Guadeloupe : Yves Jégo, le Ministre catastrophe…

Yves Jégo est revenu en catastrophe de la Guadeloupe le 8 février, au moment même où il devait reprendre les négociations avec le patronat, les élus locaux et le collectif LKP. Le départ précipité de celui qui prétendait rester jusqu’à la fin du conflit a plongé les français dans l’incertitude et l’incompréhension. Depuis le début de la crise insulaire, l’État multiplie les déclarations contradictoires, passe de la proposition démagogique au coup-de-menton, laisse entendre qu’il va ouvrir un carnet de chèques décidemment inépuisable pour favoriser des préférences locales, puis fait preuve de fermeté lorsque le Premier ministre intervient. Aujourd’hui, une semaine plus tard, alors que l’on déplore un mort et que les affrontements se multiplient tandis que fuient les derniers touristes, la conclusion s’impose : l’État n’a su ni affirmer son autorité, ni apaiser les revendications, ni même empêcher la violence.

La montée de la contestation, l’extension des désordres à l’ensemble des départements d’Outre-mer apparaîssent comme de fâcheux exemples pour le printemps métropolitain. Après la Grèce, les Antilles…

Une fois de plus, c’est Nicolas Sarkozy qui doit monter en 1ère ligne : c’est lui qui va recevoir les élus ultra-marins, ce jeudi. Le Président, d’un côté, les médiateurs, de l’autre : un mauvais esprit pourrait s’interroger sur le rôle et l’efficacité d’un Ministre qui, présent ou absent, manque singulièrement de présence. Cet après-midi, lors de la séance des Questions d’actualité, à 2 reprises, c’est Madame le Ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, qui a su réinvestir la volonté de l’État et la dignité de la République. La réforme constitutionnelle permet aujourd’hui à un Ministre de démissionner sans beaucoup de risques, soit pour incompétence, soit pour divergence de vues. Monsieur Jégo aurait tort de se priver de cette opportunité. Désormais c’est au Président de la République qu’il appartient non de dresser l’inventaire de mesures sociales bien tardives, mais d’insuffler une nouvelle politique de développement des départements d’Outre-mer sans laquelle les moyens de la justice sociale ne seront pas réunis.

Articles liés

13 commentaires

  1. Halte Monsieur le député ! Ne tirez pas sur le Ministre ! Dans le régime actuel, et par sa volonté, c’est Monsieur Sarkozy qui décide…Ou plutôt qui prend ses ordres auprès de Monsieur Guéant et autres “conseillers” qui décidement ne servent strictement à rien !

    Peut être conviendrait il de demander quelques comptes à :
    -Monsieur Fillon…Après tout, il est censé être celui qui “gouverne” la France…Et le chef des Ministres (à moins que Monsieur Jego n’ait rejoint le G7 du Président ?)
    -Monsieur Guéant et compagnie (dont les compétences sont de toutes évidences “remarquables” !)
    -Monsieur Sarkozy (à force de prendre les gens pour des cons, il ne faut pas s’étonner qu’ils réagissent ! Pas possible d’avoir 200 euros…Mais une augmentation de 50% pour Monsieur Jouyet, promu à un poste (sans que le Parlement n’ait son mot à dire !!! Vous avez dit favoritisme ? Mépris pour les élus?) plus que bien payé…Là pas de problème ! Rien pour les salariés…Mais “l’emploi” protégé pour les Ministres incompétents : vous le dites vous même…Le Parlement va devenir (sous peu) le Temple des Ministres les plus incompétents au monde ! Vive le retour du Directoire ! Charmant au passage cette mesure…On ne saurait mieux discrédité le Parlement…Rien d’étonnant à ce que le Parlement ait voté à pleine main une telle mesure. Après tout, salir l’Institution dont on est membre, est un procédé bien rodé par les parlementaires…Depuis 1789. Sauf qu’à l’époque, au moins, on pouvait faire passer les députés incompétents, ou je m’en foutiste sous le “rasoir national”)

    Au passage…C’est quoi cette idée d’un “conseil interministériel de l’outre mer”? Conseil chargé de faire des propositions sur la rénovation de la politique menée par l’Etat en Outre Mer.

    Le secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer est déjà un conseil ministériel à lui tout seul ! Dès qu’un sujet concerne l’outre-mer, il est du ressort de Monsieur Jégo, quelque soit la thématique. En fait, les pouvoirs des autres ministres “techniques” sont limités au territoire métropolitain. Ce nouveau conseil est un superbe doublon !

    Et puis sincèrement…A quoi va servir ce “conseil” DOUBLON ? A rien !

    Les problèmes de l’Outre-Mer sont connus de longue date : Insularité, économie sous perfusion de la métropole, très grande
    sensibilité “identitaire”.

    Les solutions gouvernementales, on les connait dans les grandes lignes : encore plus d’argent dans la perfusion et un grand coup de calinothérapie.

    Alors à quoi bon “réfléchir” alors qu’on connait déjà les réponses que donnera le Gouvernement ?

  2. Monsieur Vanneste, pourriez vous nous donner votre avis sur la réintégration de la France dans l’OTAN ?

    La France s’apprête à s’engager dans un processus de soumission militaire et diplomatique en réintégrant le comité des plans de défense, mais surtout le commandement militaire permanent intégré de l’OTAN.

    Cette décision est d’autant plus inopportune que rien ne nous force à nous engager dans ce processus et que ce statut de la France dans l’OTAN était, depuis notre retour en 1995-96 dans le comité militaire, totalement accepté par les Etats-Unis.

    Rappelons avant tout débat que ce statut particulier ne nous empêche pas d’être actuellement le deuxième contributeur de forces aux opérations de l’Alliance avec plus de 4.000 hommes, de contribuer à hauteur de 14,78% au budget civil et à hauteur de 13,85% au budget militaire, et de fournir le quart des moyens de la force initiale à la force de réaction rapide de l’OTAN (NRF).

    Le commandement militaire permanent intégré de l’OTAN est une structure opérationnelle dirigée aujourd’hui, et qui restera dirigée demain par le «SACEUR », un général américain. Son adjoint, un général allemand ou britannique selon le calendrier de rotation entre ces deux pays, commande les opérations de l’Europe de la défense lorsque les pays de l’EU utilisent les moyens de l’OTAN. Ces accords nommé «Berlin Plus » on été la base du transfert à l’Union européenne de l’opération de l’OTAN en Macédoine à partir d’avril 2003, puis de celle de l’OTAN en Bosnie-Herzégovine à la fin de l’année 2004. Mais la simple mise en œuvre de ces accords reste difficile en raison de la Turquie.

    En effet, ce pays qui possède un droit de véto au sein de l’OTAN invoque l’absence d’accord de sécurité sur l’échanges de données classifiées entre Chypre et Malte, entrés dans l’Union européenne en 2004, et l’OTAN pour refuser leur participation aux réunions sur les opérations « Berlin plus »… Rien ne peut autoriser le « Deputy SACEUR » à passer outre ce droit de veto, et c’est soumis à cette décision de la Turquie qu’il exerce son commandement !

    Dans les discussions qui ont précédé la décision française, il n’a pas même été question qu’un officier français devienne un jour « Deputy SACEUR » ! Pour ce retour sous tutelle US, rappelons que la décision de 1966 a été motivée par une volonté de contrôle sur l’engagement de nos forces, la France s’apprête à accepter un commandement régional ! Ce commandement est celui de Lisbonne qui abrite le quartier général de la Force de réaction rapide . Rien de bien essentiel dans le processus d’engagement des forces de l’OTAN. Alors pour donner de la substance à cette décision française il est fait grand cas du commandement stratégique ACT chargé de la transformation des forces de l’Otan qui reviendrait lui aussi à un général français. Mais stratégique il l’est surtout pour les USA par sa position géographique à Norfolk, en Virginie à deux pas du USJFCOM (United States Joint Forces Command) qui a la même mission de transformation des forces mais au profit des Etats-Unis !

    On peut s’interroger pour savoir comment les entreprises de défense européennes concernées au tout premier plan par la transformation des forces pourront se positionner dans cette compétition ?

    On tente aussi de nous faire croire que cette réintégration dans le commandement militaire intégré est un gage de la réconciliation transatlantique entre la France et les Etats-Unis dans le respect des intérêts de chacun. Cet alibi ne tient pas. En effet notre appartenance au commandement intégré présumera de la disponibilité des forces françaises.

    A l’occasion d’une prochaine mission militaire notre participation sera supposée acquise et le rôle de nos forces prédéterminé. Jusqu’à présent, la France avait une forte capacité à infléchir la conduite des missions puisque membre du comité militaire où se réunissent les ministres de la défense des pays membres de l’Alliance elle avait voix au chapitre politique sans être commise d’avance sur sa participation militaire. Les pays membres du commandement militaire permanent intégré de l’OTAN devaient nous écouter et infléchir éventuellement leurs positions pour nous convaincre d’engager des forces. Ce ne sera plus le cas, nos forces seront pré engagées !

    Cette normalisation du statut de la France dans l’OTAN nous fera perdre le symbole d’une indépendance de notre pays par rapport aux Etats-Unis. Et il sera bien difficile de faire croire que la politique Européenne de Sécurité et de Défense a comme objectif une part d’autonomie…

    A l’heure actuelle, comme en ont témoigné de nombreux députés et sénateurs, mais aussi Monsieur De Villepin (dans le livre “histoire de la diplomatie française”), lors de l’Assemblée Parlementaire de l’OTAN, et durant les réunions entre Ministres européens et américains…Sans parler des discours très directs de Monsieur Bush (et bientôt on entendra Monsieur Obama sans nulle doute tenir les mêmes propos)…Parlementaires américains, ministres américains, etc…Ne cessent de demander à la France et à l’UE…D’intégrer la Turquie au sein de l’UE.

    Ce à quoi, heureusement, des parlementaires sérieux et des Ministres consciencieux…Ont bien voulu répondre par un très diplomatique “mêlez vous de vos affaires” !

    Tenir ce type de propos alors que nous aurons soumis l’engagement de nos forces à un possible véto américain, canadien ou turque, leurs transformations à l’influence croissante de l’industrie américaine, n’aura plus beaucoup de sens : étrangers à l’Europe ils ne le seront plus puisqu’ils en contrôleront sa politique de défense.

    Comment pourrait on, dès lors…S’opposer à l’entrée de la Turquie au sein de l’UE ? (Je rappelle que c’est une promesse présidentielle mais aussi parlementaire)

    Comment parler d’une “défense européenne”…Si en réalité tout est manoeuvré d’ailleurs ?

    Et surtout, pourquoi détruire l’oeuvre du Général…Alors que si notre France a un “rang” au plan international…C’est justement en raison de sa position atypique ?

    Le “ralliement” et la vassalisation de l’Angleterre, aux USA…A t elle été bénéfique pour la perfide Albion ? Non.

    Le “non” de la France à la guerre en Irak, cette position souveraine et indépendante…A t elle bénéficié à notre pays ? Assurément !

    Pensez vous qu’il faille sacrifier 50 ans (et on devrait dire plusieurs siècles, puisque la “posture gaulliste” est la continuation, en réalité, du travail conséquent des capétiens, que déjà la III République avait suivi) d’indépendance militaire et diplomatique…Contre une photo du Président, main dans la main, avec le secrétaire général de l’OTAN ?

  3. L’Otan était une organisation destinée à lutter contre le bloc communiste. Cette situation a disparu. On comprend que les pays qui ont subi le joug communiste aient rejoint l’Otan avec enthousiasme ; je souhaite pour ma part que la France se contente d’être membre de l’Alliance Atlantique sans être intégrée à son organisation militaire. Cela permet à la fois d’être engagé et indépendant comme le souhaitait le Général De Gaulle.

  4. Merci pour votre réponse Monsieur le député. Pourriez vous, éventuellement, nous dire quelle est la “position” de votre groupe à l’Assemblée ?

    Pensez vous que vos “amis” politiques défendront notre France…Ou s’abstiendront ou voteront “oui” (en cas de vote) si Monsieur Fillon demande la “confiance” de l’Assemblée ?

    Bref fait le chantage suivant :
    -soit la France reste indépendante…Et Monsieur Fillon est contraint de démissionner (entraînant ainsi la démission de son Gouvernement…Avec les conséquences politiciennes qu’on peut présumer)
    -soit la France se vassalise…Mais on évite au PS (et uniquement au PS) de dire pendant moins de 24 h “victoire, victoire, victoire”!!!

    Sinon, tout a fait d’accord avec les autres “commentateurs” : Monsieur Fillon ne tient manifestement pas “son” Ministère.

    Bientôt on aura des “médiateurs” pour encadrer les “médiateurs”…Mais n’est ce pas déjà le cas ?

    Plus je regarde la situation…Et plus je demande si le Gouvernement (et le Parlement?) a conscience de ce qui se passe en Guadeloupe (et qui risque de se passer en “métropole”).

    De toute évidence non !

  5. Quelques éléments sur ce sujet:
    -Obliger les entreprises de notre département de la Guadeloupe à augmenter de 200€ net les salaires, c’est augmenter leurs charges de 368€ par salarié et par mois. Qui va payer cela? A-t-il une recette miracle? Oui, il en a une: c’est de faire supporter par les contribuables cette augmentation insensée au moyen de baisses d’impôts et de charges, et donc de diminuer encore les recettes!
    -Il y a 40000 fonctionnaires, largement 25000 de trop, à la Guadeloupe, avec un traitement majoré de 42% par rapport à la Métropole. C’est à cause d’eux que le coût de la vie y est plus élevé: supprimons cette prime, les prix baisseront automatiquement, au grand bénéfice des salariés du secteur privé.
    Et il y aurait beaucoup, beaucoup d’autres choses à dire, en particulier sur la Guadeloupe; j’y reviendrai peut-être, en racontant des exemples vécus par ma famille, et qui ne sont hélas pas à l’honneur des habitants de cette belle île que les socialo-écolo-communistes utilisent depuis longtemps, à leur détriment, comme des animaux de laboratoire de recherche et d’essai.

  6. Comment peut-on vivre là-bas avec des salaires encore plus minables qu’en métropole? je pense aux forçats smicards et avec des prix plus élevés, notamment pour les besoins basiques! quand il y a spéculation sur l’alimentaire de première nécessité, j’appelle ça crime contre l’Humanité. Je comprends mieux que là-bas le RM(I) fasse encore plus recette qu’en métropole! pour une personne seule et smicarde, mieux vaut le RM(I) sinon cette personn est la dinde de la farce : à peine de quoi se payer un logement ou plutôt un cagibi, à peine de quoi s’alimenter décemment, pas de mutuelle et pas de CMU pour autant, la peur de l’endettement comme épée de Damoclès permanente vu qu’il est impossible d’économiser (en cas de tuile) et la peur de la rue ou du squatt chez des tiers. Par-contre, le devoir de payer des impôts quand même malgré un smic de misère 🙁 ne trouvez-vous pas amoral M. Vanneste que des salariés à temps complet soit SDF, pardon SDP (sans domicile personnel) et pyant quand même des impôts sur le revenu?

  7. Yvés Jégo, quoique Secrétaire d’Etat, participait aux Conseils des Ministres. Il a donc entendu Nicolas Sarkozy dire: “celui qui m’a fait ça, je le pendrai à un croc de boucher.” Or, à la sortie de son audience, Monsieur Galouzeau déclara: “Nicolas Sarkozy avait promis de me pendre à un croc de boucher.”

    Ainsi, contrairement à ce qu’imagine Robert Badinter, Monsieur Galouzeau aurait été condamné si des non-magistrats avaient pris part au délibéré de la décision http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/04/27/faire-sieger-de-simples-citoyens-au-tribunal-correctionnel-est-demagogique_1513355_3232.html#ens_id=1499868&xtor=RSS-3208.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services