Macron : des mots dont il joue aux maux qu’il laissera…

”C’est un terrible avantage de n’avoir rien fait, mais il ne faut pas en abuser” écrivait Rivarol. Les Français devraient méditer cette phrase qui s’applique parfaitement à celui qu’ils ont commis la faute de placer à leur tête. Le Chef de l’Etat d’un vieux pays riche de traditions et d’institutions doit avoir une connaissance approfondie de ses rouages et de ses pratiques. Rien n’est plus dangereux que de le soumettre brutalement à un homme dénué d’expérience, imbu de lui-même jusqu’au narcissisme, et dans le fond très ignorant au-delà d’une culture livresque dont l’étalage laisse présumer qu’elle est moins étendue et plus superficielle que la mise en scène ne le faisait supposer.

La France n’est pas une principauté récente qu’un jeune prince héritier pourrait chambouler à sa guise. C’est avec effarement que l’on prend conscience chaque jour que celui qui a été élu en 2017 avait écrit un livre dont le titre était “Révolution”. Pauvre pays que le nôtre avec son peuple de “Gaulois réfractaires” au progrès qu’il fallait transformer radicalement pour le mettre à l’heure de son époque ! Certains ont cru qu’un pareil projet ne pouvait naître que d’un cerveau puissant. Non ! Il n’était que le produit hasardeux d’une rencontre de la surestimation de soi que produit l’ENA, et plus encore l’Inspection des Finances, avec l’ignorance abyssale de celui qui a passé sa courte vie dans des cercles restreints sans affronter la réalité d’un pays.

Depuis son arrivée à l’Elysée comme secrétaire général adjoint jusqu’à la présidence avec un passage au ministère de l’économie, M.Macron n’a survolé la France qu’à haute altitude, en nourrissant à son encontre un mépris appuyé sur quelques préjugés. Ceux-ci, comme les chenilles en papillons, de sont métamorphosés en intuitions qui se voulaient géniales et qui paraîtront au mieux ridicules, au pis criminelles pour les historiens réduits à étudier cette étonnante page de non-France dont seul le caractère grotesque du président précédent a pu justifier l’illusion initiale.

Le bilan sera établi sur un schéma unique mécaniquement reproduit : une pauvre idée née de l’ignorance et mue par la volonté de séduire une partie du public, une mise en oeuvre cahoteuse, un résultat aux antipodes du but recherché, le tout imaginé et décidé entre soi, dans un bureau de l’Elysée, en ignorant et bousculant les capacités réelles du pays, les corps intermédiaires qui permettent à la tête de faire corps avec la nation.

Trois exemples entre mille : de façon obsessionnelle, M.Macron veut “réconcilier les mémoires algérienne et française”, alors qu’il ignore tout de l’histoire et des rancœurs imaginaires qui alimentent l’agitation des banlieues. Il veut être pour l’Algérie ce que Chirac a été pour la Shoah sans paraître s’apercevoir de l’absence totale de similitude entre les deux situations : la participation du gouvernement de fait soumis à l’Allemagne à la déportation d’une population innocente, et la répression voulue par un gouvernement légitime du terrorisme aveugle qui massacrait les Français d’Algérie, dans les autobus, à la terrasse des cafés, sur les pistes de danse. Sans en prendre conscience il prend le parti de l’étranger et confie un rapport à un historien que son trotskysme d’origine a conduit à être le thuriféraire du nationalisme algérien. Pas un mot dans le rapport sur la barbarie des attentats en Algérie et en France commis par le FLN, sur les enlèvements d’Européens, mais un réquisitoire contre la France. Non seulement cela ne va pas apaiser le pouvoir algérien qui vit du mythe d’une colonisation criminelle, mais cela va fournir des arguments identitaires et revanchards aux jeunes d’origine algérienne. Quant aux Pieds-Noirs, leur mémoire est assassinée ! Si M. Macron souhaitait s’instruire sur la guerre d’Algérie, il pouvait s’appuyer sur la Fondation pour la Mémoire de la Guerre d’Algérie… dont c’est le but, mais il l’a ignorée comme il a oublié Jean Sévillia, l’auteur des “Vérités cachées de la Guerre d’Algérie”. Non, il a préféré “son” auteur de référence…

La gestion chaotique de la lutte contre la pandémie repose sur le même travers. Il existe en France plusieurs organismes de grande qualité pour conseiller et aider l’exécutif en matière de santé : la Haute Autorité de Santé, le Haut Conseil de Santé publique, par exemple, des agences spécialisées également. C’est sur cet ensemble qu’il fallait s’appuyer, et en laissant les médecins user de leur savoir. Non, M. Macron s’est entouré de deux “conseils”, privés en quelque sorte, notamment ce conseil scientifique qui l’a si mal conseillé, dont nombre des membres sont touchés par des conflits d’intérêts, et qui émettent publiquement des avis que politiquement il a fini par ne plus écouter qu’à moitié.

Parmi les autres erreurs commises par celui qu’on présentait comme un as de l’économie, on pourrait citer son contre sens sur l’industrie qui l’a obligé à se contredire sur la nécessité du maintien d’une industrie classique en France, lui qui ne voulait entendre parler que de “start-up nation”. Lorsque le Covid fut venu, la France se trouva fort dépourvue : ni masques, ni tests, ni vaccins, ni même les vêtements nécessaires au travail hospitalier Mais le mot avait le brillant qui convient au personnage, et suffisait à rendre Narcisse satisfait de son discours. . Pendant cinq ans, M. Macron aura offert ses “mots” aux Français. Mais demain son successeur devra réparer les maux qui s’accumulent. Il faut d’avance lui souhaiter bon courage, un courage modeste qui ne doit réserver sa fierté qu’à la France.

 

Articles liés

5 commentaires

  1. Des as de l’économie, (type MACRON) on en a connu d’autres dans nos gouvernements précédents et on en a plein nos grandes écoles, mais si c’est pour envoyer l’argent ailleurs ou le répartir à n’importe qui, je ne vois pas bien l’intérêt.
    Suffit de voir où on en est aujourd’hui !

  2. Vous écrivez :

    “Il veut être pour l’Algérie ce que Chirac a été pour la Shoah sans paraître s’apercevoir de l’absence totale de similitude entre les deux situations : la participation du gouvernement de fait soumis à l’Allemagne à la déportation d’une population innocente, et la répression voulue par un gouvernement légitime du terrorisme aveugle qui massacrait les Français d’Algérie, dans les autobus, à la terrasse des cafés, sur les pistes de danse.”

    Au contraire, ce sont ces différences qui sont secondaires. Le principal, c’est l’erreur de la repentance, et du parti-pris en faveur d’une minorité. Et c’est, hélas, la droite qui a fait cette erreur, mère de toutes celles qui ont suivi dans ce registre. Une fois de plus.

    A quoi êtes-vous bons, à droite, au juste ?

    1. Vous confondez deux questions, ou plutôt deux niveaux de questions : celui de la similitude des situations et celui du bienfondé de la repentance. Ce second niveau, Macron l’élude totalement et je ne partage pas son point de vue parce que la France était à Londres en Juin 1940… Mais ce qui est intéressant au premier niveau, une fois l’idée de la repentance admise, c’est de voir que ce type n’est ni intelligent ni cultivé pour dire des énormités pareilles : Macron est un crétin imbu de lui-même, et c’est le sens du texte.

  3. Vous avez bien raison de rappeler avec force ce qu’est Macron et peu à peu, enfin, une majorité de Français ont ouvert leurs yeux sur la sinistre réalité du personnage. Non content de la dévastation causée par son interminable quinquennat, il prétend se représenter et être réélu. Certains vendus de LR et autres centristes vérolés sont déjà prêts à se prostituer. On nous dit que Macron est très intelligent, qu’il aurait même un peu de génie, qu’aucun concurrent ne peut valablement lui être comparé. Il faut tuer cette idée. Manipulateur en Diable, Macron est d’une intelligence assez ordinaire compensée par son absence d’affect et de scrupules. Bien des candidats déclarés ou putatifs le valent bien en termes d’intelligence et de culture et le dépassent très largement en termes de sincérité et de distinction morale. Il serait donc utile de s’employer à démolir cette supercherie de l’intelligence supérieure macronienne servie abondamment par des obligés ou des aigrefins en attente de quelque chose.

  4. La réponse de ce lecteur est bien celle d’un homme de cette gauche qui est la principale destructrice de la France depuis 1981. A 19 ans, j’avais quand même voté M Giscard d’Estaing quand tous les enfants des bourgeois, même dans une ville de province, votaient pour Mitterrand. Mon Bac D de 1980 était déjà moins haut que celui des années précédant 1968, mais ça n’avait rien à voir avec celui qui existe depuis la volonté de Jospin et ces 80% des jeunes français au Bac ; On voit le résultat. Pour l’Algérie les gens du FLN étaient des terroristes, ils ont cassé tout ce la France avait apporté à ce pays. Sous de Gaulle, 10% de notre PIB par an allait là-bas. La gauche oublie toujours ses énormes fautes, jamais assez dénoncées par une droite molle. Un dernier point, je me trompe peut-être mais M Mitterand n’était il pas ministre et ce n’est pas lui qui décidera le début de la guerre d’Algérie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services