« Nique la France » : légitime indignation de députés qui l’aiment

Suite à la publication de l’ouvrage de Saïd Bouamama intitulé « Nique la France » (sic), alertés par de nombreux citoyens choqués, et à la suite de notre collègue Bernard Carayon, nous avons décidé de réagir en soumettant la question écrite suivante au Ministre de la Culture et de la Communication :

M. le député appelle l’attention et de M. le Ministre de la Culture et de la Commission sur les avatars que rencontre la liberté d’expression dans notre pays. Celle-ci ne connaît pas de limites, puisqu’elle autorise la publication régulière des critiques les plus outrées à l’encontre, en particulier, de la personnalité du Président de la République. Elle autorise aussi la publication d’ouvrages, à l’instar de celui de Saïd Bouamama, intitulé poétiquement « Nique la France ». Nul n’ignore plus ce que signifie l’expression populaire, et à tout le moins vulgaire, de « niquer. » Cette expression lui apparaît-il de nature à faire progresser la paix et la cohésion sociales dans notre pays, ainsi que les relations entre les Français et ceux qui, installés dans notre pays, ne le sont pas? Il lui demande enfin s’il lui apparaîtrait opportun que des écrivains français publient, à titre d’exemple en Algérie, un ouvrage s’inspirant avec délicatesse du titre choisi par Saïd Bouamama mais intitulé, cette fois, « Nique l’Algérie » ? Il lui demande de bien vouloir lui préciser le sens qu’il donne, à l’aune de cette publication provocante, à la liberté d’expression.

Bernard CARAYON, député du Tarn ; François CALVET, député des Pyrénées-Orientales ; Claude GATIGNOL, député de la Manche ; Didier JULIA, député de Seine-et-Marne ; Lionnel LUCA, député des Alpes-Maritimes ; Richard MALLIE, député des Bouches-du-Rhône ; Etienne MOURRUT, député du GARD ; Alain SUGUENOT, député de Côte-d’Or ; Christian VANNESTE, député du Nord ; Isabelle VASSEUR, députée de l’Aisne ; Michel ZUMKELLER, député du Territoire-de-Belfort

Mot clés:

15 commentaires

  1. Thibault Loosveld - 19 novembre 2010 11 h 28 min

    Monsieur le Député,

    Cette expression outrancière et inacceptable fut notamment utilisée par des français d’origine algérienne ou doubles-nationaux lors de la qualification de l’équipe de football d’Algérie pour la Coupe du Monde. Or, le maire socialiste et xénophile de Roubaix avait fait nouer le drapeau français de sa Mairie pendant toute la présidence française de l’Union.

    Il y a donc deux solutions à ce problème:
    – demandez la suppression de la double nationalité. De même que tout Français n’a qu’une seule épouse, il ne peut y avoir qu’une allégenace nationale. Un exemple: la diplomatie française pro-sahara occidental marocain est évidemment critiquée par Monsieur Bouteflika, et cela fait perdre à Nicolas Sarkozy les voix des franco-algériens qui se portèrent sur sa candidature lors de l’élection présidentielle de 2007 !
    – pénalisez les brimades et autres détournements à des fins politiciennes des symboles de la République par les Maires.

    Répondre
  2. DEBAERE - 19 novembre 2010 16 h 28 min

    Monsieur le Député Vanneste,

    Votre post va déplaire à la bien pensance, et c’est ce qui vous singularise (j’oserais dire…) de vos pairs en politique.
    Vous êtes à l’écoute des citoyens, les positions que vous prenez ne sont pas équivoques.
    Avec courage, vous restez droit, constant et engagé. Nous comptons sur vous, nous sommes avec vous.
    Il vous faudra encore beaucoup de courage, pour faire passer votre message dans une foule de mous du genoux et autres bobos ou gogos de la politique d’aujourd’hui.
    Votre engagement est sans faille et nous réconforte.

    Tenez bon et Merci.

    Répondre
  3. th. legley - 20 novembre 2010 1 h 31 min

    moi je suis pour la suppression de la double nationalité.Ou est est français ou pas!cela n’est pas normal:comment voulez vous que les « français d’origine étrangère » se disent français s’ils ont en plus l’autre nationalité?cela est juste par intérêt car au premier problème leursconsulat vole aà leurs secour et là ils ne sont plus français et insulte la france
    ceci n’engage que moi

    Répondre
  4. Bruno Ecourtemer - 20 novembre 2010 4 h 19 min

    Le livre est en vente sur Amazon depuis plus de 6 mois :

    http://www.amazon.fr/Nique-France-Saïd-Bouamama-Zep/dp/2953641106/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1290219127&sr=8-1

    Vous lirez avec intérêt les réactions des intervenants. Tout n’est pas pourris au Royaume du Danemark.

    Vous remarquerez que la française de papier joint le geste à l’écrit pour ceux qui ne sauraient pas lire.

    J’ai contacté le service commercial de cette société anglo-saxone qui m’a poliment fait comprendre d’aller me faire voir. J’ai précisé à la « responsable clients » (c’est comme ça qu’ils causent et encore faut pas se plaindre c’était pas en anglais) que j’étais à peu près sûr qu’ils n’oseraient jamais mettre en vente un livre intitulé « I fuck US » mais c’est vrai qu’avec la Gueuse qui rit quand on la b…. on pouvait tout se permettre.

    J’ai contacté les Identitaires : aucun écho. Trop occupés avec leur blagues de potaches immatures.

    Seule l’Agrif de Bernard Antony m’a répondu qu’un procès était en cours ou bien envisagé.

    Nos chers députés réagissent comme toujours avec une guerre de retard. Mais enfin bon, certains réagissent.

    Un autodafé peut-être? Mais il faudrait les acheter avant…

    Répondre
  5. Bruno Ecourtemer - 20 novembre 2010 5 h 28 min

    Acheter les livres… pas les députés.

    Répondre
  6. seb - 20 novembre 2010 8 h 38 min

    Monsieur VANNESTE,

    Comme très souvent…On a envie de vous applaudir et de vous dire « mais que faites vous donc » !

    Savez vous ce que vous faites ? A l’évidence non. Vous demandez à M. MITTERRAND de censurer un ouvrage, car à vos yeux, il permet la…Critique d’une personnalité politique/ou de la fonction d’icelle (du moins de la manière dont ladite personnalité politique assume sa fonction élective ou nominative) ou peut être titré d’une manière grossière.

    Puis je vous rappeler, M. VANNESTE que « la liberté d’expression est l’un des bien les plus précieux de l’Homme » et que votre charge d’élu comme votre statut de Français, vous donne obligation de défendre ce droit…Même si vous jugez que les limites posées par le Législateur à cette liberté, ne vont pas assez loin (dans certains cas) et trop (dans d’autres : quand vous même blessez, par vos propos, vous invoquez la liberté d’expression…Qui heureusement n’est pas réservée à l’élite)

    Oui, c’est vrai, le titre de l’ouvrage est, disons, grossier. Insultant. Mais avez vous lu l’ouvrage avant de l’attaquer ? Nullement à l’évidence. Sur le même mode, comptez vous censurer tous les ouvrages de Voltaire, dans lequel il attaque la Pucelle d’Orléans, cette jeune fille que notre République a mis en haut de son panthéon, mais que le philosophe des Lumières, pensait folle ? Stupide ? Et fort critiquable ?

    Quant à l’expression elle même « nique la France » si elle est, effectivement grossière, elle est aussi fort utilisée…Dans les chansons, musiques, et parfois même par des élus, qui n’hésitent pas à en faire leur programme politique…Ou à percevoir ce doux slogan comme un objectif en soi. Ainsi, pour ex, M. SARKOZY entendait il « donner du plaisir » à la France…Comme si c’était une prostituée ! Et M. DE VILLEPIN, de son coté, voulait il lui procurer un « orgasme » car la France était « en manque » et avait manifestement besoin de parties sexuelles !

    En Algérie, un tel titre ne pourrait évidemment que susciter une réaction politique forte…Il n’est même pas sur que l’ouvrage soit publié. Mais, en Algérie, M. VANNESTE, il y a ce qu’on appelle la censure. La France, s’honore, elle, d’être la Patrie des Droits de l’Homme et du Citoyen. Les obligations que cela engendre, en matière de liberté d’expression, sont donc évidemment plus fortes.

    Je n’apprécie pas le titre usité. Je ne partage pas non plus le discours compassionnel de ceux qui s’érigent en prêtres des descendants de l’esclavage, de la colonisation ou/et du racisme. Je ne crois pas non plus à l’existence du pays qu’il brosse si imparfaitement.

    Mais une chose est certaine. Ce n’est pas en censurant que vous pourrez répondre aux attaques. Ni le mépris ni la censure n’ont jamais aidé qui que ce soit. Pour faire taire ceux qui ont une vision fort noire du pays…Il convient d’utiliser son intelligence, ses talents oratoires…Et de faire la preuve du caractère diffamant que cette peinture du pays présente.

    Au lieu de demander à M. MITTERRAND de jouer le Monsieur « gardien de la moralité » alors qu’il est si peu crédible sur le sujet…C’est vous qui avilissez la France. Et, au regard des jugements antérieurs, mal menés, et stupides au niveau de l’argumentaire…Il serait bien d’arrêter d’insulter la France par la précipitation et le peu de soin qu’on prend à sa défense.

    Censurer ou se récrier est facile. C’est la méthode choisie par Marie Antoinette. Avec le succès qu’on sait ! De son coté, diffamée par ses opposants, Blanche de Castille a répondu intelligemment aux critiques, qui se sont dès lors vite éteintes. La reine devant insoupçonnable.

    Répondre
  7. Bruno Ecourtemer - 20 novembre 2010 18 h 16 min

    J’ai un peu de mal à suivre les méandres de la pensée M. Seb qui va l’Algérie à Marie-Antoinette en passant par F. Mitterrand et Blanche de Castille…

    Et puis les pompeuses gnagnateries sur la « Patriedesdroitsdelhomme » (et du citoyen!!). Quand cessera-t-on de nous servir cet infâme brouet imaginé par les cervelles malades des avocaillons ratés de la révolution française. La France s’honore de tout mais surtout pas de ça. Elle a par là fait au monde un cadeau empoisonné avec cette pure chimère. Comme sont aussi de pures chimères (excusez-moi M. le Député) les bouffonneries de « volonté générale », « consentement à l’impôt », « peuple souverain »…

    Mais je m’égare.

    La censure n’est pas une solution et de censure il n’est demandé. Il s’agit juste du prise de position.

    Mais il est vrai qu’au pays des « droitsdelhomme » (et du citoyen !!!) il n’est plus possible de péter de travers.

    Bon je retourne lire mon cher Tallemant des Réaux et ses « Historiette » qui me racontent une France que j’aime où on appeler un chat un chat et M. Seb un cuistre.

    Répondre
  8. seb - 20 novembre 2010 22 h 22 min

    Pas besoin de « M. SEB »…Surtout si c’est ensuite pour me donner une réputation bien peu flatteuse.

    Je ne travaille pas pour l’Eglise ni n’ait d’activité de garçon à tout faire. Et contrairement à l’expression que vous utilisez à mon encontre, je ne suis pas un homme pédant, ridicule, et vaniteux de son savoir.

    Et…Je ne manque pas de savoir vivre.

    Si vous avez du mal à suivre ma pensée…Cela n’en fait pas quelque chose de désordonnée, ou de ridicule. Et citer quelques personnages historiques, qui ont eu affaires à des situations de compromissions ou/et la rumeur publique, n’est pas un mal en soi, à mon sens.

    Il est ici question de censure, puisque M. VANNESTE demande à M. MITTERRAND de se placer dans la situation du censeur/moralisateur, dès lors qu’il lui demande s’il est, de « bon ton » de publier un ouvrage en France, qui serait un excès de liberté d’expression.

    Et qu’il le fait, du reste, de telle manière, qu’il est difficile de lui répondre, puisque pour donner une argumentation à sa demande, M. VANNESTE compare la situation française à ce qu’elle pourrait être en Algérie.

    Répondre
  9. Thibault Loosveld - 21 novembre 2010 18 h 03 min

    @ seb:

    Le nom de scène de celui qui, hélàs, fut chef de Gouvernement du 29 mai 2005 au 21 avril 2007 est GALOUZEAU. Evidemment, ça fait tout de suite moins noble…

    Et, Monsieur Galouzeau a comme comme complice Madame Girardin -celle-là même qui pensait détenir le pouvoir constitutionnel puisqu’elle promît aux indépendantistes d’exclure aux élections provinciales 18.606 électeurs- laquelle avoue avoir tout appris de Super Menteur http://www.republiquesolidaire.fr/mouvement/bureau/. Pourquoi Super Menteur ? Une raison parmi tant d’autres: le 14 juillet 2005, Chirac disait aux journalistes: « Ne vous fiez pas aux rumeurs de vos collaborateurs, mes relations avec Nicolas Sarkozy sont excellentes. »
    Or, le 27 novembre 2008, Nicolas Sarkozy était à Saint-Saulve dans le Nord, et déclarait à ses militants et sympathisants: « Je ne compte plus mes disputes avec Chirac » !

    Répondre
  10. Thibault Loosveld - 21 novembre 2010 18 h 59 min

    Jacques Chirac ayant rarement dit la vérité, il est clair qu’il n’a pas rappelé ce jour-là qu’il fut le responsable de l’élection de François Mitterrand et, par conséquent, le responsable indirect de la guerre civile http://noumea.awardspace.com/general/natok/caledonie/noumea/Souvenirs/President/DSCN1828.JPG.

    Et d’après Madame Girardin, Jacques Chirac était gaulliste ! Ben voyons… Le Général de Gaulle n’aurait jamais refusé une alliance militaire avec un secrétaire d’état américain à la guerre, Républicain qui plus est.

    Répondre
  11. seb - 22 novembre 2010 12 h 28 min

    A Thibault…

    En fait, son nom complet est : Dominique Marie François René Galouzeau de Villepin.

    La famille de l’ex Premier Ministre Français, ayant acquis sa noblesse par la robe (et non par l’épée : comme ce fut le cas d’une partie de mes ancètres et de ceux de mon épouse) il est probable que l’anoblissement ait été permis par les « services rendus » à la Couronne. (Les anciens conseillers royaux prenant souvent la particule au bout d’un certain temps)

    Pour ce qui est du surnom de M. CHIRAC…

    On le doit aux guignols de l’info…Suite à son allocution présidentielle (avec journalistes) au cours de laquelle, M. CHIRAC utilisa l’expression « abracadabrabrantesques » pour nier les accusations pesant sur lui, notamment en ce qui concerne l’affaire CLEARSTREAM, le compte au JAPON, ou encore les emplois fictifs de la ville de Paris.

    Et pour ce qui est des « relations » à l’époque, entre M. SARKOZY et M. CHIRAC…Je comprends qu’elles aient pu être « mauvaises » puisque (à lire une certaine RACHIDA DATI) M. SARKOZY, non content de trahir les engagements pris envers son épouse…Comptait fleurette à Claude CHIRAC ! Avant de la laisser tomber, d’une manière peu galante !

    Si votre fille avait été « séduite » – ne me demandez pas par quoi – par M. SARKOZY…Qu’il lui ait promis mariage, enfants, et chien dans le jardin…Et que du jour au lendemain, il lui tournait le dos…Quelle auait été votre réaction ?

    Pour cette fois ci…Je dois dire que M. CHIRAC n’a fait que mentir par omission. Ses relations avec son Ministre était pour être excellentes…Mais pour ce qui relève de la sphère privée, M. CHIRAC avait peut être envie de faire saigner le nez de celui qui avait brisé le coeur de sa fille ! Chose que tous les pères peuvent comprendre…Et c’est, à mon sens, un geste (pour une fois) digne de la fonction présidentielle qu’a eu M. CHIRAC…En ne mettant pas ses histoires familiales sur le tapis.

    M. SARKOZY aurait été digne s’il en avait fait autant…Plutôt que d’étaler son linge sale aux médias et aux militants ! Tout çà pour après jouer les offusqués quand les mêmes ont évidemment demandé des détails croustillants (encore en fallait il) sur sa vie privée.

    En ce qui concerne l’élection de M. MITTERRAND…Il est un peu simple d’accuser M. CHIRAC et dans le même temps de minimiser le talent de politicien de M. MITTERRAND. La « droite » a perdu parce qu’elle n’avait pas de chef clair…La « gauche » en avait un. Mieux, la « droite »n’avait pas de programme…La « gauche » si. Et pour couronner le tout, la « droite » avait un bilan franchement pas terrible. Je ne pense pas que, même unie, la « droite » ait pu prendre le pouvoir. Je me souviens bien du débat entre M. CHIRAC et M. MITTERRAND. Désolé de le dire mais…M. CHIRAC n’avait pas la carrure face à M. MITTERRAND. Pas plus que BALLADUR. Ou qui que ce soit d’autre.

    Pour Nouméa, je vous le répête encore…Mais il a fallu une révision constitutionnelle…Demandée par M. CHIRAC…Avec le soutien de M. JOSPIN…Et qui a receuilli les 3/5 des suffrages exprimés. Le sénat étant à droite…Il est assez simple de comprendre que sans les sénateurs, pas d’accord de Nouméa. Bref, gauche, droite, centre…Même combat.

    Répondre
  12. seb - 22 novembre 2010 13 h 01 min

    M. VANNESTE

    Si vous voulez vous indigner…Alors faites le maintenant ! Car la Commission Européenne et notre Ministre des Finances sont actuellement entrain de « niquer » la France, l’UE en général (je parle des populations)…Sans le dire, certes…Mais bien plus que les auteurs du livre que vous attaquez. Au moins…Eux, se contentent de dénoncer une fausse France. Mme LAGARDE et cie, et M. BARROSO, eux…Agissent…Violant du reste le traité de Lisbonne (et les précédents) qui n’autorisent pas une aide envers les Etats membres, pour raison financière. (Interdit inscrit dans les traités…D’où proposition française et allemande de réviser le traité !)

    Comme le fait bien M. QUATREMER (journaliste) je vous pose la question :

    « est-ce aux citoyens européens de voler au secours d’un gouvernement totalement responsable de la faillite de son secteur bancaire et qui a fait le choix de le sauver quoi qu’il en coûte ? Certes, il s’agit d’un prêt, mais tant qu’il ne sera pas remboursé, il y aura un risque pour l’ensemble des contribuables de la zone euro. Ne pas faire payer les banques et leurs actionnaires, en restructurant la dette bancaire irlandaise, est pour le moins choquant, quel que soit le risque systémique. Offrir aux marchés (et donc notamment aux banques de l’Union) les bretelles ET la ceinture qu’ils exigent, c’est leur offrir une victoire en rase campagne. Et c’est signer la capitulation du politique. »

    Il parait que le Gouvernement cherche 10 milliards d’euros. Et bien voilà…C’est trouvé ! Et multiplié par 9 !

    Répondre
  13. Thibault Loosveld - 22 novembre 2010 21 h 26 min

    @ seb:

     » Et pour ce qui est des “relations” à l’époque, entre M. SARKOZY et M. CHIRAC…Je comprends qu’elles aient pu être “mauvaises” puisque (à lire une certaine RACHIDA DATI) M. SARKOZY, non content de trahir les engagements pris envers son épouse…Comptait fleurette à Claude CHIRAC ! Avant de la laisser tomber, d’une manière peu galante !  »

    Est-ce Michel Sarkozy qui le lui a dit ? J’ai aussi entendu cette rumeur autour de moi.

    Le débat entre Chirac et Mitterrand se tenait alors que des Français étaient pris en otage au Liban, à Ouvéa. Lorsque Chirac demande à Mite errant de lui certifier que l’opération de libération des otages, qui prenait une très mauvaise tournue, n’avait pas été décidée d’un commun accord, tonton la francisque rejeta ses responsabilités su Chirac. De toutes façons, Mite errant avait choisi Chirac en 1986 par préférence à Jacques Chaban-Delmas ou Valéry Giscard d’Estaing car il était certain de pouvoir le battre à l’élection présidentielle de 1988.

    Mais, concernant l’élection présidentielle de 1981, il est faux de dire que Chirac n’est pas le responsable de la défaite du Président sortant compte tenu du faible report des voix chiraquiennes sur la candidature de Valéry Giscard d’Estaing.

    Répondre
  14. seb - 23 novembre 2010 8 h 39 min

    Manifestement, ce n’était pas une « rumeur » puisque Claude Chirac, interrogée sur le sujet, après la publication de l’ouvrage de Mme DATI, a confirmé.

    Concernant l’élection présidentielle…Bien sur que MITTERRAND a choisi CHIRAC. Il n’était pas stupide ! Choisir CHIRAC c’était un excelllent moyen d’éviter une trop grande popularité de ce dernier, et cela lui faisait endosser le bilan gouvernemental.

    Perso…Je crois que même sans Chirac, et sans Mitterrand…VGE aurait perdu. Pas assez « Homme d’Etat ». Et puis, « l’affaire des diamants » n’était pas exactement à même de conforter son CV !

    Si les politiciens voulaient bien être un peu honnêtes, cohérents, responsables, on en serait pas là. C’est sur que M. CHIRAC faisait « espoir » à coté d’un Président couvert de diamants !

    Répondre
  15. Thibault Loosveld - 28 novembre 2010 14 h 05 min

    @ seb:

    Le 5 mai 2007, les Français ont choisi Nicolas Sarkozy et non sa vie privée. Il est édifiant de constater que la vie privée des patrons du CAC40 n’intéresse jamais les journalistes alors que celle de nos Ministres fait toujours l’objet d’investigations et de fantasmes.

    Claude Chirac ayant conseillé à son père de dissoudre l’Assemblée en 1997, je pense que ses conflits avec Nicolas Sarkozy s’expliquent parfaitement !

    Répondre

Répondre à th. legleyAnnuler la réponse