Nicolas Sarkozy aux Députés UMP.

Une fois encore le Président de la République a reçu les Députés UMP à l’Elysée, pour une pédagogie européenne et germanophile et une séance de psychothérapie collective sur la confiance, indispensable en politique comme en économie. Je l’ai interrogé sur le printemps arabe, la menace qui pèse sur les Chrétiens d’Orient et sur l’implication de la France. Réponse : « Je suis le seul Chef d’Etat à avoir exprimé mon soutien aux Chrétiens d’Orient ».
Le Président a commencé la réunion par un exposé qui a détaillé les pas effectués par la France et l’Allemagne vers un compromis. Les Allemands ont accepté la gouvernance  économique au niveau des chefs d’Etats et de Gouvernements, dans le cadre des 17 membres de l’Euroland alors qu’ils souhaitaient une gouvernance de la Commission pour les 27. Madame Merkel s’est également engagée à ne pas commenter les initiatives de la BCE et a aussi renoncé à ce que ce soit la Cour Européenne de Justice qui sanctionne les budgets nationaux qui ne respecteraient pas les règles inscrites dans les traités. La France, quant à elle, a accepté le durcissement des sanctions sur le déficit budgétaire et non sur l’endettement. Elle n’a pas défendu l’instauration des Eurobonds qui auraient encouragé des pratiques laxistes de l’endettement. Enfin elle a manifesté sa volonté d’intégrer la règle d’or dans la constitution.
Le Président de la République a également souligné combien la confiance était la clé de tous les problèmes : les décisions prises en commun par la France et l’Allemagne sont absolument nécessaires à restaurer la confiance des marchés envers l’Europe. La confiance entre l’Allemagne et la France est indispensable pour rassurer les acteurs économiques et les déclarations germanophobes sont à cet égard irresponsables. De plus le Président a indiqué combien l’attitude des Français était compréhensive à l’égard de la situation, combien elle démentait les critiques qui sont formulées à l’encontre de notre mentalité, combien la solidarité majoritaire et le calme de la population étaient pour le gouvernement des encouragements qui renforçaient sa capacité d’agir.
Le Président a répondu à plusieurs questions dont celle que j’ai posée sur l’avenir des Chrétiens d’Orient. Il pense pour sa part que quelque soit le résultat des élections dans le monde Arabe, le moteur du printemps Arabe n’avait pas été l’Islamisme mais le désir de la jeunesse de se libérer d’une société immobile sur tous les plans. Il a souligné que dans le cas où des partis confessionnels prendraient le pouvoir, ils seraient confrontés comme tous les gouvernements au principe de la réalité. Enfin il a rappelé son soutien aux Chrétiens d’Orient.

Articles liés

5 commentaires

  1. On ne le dira jamais assez: en ayant choisi Claude Guéant pour succéder à Brice Hortetefeux, Nicolas Sarkozy a mis son Ministre de l’Intérieur à l’abri de la dictature judiciaire… n’en déplaise aux juges gauchistes ulcérés de ne pas pouvoir le condamner arbitrairement à une peine d’inéligibilité !

  2. Quelques remarques :

    **Concernant les Chrétiens d’Orient, M. SARKOZY a une fâcheuse – et détestable – tendance à tout ramener à lui. A l’en croire, il serait le seul Chef d’État à s’être mobilisé – tardivement : janvier 2011 – pour les Chrétiens d’Orient. On se demande, sincèrement, si M. SARKOZY se rappelle avoir été le 31 janvier 2011, à la réunion se tenant à Bruxelles ! Et s’il souvient que le Pape, n’est pas que chef de la Chrétienté…Mais bel et bien Chef d’État du Vatican ! (Il faut lire Dan Brown ou P. DOLORES)

    Plusieurs pays ont pris des positions courageuses : la France oui…Mais aussi l’Italie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie ! Sur les 27 États membres de l’UE, seuls 5 ont refusé de signer la prestation contre le violence faites au…Populations (et non Chrétiens) d’Orient : le Portugal, l’Espagne, le Luxembourg, l’Irlande et Chypre. Comment M. SARKOZY peut il prétendre être le seul Chef d’État à se soucier des Chrétiens d’Orient dans ces conditions ?

    Plus encore, comment ose t il se targuer d’aider les Chrétiens d’Orient…Quand notre propre ambassadeur vient leur rendre visite, sous drapeaux russes ? Preuve, s’il en est, que la Russie est aussi active dans la défense des dits Chrétiens que M. SARKOZY l’est à mettre des obstacles aux juges d’instruction !
    http://www.atlantico.fr/decryptage/france-defendant-plus-chretiens-orient-russie-relais-antoine-sfeir-225599.html

    Le monde, au moins les partenaires de la France, sont ils – hormis OBAMA – mobilisés pour les Chrétiens d’Orient. A quel point ? Cela reste à voir. Mais prétendre être le grand défenseur, et l’unique défenseur des Chrétiens d’Orient…C’est vous prendre, M. VANNESTE, pour un crétin, ce que vous n’êtes, à mon sens, pas.

    **Passons maintenant à l’accord franco allemand…Ou plus exactement, MERKOZY, puisque ni le Parlement français, ni celui allemand, ne se sont prononcés sur la question. Je ne parle même pas des citoyens, eux mêmes, à qui l’on ne pose même pas la question. Pourtant, après…CINQ sommets censés, prétendument, sauver l’euro et restaurer la confiance, il y aurait de quoi débattre.

    -Bon, alors je résume le plan (si c’est possible) : il s’agirait de réviser les traités européens (1) – quelle utilité ? Sachant qu’on viole déjà Lisbonne et Maastricht ? – à 27…A mais peut être pas en fait, puisqu’on suggère un nouveau traité à 17 (2)…Ou bien toujours à 17 mais ouvert à 27 ! (3)

    Envisageons le cas du traité à 17 (le plus simple). Alors, concrètement, il faudrait que le Parlement français soit retire au traité de Lisbonne sa primauté sur le droit interne de la France (4) soit qu’il soit reconnu au dit traité une valeur plus forte que la primauté déjà reconnue (5) : on peut s’attendre à de belles tractations avec la CJUE et au niveau national : et oui, pour réviser un traité, il faut modifier la Constitution ! (6) Et, par malheur, le Président n’a plus de majorité au Sénat…! Et sur un autre plan, je vois mal la CJUE rester muette si l’on fait primer, au dessus du droit européen, un autre droit : celui de la zone euro ! Laquelle, au passage…N’a pas la personnalité juridique. Seule l’UE l’a.

    Pour réaliser un traité à 17, il faudrait que le traité soit intergouvernemental (6) ou bien concerne une Institution inexistante : la zone euro. (7) Donc, de deux choses l’une : soit l’on créé un statut juridique à la zone euro…Mais dans ce cas, il faut réviser Lisbonne (8) soit l’on ratifie État par État, mais dans ce cas là…Il faudra réviser la Constitution, par référendum. Le concept de souveraineté partagée n’a aucune existence en France. La souveraineté se trouvant, essentiellement dans la Nation. (9)

    Après la méthode, voyons le fond. MERKOZY défendent l’idée qu’un État membre de la zone Euro soit censé rester proche de l’équilibre budgétaire, voire l’atteindre, en adoptant une “règle d’or budgétaire” à valeur constitutionnelle, qui, petite nouveauté, serait validée elle-même par la Cour européenne de justice. En cas de manquement à ses obligations de sérieux budgétaire, le pays finirait par se voir presque automatiquement infligé une amende…Idée qui m’a toujours parue formidable pour aider un État en difficulté de financement !

    Plaisanterie mise à part, nous aurons tous reconnu ici MAASTRICHT. Quel besoin d’adopter une règle constitutionnelle d’équilibre budgétaire, puisque nous avons un traité – validé par référendum en France – puisque nous avons déjà une ? M. SARKOZY nous dit que le problème c’est la méfiance et la solution la confiance : il a tout à fait raison. Sauf que, pour les citoyens comme les marchés, le souci ce n’est pas qu’un État franchisse une ligne budgétaire…Mais bien que la classe politique respecte les engagements qu’elle prend ! Comme MERKOZY ont, allègrement, violé MAASTRICHT…Et désormais LISBONNE – qui interdit toute solidarité européenne et toute action de la BCE dans le rachat de dettes des membres de la zone euro – il est quelque peu difficile de croire en leur sincérité, quand ils prétendent qu’un nouveau bout de papier les fera se tenir à carreau !

    Bref…Au lieu de faire des “sommets de la dernière chance” qui à force de se répêter en deviennent assommants et forts chers pour les résultats…M. SARKOZY ferait bien de marquer son engagement à respecter…LES TRAITES EXISTANTS !

    Cela pourrait commencer par une lutte contre les gaspillages. Pas besoin d’étude, CAPITAL (le mag) s’est fait un plaisir de trouver 80 MILLIARDS d’économies réelles rapides et sans douleur pour les citoyens.

  3. Je n’avais regardé le pseudo accord franco allemand que d’un œil, jusqu’à présent. Après lecture complète de ce dernier…Je ne sais trop s’il faut rire ou pleurer. Allez…Petit décryptage !

    Bon, pour commencer, on notera la superbe – et terrifiante – capacité de M. SARKOZY (mais il n’est pas le seul : M. HOLLANDE fustige les longueurs d’une révision de traité mais base ses secours à partir d’avril 2012 ! Et propose, surtout, de fusionner deux Institutions européennes (sans intérêt aucun, sinon financier) ce qui ne peut se faire sans révision des traités !) à ne pas anticiper (c’est à dire à gouverner) et à se projeter dans l’avenir. En effet, après nous avoir menacé de toutes les catastrophes possibles, après nous avoir assuré le cœur sur la main, que le traité de Lisbonne résolvait tout…Ses défenseurs sont les premiers à demander sa mort !

    1. Les sanctions automatiques. En cas de non-conformité avec la règle du déficit, les pays sont soumis à des sanctions automatiques, ce qui nécessitera une majorité de 85% à se renverser.

    Mon Dieu, des sanctions automatiques ! Quelle horreur ! Ou bien…Quel enfumage ? Des sanctions, pour être automatiques, devront être prononcées par une Institution européenne…Ou pas ! La Commission ? On sait combien M. BARROSO, en principe gardien des traités, n’a guère eu de mal à fermer les yeux par le passé, sur les pratiques douteuses de certains membres ! La CJUE ? La logique le voudrait – elle est censée faire respecter le droit européen, non ? – mais non ! Le Conseil Européen…Dont les décisions requièrent l’unanimité ? La zone euro…Qui n’a aucune existence juridique et n’a aucune légitimité en cette affaire ?

    Je vois déjà les tractations se faire entre États membres. Puisque ceux ci se sont montrés défaillants par le passé – M. SARKOZY n’a t il pas prétendu que tout le monde savait les chiffres grecs truqués ? – je vois mal comment on rétablirait la confiance en omettant de crédibiliser les États membres sur le sujet !

    Et puis…Une majorité, cela peut être facile à obtenir ! Puisqu’il n’y a pas nécessité à avoir, dans le même temps, une majorité de membres présents ! Allemagne + France + R.U participent au scrutin : miracle, la France obtient 85% de voix ! Et quelle inégalité ! Les grands pays ont des sphères d’influence…Les petits, en revanche ! On a déjà vu avec MAASTRICHT que la règle commune fluctuait en fonction des protagonistes : Allemagne et France ? Pas de souci. Irlande ? Grèce ? Ah ! Ces vilains pays laxistes !

    L’UE va devenir le lieu de toutes les tricheries, de tous les détournements comptables. Ah, on me souffle qu’elle l’est déjà. Mais bon, les derniers gouvernements sérieux n’auront même plus intérêt à le rester !

    2. Règle d’or: Tous les États membres de l’UE, mais en particulier la zone euro, devrait se soumettre à des limites d’endettement uniforme. La CJCE va statuer en cas de litige, et devraient avoir le droit de déclarer illégales les budgets nationaux.

    Mazette ! Une règle d’or ! On va enfin pouvoir être rassuré ! Mais…Quoi ? Les traités actuels prévoient déjà qu’il “est interdit d’avoir plus de 60% de dette publique” ? Hé ! Quel scoop ! Un autre ? “pas plus de 3% de déficit annuel”. M. VANNESTE…M. SARKOZY viendrait il de découvrir qu’il est censé garantir les traités ?

    Une règle d’or…Cela existe déjà dans les traités ! Mais alors…? Ce n’est pas respecté ? MERKOZY est la première à s’en targuer ? Cette fois ci, il y aura des sanctions ? Comment ça, lesquelles ?

    M. SARKOZY va envoyer l’armée étrangère en Grèce, quand un budget sera déclaré illégal ? Vous me dites que non ? Bon…Alors, Mme MERKEL va faire destituer le mauvais gouvernement qui viole les traités ? Non plus ? Bon…MERKOZY va geler les actifs français, dans ce cas et saisir l’or de la banque d’Italie ! Non mais ! ! Comment çà, impossible ?

    Les deux vont demander à ce qu’on gèle les subventions agricoles ou autres ? Vous me dites que, quoi ? Une telle décision requière…L’unanimité ? C’est bête quand même ! La souveraineté nationale, c’est quand même bien pénible, n’est ce pas. La démocratie aussi, d’ailleurs. Un Congrès de Vienne, c’est tellement plus stimulant !

    3. Participation du secteur privé de suivre les règles du FMI. L’accord sur la Grèce PSI reste valable, mais est un cas unique qui ne doit pas être répété

    Oui…Le secteur privé doit être solidaire des erreurs commises par lui. Lui faire payer ses fautes ? Jamais ! Et tant pis si le maintenir en vie est un privilège comparativement aux entreprises ! Il faut aider les pauvres petites banques à ne pas sombrer. Souci ? Les contribuables sont gentils, tolérants, mais n’aiment pas beaucoup être saignés à blanc. Pire…S’ils le sont trop, les méchants prêteurs pourraient déserter les adjudications d’obligations souveraines.

    L’Allemagne et la France veulent que l’ESM commence à la fin 2012.

    Hum…Pas exactement ! MERKOZY veut, sans doute…Mais France et Allemagne ? Il y a eu un débat suivi d’un vote au Parlement ? M. SARKOZY n’est pas NAPOLEON BONAPARTE. Il ne peut pas engager la France, seulement sa signature personnelle. Comme le brave Ministre Grec, conspué par ses partenaires, parce qu’il s’est souvenu que son adhésion à un texte ne vaut pas adhésion de son pays ! M. CHIRAC a engagé, en 2005, sa parole…Nullement celle de la France ! Laquelle a dit…Non.

    Bon, j’en reviens au ESM. Très sympathique projet…Avec un bel article 9, qui en gros dit, soit vous payer…Soit on vous envoie une lettre recommandée (çà fait plus chic !)

    En gros, le principe est tout à fait charmant : vous êtes endetté ? Et bien on vous demande de vous sur endetter pour augmenter un système qui vise à stabiliser vos dépenses ! Vous me suivez ? Déstabiliser pour stabiliser, mais pourquoi n’y avait on pas pensé avant, je vous jure ? C’est aussi fort que le plan de CALONNE : : dépenser pour économiser !

    M. SARKOZY devrait virer ses conseillers. Car n’importe quel citoyen doté d’un minimum de bon sens, comprend aisément que les marchés obligataires sanctionneront tellement durement les États qui devront emprunter pour alimenter le MES que ce mécanisme est mort né. Ajoutons que la Cour suprême de Karlsruhe risque fort de censurer les dispositions de l’ESM qui obèrent la souveraineté du parlement allemand…! Oups ! Au reste, le Conseil Constitutionnel pourrait agir sensiblement de la même manière, puisque ce plan contrevient…A ses décisions sur l’ensemble des traités européens !

    Bref, le plan miracle repose sur un bidule non viable ! Espérons que MERKOZY pourra organiser quelques galas pour le faire survivre plus d’un mois !

    5. Les chefs d’État et de gouvernement se réunissent une fois par mois en tant que gouvernement économique de la zone euro.

    Il faudrait savoir…Les Chefs d’État…Ou de Gouvernement ? Parce que, d’ici quelques mois, si l’on a, par ex, M. SARKOZY Président, M. HOLLANDE Premier Ministre…Il sera peut être difficile d’agir ! Et puis, franchement, là encore, le bon sens à déserter tout le monde ? Si les marchés ne font pas confiance aux Gouvernements nationaux…Pourquoi accorderait il leur foi en la réunion de ces derniers ? Jean le Bon en stratège national ou européen…Reste Jean le Bon ! Je ne vois pas en quoi l’union des canards boiteux serait apte à restaurer une confiance que séparément, ces derniers n’arrivent à obtenir !

    Un tel Gouvernement, faut il en convenir, devrait être basé sur la charte de l’ESM. Avec, donc, 47% des voix pour l’Allemagne et la France. Comment MERKOZY compte t il persuader les 25, qui ne pourront avoir une telle influence…De consentir à des mesures qui, nécessairement, passeront pour arbitraires ?

    M. SARKOZY qui a une passion pour la Révolution française, et notamment pour la personne de Louis XVI, devrait se souvenir d’un certain manifeste, envoyé à Paris, par la coalition européenne. S’il m’en souvient, le soir même, les Tuileries étaient attaqués, Louis XVI démis…Et le pays dans un état d’effervescence total ! Aux soucis financiers, économiques, on veut donc rajouter des troubles sociaux…Et politiques ? Marine n’a pas besoin de faire campagne dans ces conditions !

    6. Il n’y aura pas eurobonds.

    MERKEL a gagné la partie ! A raison d’ailleurs. Reste qu’il y a, dans les placards européens, l’idée du MES. Totalement stupide et violant, superbement, la décision de KARLSRUHE ! Et du CC ! M. SARKOZY se souvient qu’il est censé garantir les traités ?

    Bref…Encore un “plan” stupide pour sauver les pauvres banques !

  4. @ seb:

    ” Parce que, d’ici quelques mois, si l’on a, par ex, M. SARKOZY Président, M. HOLLANDE Premier Ministre… ”

    Avez-vous lu la réforme Marleix/Hortefeux de juin 2009 concernant le redécoupage de circonscriptions législatives ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.