vertueuses (dixit la DDHC) il va y avoir pas mal de rire (jaune) dans la salle !

    On présente du reste, miss Lagarde comme une grande professionnelle. Certes, pour les bankers. Par contre, s’agissant d’argent public…Notre pays finance des trucs qui sont de l’ordre du gaspillage éhonté !
    http://www.observatoiredessubventions.com/2011/union-europeenne-des-cartes-postales-a-240-euros-l%e2%80%99unite/

    Et nous sommes quasi en « faillite » c’est çà ?

    Est ce trop demandé à M. SARKOZY, le Gouvernement, la « majorité », de mettre aux postes clés, tant nationaux qu’européens, ou internationaux…Des personnes répondant aux critères de la DDHC :
    -capables
    -compétents
    -vertueux

    Si on avait suivi ce bon principe, on aurait évité que depuis 2007, plus de la moitié du Gouvernement ait été viré (rassurez vous, pour être transféré dans des cages en or) et les déboires actuels, avec DSK, DRAGHI, ou encore LAGARDE !

    Répondre
  6. F.F.T. - 18 mai 2011 15 h 48 min

    S’il est prouvé que la femme de ménage ignorait l’identité du client de la chambre d’hôtel, ce nouvel éclairage de la scène ne pourra que révéler la triste vérité.

    Répondre
  7. Thibault Loosveld - 18 mai 2011 20 h 07 min

    @ seb:

     » J’ajoute, au reste, que le Ministre qui défendait le brave POLANSKI – MITTERRAND junior – et qui au passage est lui coupable de bien pire (protitution sur mineurs, violation avérée des lois françaises sur la protection des mineurs, le Ministre ayant reconnu faire son marché en Thailande !) est actuellement membre du Gouvernement, sans que cela pose beaucoup de problèmes de conscience à la majorité !  »

    Frédéric Mitterrand est-il passible d’un tribunal correctionnel français pour son tourisme sexuel en Thaïlande ? Je pense qu’il est difficile de répondre.
    Roman Polanski, lui, était passible d’une cour criminelle française http://www.gollnisch.com/2011/05/18/a-l%e2%80%99heure-du-grand-deballage/.

    Répondre
  8. Maurice - 20 mai 2011 19 h 18 min

    Bonjour,

    Il va quand même falloir un jour mettre les pieds dans le plat.

    Droite gauche centre je crois que tous sont sur la Lune …déconnectés de la réalité quotidienne qui est celle des millions de Français…

    L’heure est à la victime…si elle a menti (ce qui est désormais un droit (cela devrait être inscrit dans la constitution lol)) elle sera à son tour dans le box. Ce ne sont pas les compétences d’un homme, pour qui je pense j’aurais voté, qui sont en cause mais ce sont les actes d’un justiciable devant ses pairs.

    Quant à la prison, cette horrible prison, n’oublions pas que les victimes de ces « malheureux petits garçons » retenus dans des « conditions ignobles » contre leur volonté de surcroit (avec salle de sport et nourriture) sont peut être mortes voir au minimum choquées.

    J’ai la vague impression que le problème est pris à l’envers.

    J’aurais voulu m’impliquer politiquement même adhérer à un parti le soucis c’est que je n’y crois plus comme la majorité des personnes que je fréquente qui plutôt que de perdre une demi journée pour aller voter préfère la consacrer à leur famille où autre.

    Mesdames messieurs n’oublions quand même pas le Japon, l’Espagne et les autres pauvres malheureux qui se sont vus exclus des informations quotidiennes (ils vont peut être, ironie du sort, devoir faire appel au FMI).

    Je me demande si finalement je ne préfère pas le journal de 13h avec le tour de France des artisans et des campagnes c’est plutôt relaxant.

    Bon week end à tous.

    Répondre
  9. Thibault Loosveld - 20 juin 2011 19 h 59 min

    Malgré les demandes d’extradition, Roman Polanski n’a jamais été rattrapé en France par la « justice » mais Georges Tron, parce qu’il a été Ministre de Nicolas Sarkozy, est immédiatement placé en garde à vue sur la base de dénonciations: cela me rappelle le procès de Riom…
    http://www.fdesouche.com/221201-georges-tron-place-en-garde-a-vue

    Répondre
  10. Thibault Loosveld - 21 juin 2011 19 h 44 min

    N’ayant aucune confiance en la magistrature « française », je continue à croire qu’elle est en train de se venger des mésaventures judiciaires de DSK outre-Atlantique.

    Répondre
  11. Thibault Loosveld - 22 juin 2011 17 h 55 min

    Les communistes français, c’est à dire les juges, sont en furie depuis que Melissa Jackson a envoyé Dominique Strauss-Kahn à Rikers Island et donc: http://www.atlantico.fr/pepites/garde-vue-tron-prolongee-125988.html

    Répondre

Exprimez vous!