état du fret (SNCF) en France

M. Christian Vanneste interroge M. le secrétaire d’État chargé des transports sur l’état du fret en France. Un audit, que révèle Le Figaro, souligne que certaines activités de fret ne gagneront jamais d’argent. Elles sont condamnées sauf si l’État décidait de les subventionner. Après dix années de pertes et deux plans de sauvetage pour rien, il aimerait savoir ce que compte faire le Gouvernement sur ce sujet.

Réponse du Gouvernement :

La loi du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement dite « Grenelle 1 », adoptée à la quasi-unanimité par le Parlement, consacre des avancées significatives dans le domaine des transports, notamment l’objectif d’un recours accru au transport ferroviaire. Pour contribuer efficacement à cette nouvelle dynamique, le fret ferroviaire français doit réunir trois conditions : une offre de services performante tournée vers les clients, l’amélioration de sa productivité et des infrastructures adaptées. Dans le secteur du transport ferroviaire de marchandises désormais ouvert à la concurrence, l’activité fret de la SNCF continue à jouer un rôle essentiel. Depuis plusieurs années, Fret SNCF a entrepris une restructuration de son organisation par la mise en oeuvre d’un programme d’actions pour améliorer la qualité de service, industrialiser la production et réorganiser son système de transport et ses dessertes. Malgré ces efforts, les résultats économiques se sont avérés décevants, la crise économique ayant fragilisé l’activité fret de la SNCF. Un diagnostic du transport ferroviaire de marchandises et de Fret SNCF, commandé par la SNCF en début d’année 2009, met en évidence que la pertinence du fret ferroviaire est incontestable sur un certain nombre de trafics, en particulier les trains massifs réguliers et le transport combiné à des distances supérieures à 600 kilomètres. En revanche, ce diagnostic montre que certains trafics de fret ferroviaire génèrent de très lourdes pertes. C’est le cas pour une partie du « wagon isolé » pour lequel la SNCF est le seul opérateur à assurer ce type de prestations, les autres opérateurs ferroviaires se positionnant sur les transports massifs par trains entiers. Le service « wagon isolé » représente 35 à 40 % des trafics de marchandises de la SNCF mais génère 70 % des pertes de Fret SNCF. Une réponse efficace à cette situation apparaît, en conséquence, indispensable. En tout état de cause, il s’avère primordial de réformer l’organisation du fret à la SNCF. Il est vital de redresser cette activité et aucun redressement ne pourra avoir lieu sans améliorer la productivité de Fret SNCF, dont les coûts sont 30 % plus importants que ceux de ses concurrents ou que ceux de sa filiale VFLI. Cet effort de réorganisation du fret doit être également le prélude à un programme de reconquête par le fret ferroviaire des positions perdues au détriment de la route. C’est pour servir cette même ambition que le Gouvernement a présenté, le 16 septembre 2009, son plan d’engagement national pour le fret ferroviaire. Ce programme de grande ampleur montre la détermination de l’État à donner un nouveau souffle au fret ferroviaire. Il s’inscrit dans la droite ligne du Grenelle de l’environnement qui a fixé l’objectif de porter la part des transports alternatifs à la route de 14 % à 25 % à l’horizon 2022. Cet engagement national prévoit un investissement global en faveur du fret ferroviaire de plus de 7 milliards d’euros d’ici à 2020. Dans ce cadre, le Gouvernement a demandé à la SNCF de s’engager fortement dans un développement du fret et d’investir dans les solutions innovantes de transport de marchandises telles que les autoroutes ferroviaires et le transport combiné, le fret à grande vitesse, les opérations de logistique urbaine et les opérateurs ferroviaires de proximité. La SNCF devra également consolider et renforcer sa part de marché sur les flux massifs industriels où le mode ferroviaire a toute sa pertinence. Le Gouvernement est particulièrement attentif au fait que les actions proposées par la SNCF, tout en conciliant les objectifs d’amélioration économique et organisationnelle de Fret SNCF, permettent à cette entreprise de rester un acteur majeur de la politique de report modal et prennent également en compte les aspects de couverture et de desserte du territoire les plus équilibrées possible.

Question publiée au JO le : 02/06/2009 page : 5284
Réponse publiée au JO le : 08/12/2009 page : 11805

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services