À Ghosta, notre frère le Liban

Alors que la situation dans l’ensemble du monde arabe et au Moyen-Orient est de plus en plus dramatique, avec des lueurs d’espoir certes, mais aussi avec de nouvelles inquiétudes, la France doit nourrir une préoccupation particulière pour cette minorité chrétienne, présente dans cette région du monde qui a vu naître le Christ, bien avant l’Islam, et qui chaque jour sent la pression augmenter sur elle.

Le Liban avec ses trois particularités, d’avoir la proportion la plus importante de Chrétiens dans sa population, de connaître un système confessionnel qui garantit la représentation des communautés d’une manière équilibrée, et de vivre une amitié séculaire avec la France, doit particulièrement retenir notre attention, susciter notre solidarité.

J’ai eu l’occasion de m’y rendre il y a deux mois, et l’accueil que j’ai reçu à Ghosta m’a pénétré du sentiment d’une proximité culturelle saisissante, et qui s’appelle fraternité. Ghosta est une ville de 8 000 habitants, dans la montagne chrétienne, au Kesrouan. De ses terrasses on aperçoit en contrebas, le port de Jounieh par lequel la zone phalangiste était ravitaillée.

En arrivant en compagnie du Docteur DEGUY qui a organisé ma visite, j’ai été accueilli par le Président de la Municipalité, Monsieur Ziad CHALFOUN. Quel accueil ! À la fois l’atmosphère sympathique à laquelle je suis habitué dans les communes de ma circonscription, avec une fanfare, des scouts faisant la haie, et des poignées de main généreuses. Mais aussi, le charme de la convivialité arabe, avec ses friandises qui ne se refusent pas. Et, bien sûr, un protocole exigeant, des discours et la visite du dispensaire parfaitement équipé, au sein même de la Mairie, puis du Couvent Saint Joseph, qui depuis le XVIIIe siècle, et grâce à l’aide de Louis XV, fait l’orgueil de cette communauté majoritairement maronite.

Cet échange sera pour moi inoubliable. Les français ne savent pas à quel point beaucoup de libanais, si proches d’eux par leur manière de vivre, par leur aisance avec notre langue, aiment notre pays et attendent que la France se préoccupe davantage de leur avenir.

Articles liés

4 commentaires

  1. Cher Monsieur Vanneste,
    Merci pour ce formidable témoignage et pour votre visite dans ce beau pays auprès de nos frères libanais. Une seule question m’habite : est-il possible ou opportun de s’engager concrètement sur place, par exemple en s’y installant sur place? Je serais près à le faire le cas échéant. Vous pouvez me contacter et je serais prêt et très honoré de vous rencontrer pour parler en particulier de cela.
    Bien respectueusement. Pax.
    Christian

  2. Merci Christian pour cet article et pour avoir rendu visite aux Libanais. J’aime ce pays, j’y ai des amis, j’espère très fort qu’une fois de plus ils s’en sortiront, comme ils ont su si souvent le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services