Quelques réflexions sur l’Eglise et la pédophilie

L’atelier sémantique gay a inventé la prise de judo conceptuelle la plus efficace : la pédophilie est un crime. L’homosexualité une vertu. Première victime, l’Église catholique coupable deux fois pour avoir pratiqué la première et condamné la seconde. Victime au carré : le cardinal Bertone pour avoir dit tout haut qu’il y avait des rapports entre l’une et l’autre : complice et maladroit, dit-on. Premier bénéficiaire : un Ministre que l’on fait basculer du crime à la vertu au bénéfice et en vertu de l’âge des partenaires.

Comme la plupart des gens se désintéressent de cette question qui au contraire intéresse beaucoup les médias avides de libertés de mœurs, on peut raconter n’importe quoi, exonérer ceux qui ont manifestement eu quelques penchants pour les jeux sexuels avec des jeunes, et mettre au pilori celui qui ose le rappeler, comme ce pauvre Bayrou.

Un peu de sérieux donc : l’éphébophilie, ce que l’on appelait naguère la pédérastie, c’est-à-dire l’attirance des hommes pour les adolescents pubères mais ambigus de traits, ne commence ni ne s’arrête à 15 ans. C’est à la fois le comportement le plus répandu chez les prêtres réputés pédophiles et un comportement toléré dans certaines sociétés et à certaines époques. C’est aussi, de loin, celui qui est le plus présent dans l’art et la littérature. Autrement dit le lien et même la confusion qui règnent entre l’homosexualité et l’éphébophilie est patent. C’est ce qu’a dit justement Bertone. La répugnance que l’on peut ressentir à l’encontre des agressions sexuelles envers de jeunes enfants disparaît assez souvent avec ce désir qui a été particulièrement bien dépeint dans « La mort à Venise » de Thomas Mann.

Il faut donc conclure de manière logique : une société lucide sur son avenir devrait avant tout ne porter d’intérêt qu’à l’hétérosexualité tendant à la création de familles les plus stables possibles. Le reste appartient à la psychologie voire à la psychiatrie (pour la pédophilie) non à la politique, ni au droit.

L’opposition outrancière entre pédophilie et homosexualité n’est donc pas fondée en raison des tendances éphébophiles assez fréquentes dans l’histoire qui ignorent la frontière juridique de l’âge. Toutefois, on peut néanmoins comprendre intellectuellement la distinction faite par certains si on admet la préférence que notre société donne aux relations humaines fondées sur le contrat et l’égalité par rapport à celles fondées sur l’inégalité, la domination et la force. Si ce que l’on condamne, c’est le rapport imposé physiquement ou moralement alors que l’on accepte celui qui est consenti par un être humain en pleine maîtrise de lui-même, on peut admettre ce point de vue. Mais encore faut-il le dire et non se réfugier derrière une coupure sémantique à la fois grossière et hypocrite. Un autre « événement » peut nourrir cette réflexion : l’existence de couples polygames. Là encore, pourquoi condamner la polygamie et tolérer l’homosexualité, à l’inverse des principes qui gouvernent nombre de sociétés et notamment celles qui obéissent à l’Islam ? Précisément, parce que la première s’oppose clairement aujourd’hui au principe d’égalité entre les sexes. Le Mariage chrétien qui est fondé sur l’accord de deux personnes différentes et complémentaires, accord pour la vie de 2 libertés qui veulent et veulent les conséquences de ce qu’elles veulent est d’ailleurs la plus haute expression de cette union à la fois libre, égale dans ses parties, et parfaitement conforme à l’intérêt présent et futur de la société. Expression de la liberté et de l’égalité, pour ne pas dire de la fraternité, c’est aussi l’institution la plus conforme aux valeurs républicaines, et cela n’a rien de paradoxal.

Très bon week-end du 1er mai à tous et à toutes !

88 commentaires

  1. M.Moore - 30 avril 2010 16 h 28 min

    Oui la polygamie est immonde en raison de la maltraitance et de l’humiliation envers les femmes mais aussi pour les pauvres enfants empilés dans des chambres, subissant la promiscuité et les jalousies!

    L’homosexualité est une relation entre deux adultes consentants tout comme l’hétérosexualité, il n’y a pas lieu de la comparer à la polygamie (cette dernière devrait être opposée logiquement à la polyandrie).
    Je pense sincèrement que les enfants d’homosexuels en France vivent bien mieux que ceux des polygames, et pas seulement matériellement!

    Répondre
  2. Etienne - 30 avril 2010 17 h 12 min

    Très intéressante réflexion monsieur. Je suis totalement d’accord avec vous.

    Répondre
  3. Barbara - 1 mai 2010 20 h 01 min

    Pour répondre à M Moore, la polygamie ne s’oppose pas à la polyandrie mais à la monogamie. La polygamie (plusieurs conjoints) se divise en polyandrie (plusieurs époux pour une seule femme) et polygynie (plusieurs épouses pour un même homme). Etant donné qu’il s’agit presque toujours de polygynie, la polyandrie étant quasi anecdotique, l’habitude a été prise d’utiliser presqu’exclusivement le terme polygamie.
    Pour reprendre vos arguments, je ne vois pas pourquoi il faudrait autoriser l’homosexualité et interdire la polygamie. S’il s’agit d’adultes consentants, où est le problème ? Si des femmes (ou des hommes) désirent être humiliés ou maltraités, cela les regarde, du moment qu’ils n’y sont pas contraints.
    Je vous accorde qu’il y a le problème des enfants, et que leur vie n’est certainement pas rose. Mais vous vous leurrez quand vous postulez que les enfants d’homosexuels n’ont pas de problème. Par définition, un couple homosexuel n’a pas d’enfant, puisque stérile. S’il y a enfant, il provient d’une adoption soit entière, soit partielle. Laquelle adoption partielle peut être assimilée à une infidélité entière : l’un des membre a un enfant avec une tierce personne.
    Et tous les enfants adoptés souffrent d’être coupés de leurs racines. Dans le cas d’une adoption bien conduite, on cherche à pallier un manque. Une famille fait défaut à un enfant, on cherche à lui en fournir une de remplacement. On tente donc de réparer aussi bien que faire se peut une situation néfaste qu’on n’a pas souhaitée. Mais décider de donner vie à un enfant en ayant décidé de le priver de l’un de ses parents, ce n’est pas du tout la même chose.
    J’ajouterais que je suis pour défendre la famille traditionnelle, un homme et une femme qui s’engagent pour la vie et qui jouent leur rôle de parents auprès des enfants qu’ils engendrent. Les enfants sont les garants de la pérennité de la société (puisque les individus vieillissent et meurent). Elevés dans une famille, ils apprennent les prémices de la vie en société : l’altérité, la différence et la complémentarité des âges et des sexes, l’entraide, et j’en passe.

    Répondre
  4. Louis Cypher - 3 mai 2010 11 h 02 min

    En terme de communication, l’eglise a tenté un joli coup : Remettre l’ennemi commun des catholiques et religieux de tous poils – les homosexuels, bien sur – au coeur de la polémique.

    Stratégie de communication à 2 étages :
    1- Faire croire que ces affaires de pédophilie sont instrumentalisées par les lobbys gays mondiaux. Que ces affaires sont en fait des attaques fomentées par les homosexuels. Enfin, l’ennemi est identifié. Les troupes peuvent se mobiliser.

    2- Ramener la pédophilie comme un conséquence du mal absolu : l’homosexualité. D’où comparaison entre homos et pédophiles. Cela pour relativser la monstruosité des actes et les ramener à l’éternelle déviance qu’il faut guérir.

    Ce post du député s’inscrit parfaitement dans cette ligne de communication, cherchant plus à minimiser les faits (si j’ai bien compris votre point de vue du 4e paragraphe, les pédophiles ne sont pas des criminels, mais de simples malades qu’il faut envoyer en cure psychologique…pareil pour les victimes ?) qu’à les condamner.

    En conclusion : vous pouvez allumer tous les contrefeus que vous voulez : les prêtre pédophiles sont les être les plus abjects que la terre puisse porter. Un petit séjour en prison leur ferait assez vite comprendre le sort que des Hommes réservent à ce genre de pourritures. On touche pas aux gamins. Surtout pas quand on a un ascendant psychologique paré de vertu sur eux. Surtout pas quand on est censé symboliser le Bien, la Pureté et que l’on fait tout pour attirer ses proies dans ses filets.
    Vous faites réfénrece au passé, à l’histoire ? Les sociétés evoluent : la protection de l’enfant face à des prédateurs sexuels immondes est un JUSTE évolution. La protection des êtres les plus vulnérables est logique et légitime…Non ?

    Répondre
  5. Barbara - 3 mai 2010 13 h 02 min

    Louis Cypher, je ne fais pas du tout la même lecture que vous du message de M Vanneste et je crois que vous l’avez mal compris. Il dit en substance que la frontière est très floue entre l’homosexualité et la pédophilie. Que la majorité des homosexuels sont attirés par de jeunes éphèbes. S’ils ont une relation sexuelle avec un jeune garçon de 15 ans et 2 jours, c’est de l’homosexualité, et comme telle elle est encensée (cf le livre de Frédéric Mitterand), si le jeune gaçon a 14 ans 11 mois et 22 jours, c’est de la pédophilie. La frontière est bien mince car en définitive, le garçon le plus jeune peut paraître plus âgé que l’autre. Et le garçon le plus avancé en âge est peut-être plus vulnérable et immature que son puîné.
    Et M Vanneste a raison de dire que le regard de la société a évolué. Tout en les considérant comme dévoyés, on n’avait pas conscience de l’impact des comportements des abuseurs. Il est d’ailleurs récent qu’on ne charge plus une jeune femme violée de la responsabilité d’avoir « poussé au crime », par sa tenue, son comportement, son passage en tel ou tel lieu, que sais-je encore.
    Pour en revenir à votre dernière phrase, oui la protection de l’enfance est juste. Je remarque seulement qu’on a donné d’une main et repris de l’autre, puique ces enfants peuvent être sacrifiés dans le sein maternel sans qu’on s’en émeuve. Donc, voyez, ce qui était considéré comme le pire des meurtres il y a peu de décennies est aujourd’hui considéré comme tout à fait naturel.

    Répondre
  6. M.Moore - 3 mai 2010 13 h 07 min

    Barbara merci pour les précisions de définitions sur la polygamie. Evidemment, dans des sociétés encore trop patriarcales et majoriataires sur cette Terre, la polyandrie reste anecdotique …pourtant cela réduirait la folle et suicidaire démographie mondiale!

    Par-contre, là où vous avez tout faux, c’est sur la comparaison avec l’homosexualité. La polygamie n’est pas basé sur une relation entre adultes consentants!!! seul l’homme décide et impose cette violence aux femmes-cheptel soumis- et aux pauvres enfants! ce n’est pas un choix de masochiste pour ces femmes illétrées que l’on fait venir « du bled »!

    Après, même si vous êtes en faveur d’un schéma parental classique, il existe des millions de familles re-composées, homoparentales et monoparentales. Vous allez parler encore d’infidélité? mais n’existe-elle pas au sein des familles « classiques »?
    Je pense que l’enfant a surtout besoin d’amour, de repères d’altérité certes (mais dans une famille au sens large avec oncles, tantes, grand-parents, etc) et bien sûr de valeurs de respect des autres.

    Répondre
  7. Louis Cypher - 3 mai 2010 14 h 16 min

    @ barbara

    On s’éloigne du sujet : les biens chers et intouchables prêtres n’ont que faire des adolescents de 15 ans : eux, ce qui les ont intéressé, ce sont des gamins de 6 à 11 ans.
    Vous pouvez donner n’importe quelle définition que vous voulez : ces types restent des ordures immondes.
    A 13, 14 / 15ans, un gamin (ou une gamine) devient un ado : il a des notions de sexualité, comprend le langage du corps, a des pulsions. Comme vous le faisiez remarquer, le législateur a placé une barrière à 15 ans, qui reste bien floue à 1 ou 2 ans prêt selon le degré de maturité (psychologique, sexuel ou physique) des ados. Allez-vous me prouver que tous les homos se masturbent en regardant un gamin de 6 ans dans la cour d’école ? Que les homosexuels gravitent autour des jardins d’enfants à la recherche de proies dociles à louer ? Qu’ils sont tous (allez, au moins 80%, hein) adhérents à des clubs organisant des voyages touristiques dans des pays asiatiques réputés ? Allez-y, allez au bout de votre démonstration, je vous en prie. Et n’oubliez pas de parler des pédophiles hétérosexuels qui s’en prennent à des garçonnets.

    Là, on parle d’enfants. qui n’ont pas à tomber entre les mains de crevures de prédateurs sexuels déguisés en gentil monsieur vertueux qui t’apprend les bonnes valeurs de la vie.
    Il n’y a pas de frontière floue dans des actes sur des enfants aussi jeunes : il y a d’un côté des gamins, de l’autre un prédateur.
    Il est juste que la société se protège de ce genre de pervers sadiques. (ou sadique, le terme est bien choisi : prouvez moi qu’en lui fourrant son sexe dans le rectum, le prêtre veuille donner du plaisir à un GOSSE ?).
    Oui, la société évolue : la disparition progressive de l’obscurantisme religieux évite de protéger ce genre de prédateurs. Le pouvoir de l’église s’estompe, la parole se délie. Tant mieux.
    Petite précision : « on n’avait pas conscience de l’impact des comportements des abuseurs » : faux : on n’osait pas dénoncer le prêtre. Le poids sociétal à payer était trop lourd. Et si effectivement les abuseurs ou familles d’abusés ne se rendaient pas compte de la portée de tels actes sur des gamins…waow, ca devient grave la négation de l’intelligence et des limites à ne pas dépasser, là…on approche les pires comportements sectaires !

    Quant à l’avortement..encore une fois, une bonne technique de communication de l’Eglise : déplacer le sujet de conversation pour éviter d’expliquer l’injustifiable.

    La polygamie : même s’il m’arrive de la pratiquer lors de soirées ma foi bien agréables, effectivement, elle n’a rien à faire en france où la société prend en charge les femmes seules et ne les pointe plus du doigt.

    Répondre
  8. Barbara - 3 mai 2010 14 h 43 min

    H Moore, je ne suis pas d’accord avec vous. La polygamie est en effet généralement subie par les femmes dans les cultures où elle règne. Mais quand une femme « bien de chez nous » décide de vivre maritalement avec un homme et plusieurs co-épouses, c’est qu’elle le veut bien. Comment voulez-vous alors régler le problème ? Vous allez lui dire que la loi l’interdit ? Elle vous répondra : pouquoi a-t-on autorisé l’homosexualité, qui était également interdite, au nom du droit de chacun à vivre sa sexualité comme il l’entend et m’interdit-on à moi de vivre ma sexualité comme je l’entends ?
    J’ajoute qu’autrefois la polygamie était plutôt une bonne chose dans la société d’alors. Dans certaines sociétés où les hommes étaient déficitaires en raison des accidents de chasse et des décès dus aux guerres, cela permettait aux femmes de survivre et à la société de se maintenir cahin caha. Dans d’autres sociétés vivant dans des conditions extrêmes, où un seul homme n’aurait pas suffit à garantir l’existence d’une épouse et des enfants qu’elle serait amenée à lui donner, plusieurs époux permettait à une femme d’élever sa progéniture.
    Mais quand les sociétés sont devenues plus riches et plus stables, elles se sont tournées vers la monogamie. Comme vous le soulignez, plusieurs conjoints génèrent des conflits, que ces conjoints multiples soient des hommes ou des femmes d’ailleurs.
    Sinon, oui il existe des conjoints infidèles, des parents seuls avec leurs enfants (décès, abandon, incarcération, hospitalisation…), des enfants devant s’accommoder de vivre avec un parâtre ou une marâtre. L’enfant a surtout besoin d’amour, et d’autant plus quand il est confronté à ces situations difficiles pour lui. Ce n’est pas une raison pour multiplier ces situations à plaisir.
    Il y a des gens qui se passent de chauffage l’hiver, soit parce qu’ils n’ont pas les moyens financiers, soit plus rarement par choix (écolo ? maso ?). Ce n’est pas pour autant que je préconiserais la suppression du chauffage en hiver.

    Répondre
  9. M.Moore - 3 mai 2010 16 h 45 min

    Autre temps, autres moeurs, Ok. Maintenant, la monogamie paraît la plus adaptée.
    Oui, pour ces femmes françaises d’origine, c’est pitoyable (maso, idiote?) et honteux pour la cause féministe mais je ne suis pas sûre que c’est un choix réel ou alors elles aiment la provocation? qu’ont-elles à y gagner?
    Après, pour votre préférence de modèle parental, que dire? il existerait des sociétés dans l’océan pacifique et ailleurs il me semble, dont les enfants sont élevés par la famille au sens large et les voisins. Ils n’appartiennent pas à leurs parents…les kibboutz en Israël avaient tenté la même expérience de vie en communauté mais c’est peut-être utopique.

    Un modèle c’est une chose, encore faut-il qu’il soit exemplaire! dans toutes les formes de parentalité il y a du bon (quoique la polygamie par rapport aux droits des femmes et par rapport à nos structures de logement en Occident) et du moins bon.
    J’en reste à ma conclusion précédente même si je pense mais je pense seulement que dans l’absolu, papa/maman c’est mieux que 2 parents de même sexe ou un seul parent.

    Répondre
  10. Barbara - 3 mai 2010 17 h 55 min

    Louis Cypher, ce que l’on dénonce, c’est de présenter les prêtres dans leur majorité comme des pédophiles en puissance, alors que c’est toujours une minorité de pervers qui tâche de s’infiltrer dans des milieux où ils pourront être en contact avec des enfants. C’est ainsi que ces malades se retrouvent enseignants, éducateurs spécialisés, moniteurs de colonie de vacances, animateurs de clubs de sport…
    Moi je sais bien que dans l’enseignement, ils ont toujours été couverts. Ils ne fallait pas salir l’institution nest-ce pas, donc il fallait étouffer l’affaire. D’autant que le coupable était assez manipulateur pour faire croire que tout cela était un dérapage dû à son trop grand amour des enfants et à une situation familiale difficile par exemple, ou même que l’enfant avait mal interprété un geste simplement affectueux. D’où la mansuétude de l’inspecteur ou de l’inspectrice qui s’imaginait qu’avec une bonne semonce et un changement de poste, le problème serait réglé.

    Répondre
  11. Louis Cypher - 4 mai 2010 8 h 04 min

    Tiens, pareil que dans l’eglise. C’est ballot, hein. Ca vaudrait alors finalement le coup d’être pédophile : toutes les institutions te couvrent. Etrange, non ? Ce qui est le plus drôle dans cette affaire, c’est qu’apparemment, dans votre secteur de l’éducation, certains savaient mais se taisaient : mmhhh…non dénonciation de crime…et ils arrivaient à dormir la nuit ? Ca doit être génial de n’avoir aucune conscience, pas de niveau de réflexion, et de préférer son petit confort salarial à la sécurité de gosses. Je comprends finalement que l’alcool soit encore en vente libre dans ce pays. Ca aide à oublier certaines choses.

    Faudra me démontrer que tout le monde regarde les prêtres comme des pédophiles en puissance : j’ai plutôt l’impression que ce qui est largement dénoncé par la meute des médias, c’est le culte du secret entretenu par l’institution église, la non-dénonciation d’atteintes à l’intégrité morale et physique de gosses, voire la communication plutôt maladroite (enfin, d’apparence maladroite mais très bien ciblée, comme je le disais plus haut).

    Le post du député, selon moi, perpétue le discours de l’institution eglise : accuser les homos (le méchant qui fédère les troupes) et minimiser les faits (ca tient plus de la psychiatrie que du droit).
    Donc, il n’est en rien dans son rôle d’un député qui défend les plus faibles de la nation : il est plutôt dans le cadre d’un fanatique chrétien prêt à tout pour défendre le porte parole de sa secte.
    Nouvelle preuve que le mélange des genres n’est pas bon : défendre mordicus une religion, s’afficher comme rigoureusement partisan d’une instution étrangère entraine forcément une incohérence avec le mandat de député au sein d’une république laïque.

    Répondre
  12. Barbara - 4 mai 2010 12 h 44 min

    Et, Louis Cypher, ça vous semble normal qu’on crie haro sur l’Eglise (qui est justement en train de faire le ménage) et qu’on laisse bien tranquille les autres institutions ? Que le livre de Frédéric Mitterand, qui peut être lu comme l’apologie de la pédophilie ne vaille pas de poursuites judiciaires à son auteur car celui-ci est un homme politique ? Que les poursuites engagées contre un certain cinéaste soient dénoncées comme infâmes car « touchant un artiste » ? Il a pourtant bien sodomisé une gamine de 13 ans.
    Quant à ce qui est de les ranger parmi les psychopathes, ce n’est pas mon choix, c’est celui de la psychiatrie officielle actuelle, laquelle, je vous l’accorde, est susceptible d’évoluer.
    Ce n’est pas pour autant que leurs actes en soient moins coupables et condamnables. L’infirmière d’hôpital psy qui a été égorgée par un psychopathe n’est pas moins morte que si elle avait été victime d’un assassin sain d’esprit. Enfin, disons à peu près sain d’esprit. Je ne peux pas me convaincre que quelqu’un qui décide de tuer son prochain soit réellement entièrement sain d’esprit.
    Et pour l’Education Nationale, rassurez-vous, le culte du secret ne concerne plus que les violences à l’encontre des enseignants. Et encore ceux-ci, soutenus par les syndicats, portent maintenant plainte, malgré les pressions exercées pour les en dissuader.

    Répondre
  13. M.Moore - 4 mai 2010 13 h 22 min

    Les homos ne sont pas du tout méchants, au contraire ils sont le bouc-émissaire de bien de sociétés coincées et allergiques à la diversité, surtout les sociétés patriarcales!
    Certains peuvent devenir méchants à force de s’en prendre plein la tête aux sens propre et figuré, d’être discriminés iniquement même par les lois officielles d’un pays se repaissant de leçons droit de l’hommistes.
    Peut-être que s’ils faisaient vraiment peur dans le sens où ils se défendent et rudement, comme les barbus par ex, alors on s’y reprendrait à deux fois avant de les jeter en patûre.

    Répondre
  14. Grégory - 5 mai 2010 19 h 55 min

    Faut il encore rappeler que 96% des actes de pédophilies ont lieu au sein de la cellule familiale? D’après François Chrétien il y aurait 2 millions de victimes d’incestes. De plus on ne parle pas de notre ministre de la CULture, de monsieur C.B. , de monsieur L. et j’en passe. Pourtant on ne cesse de s’attaquer à Eglise catholique, qui est la seul à défendre la moral seul barrière face à la consommation massive et immodérée.

    Monsieur Vanneste a raison de défendre l’Eglise et de dénoncer les pédophiles qui s’y sont cachés.

    Répondre
  15. M.Moore - 6 mai 2010 8 h 58 min

    C’est bien de rappeler une évidence : l’inceste, peu importe que ce soit envers petite fille ou petit garçon, est de loin le premier des actes de pédophilie ! et qui est coupable dans l’énorme majorité des cas? le pater familias, surtout envers ses filles!
    Alors avant d’assimiler de façon criminelle homosexualité et pédophilie, il est judicieux de rappeler ce triste fait où un être abject commet un crime contre la « chair de sa chair », c’est doublement condamnable!
    Cela n’excuse évidemment pas les autres.

    Quant à cette affaire d’Eglise, certes elle doit balayer devant sa porte avant de persécuter et vouer aux gémonies celles et ceux qu’elles qualifient de pécheurs en raison uniquement de leur orientation sexuelle (qui ne se choisit pas) MAIS on ne peut dire que c’est à cause du célibat forcé que les prêtres seraient plus disposés que d’autres à ce crime! n’importe quoi…et les éducateurs, profs et autres qui s’occupent de publics d’enfants? et les pères de familles incestueux?
    De plus si les prêtres vont plus souvent vers les jeunes garçons, c’est aussi que pendant longtemps avant Vatican I et même après, ils s’occupaient plus de publics masculins pendant que les soeurs s’occupaient des jeunes filles. D’ailleurs, puisqu’on parle de pédophilie au masculin essentiellement (et logiquement), il en existe aussi au féminin, notamment des soeurs en Allemagne qui ont abusé de jeunes adolescents.

    Répondre
  16. Louis Cypher - 6 mai 2010 9 h 20 min

    @ Gregory

    J’ai plutôt l’impression que concernant l’eglise, ce qui est attaqué, c’est le culte du silence, la frénésie à cacher les faits et à dédouaner la responsabilité des prêtres lors de ces affaires.
    L’institution église n’est pas exempte de reproches sur la gestion de ces affaires, qui, pour certaines, remontent à bien des années en arrière !

    Or, lorsque l’on confie des gosses à des hommes d’église, ce n’est pas pour les mettre entre les mains de crevures de prédateurs sexuels : il y a une symbolique, une « aura » des hommes d’église, qui sont censés incarner le bien, être les serviteurs du seeeeiignnnneeeeuuurrrrr, amen.

    Il y a trahison de confiance. Il y a faute absolument inexcusable. L’institution ne devait pas cacher ces faits. L’institution église ne devait pas cacher ce genre de crimes. C’est l’oeuvre de pervers sadiques qui ont brisé la vie d’enfants (allez y, commencez donc à dédouaner et à me dire c’est pas si grave : emmenez vos gosses qu’on leur fasse la meme chose, ou emmenez votre cul, on verra ce que vous en direz apres).
    Et l’eglise, cette instituion censée améliorer le monde cache et protège ces crevures ? On rêve, là !!!

    Pour une fois, la société des hommes, la république laique a davantage fait pour protéger les êtres les plus faibles, les enfants pas des ados : des gosses !!!!) , que la sainte instituion qui était plus préoccuppée à protéger des monstres que de sécuriser des gosses !!

    Bien sur qu’on retrouve ces faits dans la cellule familiale ! bien sur que certains personnages publics s’en vantent ! Est-ce une raison pour dédouaner une institution comme l’église ? Vous comparez des fautes individuelles avec un système de silence et de protection organisé au seins d’une instituion religieuse qui se dit blanche comme neige, qui prône l’abstience, qui se dit protéger les enfants !

    Je veux bien admettre qu’il y a déchainement médiatique : mais mince, il y a de quoi !
    Ca vous ferait plaisir qu’on vous dise que votre gosse s’est fait demonter le cul alors que vous pensiez qu’il allait apprendre la sainte parole ? Vous feriez partie des ces êtres faibles qui disent « oh, pas grave, il faut savoir pardonner » ?

    Pour répondre à votre dernière phrase : non, on ne peut pas défendre l’eglise qui a si longtemps protégé les pédophiles qui y étaient en effet confortablement cachés.

    Répondre
  17. Roxane - 9 mai 2010 22 h 42 min

    « Le Mariage chrétien qui est fondé sur l’accord de deux personnes différentes et complémentaires, accord pour la vie de 2 libertés qui veulent et veulent les conséquences de ce qu’elles veulent est d’ailleurs la plus haute expression de cette union à la fois libre, égale dans ses parties, et parfaitement conforme à l’intérêt présent et futur de la société. »

    C’est de l’humour?

    « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. »
    (1ère épître aux Corinthiens / 11:3)

    « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur;
    car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur.
    Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. »
    (Epître aux Ephésiens / 5:22-24)

    La vérité est donc que le mariage chrétien est fondé sur la soumission de la femme à l’homme.

    Dire que les deux sont égaux et que les eux sont libres dans le mariage, c’est bien mal connaitre la bible et les sacrements…

    De là, la conclusion est totalement faussée.

    Vive la loi du 11 juillet 1975 et celle du 23 décembre 1985!

    L’intérêt présent et futur de la société se situe dans l’égalité TOTALE entre les citoyens et le respect de leurs droits, pas dans l’obscurantisme parareligieux.

    Répondre
  18. M.Moore - 11 mai 2010 10 h 43 min

    Roxane, seuls désormais les intégristes salafistes des cavernes ou lefebvristes osent parler ainsi des femmes comme esclaves domestiques, sexuelles et reproductrices intensives :(
    Le curés non réacs ne citent quasiment plus ces passages pauliniens d’un apôtre qui a conservé malgré son revirement de foi ses réflexes de zélotes machiste mais à cette époque seul le Christ a montré l’exemple vis à vis des femmes et encore il avait conscience des nombreux blocages, des nombreux comportements primaires qui ne pouvaient changer du jour au lendemain! même Mahomet a été « moderne » avec les femmes vu le funeste sort qui leur était réservé avant….
    Toujours voir le contextuel, ce que réfute les intégristes aux recettes toujours simplistes et égoïstes.

    Répondre
  19. Roxane - 11 mai 2010 22 h 54 min

    Deux millénaires, dont deux siècles de luttes féminines pour en arriver à la fin du 20e siècle à un statut de la femme acceptable, c’est quoi? Juste un blocage???

    Ce n’est pas parce que depuis moins d’une décennie des curés ne citent plus Paul (mais pas le haut clergé qui continue) que la nature infériosante pour les femmes du mariage chrétien a disparu.

    Sinon, je ne suis pas sûre que Asmaa Bint Marwan partageait ta vision de Mahomet, pas plus que les reines locales…
    Quant à la sourate 4, Al Nisa (Les Femmes), ça n’est ni plus ni moins qu’une horreur.

    Répondre
  20. M.Moore - 12 mai 2010 10 h 52 min

    Non bien sûr que les passages du Coran style « allez à vos femmes comme vous allez à vos champs pour labourer », c’est effectivement abject. Je dis simplement que contextuellement Mahomet fut un progrès à une époque où les Bédouins enterraient vivantes les bébés « femelles » et où la femme n’était qu’une animal bête de somme.
    Idem la loi mosaïque fut rude avec son « oeil pour oeil, dent pour dent » mais là aussi c’était pire avant, la loi du plus fort prévalait.
    L’esprit des Evangiles est totalement différent, révolutionnaire même! hélas, St Paul, après, retombe dans les travers du légalisme même s’il nous a laissé un superbe hymne à l’amour (Corinthiens I -13).

    Tu me cite une musulmane, j’en admire plusieurs qui se battent contre le totalitarisme du salafisme mais souvent elles sont devenues athées (je peux le comprendre) alors que la Canadienne Irshad Manji a fait la démarche inverse, elle ne laisse surtout pas le terrain aux incultes et violents salafistes et autres intégristes qui osent parler au nom de Dieu (quelle prétention et quel blasphème!) : elle est fervente musulmane, brillante érudite, féministe et en plus homosexuelle (imagine l’urticaire qu’elle provoque :)))

    Répondre
  21. Courouve - 13 mai 2010 13 h 08 min

    « e lien et même la confusion qui règnent entre l’homosexualité et l’éphébophilie est patent. »

    Ce lien est d’ailleurs souligné par la polysémie du terme « pédérastie ».

    Répondre
  22. zarmagh - 13 mai 2010 13 h 17 min

    Les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes ont une prédisposition au virus du Sida 60 fois plus importante que le reste de la population, 800 fois plus importante que les donneurs de sang occasionnels et 8.000 fois plus importante que les donneurs de sang réguliers. Ils ont 5 à 6 fois plus de risques de présenter des infections au virus de l’hépatite B et 2 fois plus de risques d’être infectés du virus de l’hépatite C que le reste de la population. Ils présentent des risques accrus d’infection au virus de l’herpès-8 qui cause le cancer appelé sarcome de Kaposi…
    Source:http://americansfortruth.com/news/fda-policy-banning-blood-donations-from-gay-men.html

    Répondre
  23. Courouve - 13 mai 2010 13 h 28 min

    À la différence de l’homosexualité, la pédophilie ne trouva jamais le moindre commencement d’adhésion chez les grands auteurs classiques ou modernes, à l’exception notable du marquis de Sade. Elle était explicitement rejetée par Platon (Symposium, 181 d-e), ce qui passe trop souvent inaperçu : le convive Pausanias reprochait à ceux qui aiment les impubères de surprendre leur jeunesse et de profiter de leur crédulité pour les duper avant de les abandonner ; et il estimait que la loi aurait dû interdire les relations avec les garçons trop jeunes. Si l’interdiction semble conçue plutôt dans l’intérêt de l’amant que dans celui de l’enfant, il reste la notion de duperie dans le cas de l’enfant. Dans les Lois (II, 653 b-c), Platon réaffirmait l’incapacité morale de l’enfant dans les relations amoureuses. Le philosophe Aristoxène de Tarente pensait que l’apprentissage tardif de la sexualité était préférable, qu’il fallait empêcher l’enfant de chercher à avoir des relations sexuelles, et même de savoir ce dont il s’agit, avant l’âge de vingt ans (Stobée, Florilège, IV, xxxvii, 4). 

    Répondre
  24. Roxane - 13 mai 2010 13 h 34 min

    Renseigne toi qui était Asmaa Bint Marwan et ses relations avec le « prophète »…

    Quant à cette histoire de bébés filles enterrés, il est amusant de constater que cela ne repose que sur une seule source qui est loin d’être impartiale…

    Mahomet n’a fait pour la condition de la femme, qui était bien plus libre avant contrairement à tes affirmations. La présence de grands temples féminins et de femmes à de hautes fonctions sociales ont disparu avec lui. Tu appelles ça un progrès?

    Quant à dire que les évangiles ont un esprit révolutionnaire, tu ne peux dire ça qu’en te positionnant au masculin; au féminin ou au niveau humain mixte, il sonne la fin de la liberté de conscience.
    La mort d’Hypatia d’Alexandrie en est le parfait symbole.

    Répondre
  25. Courouve - 13 mai 2010 14 h 31 min

    Je ne pense pas que les goûts sexuels de Cohn-Bendit l’aient jamais porté vers les enfants. Sa « pédophilie » est toute politique.

    Sigmund Freud ne vit jamais dans la « sexualité infantile » une justification de la pédophilie ; cela apparaît dès 1905 avec le premier des Trois essais sur la théorie de la sexualité (section I, B) ; la même année, il déclarait à un quotidien viennois que la pédophilie homosexuelle devait être poursuivie devant les tribunaux, mais dans les mêmes conditions que la pédophilie hétérosexuelle (Die Zeit, 27 octobre 1905, page 5) ; le seuil en Autriche était alors de quatorze ans (soit le seuil du droit canon). Freud pensait qu’une activité sexuelle précoce diminuait l’éducabilité de l’enfant, et que la construction de la personnalité psychologique et sociale (acquisition du principe de réalité) requiérait que la fonction sexuelle ne soit pas sollicitée précocement. Quant au freudo-marxiste Wilhelm Reich, il considérait l’homosexualité comme une sorte de satisfaction parallèle à la satisfaction hétérosexuelle et souhaitait qu’elle soit dénuée de toute sanction pénale, sauf précisément dans le cas de séduction d’enfants (Die Sexualität in Kulturkampf, 1936). C’est donc bien à tort que Daniel Cohn-Bendit avait invoqué ces deux auteurs pour justifier ses écrits de 1975, puis ses propos à Apostrophes en 1982. 

    Répondre
  26. B.Berclim - 13 mai 2010 14 h 39 min

    Bonjour,
    ce qui est très ennuyant de la part de Mr Vaneste est d’associer pédophilie et homosexualité.

    Effectivement tous les prêtres ne sont pas des pédophiles en puissance, mais de là à dire que les homosexuels le sont ?
    cela voudrait il dire que les curés pédophiles sont homosexuels ? difficile à concilier avec la religion chrétienne, même si le principe de donner plus que recevoir est souvent respecté dans le cas de la pédophilie, mais je ne trouve pas que cela soit très positif pour la personne qui reçoit.

    Il est inacceptable de laisser dire, ou laisser entendre, que homosexuaité = pédophilie.
    Et si une personne peut se réduire à un jugement pareil, tous les autres propos devront être étudiés et analysés avant d’y adhérer ou non, il y a des raisons de se méfier !!

    bonne journée à vous !!

    Répondre
  27. Sebastien B - 13 mai 2010 15 h 27 min

    Et si le problème venait de L’Eglise catholique elle-même qui idéalise l’enfance et sa présupposée innocence et pureté.
    Certains prêtres baignant dans cette illusion sirupeuse ne résistent pas à la tentation de cette chair qui leur semble divine.
    Ils dévorent l’enfance fantasmée comme ils avaleraient une hostie. Là elle est le danger : la méconnaissance de soi, l’excès de confiance en une raison éblouie par une foi aveugle.

    Répondre
  28. Protagoras - 13 mai 2010 16 h 34 min

    Un quatrième paragraphe éminemment contradictoire: tantôt la psychologie et le droit doivent être séparés, tantôt une donnée psychologique -la prétendue identité entre éphébophilie, homosexualité et pédophilie- doit justifier « l’intérêt de la société » pour la seule hétérosexualité. Que l’on m’explique comment se signale « l’intérêt de la société », si ce n’est par le droit!

    La loi, effectivement, ne doit pas se préoccuper de psychologie. Que l’homosexualité, l’éphébophilie, la pédophilie soient corrélées ou identiques, voilà qui n’est d’aucune importance quand il s’agit de fixer l’âge de consentement. Que la loi s’applique indistinctement à tous ceux, quelle que soit leur sexualité, qui ne la respectent pas, telle est la seule règle à appliquer, dans l’intérêt de la société – mais non de la morale. Dans une société libérale et sécularisée, quelle est-elle, cette morale?

    Répondre
  29. Val - 13 mai 2010 16 h 40 min

    J’avoue avoir un sourire amusé en entendant parler « d’éphébophilie », comme si l’attrait de la jeunesse et de la beauté venait seulement de personnes masculines envers d’autres personnes masculines…
    Non, nous ne sommes pas DU TOUT dans une société qui met en scène des chanteuses (oui oui, au féminin) de 15 ans comme icônes sexuelles… Pas du tout dans une société où « être une bombe » signifie rester jeune à tout prix (et avoir des seins, bien sûr…). Pas du tout dans une société où les photos de mannequins sont retouchées pour qu’elles aient l’air de gamines (quand elles n’en sont pas réellement…)
    Mais non, bien sûr, confondons allègrement homosexualité et pédophilie. Qu’il y ait des homosexuelles féminines, à la trappe. Qu’il y ait des homosexuels masculins qui ont des relations uniquement entre adultes, oublié…
    C’est beau quand on fait cadrer la réalité avec son fantasme.
    C’est par où le monde des bisounours ??

    Répondre
  30. F. Guégan - 13 mai 2010 17 h 13 min

    Au regard des principes de la religion catholique, l’homosexualité est assez paradoxalement une vertu : aimez-vous les uns les autres, clamait un natif de Bethléem il y a déjà 2000 ans.
    Mais passons sur ce que vous considèrerez être un jeu de mots.

    Votre argumentation est bancale, M. le député, car reposant sur l’ignorance de ce qu’est fondamentalement l’amour une fois que l’on dépasse du corset (psycho-) rigide qu’impose l’Eglise.
    En effet, vous soulignez que l’homosexualité ne saurait être positivement acceptée par les sociétés humaines, car s’opposant à la morale en naissant (du moins, en adoptant les mêmes bases) de l’éphèbophilie, qui n’est autre qu’une forme de pédophilie. En faisant court, l’homosexualité serait mauvaise car pouvant être liée à l’amour des garçons tout juste pubères.
    Mais la pédophilie ne connaît pas de limite de genre, reposant sur l’attirance perverse envers des êtres encore asexués (du moins, déterminés mais non matures).
    Votre « démonstration » part en fait de sa conclusion (l’homosexualité est le Mal), et l’utilise pour se développer ; voilà qui est peu correct.

    En fait, tout votre billet consiste en une analyse effectuée à travers le prisme déformant de la morale catholique ; morale, qui soit dit en passant, s’oppose très clairement au principe d’égalité des sexes dont vous vous revendiquez (il suffit de voir la place réservée aux femmes dans l’histoire biblique ; ne parlons même pas de la création d’Eve, qui a sciemment été interprétée comme création à partir d’une côte là où il fallait lire « à son côté » – cf. Hegel).

    Prisme déformant qui par ailleurs vous empêche de comprendre la polygamie (et je dis bien comprendre, et non justifier) ; vous ne la voyez que comme une agression de vos principes, en imaginant implicitement que seul l’homme saurait avoir plusieurs femmes, alors que l’inverse est possible, voire un mélange des deux.
    Au nom de quel principe l’être humain serait-il monogame ? A cette question, seuls des jugements de valeurs et moraux peuvent faire écho. Ce qui ne constitue certainement pas une réponse : la morale change avec l’époque et l’Etat n’a certainement pas à s’en mêler !

    Quant à votre analyse finale du mariage chrétien comme expression de la liberté, de l’égalité et de la fraternité… Quelle belle blague ! Parlez-vous du même système de valeurs bourgeoises qui visait à unir les jeunes gens, leur majorité tout juste obtenue, dans l’intérêt seul de leurs familles ? Et qui a généré sans doute plus de problèmes au sein de la société que nos soit-disant « problèmes de mœurs modernes » ?
    On a de nos jours peur du mariage et surtout de l’adoption par des couples homosexuels ; mais au nom de quoi ? D’une, on n’a pas vraiment idée de ce que c’est parce qu’on se refuse à voir cette réalité. De deux, les rares exemples d’enfants élevés par des couples homosexuels ne révèlent pas plus d’instabilité psychologique que les autres. Osez enfin dire que vous avez peur de cet inconnu, plutôt que de vous réfugier derrière votre mauvaise foi et vos missels !

    Ne rêvons pas : la vieille société française est morte (et heureusement) ; il est peut-être temps de s’ouvrir, d’accepter que son voisin ne soit pas emprisonné dans le même moule sociétal. C’est d’ailleurs, en passant, un des principes fondamentaux de la République.

    L’homosexualité est, pour conclure, non seulement une façon de vivre tout à fait acceptable mais en outre un état naturel (le règne animal se pare d’exemples suffisamment nombreux). De même, la polygamie n’est pas moins naturelle que la monogamie (oserez-vous brûler Sartre et Beauvoir en clamant que l’on ne saurait aimer plusieurs personnes en même temps ?).
    Et enfin, ce n’est certainement pas à l’Etat de se charger de la sexualité de ses concitoyens.

    Répondre
  31. phiconvers - 13 mai 2010 17 h 19 min

    Ch. Vanneste,

    Je ne vous suis pas sur tout et je m’étonne par exemple que vous puissiez continuer à soutenir l’UMP qui a globalement abandonné tout souci éthique, promeut l’avortement et est à quelques pas de basculer en faveur du mariage homosexuel. Sans parler de la politique économique aberrante que ce parti met en oeuvre.

    Cela étant dit, j’admire vos positions claires et courageuses sur la nécessité de défendre le modèle familial fondé sur l’hétérosexualité et de ramener à leur place les contempteurs de l’Eglise. Alors que le Monde lance aujourd’hui l’offensive contre vous, soyez assuré de mon soutien et de ma reconnaissance pour votre bon sens, malheureusement si peu partagé dans votre famille politique.

    Répondre
  32. Rorschach - 13 mai 2010 17 h 58 min

    Parfaitement d’accord avec vous monsieur le député.

    Au moins vous l’un de ceux qui ont compris qu’il fallait rendre coup pour coup aux attaques lancés contre les valeurs judéo-chrétiennes.

    Répondre
  33. ndzeus - 13 mai 2010 18 h 27 min

    Qu’en est-il de la pédophilie hétérosexuelle, dans la société actuelle ?

    Répondre
  34. Christophe - 13 mai 2010 18 h 37 min

    « le Courage du bon sens »
    Bon titre pour un blog, mais encore faudrait-il que l’auteur se l’applique.
    1/ La première victime des prêtres pédophiles est l’Eglise. Bien sûr : les jeunes enfants abusés passent après la Sainte Institution !
    2/ Le rapprochement entre homosexualité et pédophilie est frauduleux, car il oublie complètement les actes pédophiles commis par des hétérosexuels sur des enfants de l’autre sexe.
    3/ Quitte à reprendre les arguments de l’Eglise catholique, le bon sens n’aurait-il pas voulu que ce soit dans un français correct, surtout pour un ancien professeur, actuel député ? Car contrairement à « homophobie », le terme « éphébophilie » n’est pas dans le dictionnaire.

    Répondre
  35. Jean-Louis Piette - 13 mai 2010 18 h 51 min

    Bravo pour vos positions claires sur le sujet de l’homosexualité. Félicitations pour ne pas hésiter à les exprimer, à contre courant de « l’air ambiant » .

    Répondre
  36. Chose - 13 mai 2010 19 h 54 min

    Question innocente : les lesbiennes sont-elles attirées par les adolescentes ?

    Répondre
  37. lisa - 13 mai 2010 22 h 34 min

    @Barbara. Par où commencer? Rarement lu un blog où se côtoient à ce point bêtise, ignorance crasse et autosatisfaction. Mais les homos ne sont pas stériles! Ils peuvent avoir avec une/des amies lesbiennes des enfants et les élever en coparentalité. A vous entendre , par ailleurs, il faut interdire adoption et FIV à tous les couples, les chrétiens comme les autres! Quand à la « famille traditionnelle » que vous vantez, elle fait beaucoup de refoulés, d’hypocrites, et je l’ai entendu de plusieurs enfants devenus des adultes amers, pousse au suicide ceux qui ne rentrent pas dans le moule, ou ne peuvent en sortir.Mais si, les enfants de gays et de lesbiennes vont bien! Et c’est là que le bât blesse, n’est-ce pas? Ils seront hétéros ou pas, car ils peuvent s’épanouir librement. Pour en revenir au sujet : le seul cas avéré de pédophilie dans mon entourage proche est celui d’un prêtre sur un garçon de 7 ans. Les parents, fervents cathos, faisaient retraite avec lui dans un centre religieux. C’est à la naissance de son enfant que tout ressortit bien plus tard. Il manqua en mourir. Le pire? Ses parents défendirent les prêtres, le traitèrent d’ affabulateur et se coupèrent de lui par peur des ragots, car ils sont piliers de leur paroisse. Il y a des cathos intégristes aussi dans ma famille, qui se séparent pour ne pas dire qu’ils divorcent, mentent, calculent et « tolèrent » du haut de leur morgue. Ma foi, je commisère. Dieu ne fait pas trempette dans votre bénitier, il ne vous asseoit pas à gauche de son nuage, et les homos ou lesbiennes qui s’aiment sincèrement ont sa bénédiction et se passent très bien de votre permission.

    Répondre
  38. Guil - 13 mai 2010 23 h 47 min

    @Barbara: « S’ils ont une relation sexuelle avec un jeune garçon de 15 ans et 2 jours, c’est de l’homosexualité, et comme telle elle est encensée (cf le livre de Frédéric Mitterand), si le jeune gaçon a 14 ans 11 mois et 22 jours, c’est de la pédophilie. »

    ^^ ceci est parfaitement vrai… mais ça l’est tout autant de relations hétérosexuelles. Quand vous dites que beaucoup d’homosexuels tomberaient sous les charmes d’un beau garçon de 16 ans, vous avez parfaitement raison. Mais il en va de même de beaucoup d’hétérosexuels avec une belle jeune fille de 16 ans. Hétérosexualité ou homosexualité: les attirances en rapport aux ages sont parfaitement symétriques. M. Vaneste évoque la « Mort à Venise » mais on peut aussi bien évoquer les photographies de David Hamilton…

    Le vrai problème dans ce débat c’est que si M. Vaneste à tout à fait raison en indiquant que les frontière entre homosexualité et pédérastie d’un coté, pédérastie et pédophilie de l’autre, sont floues, il monte ce phénomène en épingle en laissant entendre que ce ne serait vrai que du coté homosexuel. Est c’est là qu’est la faute: les frontières entre hétérosexualité et éphébophilie d’un coté, éphébophilie et pédophilie de l’autre, sont tout aussi floues du coté hétérosexuel. Ne se focaliser que sur le coté homosexuel en ne mentionnant même pas le parallèle avec l’autre coté représente bel et bien une stigmatisation.

    Que M. Vaneste indique publiquement que le phénomène qu’il décrit vaut tout autant pour l’hétérosexualité que pour l’homosexualité, et je le suivrais alors à 100%.

    Répondre
  39. olivier - 14 mai 2010 8 h 16 min

    Comment doit-on alors appeler l’attirance des hommes hétérosexuels pour les adolescentes pubères « mais ambigus de traits », comme le décrit Nabokov dans son « Lolita », ou l’abbé Prévost dans la « Grecque » ou son « Manon » ? Globalement, laissons Rabelais rappeler que « l’occupation des bons théologiens consiste à s’employer par des actes, des paroles, par des écrits, à extirper les erreurs et les hérésies (tant s’en faut qu’ils en soient entachés). » Le Tiers-Livre ch. 29

    Répondre
  40. Courouve - 14 mai 2010 12 h 26 min

    Les termes « éphébophile » et « éphébophilie » sont bien en usage, voir Wikipédia, les traductions des livres du sexologue allemand Magnus Hirschfeld ou encore le « Vocabulaire de l’homosexualité masculine » (Payot, 1985).

    Répondre
  41. developpeur - 14 mai 2010 15 h 14 min

    Je ne sais pas ce qu’il fait le plus peur, la réflexion mené ou le fait que ce vous êtes député.

    Répondre
  42. Un peu de sérieux - 14 mai 2010 15 h 38 min

    • Une étude de 229 coupables d’abus sur des mineurs publiée dans les Archives of Sexual Behavior en 1986 révèle que 86 % d’entre eux se définissent eux-mêmes comme homosexuels ou bi-sexuels.

    • Le rapport Alfred Kinsey (lui-même homosexuel peu suspect de pruderie ou d’homophobie), assure en 1948 que 37 % des homosexuels mâles avérés avouent avoir eu des rapports avec des garçons de moins de 17 ans.

    • Les Archives of Sexual Behavior ont établi récemmet que seuls 2 à 4 % des hommes adultes préfèrent les hommes. Mais 25 à 40 % des hommes attirés par des enfants préfèrent les garçons.

    • Les mêmes Archives évaluent la prévalence des homosexuels parmi les pédophiles à 30 ou à 40 %, à comparer aux 2 % d’homosexuels dans la population générale.

    • Une étude du Journal of Sexual Research note que « la proportion de coupables d’abus sexuel contre des enfants mâles parmi les hommes homosexuels est substantiellement plus importante que la proportion des coupables d’abus sexuel sur des petites filles parmi les hommes hétérosexuels… Le développement de la pédophilie est plus étroitement lié à l’homosexualité qu’à l’hétérosexualité. »

    Autrement dit, en chiffres absolus, il y a plus de victimes filles mais la proportion des agresseurs est plus importante chez les hommes homosexuels dont le nombre dans la population est beaucoup plus petit.

    Répondre
  43. Elda - 14 mai 2010 15 h 46 min

    Comme d’habitude, on confond polyandrie et polygynie. Cessez de vous acharner contre le principe de certaines pratiques depuis des préjugés judéo-chrétiens à peine laïcisés.

    Répondre
  44. Grégory - 14 mai 2010 16 h 08 min

    C’est parti la valse politico-médiatique se met en mouvement contre la liberté d’expression et surtout toute pensée « déviante ».

    D’ailleurs le plus grave dans tout ça, c’est l’UMP qui lâche instantanément la personne mise en cause. Et après ça se plaint des élections.

    Courage monsieur le député

    Répondre
  45. Paul Okili-Boyer - 14 mai 2010 17 h 00 min

    Bravo Monsieur le député , grand respect pour Vous , votre prise de position est claire et sans bavures.
    Chaque jouir nous trackons ces déviances, vous avez eu le cran de les dénoncer , que Dieu dans son infinie sagesse vous bénisse.
    Merci encore.

    Répondre
  46. Origenes - 14 mai 2010 19 h 32 min

    Je suis en partie d’accord avec votre billet, M. Vanneste. Je pense qu’il y a effectivement, dans une frange de population homosexuelle, une certaine attirance, soit-disant esthétique, pour l’éphébophilie. Et à notre époque, il est assez courageux d’oser l’affirmer, tant les lobbies homosexuels sont devenus agressifs dans leurs attaques contre tout ce qui ne serait pas un éloge à leur égard.
    Cependant, il est important d’affirmer dans le même temps que 1° cette confusion ne concerne qu’une frange du monde homosexuel, la majorité abordant la sexualité d’une tout autre manière ; 2° l’éphébophilie connaît un autre champ que celui de l’homosexualité. En fait, il me semble qu’on la retrouve surtout chez des populations prétendument cultivées, comme justification à leurs déviances pédophiles (potentielles ou avérées). Ils prétendent enraciner leur pulsion malsaine dans l’histoire et la culture. Or dans l’antiquité, c’est surtout en direction des adolescents mâles qu’il est exalté. La pratique à l’égard des femmes, bien qu’elle existait bien sûr aussi, était considérée comme normale et ne méritait guère d’être mentionnée.
    Si l’on doit se révolter, c’est surtout qu’une part de la population française actuelle, faite de privilégiés, se permettent de déclarer, sans grand risque, son goût pour de jeunes adolescents. S’attaquer à cet univers pseudo-culturel qui incite à la pédophilie doit faire partie intégrante de l’effort d’assainissement de notre société.
    Il y a cependant d’autres univers culturels à attaquer. Le premier me semble être celui de la pornographie. Cette exacerbation de la sexualité en dehors des frontières de l’affection, de l’amour et du respect de l’autre me semble être un facteur plus incitatif encore que le premier.
    Le dernier, qui n’est pas le moindre, c’est la lutte contre les privilèges apportés par le pouvoir. C’est ce pouvoir qui généralement pousse le pédophile à passer à l’acte: pouvoir octroyé par sa position familiale (la plupart des cas de pédophilie ont malheureusement lieu dans les familles), institutionnelle (les cas des prêtres ou des professeurs pédophiles se situent en général dans ce cadre) ou politico-juridique (il n’y a pas d’étude sur le sujet, mais le monde des magistrats et des hommes politiques mériterait certainement qu’on s’y intéresse davantage).

    Répondre
  47. Ichtus02 - 15 mai 2010 7 h 40 min

    La Bible parle d’un temps où le bien sera appelé mal et vice versa. Nous y sommes depuis un moment. Qui dit bien et mal dit existence d’une loi morale, donc de normes. En renversant la loi morale ou en la niant, on ne peut qu’abolir les normes qui y sont liées. La Bible avertit aussi dans l’AT de ne pas déplacer les bornes anciennes. Déplacer les frontières morales ne peut que conduire à la confusion et au conflit.

    Je ne peux que souscrire aux propos de M Vanneste. Le fait qu’ils choquent ne fait que mettre en valeur à quel point notre société a déplacé les bornes posées autrefois et reconnues par tous comme l’expression du bon sens et de la nature.

    La suppression des bornes et des normes a une autre conséquence. Elle crée un paysage sans relief, nivelé, où il n’y a plus de différence entre un acte dévoyé et un autre. Avec le hic que, cependant, à l’intérieur de l’être cela ne marche pas de cette façon. Car Dieu a mis en nous les bonnes normes et les bonnes bornes et notre conscience nous le rappelle. Certes, on peut aussi la faire taire, mais on n’empêchera pas les conséquences intérieures et destructrices de se produire dans les vies.

    Félicitations donc pour votre courage. Continuez à être la voix publique qui rappelle les anciennes normes même si vous vous attirez les foudres du politiquement correct ! Je vous ai défendu dans le passé sur mon blog au moment de votre procès. Me permettez-vous de reprendre sur celui-ci votre article en en indiquant la source ?

    Répondre
  48. globok - 15 mai 2010 9 h 22 min

    puisque de nombreux actes pédophiles sont le fait de pères de familles sur leurs enfants, donc de personnes hétérosexuelles, faut-il, M. le député, y voir un lien entre hétérosexualité et pédophilie ?

    Répondre
  49. Matthieu - 15 mai 2010 12 h 11 min

    Mais bien sûr: la pédophilie dans l’Église, c’est de la faute des homosexuels.

    Poussons le raisonnement plus loin: la pédophilie d’hommes comme Polanski, c’est de la faute des hétérosexuels. Les mêmes que ceux qui battent leurs femmes, que ceux qui violent d’autres femmes dans des garages ou des souterrains.

    Tout cela, c’est de la faute des hétérosexuels.

    Répondre
  50. Hervé - 15 mai 2010 15 h 39 min

    Oui, bravo! Moi et ma famille vous soutenons, pour la sécurité et le bien être de nos enfants. (…) Heureusement qu’il y a encore des Vanneste pour défendre les vraies valeurs, celle du travail, de la famille, de la foi et du bon sens. Merci monsieur Vanneste!!

    Répondre
  51. Delly - 15 mai 2010 16 h 30 min

    @Roxane : Pour avoir lu la Bible et approfondit un peu le sujet, et pour le vivre, je parlerais de double soumission. Selon la Bible,l’homme est le chef de la femme . La femme doit lui être soumise. Mais n’écartons pas des passages tels que celui qui dit que l’homme doit aimer sa femme comme Christ a aimé l’Eglise. Il n’y a rien de péjoratif à être soumise à un homme lui même soumis à Dieu.
    C’est un peu hors sujet mais je tenais rebondir. L’homme se sacrifie, la femme se soumet. Il ne s’agit pas là de dire Amen à de exigences injustes. La Soumission dont parle la Bible n’éteint pas la personnalité de l’épouse en question. elle la met en relief. C’est une prise en compte mutuelle et volontaire des besoins d’autrui avant les nôtres. Il ne s’agit pas de faire le dos rond sous une éventuelle tyranie masculine. Il s’agit dans la Bible, d’amour mutuel et de respect… Malheureusement hors contexte et utilisé pour satisfaire des fins douteuses ces versets ne sont effectivement pas d’une lecture agréable…. Mais il est possible de le vivre dans le respect, dans l’amour et dans la joie. 😉

    Répondre
  52. gerard - 15 mai 2010 19 h 01 min

    ça pue l’extrême droite ici!! Il faudrait un bon coup de balai !!

    Répondre
  53. Roxane - 16 mai 2010 0 h 15 min

    J’espère ne pas être censurée cette fois, car la dernière fois, je comprends qu’il n’aient pas plus plaire, bien qu’exprimer dans un langage correct et poli.

    @ Delly
    Tu es gentiment en train de m’expliquer qu’il est légitime et glorifiable que la femme soit soumise à l’homme.
    C’est purement ignoble et contraire aux droits humains.

    Désolée de t’apprendre ça, mais la femme n’a besoin d’aucune soumission arbitraire patriarcale, au contraire, son besoin est de s’en dégager.
    Parler d’amour et de respect mutuel alors que la base de la relation est la soumission n’est que fumisterie.

    Mais merci à toi quand même de reconnaitre le caractère inféodant pour la femme du mariage chrétien, ce qui étant mon argument initial.

    @ M.Moore
    Je t’invite à chercher qui était Asmaa Bint Marwan et son rapport à Mahomet.
    Quant à cette histoire de bébés-filles, il n’y a qu’une source partiale qui cite cette pratique, l’archéologie mentionne par contre de nombreuses femmes notables par elles-mêmes ainsi que de nombreux temples féminins, ce qui ne va pas du tout dans le même sens…

    Répondre
  54. do - 16 mai 2010 0 h 59 min

    En tout cas, ce n’est pas normal qu’on fasse tant de foin pour des prêtres qui ont pratiqué des attouchements, parfois des viols, sur des ados il y a 30 ans, et qu’en même temps, on trouve que ce que Polanski a fait à la même époque n’était pas grave, ou qu’on trouve que Bayrou a tort de reprocher ça à Cohn-Bendit (le consentement d’une fillette de 4 ou 5 ans, franchement!!), ou encore qu’on suive sans réserve des ministres ou des intellectuels (cherchez le lien si vous ne me croyez pas, vous serez surpris!) qui ont fait signer en 1977 ou 79 une pétition pour supprimer totalement la majorité sexuelle, -accessoirement afin de protéger des amis à eux accusés d’avoir couché avec des filles et des garçons de 13 et 14 ans- parce qu’ils trouvaient que les adultes avaient le droit d’avoir des relations sexuelles avec des enfants!.

    moi, je trouve que un mineur, c’est trop fragile sur le plan affectif, et que c’est trop facile d’en abuser.

    l’éphébophilie, c’est ce que pratiquaient la quasi totalité des prêtres incriminés, donc c’est bien en traitant ces prêtres de pédophiles que les journalistes ont crée en premier le lien entre pédophilie et éphébophilie!

    Et les politiques et écrivains qui ont trouvé que la majorité sexuelle ne devait pas exister, ont crée la deuxième partie du lien, à savoir entre l’éphébophilie et la sexualité adulte, qu’elle soit hétéro ou pas.

    Pourquoi eux ils ont eu le droit de faire ces amalgames, avec même des pétitions, alors?

    Que l’on trouve tout ça horrible, je suis bien d’accord, mais dire que c’est bien pour les politiques, les cinéastes et les intellectuels, et mal pour les prêtres, c’est un peu carrément injuste. Enfin, du moins, ça montre à qui la presse est vendue.

    On pourrait à la limite dire que c’est bien s’il y a consentement , mais allez me montrer le consentement d’un gosse de 12-13 ans qui n’a pas encore traversé la crise de l’adolescence ….qui est sensée lui apprendre à s’opposer aux adultes! quelle hypocrisie! comme si tout le monde n’avait pas compris que ces gens-là cherchaient une jouissance facile auprès d’un public fragile, et transformaient ces enfants en sex-toys!?

    Mais allez chercher ces pétitions et leurs signataires, franchement, c’est trop drôle!

    Répondre
  55. patrick benoit - 16 mai 2010 1 h 57 min

    J’aurais une question à vous poser Monsieur Vanneste, ne faut-il pas plutôt un couple hétérosexuel (homme et femme) pour « fabriquer » un futur pédophile? , ces couples souvent mariés dans la tradition dite républicaine, sont ils parfaitement conforme à l’intérêt présent et futur de la société ?

    A ma connaissance deux personnes de même sexes n’y parviennent pas encore (?)

    A ce propos, si vous demandiez l’avis à un des vos collistiers de l’UMP, Frédérique Mitterand ? il pourrait sans doute vous/nous donner un avis éclairé sur le sujet ?

    Répondre
  56. Nathalie (Lyon, 99 rue Robert, 6ème) - 16 mai 2010 5 h 18 min

    Bonjour,
    Enfin un homme politique qui a le courage de dire ses opinions dans une France où la pensée unique musèle la liberté d’expression. Après Christine Boutin, vous retenez toute mon attention car vous défendez les valeurs de la famille, fondement de la société.
    Je partage nombre de vos analyses sur l’homosexualité, et je vais plus loin : il ne s’agit pas de montrer de stigmatiser les homosexuels mais plutôt de les aider à comprendre leur situation et leur donner une alternative. Mais mon discours s’adresse tout autant aux hétérosexuels en réalité. Je m’adresse donc à tous : nous sommes tous pécheurs, quel que soit notre péché (homosexualité, fornication, mesonge, adultère, vol…), devant Dieu, il n’y a pas de petit ou de grand péché, nous sommes tous à la même enseigne (même s’il y a des degrés dans le péché, entre un vol et un meurtre, c’est évident). Le message de l’évangile est pour chacun d’entre nous : notre péché mène à la condamnation éternelle, quel qu’il soit, mais la bonne nouvelle c’est que Jésus, le seul qui n’ait jamais péché (il était 100% homme et 100 Dieu) est mort pour nous donner la vie : il a accepté d’être condamné à notre place pour que nous puissions être pardonnés de nos péchés et être sauvés pour l’éternité.
    Les catholiques nous font croire que les bonnes oeuvres sauvent. Mais ce n’est pas ce que la Bible enseigne : seule la foi en Christ sauve, et pour avoir la foi en Lui, il faut le connaître, et pour le connaître, il faut lire sa Parole : la Bible, c’est une lettre qu’il a écrit à chacun d’entre nous, alors ne passons pas à côté de son message. Lisez l’évangile : plutôt d’écouter ce que les gens disent au sujet de Dieu, allez vous même découvrir ce qu’il dit de Lui, vous découvrirez un véritable trésor !
    Ce livre est le mode d’emploi pour nos vies !
    Il aborde toutes les questions de société, dont l’homosexualité, mais pas seulement ! Tout y est : les réonses à nos questions…
    Que Dieu touche votre coeur commme il a touché le mien, c’est si merveilleux d’être pardonné de ses péché et de marcher main dans la main avec Jésus !
    C’est pour vous aussi Monsieur Vanneste : lisez l’évangile et demandez à Christ de toucher votre coeur à salut, alors il pourra vous utiliser pour sa Gloire.
    N’hésiter pas non plus à aller écouter l’évangile dans une assemble chrétienne évangélique, où ce magnifique message est prêché ! Ce conseil vaut pour tous d’ailleurs…
    Bien à vous,
    Nathalie

    Répondre
  57. Eloha - 16 mai 2010 13 h 34 min

    Quand je vois tous ces « billets », peu me semblent prendre en considération non pas la sexualité, mais la sensualité.

    On parle de sexualité avec beaucoup d’intellect (et votre billet n’y échappe Mr Vanneste) mais si on voulait vraiment y voir plus clair en la matière et donc dans la pratique et la recherche du plaisir, c’est bien de sensualité dont il faudrait parler.

    Une personne épanouie sensuellement ne sera pas frustrée et donc diminuera d’autant son agressivité (l’éducation sensuelle pourrait être ainsi un merveilleux remède pour diminuer le taux d’agressivité de nos banlieues…).

    Pour ma part, je me refuse de croire aux normes sexuelles puisqu’elles évoluent et diffèrent suivant les époques et les cultures. Pour moi, il n’y a pas de comportement sexuel type. Il en existe autant qu’il existe d’individus.

    Par contre il existe des frustrations qui mènent à des comportements déviants tels que ceux de la pédophilie à propos des prêtres. L’église catholique devrait accepter le mariage des prêtres pour éviter cela.

    Je suis quand même triste de voir que la France qui se targuait d’être le pays de l’Amour avec un grand A soit devenue le pays de la « pudibonderie ».

    Répondre
  58. ben - 16 mai 2010 20 h 56 min

    @ Barbara : « la majorité des homosexuels sont attirés par de jeunes éphèbes. » Pouvez-vous citer vos sources ? Affirmeriez-vous que la « majorité des hétérosexuels sont attirés par de jeunes collégiennes » ? Faites-donc, par exemple, une étude de la représentation de l’homme dans les films pornographiques gay : vous serez (apparemment) surprise de constater le décalage entre vos fantasmes sur l’homosexualité, et les fantasmes des homos eux-mêmes !!

    Répondre
  59. Anne - 16 mai 2010 21 h 11 min

    @ un peu de sérieux …
    Il faut sérieusement arrêter de délirer. S’appuyer sur une étude scientifique vieille de plus de 20 ans (dont je vous donne la référence exacte ci après, ce qui prouve que vous ne l’avez pas lu) et sur un rapport datant de 1948, le tout saupoudré de quelques chiffres tirés dont ne sait où pour établir scientifiquement qu’il y a un lien entre homosexualité et pédophilie relève de la malhonnêteté intellectuelle pour rester polie !
    Dans l’étude que vous citez « Behavior patterns of child molesters » Erickson et al. (1988) et non 1986 .. voilà ce que dit le résumé et qui aurait dû vous inciter à plus de « prudence » dans l’utilisation de données scientifiques que vous ne semblez pas maîtriser : « le temps et la possibilité de contact répété (avec des enfants) influencent le comportement de délinquant sexuel ».
    Allez puisque que vous êtes amateur d’amalgames « faciles» .. un peu de lecture
    A Rorschach Study of Interpersonal Disturbance In Priest Child Molesters.
    Sexual Addiction & Compulsivity, Mar2003, Vol. 10 Issue 1, p53, 14p
    … Alors vous en déduisez quoi !

    La référence exacte :Behavior patterns of child molesters.Erickson, W. D., Walbek, N. H., Seely, R. K. Archives of Sexual Behavior, Vol 17(1), Feb, 1988. pp. 77-86… cela évite toujours de passer pour un c…

    Répondre
  60. Pierre - 17 mai 2010 8 h 56 min

    Louis Cypher serait bien inspiré de se replonger dans « l’ambiance » des années 80, où la LGBT s’appelait LGBTP (avec un P comme Pédophile), dont les militants exigeaient la reconnaissance des sexualités « périphériques » dont la pédophilie.

    L’eglise, à défaut d’avoir tous ses membres parfaits, a le mérite de ne pas avoir retourné sa veste sur la question des relations sexuelles entre adultes et mineurs.

    Quand à ses accusateurs à la mémoire courte, ils criminalisent ceux qui ont cédé aux thèses que ces mêmes accusateurs défendaient il y a 30 ans et se lavent les mains des réflexions imbéciles qu’ils ont défendu par le passé.

    Pierre

    Répondre
  61. Delly - 17 mai 2010 9 h 28 min

    Roxane, je comprends que tu ne penses pas comme moi. Je tenais juste à donner mon avis sur la question… Je pense à l’inverse que la base est l’amour et le respect mutuel et que la soumission qui en découle n’a rien de féodal… Il n’y a pas d’arbitraire dans cette soumission. Il ne s’agit en rien de quelque chose d’imposé par un homme despote et tyran. J’ai l’impression que le mot soumission fait référence à esclavage dans ta pensée. Et je pense aussi que cette notion reste difficile à comprendre et à accepter lorsqu’elle n’est pas vécue dans le cadre pour lequel elle est prévue dans la Bible. Ceci dit cet article n’en traitait pas et je ne souhaite pas spécialement orienter de débat à ce sujet…. Ichtus 02 … Un article prévu sur le sujet un jour ?

    Répondre
  62. Elda - 17 mai 2010 11 h 22 min

    Faire preuve d’une relative neutralité axiologique, c’est trop demander?

    Amour, soumission, morale. Ca transpire la droite décomplexée, en effet.

    Répondre
  63. arturoS - 17 mai 2010 16 h 41 min

    …Il faudrait aussi une bonne fois pour toute en finir avec cette vaste blague de l’Eglise, la plus grande arnaque mondiale qui continue visiblement de bien fonctionner (cf le post de Nathalie qui serait bien drôle si autant de gens ne croyaient pas à ces bêtises absolues…)

    Répondre
  64. Roxane - 17 mai 2010 22 h 15 min

    @ delly
    « soumission » implique forcément inférieur et supérieur, soumis et dominant.

    En considérant ça, tu ne peux nier que le mariage chrétien est patriarcal et misogyne.
    Ou alors tu devras m’expliquer en quoi la soumission de la femme n’est pas de la misogynie…

    Mince, on est au 21e siècle et certains en sont encore là…
    Pas fini d’être féministe moi…
    (Je serai post-féministe quand nous en seront au post-patriarcat.)

    Répondre
  65. hennart - 18 mai 2010 13 h 36 min

    On se déchaîne contre Benoît XVI, mais personne ne ressort les anciens propos pro-pédophiles de Daniel Cohn Bendit. Curieux, non ? c’est de l’indignation à sens unique comme toujours… Benoît XVI semble vraiment être l’ennemi à abattre ! Et quand il s’indigne contre le massacre des innocents (=l’avortement), là aussi il est politiquement correct de taper de dessus ! Y’en a marre ! Mais Ce qui est bien, avec l’Église catholique c’est que l’on peut s’en prendre à elle autant que l’on veut, y compris le Pape. Personne ne descendra dans la rue. Nul chrétien n’osera proférer quelque menace que ce soit vis à vis de ceux qui s’en prennent au Pape comme d’autres l’ont fait pour certains dessins…

    Pire!! les médias utilise juste ces horribles faits divers pour exacerber la CHRISTIANNOPHOBIE ambiante!! est ça marche!!
    maintenant quand les gens pensent à église ou prêtre dans leur tête ils associent tout ça à pédophilie!! Certain en font meme de l’humour christiannophobe! « je suis pédo j’aimerais devenir prêtre! »
    quelle stigmatisation odieuse!! Quel immondes préjugés!! de quel droit ces gens, cette populasse moutonnières de panurge se mettent à voir un pédophile en chaque Homme d’église

    Alors que ces même gens serait outrés d’entendre un raciste émetre ces préjugé à lui sur l’appartenance ethnique d’un homme!
    Quelle Hypocrisie, car ils ne font pas mieux!!!

    et PIRE!! car il y a pire, certain semblent ravi de voir arriver de tels scandales car, aussi phobique de la religion chretienne et surtout catholique que ils sont, enfin là ils ont de quoi casser du catho!! aah la bonne aubaine!!ils doivent s’en frotter les mains!
    en réalité ils s’en fichent des victimes et de leur souffrance, car quand un enfant est victime d’un pere pedophile d’un oncle pédophile, d’un voisin ,d’un prof pédophile,d’un internaute ça ne leur fait ni chaud ni froid….et quand c’est un prêtre, au fond d’eux ils exultent de joie, car là, ils vont pouvoir exprimer leurs opinions odieuse sur cette Religion! ils ne contentent que leur propres satisfactions!!

    Ce n’est pas contre la religion catholique que il faut se battre et ses  » prêtres pédophiles » mais contre tout les pédophiles de notre société!!

    Parce que pendant que vous vous excitez contre une religion,pendant que vous laissez les médias vous dressez contre les chrétiens catholiques, les pédophile EUX, ils sont tranquilles!! VOUS VOUS TROMPEZ DE CIBLES! quelle idiotie et quelle gachi, tant d’énergie gachée pour rien!!

    Aussi je continurais à soutenir Mr Vanneste sur ce sujet comme pour bien d’autres car les « politiques » qui osent dénoncer la pensée unique se font rare.
    Amicalement

    Répondre
  66. arturoS - 18 mai 2010 14 h 27 min

    @ hennart : les délires paranoïaques de ce genre sont toujours assez amusants à lire, avec l’éternelle litanie de ceux qui prétendent « pourfendre la pensée unique », « défendre ceux qui stigmatisent le prêt à penser », et sont bien entendu toujours seuls à mener leur croisade lucide contre la bien pensance des médias et de la société dans son ensemble… Mécanique systématique et éculée, mais encore trop répandue…

    Et bien il est bien sûr évident que ceux qui dénoncent les absurdités de l’église catholique et de son dogme, ses archaïsmes, son culte du secret et plus largement son non-sens total se « fichent » des victimes des « autres pédophiles », voir ferment les yeux quand il s’agit d’enseignants ou autres, qui doivent être de toute façon « protégés par les syndicats », bien sûr…

    Répondre
  67. Fred - 19 mai 2010 8 h 42 min

    Merci Monsieur Vanneste pour votre courage,

    Il reste vraiment peu de personnes comme vous qui luttent contre ce qui risque d’apporter le désordre dans notre pays.

    Je ne hait pas les homos, mais je déteste leur pratiques. Ils se font mal à eux même en croyant « se faire du bien ».

    Toutes les lois en leur faveur n’ôteront pas leur malaise, et l’acceptation de leur pratiques en publique n’enlèveront en rien leur mal-être.

    Il y a tolérance et tolérance, autant tolérer le suicide, puisqu’on tolère tout ce qui pousse au suicide.

    Répondre
  68. Fred - 19 mai 2010 8 h 47 min

    Toutefois, étant Chrétien, mais pas catholique pour des raisons qui m’appartiennent et qui appartiennent à Dieu.

    Je me permet tout de même de dire, que certaines de leurs valeurs sont de base biblique, et je suis en accord avec cela, même si c’est sous couvert de religion.

    Répondre
  69. guy fawkes - 19 mai 2010 8 h 57 min

    toujours au top monsieur le deputé
    et que pensez vous des « instituteiurs » laiques de la republique quelquefois aussi impliqués dans des affaires de pedophilie la il semble que ce ne soit pas le seul privilege de quelques religieux
    on me dit ( mais je sais que on est un con )
    on me dit donc que certains notables a une certaine epoque ne se genaient pas pour « jouer » avec des enfantrs
    ah monsieur le deputé je ne sais pas si vos sources specifient que dans beaucoup de cas de pedophilie
    il y a des « bons » papas bien « heteros » dans la plupart des cas
    le comportement heterosexuel serait donc t’ il un risque de danger ??????

    Répondre
  70. M.Moore - 19 mai 2010 9 h 43 min

    @ Fred
    Les homos n’ont pas de malaises particulier sauf celui découlant de l’homophobie et de la haine féroce.
    Une reconnaissance officielle des mêmes droits, du même respect pour eux comme pour les hétéros, une banalisation (droit à l’indifférence) et une criminalisation plus accentuée des délits – notamment les insultes- et crimes homophobes et vous verrez des gens aussi épanouis que la moyenne, c’est évident! mais quand la société, à commencer par des parents rejetant leur enfant pour ça uniquement, voire persécutant leur propre chair, évidemment que certains homos sont meurtris au plus haut point.

    Vous ne pouvez pas parler pour eux et encore moins affirmer des sornettes auxquelles vous voulez croire à tous prix.

    Répondre
  71. Anus Endiablé - 20 mai 2010 15 h 39 min

    c’est fort bien écrit.
    en revanche, vos propos sont très à droite
    (…)

    Voyons, changez de crémerie et tout le monde sera heureux.

    Répondre
  72. Alban G - 24 mai 2010 10 h 12 min

    Merci pour cet article qui fait fi du terrorisme intellectuel ambiant,
    La liberté d expression en France est une chose rare de nos jours, puisque chaque opinion divergente du politiquement et intellectuellement correct est immédiatement mise au pilori.

    Betement et mechament, sans aucune tolerance pour la difference.

    Merci donc monsieur le député

    Répondre
  73. Sombreval - 24 mai 2010 10 h 27 min

    Bravo et merci pour votre franchise. Dans ce monde apeuré, cela fait du bien !
    Un sympathisant UMP

    Répondre
  74. tétu - 24 mai 2010 11 h 45 min

    Ca va pas nous ramener Mike Brandt !

    Répondre
  75. Deus Homini Lupus - 24 mai 2010 16 h 20 min

    Qu’elle réflexion sans intérêt ! Comment oser écrire le mot « sémantique » dans un discours dénué de sens et de raison propre. Vous survolez le problème concret en attribuant les tords arbitrairement sans la moindre logique. Le problème n’est autre que la religion elle même ! Il est devenu impensable de tenir des propos rationnels sans annihiler toute conception de foi religieuse.
    L’homosexualité est aussi proche des « paraphilies » que l’hétérosexualité, et en aucun cas un amalgame ne peut être fait. Il serait temps de penser par soi même et non de tourner les yeux vers le ciel dès que l’éthique est concernée par un problème.
    Est légale l’hétérosexualité autant que l’homosexualité. Les mêmes limites doivent être fixées, à savoir le consentement ainsi que l’âge des partenaires. En quoi le sexe a-t-il un lien avec le problème ? La « stérilité » d’un rapport est un choix personnel et en aucun cas on ne peut invoquer une « loi naturelle » transcendant nos propres lois dites positives.
    En revanche, l’attirance pour les jeunes individus est une pathologie grave, et le sexe de l’enfant n’est souvent qu’un infime critère de choix pour le malade.
    Quant à la polygamie, polygynie plus précisément, elle n’est qu’un fait de religion. Tuez Dieu, qu’importe son nom, vous réduirez à néant les intolérances de ce monde. C’est dans la Génèse que se trouvent toutes les raisons de l’inégalité hommes – femmes. Feuilletez un ouvrage religieux, étudiez la théologie, vous comprendrez d’où nait toute la violence de ce monde. Le culte du néant et de la non-vie sont les raisons premières est suffisantes de la majorité des problèmes de l’humanité actuelle.

    Répondre
  76. bidule - 24 mai 2010 16 h 53 min

    il fait si beau mon amour, si beau ce matin…que je pourrais faire la cour a christine boutin !!!
    un homosexuel et son ami bientot pères de famille qui vous saluent bien !!! nous allons faire plein de petits pédés histoire de vous faire tomber le cul dans le bénitier monsieur vaneste ! la maman vous dit bien le bonsoir, tout va très bien, tout va très bien !!!

    Répondre
  77. alsonic - 24 mai 2010 17 h 56 min

    Ô cher député au combien vos propos m’afflige après vous avoir lu. L’homosexualité serait donc l’affaire de la psychologie. Je pense donc que vous manquez cruellement de connaissance sur le sujet.
    Vous êtes si bien documenté que pédophilie est comparée a homosexualité comparé la donc a votre hétérosexualité je pense que vous pourrez voir un parallèle grandissant . Votre manque de lucidité d’ouverture d’esprit à notre époque me pèse.Mais rassurez-vous n’êtes surement pas le seul… à mon grand désarrois.

    je vous invite à une réflexion sur la réflexion
    mais je subodore la censure poindre son nez,
    je n’en n’eut cure car j’ai écris le fond de ma pensé.
    La psychologie n’est pas un mot qu’il faut user à volonté, si vous ne le saviez maintenant vous êtes alerté.

    Répondre
  78. Alex - 28 mai 2010 18 h 14 min

    Tout est triste, vrai et évident. Je suis avec vous, M. Vanneste.

    Répondre
  79. Vincent - 31 mai 2010 10 h 30 min

    @ Deus Homini lupus.
    Permettez-moi de commenter la fin de vos propos :
    « Tuez Dieu, qu’importe son nom, vous réduirez à néant les intolérances de ce monde. »
    C’est justement en voulant se faire dieu à la place de Dieu que l’homme a introduit les intolérances dans le monde.
    « C’est dans la Génèse que se trouvent toutes les raisons de l’inégalité hommes – femmes. Feuilletez un ouvrage religieux, étudiez la théologie, vous comprendrez d’où nait toute la violence de ce monde. »
    C’est en effet dans la Genèse que sont décrites la Création, puis la Chute à cause de l’orgueil d’Adam, cause initiale de tous les maux d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Et les ouvrages de théologie abordent bien évidemment le sujet.
     » Le culte du néant et de la non-vie sont les raisons premières est suffisantes de la majorité des problèmes de l’humanité actuelle. »
    On ne saurait dire plus exactement la vérité. A ceci près que la source du néant et du non-être n’est pas Dieu, puisqu’il est le Créateur de tout, son nom est « Je suis » (révélation à Moïse dans le désert, avant l’Exode). Mais cette source est bien le Démon, qui a refusé la volonté de Dieu et a de ce fait fabriqué, inventé le Mal, autre appellation du refus de Dieu, de la recherche de ce qui peut couper le lien entre Dieu et Ses créatures, pour la plus grande souffrance de ces dernières, puisque le bonheur est et ne peut être qu’en Dieu.

    Répondre
  80. hennart - 31 mai 2010 14 h 22 min

    Pour les blogueurs « pro-Vanneste » une petition est mise en ligne par « familles chretiennes » voici le lien:http://www.familleliberte.org/
    soutenons un député qui refuse de pratiquer le langage du « poliquement correct » et qu,i horreur, ose défendre ses principes et de les assumer. Car le danger est: si on laisse museler un parlementaire qu’en sera-t-il du Français « lambda »? Un jour au nom de la laïcité bien-pensente devrons nous accepter de démolir les calvaires qui font partis denotre patrimoine?

    Répondre
  81. jeremie62 - 27 juin 2010 11 h 29 min

    Madame,

    vous érigez votre foi comme seule détentrice de la vérité. Je respecte votre croyance, mais elle est loin d’être exemplaire en ce domaine, loin d’être la référence absolue de la majorité des êtres humains (tout au plus 1/3 de l’humanité toutes tendances confondues). Votre foi vous appartient, elle n’est pas la mienne. Trouvez donc des arguments plus solides. Bien à vous.

    Répondre
  82. jeremie62 - 27 juin 2010 11 h 30 min

    Mon message précédent était destiné à Nathalie.

    Répondre
  83. jeremie62 - 27 juin 2010 11 h 36 min

    A Ichtus: Relisez bien la Bible, et vous verrez que ce n’est que meurtres, violences et stupres.
    Pour l’avoir étudiée lors d’un baccaluréat cannonique de théologie, je ne vois pas en quoi les normes de l’AT sont exemplaires. En tout cas je ne suis pas convaincu.

    Répondre
  84. jeremie62 - 27 juin 2010 11 h 53 min

    A hennart,

    puisque la stigmatisation des prêtres semblent vous horrifier à ce point, celle que vivent les homosexuels l’est tout autant. Tout comme il existe des intégristes prêtres, il y a aussi des intégristes homo, qui ne constituent pas la majorité de l’espèce.Vous parlez tous de normes, de couples, de procréation, en dressant votre religion et votre Bible comme unique référence…Désolé, mais des hommes qui passent leur vie entière sans relation, sans procréer, sans côtoyer de femmes (ou d’hommes pour les nonnes) est tout aussi « bizarre » et contre nature que ce que vous prétendez dénoncer. Mais là me direz vous c’est différent n’est ce pas ? Le manque de vocation dans l’Eglise est très symptômatique du peu de solidité de ce qu’elle a à offrir aujourd’hui. La norme c’est quoi ? Ce qui est dans un bouquin vieux de milliers d’années ? Recomposé au Moyen Age ? Si on trouvait un livre vieux de plusieurs milliers d’années et inconnu, devrait on accepter son contenu sans réflexion? Où allons nous …
    Libre à chacun d’adopter le comportement qu’il souhaite sans nuire aux autres. Je ne vous juge pas medames et messieurs les bien pensants, mais de grâce, arrêtez de juger…n’est il pas écrit dans votre Livre « ne juge pas de crainte d’être jugé »?

    Ce qui dérange c’est la différence. C’est tout !

    Perso nous sommes bien acceptés dans notre village. Nous rendons services, on nous rend service, c’est bien ainsi. Personne ne nous fait la chasse aux sorcières. Mais quand je vous ici la somme de bêtises humaine (des deux côtés !), le monde n’est pas sauvé. Quand aux tribuns qui prennent un malin plaisir de jouer sur le plan politico-religieux, en élevant de prétendues études scientifiques…pfff, j’aime autant en rire ! Des homos y’en a eu depuis toujours et y’en aura toujours !! Alors arrêtez de croire la société en danger ! le danger ce sont les agitateurs de tous bords !

    Répondre
  85. Pingback: Vanneste a-t-il pris Sarkozy à son propre jeu? | news-infos.com

  86. Pingback: Déportation des homosexuels : Christian Vanneste aurait-il raison ?

  87. Johanna - 24 février 2012 0 h 12 min

    Barbara, il faut s’ouvrir l’esprit à propos de l’homosexualité !!
    Il faut l’autoriser, (la France aurait dû le faire depuis le début !), et ne pas rester dans ces vieilles pensées de réacs. à dire : « Non, il faut un homme et une femme obligatoirement » -_-‘
    Premier article de la Constitution : « Les hommes naissent LIBRES et EGAUX en droit » : C’est à dire qu’ils peuvent vivre avec une personne du même sexe s’il le désirent !!

    Pour un pays qui se prétend « Pays des droits de l’Homme », ne pas respecter le premier article de la Constitution est honteux !!

    Et concernant cette phrase « Si des femmes (ou des hommes) désirent être humiliés ou maltraités, cela les regarde, du moment qu’ils n’y sont pas contraints. », si c’est pour dire des bêtises pareilles, autant ne rien dire… -_-‘.

    Répondre

Exprimez vous!